CoviDar, une initiative citoyenne pour la prise en charge des malades de coronavirus chez eux    Tunisie: Walid Jalled appelle Kais Saied à lancer "les missiles constitutionnels" si il en a    Les smartphones Galaxy S21, Galaxy S21+ et samsung galaxy Ultra en précommande    Tennis – Classement WTA : Ons Jabeur dans le top 30, une première    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 18 Janvier 2021 à 11H00    Sur quelle chaîne regarder Islande vs Maroc en direct et live streaming/ Mondial Handball 2021    Walid Jalled au chef de l'Etat : envoyez vos missiles constitutionnels    Coronavirus: Point sur la situation épidémiologique à Nabeul    Météo | Quelques averses et une légère augmentation des températures    D'un sport à l'autre    Kasserine : 15 personnes arrêtées pour actes de vandalisme    Youssef Fennira rencontrera 'I watch' aujourd'hui pour s'expliquer    "La Voix des femmes" déplore l'absence de femmes dans le nouveau gouvernement    Néji Jalloul appelle à des concertations politiques pour sortir de la crise    Semaine décisive à Madrid pour le tourisme mondial    Troubles nocturnes, Qalb Tounes appelle à une enquête sérieuse    L'EST trébuche à Sfax après 33 matches d'invincibilité: Un mal pour un bien ! ...    Volte-face de Abdessalem Younsi: Retour à la case départ    LES CAISSES ENREGISTREUSES: La réticence de certains commerçants    Tunisie: La Révolution tunisienne a plusieurs ennemis intérieurs et extérieurs selon Rafik Abdessalem    Aujourd'hui — commémoration des évènements du 18-janvier: Une page glorieuse de l'histoire oubliée    Les leçons du passé    Relance de l'économie Tunisienne: Une croissance de 5,8% est possible pour cette année    Tunisie-Confinement ciblé: Tout ce qui va changer à partir d'aujourd'hui    Au siège du ministère de l'enseignement supérieur : Kaïs Saïed rencontre les doctorants-chercheurs sans emploi en sit-in    Covid-19 : 76 décès et 2859 nouvelles contaminations en 24 heures    Nadia Khiari, dessinatrice de « Willis from Tunis », à La Presse «Je suis dans l'autodérision : je me moque de nous-mêmes»    Cinéma tunisien «Halte au hold-up sur nos voix !»    Régression à 30 mille tonnes des exportations de fruits en 2020    Stratégie d'investissement : les recommandations de Tunisie Valeurs    Par Amine Ben Gamra : La Tunisie perd d'énormes revenus car elle hésite à accepter l'arbitrage international dans les conflits économiques    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    Mondial de Handball : La Tunisie rencontre le Brésil aujourd'hui    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Gouvernement Mechichi : Youssef Ben Brahim, ministre de la Culture (Biographie)    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Compétitions interclubs de la CAF 2020/2021: Période d'enregistrement additionnel ouverte jusqu'au 31 janvier    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Les astuces oubliées de l'auto-approvisionnement alimentaire    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Par Henda Haouala : Les JCC 2020, Cherchez la logique !    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La trêve toujours pas respectée
Publié dans Le Temps le 13 - 10 - 2020

Des combats opposaient hier matin forces séparatistes arméniennes du Nagorny Karabakh et armée azerbaïdjanaise, en violation d'un accord de trêve humanitaire censé être en vigueur depuis samedi et négocié sous l'égide de la Russie.
Le ministre arménien des Affaires étrangères était lui à Moscou hier pour une rencontre avec le médiateur historique du conflit, le Groupe de Minsk de l'OSCE co-présidé par la Russie, la France et les Etats-Unis. Son homologue azerbaïdjanais avait participé à une réunion similaire la semaine passée à Genève.
Malgré l'échec de près de trois décennies de médiation, les diplomates veulent convaincre Arméniens et Azerbaïdjanais de revenir aux négociations, et de mettre un terme aux combats en cours, les plus meurtriers dans le conflit du Nagorny Karabakh depuis 1994.
Depuis Stepanakert, capitale séparatiste, un journaliste pouvait entendre dans la matinée les tirs d'artillerie provenant du sud-ouest de la république auto-proclamée. Mais contrairement aux nuits précédentes, la ville a été épargnée par les bombardements.
D'autres reporters, en Azerbaïdjan, entendaient eux le bruit sourd de l'artillerie depuis le district de Terter, situé au nord-est du Karabakh.
La trêve humanitaire, négociée à Moscou et qui devait notamment permettre un échange de prisonniers et de corps, aurait dû entrer en vigueur samedi midi, mais elle n'a jamais été respectée.
Après l'Union européenne et le pape dimanche, l'Iran, pays frontalier des belligérants, a "regretté les violations du cessez-le-feu" et a appelé hier "les deux parties à la retenue".
Comme à leur habitude depuis la reprise des combats le 27 septembre, les belligérants se rejetaient la responsabilité des hostilités et revendiquaient des succès sur le champ de bataille, invérifiables de source indépendante.
La réalité sur le terrain restait donc floue.
Le ministère de la Défense de l'Azerbaïdjan a affirmé hier sur Twitter que les forces séparatistes bombardaient les districts de Goranboy, Terter et Agdam et qu'elles étaient "exténuées" et en retraite dans la région de Hadrout.
Le centre d'information du gouvernement arménien a lui assuré que l'armée azerbaïdjanaise avait été repoussée, et qu'elle a subi "de lourdes pertes humaines et en équipement militaire".
Le Nagorny Karabakh, territoire majoritairement peuplé d'Arméniens, a fait sécession de l'Azerbaïdjan entraînant une guerre ayant fait 30.000 morts dans les années 1990. Bakou accuse depuis l'Arménie d'occuper son territoire, et les heurts armés y sont réguliers.
Les combats qui opposent depuis le 27 septembre les troupes séparatistes, soutenues par l'Arménie, et l'Azerbaïdjan sont cependant les plus graves depuis le cessez-le-feu de 1994.
La communauté internationale n'a eu cesse de s'inquiéter du regain de violence et d'appeler à faire taire les armes. Sans succès.
Près de 500 morts ont été comptabilisés, dont une soixantaine de civils, un bilan qui pourrait être en réalité bien plus lourd, l'Azerbaïdjan n'ayant pas révélé le nombre de ses militaires tués.
Chaque camp revendique aussi avoir tué des milliers de soldats adverses et accuse l'autre d'attaques délibérées contre des zones habitées.
L'Azerbaïdjan, qui a dépensé sans compter en armement ces dernières années et dispose du soutien de la Turquie, a prévenu que ses opérations militaires ne cesseront définitivement qu'en cas de retrait arménien du Nagorny Karabakh.
La crainte de la communauté internationale est de voir ce conflit s'internationaliser, Ankara encourageant Bakou à l'offensive et Moscou étant lié par un traité militaire à Erevan.
La Turquie est en outre accusée d'avoir envoyé des combattants pro-turcs de Syrie se battre aux côtés des Azerbaïdjanais, ce que Bakou dément.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.