Tunisie-BCT : Légère appréciation du dinar vis-à-vis de l'euro    CAN 2022 – Quarts de finale : Tunisie – Burkina Faso, où regarder le match en direct et en live streaming    Tunisair lance une nouvelle solution de paiment pour les passagers au départ de la France    Tunisie: La compagnie "EasyJet" programme 3 vols par semaine Genève Enfidha    CAN 2022 – Quarts de finale : Programme des quarts de finale, où regarder les matchs du samedi et dimanche    CAN (Quarts de finale) : les matches de ce samedi    Kasserine Mandat de dépôt à l'encontre d'un ancien gouverneur accusé de corruption    Tataouine: Saisie 42 500 paquets de cigarettes de marque étrangère    Noureddine Taboubi : La Tunisie n'est pas à vendre!    CONDOLEANCES    MEMOIRE : Hajja Khadija Bembla    Express    Les raisons de la dégradation de la note souveraine de la Tunisie : La solidité des finances publiques, le maillon faible    CAN 2021 : le classement final de la 9ème à la dernière place    CAN (1/4 de finale) : formation probable de la Tunisie contre le Burkina Faso    L'attaquant nigérian Kingsley Eduwo officiellement "sang et or"    [Tribunes] L'application du DAPS en Algérie sera FATALE pour l'exportation des produits tunisiens, craint Nafaa Ennaifer    Lecture des premiers résultats de la consultation nationale électronique : Tendance vers un régime présidentiel, des réformes politiques et une justice indépendante !    Tunisie-Covid: 13 décès et 8660 nouvelles contaminations en 24 h !    Pourquoi? | Cimetière mal entretenu    Avec l'apparition du variant BA.2 : L'épidémie de Covid-19 touche-t-elle à sa fin ?    Rached Ghannouchi écope d'une amende de 10 mille dinars    30 migrants portés disparus au large de la Tunisie    Tabboubi: Aucune partie ne peut délimiter le champ d'action de l'UGTT    Bizerte-Agriculture: Hausse de 12% de projets financés en 2021    Ouverture d'une procédure judiciaire à l'encontre de Abdelmajid Ezzar    Météo : Temps nuageux et températures en baisse, ce samedi    Tunisie : Ghannouchi rencontre une délégation de l'Alliance Civile Nationale    Taboubi : nous voulons un dialogue participatif des forces républicaines    Russie-Ukraine : Macron réussit là où Biden a lamentablement échoué    Un plan terroriste dans une région touristique déjoué    Tunisie : La Tunisie classée rouge par...    Bourses de création : Appel à projets aux artistes tunisiens    Coronavirus : Le Maroc rouvre son espace aérien    Don algérien de 1 million de doses de vaccin anti-Covid-19 à la Tunisie    EN : Kebaier et Ben Romdhane remis du Coronavirus !!    Messenger vous dira quand quelqu'un prend une capture d'écran d'un chat    Tunisie : Du nouveau concernant Imed Trabelsi    CAN 2021 | Quarts de finale Tunisie-Burkina Faso – Demain soir (20h00) : Au gré du covid !...    Adel Megdiche, le peintre qui s'en va avec son monde    Décès de l'artiste peintre Adel Megdiche    Attaque du Capitole: Donald J. Trump entre le marteau et l'enclume    Ukraine: Un soldat tue cinq de ses collègues avant de s'enfuir    César 2022 : l'acteur Sami Oitalbali nominé pour le César du meilleur espoir masculin    salon des créateurs MOOD TALENT: 6e anniversaire du 4 au 6 février 2022 à l'hôtel Dar El Marsa    Le chanteur Florent Pagny annule sa tournée à cause d'un cancer, sera-t-il présent à The Voice?    Google Doodle rend hommage à l'actrice Egyptienne Souad Hosni, la Cendrillon du monde arabe    Exposition au musée de l'Institut du Monde Arabe : Slimen Elkamel à cœur ouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Publié dans Le Temps le 30 - 03 - 2010

L'application de la loi anti-tabac est entrée en vigueur depuis vendredi 19 mars 2010. Il s'agit du décret émanant du ministre de la santé publique numéro 2611 de l'année 2009 qui complète le décret 2248 de l'année 1998 qui, lui, fixe les lieux publics où il est interdit de fumer, notamment les cafés et les restaurants et qui vise à protéger les fumeurs passifs et interdire toute publicité de tabac.
Toutes les mesures susceptibles de mener à bien les dispositions de ces décrets ont été arrêtées pour partir du bon pied et on espère bien que toutes les parties concernées s'impliqueront efficacement pour aboutir aux objectifs escomptés.
Les personnes qui fréquentent les lieux publics concernées par la nouvelle loi sont généralement des gens adultes chez qui la prévalence du tabagisme reste élevée (45%). Elles sont plus ou moins conscientes des méfaits du tabac et ont une certaine disposition à observer les règlements en vigueur. Ces fumeurs auront certes besoin d'un certain temps pour s'adapter à cette nouvelle loi, quitte à commettre durant les premiers jours quelques infractions, par inadvertance ou par oubli, mais ils s'habitueront à éteindre leur cigarette avant d'entrer dans un lieu public ou choisiront d'aller dans les espaces réservés aux fumeurs. Les débuts sont toujours difficiles ! Le ministère de la Santé publique n'aura peut-être pas l'effectif nécessaire d'agents ni les moyens suffisants pour contrôler régulièrement et efficacement ces lieux ; ce sont plutôt les propriétaires et les gérants des cafés et des restaurants qui devraient veiller à l'application de cette loi anti-tabac.
