Tunisie: Le juge Bechir Akremi nie en bloc les accusations portées contre lui et demande la levée du devoir de réserve    Barack Obama épingle plusieurs personnalités dans ses mémoires "Une terre promise"    Tunisie : Yassine Ayari poursuit la FTF à la FIFA    Tunisie : 14 000 signalements sur la violence contre la femme    Espérance de Tunis : Raed Fedaa s'excuse et prolonge son contrat    Tunisie : Le PLFC 2020 pourrait être discuté et adopté vendredi 27 novembre    Une excédent commercial de 157 MDT des produits de la pêche (janvier-septembre 2020)    Il y a des déchets nucléaires enterrés en Tunisie, assure Safi Said    DECES : Médecin général Mohamed Moncef Ben Moussa    Le 27 novembre, date de la plénière à l'ARP pour le vote de la LF complémentaire    A son tour, le champ de Guebiba victime du chantage des protestataires de Sfax    Projet Souk El Kahina : Appui à la petite agriculture en Tunisie    Sécurisation des dispositifs médicaux : Un hacker peut‐il vous briser le cœur?    Le digital et médiation culturelle : Des idées à revendre    Focus Business | Les projets public-privé sur la sellette    Moez Chakchouk prend la défense du projet du port Enfidha    Expatriés : La régularité de Dräger    NEWS | La filière clubiste pour l'UST    Equipe nationale | Une esquisse de bilan : Kebaïer n'est pas le vrai problème    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 24 Novembre 2020 à 11H00    Impact de la crise Covid-19 sur le secteur de l'hôtellerie : De lourdes conséquences sociales    Coronavirus: De nouveaux décès à Manouba    Contrepoint | Petite déduction, grosse vérité    Présidence de la CAF : l'intérim du Congolais Constant Omari prolongé    Ooredoo atteint 24 gouvernorats durant sa campagne de sensibilisation contre la propagation du Covid-19    Vers le lancement du programme de l'initiative économique des femmes "Raeda" dans sa nouvelle version    Kasserine : la vanne du champ pétrolier « Douleb » fermée par les sitinneurs    Donald Trump ordonne le transfert de pouvoir à Joe Biden    2846 cas confirmés en milieu scolaire depuis la rentrée    Les juges puis les cadres judiciaires, les grèves dans les tribunaux s'éternisent    Après les bouteilles de gaz, une pénurie de carburant à Sfax    Le mystérieux virus Chapare inquiète les scientifiques    LC Europe (poules / J4): les matches de ce mardi    Haikel Mekki-audio :" Le ministre des finances a présenté de fausses données à la commission des finances "    Météo | Légère hausse des températures et pluies sur la plupart des régions    Affaire des déchets italiens : Le réseau Tunisie verte menace de recourir à la justice internationale    Huit morts dans des tirs de roquettes    Pandémie, allégement de la dette et lutte pour le climat, en débat    Le court métrage "A moitié d'âme" propose une image qui interpelle le cœur dans une société où l'argent est le maître du monde    Des participants au dialogue libyen auraient reçu des pots-de-vin, l'ONU mène l'enquête    Voici les prix des vaccins anti-Covid-19    En vidéo, Enfin une nouvelle chanson pour la diva Amina Fakhet    Mes odyssées en Méditerranée | Siciliens de Tunisie – les Ciscardi : De la Sicile à la Tunisie, la route de l'espoir...    Fadhel Jaziri à La Presse : «Notre politique culturelle n'est plus articulée sur un marché»    France: Nicolas Sarkozy jugé pour corruption et trafic d'influence    Nouvel ouvrage de Sahraoui Gamaoun sur l'histoire et le patrimoine de sa ville natale Akouda    "Non à la Démolition", une campagne artistique virtuelle pour sauvegarder le bâtiment de l'Hôtel du Lac à Tunis    Gastronomie: "Couscous" et "Charfiya " vers l'inscription au patrimoine immatériel de l'humanité de l'UNESCO    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Treize civils tués en Azerbaïdjan, le président crie vengeance
Publié dans Le Temps le 19 - 10 - 2020

L'Azerbaïdjan a juré hier de «venger» la mort de treize civils dans le bombardement nocturne de Gandja, deuxième ville du pays, nouvelle escalade du conflit du Nagorny Karabakh entre Azerbaïdjanais et séparatistes arméniens.
