Le ministre de l'Intérieur effectue une visite d'inspection aux unités sécuritaires déployées à Tunis    Kaïs Saïed, Ons Jabeur, Najla Bouden… Les 5 infos de la journée    Kaïs Saïed ratifie la nouvelle Constitution    Bourse de Tunis : Le Tunindex confirme son trend haussier    Tunisie – Reprise des négociations sociales pour d'éventuelles majorations salariales    Tabarka : Un centre d'accueil pour les victimes de l'incendie    WTA Cincinnati 2022 : une journée couronnée de succès pour Ons Jabeur    Ons Jabeur qualifiée aux huitièmes de finale du Tournoi de Cincinnati    Saïda Garrach : des magistrats convoqués par téléphone pour les poursuites judiciaires    Steg : la vague de chaleur cause des coupures d'électricité    Monde-Daily brief du 17 août 2022: Ukraine : Erdogan et Guterres rencontrent Zelensky demain    Samir Saïed : l'économie tunisienne traverse une situation très critique    Nomination d'un nouveau Chef de cabinet du conseil de l'ISIE    Championnat arabe E-Sports (Valorant) : la Tunisie termine 1ère de sa poule    Tunisie: Une maladie hémorragique détectée chez les bovins    Coronavirus-Bilan du 15 août 2022: 2 décès et 199 nouvelles contaminations    Tunisie : 6 décès et 353 blessés en 24h    Construction de l'hôpital du Roi Salmane à Kairouan : le ministère de la Santé explique    Tunisie: Vers le lancement du Startup Act 2.0    Lotfi Abdelli : je ferme ma gueule, je vends mes affaires et je pars !    Agence de notation japonaise «Rating and Investment» : La note souveraine tunisienne passe à «B» avec perspectives négatives    Une députée a été interdite de renouveler son passeport selon le Courant démocrate    Le braconnage : Un crime organisé ?    Express    «Club de chant» de Cyrine Gannoun au Festival International de Hammamet : Une œuvre attachante    Programme TV du mercredi 17 août    DECES : Salem BEN KHALIFA    Le tout dernier téléphone de Huawei marqué par la plus longue durée de vie de la batterie – HUAWEI nova Y70 maintenant disponible en Tunisie    MEMOIRE : Feu Slim Mehdoui    Amical international : ce sera Algérie-Brésil en septembre !    Voici les 10 chansons les plus "likées" sur TikTok    Météo en Tunisie : Forte vague de chaleur, l'INM lance un appel à vigilance    L'USBG se prépare pour la demi-finale : La grande mobilisation    ESS | Annoncé sur le départ ces derniers jours : Zied Boughattas reste à Sousse !    Tourisme en Tunisie : Le nombre des touriste visitant Nabeul augmente de 60% en juillet    Néjib Belhedi se prépare pour une traversée dans l'océan parmi les requins    Tentative de meurtre Salman Rushdie: La lecture de Gilles Kepel    Lotfi Abdelli annonce l'annulation de tous ses spectacles    Monde-daily brief du 16 août 2022: Vladimir Poutine accuse les Etats-Unis de faire traîner le conflit en Ukraine    La Tunisie, championne d'Afrique en termes d'espérance de vie    La Fondation Arts & Culture by UIB rend hommage à M. Mohamed Ennaceur    Média Canadien : ''Le Québec doit boycotter le Sommet de la Francophonie en Tunisie''    Chiffre du jour : 657 migrants clandestins secourus en un seul week-end    Goethe-Institut Tunis & Central Tunis accueilleront l'exposition The Event of a Thread    Festival de Siliana "Zama Nights" revient pour une 45ème édition (programme)    Le ministère de l'Intérieur annonce des sanctions contre des syndicalistes sécuritaires    Sfax: 42 migrants égyptiens évacués par l'armée de mer    Gaza : Une guerre politique qui arrache des larmes au musicien Roger Waters    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A l'approche de la saison estivale, la banlieue-sud est déjà invivable
La vie dans la cité : Chiens errants et moustiques
Publié dans Le Temps le 23 - 05 - 2012

A l'approche de la saison estivale, la prolifération des chiens errants et l'invasion des moustiques constituent, chaque année, en cette même période, un problème majeur dans les villes de la banlieue sud (Hammam-Lif, Ezzahra, Radès,…) qui préoccupe les autorités municipales et incommode la vie des habitants.
La lutte contre ces deux problèmes qui nuisent à la santé des citoyens et à l'environnement ne s'effectue qu'en début de l'été dans ces municipalités de la banlieue sud, période où les conséquences néfastes (risques de la rage des chiens, piqûres de moustiques…) se font sentir, alors que cette lutte contre ces dangers devrait être une action permanente qui s'étend sur toute l'année.

