Scandaleux : Déversement des eaux polluées dans tous les barrages du nord-ouest    Les propriétaires des véhicules RS appelés à régulariser leurs situations au plus tard le 31 mars    Google célèbre la journée internationale des droits de la femme (Vidéo)    Enquête de la CPI sur les crimes commis par Israël depuis 2014 : L'intervention de la Cour de La Haye, ligne rouge pour Washington    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 08 Mars 2021 à 11H00    Représentativité des femmes dans les parlements : l'ARP est 77ème à l'échelle mondiale    La comédie musicale "Alice" en avant-première le 13 mars 2021 au Théâtre de l'Opéra    Le festival "Tricky Women" débarque pour la première fois en Tunisie    Ambassadeur Sahbi Basly : Un diplomate atypique, célébré (Album photo)    Houcine Benayada (ESS) convoqué en sélection algérienne    Souad Ben Abderrahim, maire de la Ville de Tunis, à La Presse : « 2.500 immeubles menaçant ruine représentent un réel danger ! »    Journée internationale de la femme : L'appel de la CGTT    La Tunisie croule sous les déchets : La campagne "Tunisie sans déchets" pourrait-elle faire la différence ?    Tunisie-Tunisair : Un atterrissage d'urgence d'un avion à destination de Lyon    Les indiscrétions d'Elyssa    D'un sport à l'autre | Khouloud Halimi met le cap sur l'Allemagne    Ligue 2 | 6e journée – Groupes 3 et 4 : Le réveil de l'ES Zarzis    Affaire CS Chebba : Le fait accompli !    Tunisie- 8 Mars: Une Journée internationale des droits des femmes sous le signe du coronavirus    Tunisie : Des associations et organisations revendiquent la libération de Rania Amdouni    Tunisie – Météo: Pluies éparses sur la plupart des régions    Les ministères du Tourisme et de l'Environnement la main dans la main pour la propreté    « Du pain et des roses » à l'origine de la journée internationale de la Femme    Najd Khalfaoui : Nadia Akacha fait usage de fuites !    18e Sommet de la Francophonie oblige, Djerba attire toutes les attentions    Un annuaire des associations oeuvrant dans le secteur de l'artisanat    Tunisie : Suspension des cours à Sbeitla, les précisions du gouverneur de Kasserine    Tunisie: Daily brief du 8 Mars 2021    Un droit fondamental, un devoir citoyen    Les projets bloqués dans le gouvernorat de Siliana discutés à La Kasbah    Les héros de l'opération Ben Guerdane : Le Colonel Mahjoubi, en première ligne    L'aéroport Djerba-Zarzis pourra bientôt accueillir les des gros avions    Le ministre des Affaires sociales félicite la femme tunisienne    Tunisie [Audio]: Déclaration après match Olympique de Béja et AS Rejiche    Covid-19 : 34 décès et 676 contaminations enregistrés le 6 mars 2021    Le nouveau cheval de bataille de l'Union pour la Méditerranée    Tunisie-Ligue 1 (J16): les matches de ce dimanche    M'Dinti, un GIE à La médina de Tunis: Pour une régénération urbaine    La transition immobile: Panorama haute définition de la décennie 2011-2020    Ibn Khaldoun très vite débarbouillé    Londres s'inquiète des recrutements d'adolescents    En Tunisie, une parodie de gouvernance    Un mort dans des manifs de soutien à l'opposant Ousmane Sonko    Nouveau volet de sanctions américaines    Othman Babba dans la ville    Arrestation d'un homme ivre dans un cimetière : le vrai du faux    Vernissage de la Biennale de l'art, exposition caritative sous le thème du " Pop Art "    L'OMS félicite le Maroc pour ses performances dans la campagne de vaccination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les priorités de l'approche tunisienne
Santé - Lutte contre le VIH-SIDA
Publié dans Le Temps le 02 - 07 - 2011

