Erdogan échappe à une tentative d'assassinat    Coronavirus : 1 décès et 219 nouvelles contaminations, Bilan du 3 décembre    Turquie [VIDEO] : Démantèlement d'une tentative d'assassinat d'Erdogan lors d'un rassemblement populaire    Coupe Arabe : Démonstration de force à l'égyptienne et 5-0 à la fin    L'ordre des médecins s'oppose à l'Innovation et aux Startups    Abir Moussi : Le président n'est pas habilité à modifier le régime politique et la loi électorale    Tunisie : Nouvelle décision de Kais Saied    REMERCIEMENTS ET FARK: Khemaies GUEBLAOUI    MEMOIRES: Béchir HAMMAMI    Gafsa | dur, dur d'être jeune…    Tunisie-coronavirus : Vers la fermeture des frontières? le ministre répond    La startup Tunisienne Lamma accélère sa vision Quick commerce et acquiert Farm Trust    CMF : Visa pour l'admission en Bourse de "Smart Tunisie"    Les recettes douanières ont augmenté de 17,2%, fin novembre    Louzir : La personne infectée par « L'Omicron » va bien et n'a montré aucun symptôme    Tunisie : Hausse de 17,2% des recettes douanières durant les 11 premiers mois de l'année 2021    Coupe Arabe : Les Marocains écrasent la Jordanie et se qualifient pour les 1/4    NBA : Phoenix privé de record, le derby de LA pour les Clippers    JTC 2021: Une inauguration inédite célébrant plusieurs expressions d'art et transmise à la télé    Tunisie [EN DIRECT] : Les militants de l'Union affluent à la Kasbah pour commémorer l'assassinat de Farhat Hached    La Tunisie perd son match contre la Syrie (0-2): Une grande désillusion à la Coupe arabe FIFA 2021    Tunisie – Japon : Conférence "JICA Chair" et signature d'un mémorandum de coopération à l'ENA de Tunis    Foot-Europe: le programme du jour    Monde: Un accord « historique » entre la France et les Emirats Arabes Unis    Bilel Sahnoun, Directeur Général de la Bourse de Tunis: "La Tunisie n'a toujours pas saisi l'opportunité des financements verts"    Pourquoi: Vente illégale d'eau    Tahya Tounes annonce son congrès extraordinaire en mars 2022    Conférence d'Oran : La contribution des 3 pays africains au Conseil de sécurité de l'ONU a été capitale (Jerandi)    NEWS: Zerdoum passe au CA    Marathon International COMAR Tunis-Carthage: Courons pour l'environnement    On nous écrit: «J'ai fermé mes maisons » de Marianne Catzaras Sur ses collines, Athènes attend    «On a Blade of Grass» de Fares Thabet à Selma Feriani Gallery du 13 décembre 2021 au 5 février 2022: Un environnement rêvé    Exposition de photos: Splendeurs et couleurs de la Médina de Tunis    Yasmina Khadra appelle au sauvetage de la librairie El Moez    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    Premier ministre italien : « la Tunisie doit tracer une voie politique claire »    Tunisie : Leila Jaffel crée une équipe pour le suivi des activités des directions régionales de la justice    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Tunisie-Météo: Temps nuageux sur l'ensemble du pays    Coupe arabe FIFA 2021 | Tunisie-Syrie (0-2): La grande désillusion des aigles de Carthage    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Macron dans le Golfe : De très gros chèques et une sacrée revanche sur Biden    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Randonnée en Khroumirie
Promenade
Publié dans Le Temps le 28 - 10 - 2012

Aujourd'hui, nous proposons des promenades intéressantes à tous les curieux et aux gens qui envisagent de séjourner un moment en Khroumirie.
Nous allons nous promener sur et autour d'un piton rocheux appelé soit Kef El Bled soit Kef El Blida situé près de la route joignant Béja à Aïn Draham. C'est une des contrées les plus « sauvages » et les moins fréquentées de la Khroumirie.

