Tunisie – AUDIO : Le ministre de l'économie a commis une faute grave en induisant sciemment en erreur les députés ?    Tunisie – Sept décès au covid en une journée à Nabeul    Fitch Rating baisse la perspective de la Tunisie de "stable" à "négative"    Tunisie : Historique ! une femme à la tête du Club olympique des Transports    Tunizi, le dataset pour comprendre le dialecte tunisien    Comment perdre du poids sans nuire à sa santé?    Le marché boursier termine la séance sur une note quasi-stable    Une étude analytique de 86 textes de loi sur l'approche du genre, recommande l'élimination de la discrimination entre les sexes sur les lieux de travail    Contre les insultes à l'ARP, Hassouna Nasfi propose une motion    Pour Taoufik Hasnaoui, la diplomatie tunisienne vit une crise    Le groupe PDL présente un projet de motion pour classant les Frères Musulmans, organisation terroriste    Le médicament de la langue bleue sera disponible l'année prochaine    Epson désigne des «chasseurs d'idées reçues» pour déconstruire les mythes sur les imprimantes Jet d'Encre    Méchichi va-t-il céder au chantage de « son matelas » ?    «J'allais faire une véritable révolution au sein de l'administration pour la moderniser»    Pandémie, allégement de la dette et lutte pour le climat, en débat    Huit morts dans des tirs de roquettes    Les terribles conditions de vie des réfugiés éthiopiens    Le court métrage "A moitié d'âme" propose une image qui interpelle le cœur dans une société où l'argent est le maître du monde    Le Tunisien Ali Bennaceur, dans l'interview souvenir de Diego Maradona    Les musulmans doivent respecter les lois ou ''quitter la France''    Le ministre des Finances nous a induit en erreur, déclare Heykel Mekki    Tunisie : Kais Saïed remet les lettres de créances à quatre nouveaux ambassadeurs tunisiens    Accusations échangées entre deux magistrats : L'ordre judiciaire se réunit mardi    Les journalistes entament une série de mouvements de protestation    Arwa Mrad hisse le drapeau tunisien au sommet le plus haut d'Afrique    Ali Abbès nommé chef du contentieux de l'Etat Tunisienne    Des participants au dialogue libyen auraient reçu des pots-de-vin, l'ONU mène l'enquête    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 23 Novembre 2020 à 11H00    Voici les prix des vaccins anti-Covid-19    FIFA : Ahmad Ahmad suspendu pour 5 ans    Tunisie [Vidéo]: Pénurie de gaz, rassemblement de protestation des taxis à Sfax    Tunisie : Interruption de la circulation routière dans ces zones à cause des intempéries    La pandémie, une opportunité pour l'e-recrutement !    En vidéo, Enfin une nouvelle chanson pour la diva Amina Fakhet    Grand-Tunis | Reprise des cinq prières dans les mosquées à partir d'aujourd'hui    Tunisie-Météo : Pluies orageuses sur la plupart des régions    Mes odyssées en Méditerranée | Siciliens de Tunisie – les Ciscardi : De la Sicile à la Tunisie, la route de l'espoir...    Fadhel Jaziri à La Presse : «Notre politique culturelle n'est plus articulée sur un marché»    Les indiscrétions d'Elyssa    Par Amine Ben Gamra : La Tunisie face à un risque systémique majeur causé par la crise sanitaire    Tunisie : Les journalistes portent les brassards rouges ,à partir d'aujourd'hui, pour défendre leurs droits    D'un sport à l'autre    France: Nicolas Sarkozy jugé pour corruption et trafic d'influence    Votes d'outre-tombe*, ou, quand les morts comptent triple**    Nouvel ouvrage de Sahraoui Gamaoun sur l'histoire et le patrimoine de sa ville natale Akouda    "Non à la Démolition", une campagne artistique virtuelle pour sauvegarder le bâtiment de l'Hôtel du Lac à Tunis    Gastronomie: "Couscous" et "Charfiya " vers l'inscription au patrimoine immatériel de l'humanité de l'UNESCO    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Portrait d'un homme exceptionnel
Livre - «Habib Bourguiba, le bon grain de l'ivraie» de Béji Caïd Essebsi
Publié dans Le Temps le 23 - 03 - 2011

Habib Bourguiba, leader, combattant suprême, premier président de la Tunisie indépendante. Béji Caïd Essebsi, plusieurs fois ministre sous le régime de Bourguiba, actuellement chef du gouvernement après la Révolution, a connu sous Ben Ali, un long désert politique au cours duquel il a eu le loisir de rédiger un livre de 500 pages sur ce compagnon de route pas ordinaire.