Quelques heures avant les frappes sur Gandja, des tirs avaient visé la capitale des indépendantistes, Stepanakert, et la ville de Choucha, dont la majorité des habitants ont fui depuis le début des hostilités le 27 septembre.
Ces bombardements, ainsi que les combats sur la ligne de front, témoignent de l'impuissance depuis trois semaines de la communauté internationale. Depuis une semaine, un accord de trêve humanitaire négocié sous l'égide de Moscou n'a jamais été appliqué. Le chef du Pentagone Mark Esper et la ministre française des Armées Florence Parly ont insisté sur la nécessité d'arrêter les hostilités.
Le Nagorny Karabakh, majoritairement peuplé d'Arméniens chrétiens, a fait sécession de l'Azerbaïdjan, chiite turcophone, peu avant la dislocation de l'URSS en 1991, entraînant une guerre ayant fait 30.000 morts dans les années 1990. Un cessez-le-feu, émaillé de heurts, était en vigueur depuis 1994.
A Gandja, de nombreuses maisons ont été détruites par un pilonnage vers 03H00 locales (23H00 GMT vendredi) qui a tué, selon le procureur général, 13 civils, dont des enfants, et fait plus de 45 blessés.
«Nous allons nous venger sur le champ de bataille», a proclamé le président azerbaïdjanais Ilham Aliev dans un discours où il qualifié son ennemi séparatiste et son parrain, l'Arménie, tour à tour de «chien», fascistes» et de «bêtes sauvage».
Dans la ville, des résidents en larmes fuyaient dans la nuit, certains en pyjamas et pantoufles, ont constaté les journalistes.
«Toutes les maisons autour ont été détruites. Beaucoup de personnes sont sous les décombres», se lamente Roubaba Jafarova, 65 ans, devant les reste de sa maison.
Des dizaines de secouristes ont cherché des survivants à mains nues. Après quelques heures, une équipe a rassemblé des restes humains déchiquetés dans des housses mortuaires noires. «On ne peut pas identifier les corps, on ne sais pas si on arrivera à les identifier à la morgue. Ils sont tous en morceaux», dit, épouvanté, Mayil Chakhnazarov, 36 ans.
Ville d'environ 300.000 habitants, Gandja a été frappée à plusieurs reprises depuis le début du conflit, notamment dimanche lorsqu'un missile a fait dix morts.
Les séparatistes arméniens ont relevé hier que la ville abrite «des cibles légitimes»: base aérienne, état-major d'une brigade motorisé, forces spéciales, centre des opérations de la défense azerbaïdjanaise, dépôts de carburant de l'armée, et usines de munitions.
Ils ont accusé aussi l'Azerbaïdjan d'avoir attaqué durant la nuit les infrastructures civiles du Karabakh, nécessitant une riposte.
Stepanakert a été secoué par des explosions vers 22H00, 4H30 et 5H30, selon les journalistes. Une frappe a détruit notamment une partie du toit d'un centre commercial et, plus loin, les vitres de commerces et d'un immeuble d'habitation ont volé en éclats.
«Ce qui s'est passé là est insensé. Comment la communauté internationale peut être si indifférente!», s'emporte Gaïane Gharibian, une Arménienne de 45 ans, qui dormait au sous-sol et dont le mari est au front.
Sur le front, les combats ont continué aussi. Le président Aliev a annoncé hier matin la prise de nouveaux territoires, notamment Fizouli «ville occupée depuis trente ans par des bêtes sauvages».
Cette zone forme l'un des sept districts azerbaïdjanais dont les séparatistes ont pris le contrôle dans les années 1990 pour constituer un glacis de protection autour du territoire à proprement parler du Nagorny Karabakh.
L'Azerbaïdjan a fait des gains territoriaux ces trois dernières semaines sans pour autant avoir remporté de bataille décisive. Bakou n'a pas jusqu'ici révélé le coût du conflit, ne publiant aucun bilan militaire, matériel ou humain.
Les séparatistes affirment avoir tué des milliers d'hommes, reconnaissent avoir dû reculer mais affirmer «contrôler la situation». Officiellement, ils ont perdu environ 700 hommes, et la moitié des 140.000 habitants ont été déplacés.
Outre une potentielle crise humanitaire, la communauté international craint une internationalisation du conflit, la Turquie soutenant l'Azerbaïdjan. L'Arménie, qui soutient financièrement et militairement les séparatistes, est elle dans une alliance militaire avec la Russie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.