Tunisie – De quelle sortie de crise voulait parler Noureddine Tabboubi ?    Tunisie – Réadmission de Nabil Karoui à l'hôpital    Alors que le pays bouillonne, Hichem Mechichi au grand prix des pur-sang arabes    La Conect mise sur les énergies renouvelables pour la promotion de l'économie tunisienne    Tunisie | Covid-19 : 79 décès et 1.861 nouvelles contaminations enregistrés en 24 heures    Bilan Covid-19 : 79 décès et 1861 nouveaux cas en 24h    Sonede : Coupure d'eau à Gabès à cause d'actes de vandalisme    Tennis : Djokovic renverse Tsitsipas et remporte Roland-Garros    Banque allemande de développement KfW : Une subvention de 66 millions de dinars au profit des entreprises privées impactées par la pandémie du Covid-19    Tunisie – Mali : un arbitre égyptien au sifflet    La Libye au coeur du 3ème sommet « Startup Gate Summit 2021 », en juillet prochain, à Tunis    Si quelqu'un s'oppose à cette barbarie, qu'il parle maintenant ou se taise à jamais !    Tunisie : Quatre joueurs absents contre le Mali    Hichem Ajbouni dénonce le recours excessif à la violence par le gouvernement    Difficile d'être Tunisien    Memoire: Salem ATTIA    Handball — CAN des dames au Cameroun:Tunisie-Sénégal, une première place en vue !    NEWS: Ali Jmal signe à l'ESS    En marge de l'amère défaite de la Tunisie face à l'Algérie (0-2): Kebaïer en mauvais stagiaire !    Programme TV du dimanche 13 juin    Hommage: Une journée à la plage avec Zeyneb Farhat    Aujourd'hui, premier rendez-vous de «REGARDS DE PALESTINE» au CinéMadart: Contre l'apartheid, pour que leurs voix résonnent    Site de Carthage: cri de détresse du collectif de la société civile à Carthage    Tunisie – Deux disparus dans le naufrage d'une barque de clandestins au large de Kelibia    Tunisie – Météo du dimanche    Biden refuse de tenir une conférence de presse avec Poutine    USA : 14 blessés dans une fusillade à Austin au Texas    « The Dot »: Mechichi inaugure le Centre d'accompagnement des jeunes porteurs de projets dans les TIC    Au cœur de l'actu: Inquiétant ensauvagement !    Lette ouverte à l'Organisation Mondiale de Défense des Droits de l'Enfant: Le droit de l'enfant, une ligne rouge    Kaïs Saïed à Sidi Hassine : « Il n'y a pas une relation hostile entre la police et la population »    Patrimoine: L'Ichkeul en péril    Les Mélanges d'Histoire ancienne du Professeur Ammar Mahjoubi    Rafik Abdessalem : « Kais Saied ne distingue pas entre ses émotions et la gestion des affaires de l'Etat »    Ali Kooli évoque une éventuelle suppression de licences d'alcool    L'Assemblée prévoit plusieurs plénières au cours de la semaine du 14 juin 2021    Programme TV du samedi 12 juin    «La terminologie de la bourse et des organismes qui la côtoient» de Maria Leo : Un bel ouvrage, clair et utile    Jean Fontaine: Le migrant inversé    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture la semaine sur une note quasi-stable    La Tunisie est fin prête pour accueillir les voyageurs du monde !    Championnat national de lecture : La finale aura lieu le 11 juillet à Radès    Appel à candidature : Session de Formation 'Patrimoini' par Museum Lab au Kef    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Le Masque de l'Afrique », V.S. Naipaul et la spiritualité africaine
Littérature
Publié dans Le Temps le 20 - 01 - 2012

Dans son nouvel opus consacré à la spiritualité africaine, Naipaul renoue avec le récit de voyage, genre qui a fait la réputation de ce « maître styliste » de langue anglaise, prix Nobel de littérature 2001. Le Masque de l'Afrique est un livre original sur la nature des croyances africaines et la puissance nourricière de la pensée magique.
Sir V.S. Naipaul est considéré comme le plus grand styliste de langue anglaise. Cet écrivain d'origine indienne est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont des romans, mais aussi des essais et des récits de voyage. Né à Trinidad où ses ancêtres avaient émigré au 19e siècle comme ouvriers sous contrat dans des plantations en manque de main-d'œuvre, l'homme s'est fait connaître en racontant les heurs et malheurs de son île natale, de sa communauté (hindoue) qui a réussi tant bien que mal à conserver, à quelques milliers de kilomètres de l'Inde ancestrale, ses traditions, ses croyances, ses religions.