Dans cette biographie exemplaire, l'auteur révèle des aspects peu connus de la personnalité de Bourguiba en prenant le recul nécessaire pour brosser au plus près, le portrait de l'homme, du leader et du président et lever le voile sur certaines parts d'ombre de sa vie politique et privée.
Le livre est truffé de témoignages et d'anecdotes depuis les années de braise jusqu'aux funérailles en passant par la dissidence de Ben Youssef, l'accord mort- né d'union tuniso-libyenne, la relation de Bourguiba avec l'islam ainsi que d'autres moments importants de son règne dont Béji Caïd Essebsi était le témoin privilégié.
Peu complaisant, tantôt admiratif et tantôt sévère, l'écrivain trace le destin de l'auteur du Code du Statut Personnel, son audace et la célérité avec laquelle il a entrepris cette réforme : « Si cette réforme n'est pas réalisée maintenant, elle ne pourra peut-être plus jamais être réalisée et je ne suis pas sûr de pouvoir moi-même la réaliser encore dans six-mois » (dixit Bourguiba p. 60). « C'est une leçon de méthode », explique Caïd Essebsi, mieux une « praxis politique ». Le CSP restera dans l'histoire de la Tunisie et du monde arabe comme une première sans précédent devenu un acquis irréversible, tout comme la généralisation de l'enseignement qui a permis aux Tunisiens sans distinction d'aucune sorte de s'instruire.
Sur le plan privé, le Combattant Suprême était entouré de deux femmes influentes : Wassila Ben Ammar et Saïda Sassi. La première, Wassila Ben Ammar, qu'il a épousée en secondes noces et avec laquelle il n'a pas eu d'enfant, il en était amoureux. L'auteur du livre la décrit comme une femme « attirée par le pouvoir qui [tenait] à être informée de tout avant tout le monde. Omniprésente dans le Palais, elle a régné pendant presque trente ans … Il est vrai qu'elle avait tendance à intervenir en tout, même si on exagère souvent son rôle dans telle ou telle décision prise par son mari. » (p. 385)
La deuxième, Saïda Sassi, sa nièce, qui a occupé sa vie après son divorce avec Wassila, elle apparaît dans l'ouvrage comme « une femme inculte et rustre, que l'on surprenait parfois traversant les salons du Palais de Carthage nus pieds, ses chaussures à la main, ce que Wassila ne ratait aucune occasion de lui rappeler » (p. 276-277). Elle régnera sur le Palais de Carthage et pèsera de tout son poids sur les décisions du pays et la nomination des ministres. Béji Caid Essebsi ne cache pas sa haine pour cette femme car il a été victime de l'une de ses conspirations.
Caïd Essebsi montre ce qu'est le bourguisme qui se fonde selon lui sur des « valeurs de liberté, de dignité et de responsabilité... » (p. 398). Cette école politique baptisée bourguisme, se fonde selon l'auteur du livre sur cinq facteurs : « Le premier : la tunisianité, l'attachement à la personnalité tunisienne dans ses spécificités... Le deuxième : la vertu médiane, rejet de l'extrémisme politique, idéologique et religieux... Le troisième : la progression par étapes, dans la lutte pour l'indépendance, l'édification de l'Etat moderne et la réforme de la société... Le quatrième : l'attachement à la légalité internationale et le cinquième : une somme de vertus et de règles de bon sens (faire prévaloir la raison sur la passion, faire prévaloir l'essentiel sur l'important, la persévérance dans l'effort ; la patience et le long souffle, le rapport du progrès à la science et à la technologie, clés de l'essor du monde occidental et enfin, la valeur du travail et de l'effort ; la devise du Parti est un appel à élever le travail au rang d'une valeur ». (p. 404-405)
« Habib Bourguiba : le bon grain de l'ivraie » est un livre de référence bien documenté qui fournit des témoignages francs sur les années Bourguiba et met en lumière les lignes de force de sa politique. Les illustrations en noir et blanc et les annexes sont d'une grande richesse et apportent un éclairage supplémentaire sur ce grand chef d'Etat. Un livre pour la mémoire écrit dans un style aéré et agréable à destination de tous les publics.
Inès Ben Youssef
___________
«Habib Bourguiba : le bon grain de l'ivraie»
De Béji Caïd Essebsi
Sud éditions Tunis


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.