La petite route de montagne que l'on emprunte juste à l'entrée Ouest du bourg d'Ouchtata, à proximité de l'aéroport international de Ras Rajel / Tabarka et qui mène jusqu'à Aïn Snoussi, est de loin, à notre avis, la voie d'approche la plus pittoresque en toutes saisons.

Très vite après le carrefour avec la route de Tabarka, on se met à escalader, en zigzag, de belles pentes boisées, on dépasse quelques villages et on se retrouve en pleine nature, isolé, parce que les autos qu'on croise sont fort rares.

En hiver, les belles forêts qui couvrent en particulier le Jebel Guessaa (805 mètres), tapissent les pentes d'un vert profond en harmonie avec les cieux tantôt bleu roi tantôt gris sombre.

Au printemps, et jusqu'au début de l'été, d'innombrables ruisselets murmurent dans les sous-bois de la Khroumirie gorgée d'eau. Les chants des coucous, se mêlent aux cris des geais des chênes, aux martèlements des pics et aux roucoulements des palombes. Durant la saison estivale, après la floraison des myrtes, des arbousiers et des bruyères arborescentes, les grandes fougères : les osmondes royales, qui sont parmi les plantes terrestres les plus anciennes – on en trouve des fossiles dans les houilles de l'ère primaire ! – déploient la spirale de leurs « crosses » aux feuilles délicatement découpées dans la pénombre des sous-bois.

Chemin faisant, on passe au pied de la « R'chèda touila » : une des plus grosses « pierres dressées » – pour ne pas écrire « menhir » ! – de Tunisie. Les traces blanches de chaux sur sa base, quelques pièces de monnaies laissées dans une anfractuosité où, parfois, une bougie finit de se consommer, prouvent qu'elle est le lieu d'un culte rural. C'est un lieu « sacré » puisque sur chacune des trois hauteurs voisines se dresse une Koubba. Puis, en arrivant à Aïn Snoussi, on tourne à gauche, sur la grande « Route des chinois », vers Béja. A quelques centaines de mètres de ce carrefour, on découvre, à gauche, une petite route relativement récente. Elle conduit par monts et par vaux, à un hameau, aux maisons éparses dominées par le piton rocheux de Kef El Blida.

Un autre itinéraire est tout aussi intéressant. On emprunte, à la sortie du bourg de Ouchtata, après avoir traversé l'extrémité de la retenue du barrage sur l'Oued Zouara, une petite route qui aboutit d'abord au village de Zaga aux sources abondantes, aux tombeaux rupestres : des « haouanet » et aux vestiges d'une citadelle d'époque byzantine. A lui seul, il mérite une visite !

Puis, la petite route escalade, en zigzag serrés, les flancs du gros Jebel Zouza, passe par un col, longe la « racine » d'un « éperon » montagneux sur lequel subsistent les ruines d'un village protohistorique, s'enfonce dans une belle forêt de chênes lièges et en ressort à flanc de colline. Quelques centaines de mètres après l'orée des bois, une voie, très carrossable, mi-route, mi-piste, suivant l'importance de son entretien, s'ouvre sur la droite et conduit à Kef El Blida.

Si l'on vient d'Aïn Draham ou de Béja, le « point remarquable » est le hameau d'Aïn Snoussi où se trouve le carrefour avec la route de Tabarka et un peu avant (ou après !) le carrefour avec la route de Kef El Blida.