Il existe en Tunisie 1500 cas de VIH-SIDA, récences auprès des différentes composantes de la société, hommes, femmes, utilisateurs de drogues injectables, hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, travailleuses de sexe… selon les statistiques de l'an 2010. Ce chiffre n'est pas a priori alarmant, sachant que la prévalence de la maladie est de 0,01 %. Toutefois, la prévalence calculée sur l'estimation devient plus importante, car elle se multiplie par trois, soit, 0,03 %.
Ce sont les cas non déclarés et/ou non détectés qui font que le VIH-SIDA représente plus de risque sur la population tunisienne, essentiellement celle ayant un comportement à risque (rapports sexuels non protégés, drogues injectables…). Au-delà des chiffres, le travail de la Société civile, du ministère de la Santé publique et des Organisations internationales, dont le Fonds Mondial de Lutte contre le SIDA, la Tuberculose et le Paludisme touche autres aspects, dont la prise en charge des personnes vivant avec le VIH (PVVIH), la prévention de la transmission du virus, le dépistage, et la mobilisation de plusieurs acteurs de la société…Ces points ont fait d'ailleurs, l'objet de la 1ère table ronde des cercles de la population et de la santé de la reproduction organisée hier, par l'Office National de la Famille et de la Population (ONFP) à son siège. Un sujet toujours d'actualité, la lutte contre le VIH-SIDA, la lutte contre la stigmatisation des PVVIH et la sensibilisation par rapport aux risques de sa transmission préoccupent les acteurs dans le domaine. Ils considèrent que beaucoup reste à faire en la matière.
Dépistage anonyme
Le professeur Ridha Kamoun, président de l'ATL-MST-SIDA, section Tunis parle des priorités sur lesquelles il faut mettre l'accent, dont la promotion des centres de dépistage anonyme et gratuit (CDAG) toujours méconnus auprès des jeunes et des adultes. A rappeler dans ce cadre que nous comptons 25 centres dans 18 gouvernorats. « Nous n'avons pas toutefois, atteint notre rythme de croisière en la matière », déclare M. Khaled Kheireddine, coordinateur du programme de Coopération avec le Fonds Mondial de Lutte contre le SIDA, la Tuberculose et le Paludisme en Tunisie. Autres lacunes sont également à noter comme l'accès des populations à haut risque (Hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, utilisateurs de drogues injectables, travailleuses de sexe) à des services adaptés. Il s'agit d'ailleurs de l'une des priorités qui doivent figurer dans les plans d'intervention arrêtés par les autorités et ce en plus de « la lutte contre la stigmatisation et la discrimination ».
Accompagnement
Ce n'est pas tout, il est toujours essentiel d'améliorer l'accompagnement des malades au niveau de la prise en charge médicale sans oublier « l'amélioration de l'accessibilité au préservatif » et de le rendre surtout « acceptable ». D'ailleurs, la prochaine stratégie nationale qui sera fin prête dans un mois, et qui sera présentée au Fonds Mondial de Lutte contre le SIDA, la Tuberculose et le Paludisme pour la période (2012-2016) sera basée sur deux axes entre autres, « la promotion du préservatif », annonce M. Kheireddine signalent que «nous sommes loin de cet objectif ». « Une stratégie sera élaborée pour avoir l'appui du ministère par rapport à cet axe tout en impliquant le secteur privé qui doit avoir sa place », ajoute le coordinateur du programme. Objectif : « rendre le préservatif à la disposition de tout le monde ».
M. Kheireddine met aussi l'accent sur la lutte contre la stigmatisation. La nouvelle Tunisie doit prendre en considération ce point pour assurer les mêmes conditions de vie à tous les citoyens. Il faut garantir les droits humains de cette population victime même d'exclusion et de discrimination sociale. Il s'agit d'ailleurs « des obstacles majeurs à la réalisation de l'accès universel au traitement », selon M. Lassaad Soua, du groupe thématique des Nations Unies en Tunisie sur le VIH SIDA.
Un travail de longue haleine, la lutte contre le VIH-SIDA implique l'engagement des acteurs de la société civile ainsi que les autorités concernées. C'est aussi une question de conscience personnelle. Réduire les risques de transmission du virus en adoptant un comportement correct relève de la responsabilité des individus toutes franges sociales confondues.
Sana FARHAT

Pr Ridha Kamoun, président de l'ATL-MST-SIDA, section de Tunis
«Après le 14 janvier, le travail est plus difficile»
Améliorer l'accessibilité au préservatif pour le rendre acceptable, le banaliser auprès des adultes et des jeunes ayant des rapports sexuels non protégés, c'est l'un des objectifs de la société civile et du ministère de la Santé publique. Il s'agit certes d'un grand travail à effectuer pour mieux protéger les individus contre les risques de transmission du VIH. Mais, cette orientation se voit-elle menacée par la montée du phénomène du Salafisme, incapables d'accepter l'autre, ses idées et surtout sa différence ? Après les événements qui se sont produits le weekend dernier à la salle du cinéma AfricArt suite à la projection du film de la réalisatrice Nadia Fani, « Ni Allah, Ni Maître », le travail de la société civile dans le domaine de sensibilisation et de l'information sur les risques des rapports sexuels non protégés s'annonce plus ardu et compliqué. Ces acteurs habitués à distribuer des préservatifs dans les grandes manifestations et dans les espaces publics lors des campagnes de sensibilisation tout en incitant les jeunes à se protéger lors des rapports sexuels risqueraient de leur côté d'être victimes de violence. Pouvons-nous dire que la donne a changé et que le travail sera plus risqué ?
En fait « la situation est plus dure », répond le Pr Ridha Kamoun, président de l'ATL-MST-SIDA, section de Tunis. «Après le 14 janvier, le travail sera plus difficile, et nous en sommes conscients », ajoute-t-il. Reste, « il faut savoir prendre le risque », ajoute le Pr Kamoun tout en parlant de la liberté d'expression mais « sans violence ». « Ils ont leurs raisons, nous les tolérons et nous essayons de les convaincre par notre travail si c'est possible ».
S.F

Et la sensibilisation des réfugiés à Ras Jedir ?
Nul ne peut nier que la sensibilisation des réfugiés à Ras Jedir quant aux risques de la transmission du VIH fait défaut. En fait, le Croissant Rouge Tunisien a eu de vraies difficultés pour mener des actions de sensibilisation et d'information dans le camp « surtout au début de l'accueil de cette masse de réfugiés ». Actuellement, « une stratégie est en train d'être préparée pour focaliser sur la prévention, l'information et la sensibilisation de cette population », annonce une représentante de Croissant Rouge Tunisien lors du débat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.