Un essai d'anthropologie religieuse
Naipaul a aussi établi un lien profond avec l'Afrique, continent où il a mis les pieds pour la première fois en 1966 lorsqu'il fut accueilli à l'université Makerere à Kampala (Ouganda) comme écrivain résident. Depuis, il n'a cessé de sillonner les routes du continent noir, en en faisant l'une des trames majeures de ses écrits. Ainsi, l'Afrique a inspiré à Naipaul quelques-uns de ses plus beaux livres : A la courbe du fleuve (1979) et plus récemment Moitié d'une vie (2001). L'action de ces romans se situe en Afrique, non pas dans une Afrique fantôme mais dans des pays réels où les personnages évoluent au contact des hommes et des paysages - jamais réduits à leur dimension exotique comme dans tant de récits européens sur l'Afrique.
Le dernier opus africain de ce grand anglophone ne déroge guère à la règle. Le Masque de l'Afrique est un essai d'anthropologie religieuse animé par l'ambition de Naipaul de comprendre la nature de la spiritualité africaine. Il veut « remonter aux fondements », a-t-il expliqué, aux racines de cette pensée magique dont il a pu constater derrière ses manifestations ritualisées la puissance et souvent la beauté.
Il y a à la fois du film Avatar (James Cameron. 2009) et du livre Au cœur des ténèbres (Joseph Conrad. 1899) dans cet ouvrage. L'intérêt pour le mysticisme africain y cohabite avec une dénonciation du chaos et des ténèbres, dans le plus pur style conradien dont Naipaul est un grand admirateur. Pourtant Le Masque de l'Afrique qui est un magnifique récit de voyage à travers le continent noir ne manque pas d'empathie. Tout en inscrivant son livre dans la continuité d'un Conrad acerbe et désillusionné sur la capacité de l'homme de s'élever au-dessus du mal qu'il porte en lui, Naipaul ouvre son récit sur la compréhension poétique de la place du surnaturel et de l'irrationnel dans l'imaginaire contemporain africain. Il va jusqu'à faire de la magie et du Mumbo Jumbo des éléments d'une identité moderne et en devenir.
Le livre compte six chapitres, un pour chacun des six pays visités. De l'Ouganda à l'Afrique du Sud, en passant par le Nigeria, le Ghana, la Côte d'Ivoire et le Gabon. Naipaul y visite les lieux sacrés, les autels, les sanctuaires, les temples, il assiste à des sacrifices, des cérémonies. Il les décrit, les raconte, n'hésitant pas à dire l'admiration que certains de ces lieux suscite en lui, comme le sanctuaire sylvain yorouba dans l'Etat d'Osun, au Nigeria [« Le bois sacré m'a coupé le souffle »].
Une série de rencontres
Pour la signification des cérémonies, il s'appuie sur les explications fournies par les spécialistes, les « informateurs », qui l'accompagnent, mêlant les doctrines religieuses à la vie et la vision de ses interlocuteurs. C'est la technique naipaulienne par excellence où les scènes, les situations sont filtrées et éclairées par le vécu et le ressenti, mais aussi par l'histoire, la vie politique, la sociologie. Le romancier ressasse parfois ses intuitions passées portant sur l'effondrement des Etats postcoloniaux, « l'impasse de la vie instinctive », les idéologies nationalistes étriquées qui n'ont servi qu'à enrichir les Mobutu et les Museveni. Soit, un ensemble riche et pluridisciplinaire qui ne s'éloigne pas pourtant de l'ambition première de l'auteur d'explorer, de comprendre les croyances animistes qui ne sont pas théorisées par une Eglise ou dans un livre sacré, mais qui nourrissent tous les aspects de la vie contemporaine.
Ce livre se présente aussi comme une série de rencontres. Rencontres avec des hommes et femmes ordinaires et extraordinaires, qui ont permis à l'auteur de mesurer le chemin parcouru par les sociétés africaines depuis ses premiers périples à travers le continent noir dans les années 1950. Naipaul a rencontré Winnie Mandela en Afrique du Sud, Jerry Rawlings au Ghana, mais l'essentiel de son livre est construit sur des rencontres avec des gens ordinaires dont la perspicacité, l'intelligence illuminent les pages de ce livre voyage et ouvrent des perspectives inattendues sur l'Afrique en devenir où on est passé des illusions et des faux-semblants à une idée de possibilité réelle de renaissance. Une possibilité qui puise sa force, selon l'auteur, autant dans la modernité venue de l'Occident que dans la spiritualité endogène incarnée par le goût de l'Afrique pour la magie, le surnaturel et l'idée consubstantielle de dépassement de soi. (RFI)

Le Masque de l'Afrique. Aperçus de la croyance africaine, par Vidiadhar Surajprasad Naipaul. Traduit de l'anglais par Philippe Delamare. Grasset, 324 pages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.