Tunisie : Reprise du lancement du projet de délivrance d'un passeport et d'une carte d'identité biométriques    Kasserine : Deux mandats de dépôt en prison contre le directeur de l'usine de chaux et un employé    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    Tunisie : Libération de l'avocate accusée d'avoir agressé un agent de sécurité à l'aéroport de Djerba Zarzis    La bourse de Tunis renoue avec les pertes    CAN 2021 : Où regarder les 4 matches de mardi ?    Najla Bouden reçoit Slim Hentati et Faouzia Yacoubi    Libération de Mustapha Khedher    CAN 2021 – Gr A : Le Burkina Faso décimé mais qualifié aux 1/8    France : Une autre grève générale qui tombe au plus mal pour Macron    Fermeture des écoles : Un membre du Comité scientifique tranche    Libération de Seif Eddine Makhlouf et Nidhal Saoudi    Autos-Renault: Les ventes de voitures en chute libre depuis 3 ans    Bientôt un "programme sport pour tous au sein des administrations tunisiennes"    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Coronavirus : Le PDG de Pfizer annonce une bonne nouvelle    Expo Dubai : 2e plainte contre le Cepex, cette fois Kais Saied devra taper    La toile émue à la vue de musiciens tunisiens quitter le pays à bord du même avion    Maroc – Allemagne : Vers la réconciliation ?    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Hichem Djaït aux yeux de ses contemporains    Tunisie-officiel : Levée de la Résidence surveillée sur deux personnes    Tunisie – Sonede : Perturbation de la distribution de l'Eau dans le Grand Tunis    Le film 'STREAMS' de Mehdi Hmili projeté en Tunisie dès le 19 janvier (B.A. & Synopsis)    Covid-19 | Nabeul : 901 cas détectés dans le milieu scolaire    Covid-19 : Décès d'une élève, les détails    Autos-Maroc: La marque au lion bat son record de vente en 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 17 Janvier 2022 à 11H00    CAN 2021 | Groupe F, 2e journée – Tunisie-Mauritanie (4-0) : Une si belle réaction !    La Tunisienne Sonia Ben Ammar ''heureuse'' de représenter ses origines    Les indiscrétions d'Elyssa    Tribune | La crise de l'art contemporain, un problème de discours ou de pratique ?    Tunisie : Taux de remplissage des barrages à près de 50%    Bechr Chebbi :'' Israël gérait la sécurité et l'armée lors de la manifestation du 14 janvier ''La réponse de Khalifa    Tunisie-coronavirus : La plupart des hospitalisés sont des non-vaccinés    JSK : On ne chôme pas...    NEWS | Sadok Selmi pour Cameroun-Cap Vert    Insecte tueur de cactus : Un danger qui guette des milliers d'hectares...    Express    Météo: Températures en légère hausse pour ce lundi    Tunisie : Un capitaine de la garde nationale retrouvé pendu, son avocate balance des dossiers    Open d'Australie : Ons Jabeur déclare forfait    La baguette magique de « Soumoud » pour sauver la Tunisie !    Arts plastiques | Thameur Mejri au musée d'art contemporain de Lyon    Secousse tellurique à Gafsa    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La zone verte où sont incinérées les ordures
Environnement - Ezzahra : charges et Décharge
Publié dans Le Temps le 07 - 08 - 2011

Sur la route MC33 qui relie Radès à Ezzahra se trouve depuis plusieurs années une décharge publique de poubelles, à l'entrée de la ville d'Ezzahra, où sont déversées quotidiennement des tonnes d'ordures ménagères. Par le passé, cette décharge n'était pas nuisible, d'autant plus qu'elle faisait partie d'une zone agricole presque inhabitée. Mais voilà que cette zone a changé de vocation pour devenir une zone d'habitation.
Ainsi, plusieurs quartiers ont vu le jour tout autour de cette décharge et les habitants commencèrent peu à peu à se déranger par la présence de cette décharge de poubelles qui dégageaient des odeurs nauséabondes. Rappelons que les autorités municipales ont décidé il y a 2 ou 3 ans de fermer cette décharge. Aussi a-t-on dressé une clôture avec des pancartes interdisant au public le dépôt d'ordures ménagères ou des déchets industriels, étant donné que cet espace est devenu, selon le dernier plan d'aménagement, une zone verte.
Mais cette décision, pourtant bien accueillie par les riverains, n'a pas été observée scrupuleusement, vu que certains citoyens trouvent toujours un moyen pour déverser leurs déchets, souvent pendant la nuit profitant de l'absence des gardiens municipaux. Mais ce qui est paradoxal, c'est que, au lieu de renforcer la surveillance de cette décharge, la Municipalité d'Ezzahra, a repris depuis janvier 2011, juste après la Révolution, le dépôt d'ordures dans cette décharge, au grand dam des habitants des quartiers avoisinants. Non seulement l'amoncellement d'ordures vient polluer les lieux, ce qui suscite l'inquiétude grandissante des habitants, mais le recours à la combustion de ces déchets par les autorités municipales en y mettant à chaque fin de journée le feu aux ordures met les riverains dans une situation insupportable. Chaque jour, des nuages de fumée suffocante s'éparpillent dans l'air, au gré des vents, dus à l'incinération sauvage des déchets sans aucun respect aux règles suivies dans ce genre d'opération, provoquant ainsi la propagation durant plusieurs heures des odeurs de fumée et des résidus de la combustion. Et dire que cette incinération n'est pas souvent contrôlée, au point de dégénérer en un véritable incendie nécessitant l'appel de la protection civile pour éteindre le feu.
Il est à signaler que vu la proximité de cette décharge municipale des zones d'habitation, l'environnement et la santé des habitants sont menacés. D'autant plus que les ordures ménagères sont déversées dans cette décharge pêle-mêle sans avoir procédé à une collecte sélective préalable, sachant que les ménagères ne font pas de tri avant de jeter leurs poubelles pleines de différents déchets et il n'existe pas à Ezzahra de conteneurs de différentes couleurs pour y déposer séparément les ordures ménagères, les objets toxiques, en verre ou en plastique et les appareils électroniques… Les fumées dégagées de l'incinération sauvage risquent de causer des maladies aux habitants du voisinage, sans compter les préjudices portés à l'environnement et à la nature, compte tenu des émanations de gaz provenant de la décomposition des déchets de tous genres. Vous serez sans doute étonné d'entendre que cette décharge municipale se trouve sur l'Avenue de l'Environnement de cette ville qu'elle longe sur une distance d'au moins un kilomètre ! Les automobilistes qui empruntent le MC 33, devenu une route très fréquentée depuis quelques années, se trouvent gênés à leur passage par les fumées noires et épaisses dégagées de cette décharge, ce qui pourrait provoquer des accidents de circulation.
Les résidents établis dans cette zone expriment leur souhait de voir bientôt disparaître cette décharge municipale qui ne répond à aucune norme internationale, que ce soit dans le dépôt des ordures ménagères ou dans les procédés utilisés pour l'incinération des déchets. Faute de mieux, ils appellent les autorités d'appliquer les réglementations en vigueur dans la gestion de cette décharge et de prendre les mesures nécessaires pour lutter contre la pollution causée par la présence de cette décharge devenue nuisible pour les résidents d'alentours et qui doit être délocalisée dans un endroit plus éloigné des agglomérations, tant qu'elle constitue un réel danger pour les habitants et l'environnement de cette belle localité de la banlieue sud menacée de pollution ; d'autant plus que le plan d'aménagement actuel de la commune d'Ezzahra prévoit des constructions de 4 à 7 étages tout autour de cette décharge ! Affaire à suivre !
Hechmi KHALLADI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.