Concernant les chiens errants, dont le nombre est de plus en plus croissant, les responsables municipaux ont procédé récemment à des campagnes visant surtout à tuer ces animaux abandonnés au moyen d'armes à feu, plutôt que de les capturer vifs pour les remettre à des maisons d'adoption animale. Quant à la lutte contre les moustiques, aucune mesure n'a jusqu'à présent été prise, et ce serait aberrant d'attendre jusqu'à l'été, sachant que pour empêcher l'invasion de ces bestioles nocives, les services municipaux auraient dû lancer leur campagne de démoustication dès le mois d'avril, en s'attaquant à la source du mal, à savoir les marécages, les étangs et les flaques d'eaux stagnantes, à travers des épandages et des pulvérisations d'insecticides pour éliminer ces moustiques encore à un stade larvaire. Malheureusement, cette action n'a pas eu lieu, vu les perturbations survenues dans l'exécution des différents projets communaux et le désordre qui a régné dans les différents services des municipalités de la banlieue sud depuis la Révolution.

Les villes de la banlieue sud, situées à proximité de Oued Méliane et d'autres cours d'eau où les eaux de pluie stagnent et deviennent une source de pullulement de moustiques, sont exposées chaque année, notamment en périodes des grandes chaleurs, à une invasion de ces bestioles nuisibles qui perturbe la vie des grands et petits. En l'absence de campagnes sérieuses, lancées en temps propice, pour lutter contre les moustiques, les pulvérisations d'insecticides effectuées par les autorités municipales à travers les artères de la ville ou dans les lieux marécageux pourraient s'avérer insuffisantes, voire inutiles, une fois les moustiques ont atteint l'âge adulte et sont devenus plus menaçants. C'est pourquoi, on voit de plus en plus les habitants qui, pour se prémunir contre les dangers de ces moustiques, ils dotent leurs portes et fenêtres de moustiquaires pour éviter les attaques, surtout nocturnes, de ces bestioles gênantes et dangereuses afin de passer un été paisible. Pour amortir les dégâts et se protéger contre les piqûres douloureuses de ces bestioles, d'autres accourent toutes sortes de solutions qu'ils peuvent trouver sur le marché (dispositifs à ultrasons, aérosols insecticides ou diffuseurs de liquide qui se branchent sur une prise électrique…), pour se débarrasser de ces ennemis nocturnes.

Pour revenir à l'autre problème menaçant – les chiens errants –, les municipalités interviennent généralement après coup, une fois les doléances des citoyens ont été présentées maintes fois. La solution jusque-là adoptées par les différentes municipalités consiste en l'organisation d'une battue, telle une partie de chasse, pour tuer les chiens errants. Or, il s'est avéré, d'après les témoignages de vétérinaires et des responsables d'association pour la protection des animaux, que cette méthode est inefficace, d'autant plus que la prolifération des chiens errants pourrait se prolonger suite aux accouplements survenus lors des saisons des chaleurs propres à ces animaux. Ainsi, une nouvelle génération de chiens errants voit le jour et le même problème perdure. La vraie solution pour ces vétérinaires consiste à capturer ces animaux en vue de les stériliser, un procédé très courant dans plusieurs pays européens, et les remettre dans la nature, au cas où ces bêtes ne seraient pas recueillis par des familles adoptives. D'ailleurs, la même procédure est appliquée sur les chats qu'on fait castrer et ramener dans la nature pour qu'ils ne se multiplient jamais ! De cette façon, le coût de la lutte contre ces animaux errant reviendrait moins cher que les battues qu'on organise chaque année pour tuer des animaux qui devraient être épargnés, ne serait-ce que par respect aux droits des animaux, défendus par les SPA dans le monde entier. Cette extermination pure et simple des animaux errants soulève aujourd'hui des polémiques entre autorités municipales ou gouvernementales et organismes protecteurs d'animaux. En attendant que la question soit tranchée, les habitants de la banlieue sud attendent qu'on agisse rapidement et efficacement pour qu'ils ne soient pas menacés par les chiens errants et qu'ils puissent dormir tranquillement durant les nuits estivales, sans être importunés par les moustiques !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.