Les randonnées

Pourquoi aller spécialement à Kef El Blida alors que la Khroumirie et les collines des Mogods sont tapissées de Haouanet ? D'abord parce que le site est curieux. Ce piton, aux « parois » presque verticales, a certainement été perçu comme un lieu sacré facile à défendre, où ont été creusés les tombeaux des familles des « Chefs ». Des sépultures prestigieuses ? Certainement, puisque l'une d'elles est ornée d'une des plus belles peintures pariétales connues. Le bateau qu'elle représente, son gréement, les hommes qui le montent et leurs armes reflètent une influence punique indéniable. Le personnage, debout à l'avant du bateau, armé d'une hache à double tranchant et ... d'un bouclier – qui prend des allures de cadran solaire ! – est-il un dieu qui « menace », « chasse » ou « dirige » un autre personnage, représenté à l'horizontale, coiffé d'un bonnet « hérissé » ? Ce dernier semble nager ou voler vers ... le séjour céleste des « âmes ». Le bas de la peinture est particulièrement difficile à interpréter ainsi que la « frise » qui orne la paroi de droite, qui pourrait représenter une « farandole ». Un ou deux autres haouanet sont décorés de peintures assez abîmées. Toutes pourraient dater du Vème siècle avant J.C. environ.

A partir du site de Kef El Blida, situé 40 G 96' N ; 7 G 38' E, on peut, dans le cadre d'une randonnée facile, se rendre d'abord au lieu-dit Msatria situé à un peu plus d'un kilomètre à l'Ouest. Après une marche en forêt, qui peut être guidée par n'importe quel gamin du village, on découvre un hanout isolé, creusé au sommet d'un gros rocher isolé appelé « Souttara », situé 40 G 96' N – 7 G 38' E . Quelle mystérieuse raison a poussé les gens à escalader la paroi pour entrer dans le hanout, si souvent que le seuil en a été creusé ? Ensuite, on peut aller découvrir en pleine forêt, un autre hanout isolé appelé Ghorfet El Misk situé à 800 ≈ 1000 mètres au Sud de Msatria. Le site est au 40 G 96' N – 7 G 38' E. L'ouverture se trouve au ras du sol, alors que le sommet du rocher a été creusé d'une petite « cuvette » et de « rigoles d'écoulement », déjà remarquées sur certains haouanet du Jebel Mangoub en particulier. De là, on peut regagner Kef El Blida ou, si l'on est pas fatigué, on pourrait aller jusqu'à l'ensemble des haouanet situé à proximité du marabout de Sidi Romdhane dont les coordonnées sont 40 G 96' N ; 7 G 35' E.

Une marche de 2 à 3 kilomètres, suivant le « guide » choisi ou les sentiers empruntés, 7 à 8 kilomètres en tout, voire un peu plus, pour faire tout le tour. C'est une randonnée d'une demi-journée au sein de collines dont l'altitude varie de 550 à 700 mètres environ, dans un environnement préservé, presque sauvage.

On est entouré de grands chênes-lièges aux frondaisons majestueuses. On chemine dans un sous-bois touffu de myrtes, d'arbousiers, de ronces et de clématites. Que les citadins se rassurent : quoi qu'en disent les « chasseurs », en plus de 50 ans de promenades en Khroumirie, nous n'avons jamais été chargé par un sanglier. Ils s'enfuient, à grand bruit, à notre approche ! Par contre, au cours d'une marche à pied, discrète et relativement lente, on remarque beaucoup de « choses » : au printemps, le limodorum abortivum, une magnifique orchidée à la tige et aux fleurs mauves. Des botanistes ont écrit que celles de Tunisie s'autofécondaient parce que leurs fleurs ne s'épanouissaient pas. Nous avons toujours constaté le contraire. Nous avons admiré le plumage roux et turquoise des Martin pêcheur le long du filet d'eau qui serpente dans l'Oued Sidi Romdhane en particulier. Le long des troncs des vieux chênes zéens, on peut, en s'approchant silencieusement, guidé par le son des coups de bec, observer le pic de Levaillant au plumage bariolé de tâches blanches, noires et rouges et le pic vert, couleur de jade et au « masque » noir.

La Khroumirie offre aussi, des parties de chasse à la palombe : le pigeon ramier, à la bécasse ou au sanglier. Elle est, à juste titre, réputée pour son climat, ses plages, ses montagnes couvertes de forêts touffues et giboyeuses ainsi que pour son patrimoine historique et culturel exceptionnel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.