En milieu scolaire, le tabac gagne du terrain Cependant, la sensibilisation et l'information sur le tabagisme et ses méfaits doivent se poursuivre et se concentrer désormais sur les établissements scolaires et universitaires où l'usage de la cigarette prend de l'ampleur parmi les collégiens, lycéens et étudiants, aussi bien filles que garçons. Les études réalisées sur le tabagisme montrent que 35,5 % des jeunes de 20 ans et plus sont fumeurs et que 55,8 % des garçons et 17,7 % des filles ont au moins goûté une fois au tabac. De même, une enquête nationale sur la santé des adolescents et des jeunes scolarisés montre que le milieu scolaire est de plus en plus affecté par ce fléau révélant que 5,8 % de fumeurs appartiennent à la tranche d'âge allant de 12 à 14 ans (élèves de collèges) et que 80 % des élèves des classes terminales sont des fumeurs (lycéens). Un constat on ne peut plus alarmant ! Quoique la majorité de ces élèves soient conscients des effets néfastes de la cigarette sur leur santé, ils continuent à fumer, car la cigarette demeure, à leurs yeux, un symbole de virilité chez les garçons et de liberté et d'égalité chez les filles. Une telle mentalité qui sévit parmi la majorité des jeunes doit changer, d'autant plus qu'il s'agit d'un danger évident et que leur santé et leur avenir sont en jeu. Les conclusions qu'on peut tirer des conversations tenues avec ces jeunes fumeurs peuvent se résumer ainsi : c'est en général entre 12 et 14 ans qu'un élève goûte pour la première fois au tabac, que tout commence par un souci d'indépendance qui se transforme aussitôt en une dépendance complète de la cigarette et que certains se contentent de quelques cigarettes par jour alors que d'autres atteignent jusqu'à 10 à 15 cigarettes, surtout ceux des classes terminales qui peuvent fumer davantage à l'approche des examens. Un budget de plus en plus considérable est consacré par ces jeunes scolarisés à l'achat des cigarettes qu'ils se procurent auprès des kiosques installés devant et aux alentours des établissements scolaires.
Pour une meilleure sensibilisation en milieu scolaire Les chiffres cités ci-haut pourront « grossir » davantage si des campagnes de sensibilisation au sein des établissements (collèges, lycées et universités) ne sont pas lancées et poursuivies à longueur d'année. Les élèves constituent la tranche d'âge où l'on a le plus besoin d'encadrement et de conseil. Selon les experts en la matière (médecins, psychologues et sociologues) qui confirment tous la dangerosité du tabac pour la santé de l'individu, la lutte contre ce fléau doit se faire dès la première enfance au sein même de la famille où les parents doivent assumer leur responsabilité dans la sensibilisation aux méfaits de la cigarette. Le début de l'adolescence est aussi la période la plus importante pour la prévention du tabagisme. A cette période où les enfants commencent à chercher leur autonomie et à s'éloigner un peu de l'autorité parentale, l'école et la société doivent assumer leur rôle dans l'information et la communication en vue d'éclairer ces jeunes adolescents sur les conséquences néfastes du tabagisme. Les cours de sciences naturelles, les clubs scolaires relatifs aux activités scientifiques, culturelles et sportives sont des lieux propices pour mener des campagnes de sensibilisation destinées à la lutte contre le tabac en milieu scolaire. Le ministère de l'Education et celui de la Santé devraient faire périodiquement l'état des lieux dans tous les établissements pour dresser un bilan clair sur la prévalence du tabagisme en milieu scolaire, ce qui déterminera la nature des mesures à prendre pour du moins endiguer, sinon éradiquer, ce fléau chez nos élèves.
Il y a toujours des solutions Pour ce faire, les spécialistes dans la lutte contre le tabac en milieu scolaire préconisent un tas de mesures destinées à faire prendre conscience des risques encourus par les élèves fumeurs. Parmi ces solutions, il faut préparer les élèves dès l'école primaire, à travers les programmes et les activités scolaires, à être prédisposés à dire non à la cigarette pour qu'ils restent non fumeurs ; il faut surtout offrir aux élèves un environnement qui les aide à choisir de ne pas fumer : le corps enseignant doit en donner l'exemple, car un enseignant ne saurait convaincre ses élèves de la nocivité du tabac alors que lui-même fume pendant le cours ! Il faut faire de sorte que les perceptions et les idées positives portées sur la cigarette par les élèves (virilité, indépendance, liberté…) soient chassées de leurs esprits, moyennant des conférences données par des spécialistes, des films documentaires, des panneaux de publicités affichées dans les classes et l'enceinte de l'établissement…, tout cela permettrait de montrer aux élèves que le tabagisme n'est pas aussi bien perçu qu'ils le pensent généralement. Toujours est-il que de telles initiatives doivent se poursuivre à longueur d'année et sans relâche pour que les élèves reçoivent le message et l'assimilent bien et, partant, ils changeront leurs attitudes vis-à-vis du tabagisme.
Hechmi KHALLADI


La loi anti-tabac est bel et bien entrée en vigueur -Qu'a-t-elle prévu pour le tabagisme en milieu scolaire ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.