Adoption officielle des nouvelles normes de classification des hôtels touristiques tunisiens    Scandale des déchets italiens : Mandat de dépôt à l'encontre de l'avocat de la société importatrice    La solution selon Mohsen Marzouk    Report de la manifestation des Nahdhaouis, Mohamed Gouméni révèle le vrai du faux    Coup d'Etat et grande instabilité en Arménie    Deux personnes tuées lors des troubles et 468 arrestations    50 migrants se sont noyés et les survivants accueillis en Italie    66.23 dollars/baril    Exit les corrompus, les hommes de médias et les dirigeants d'associations    Amateurs de foot, Que regarder ce soir ?    Mohsen Marzouk : Ennahdha est capable d'abandonner Mechichi à tout moment    Arrêté pour avoir insulté et agressé sur les réseaux sociaux    Les Tunisiens à l'étranger pourront bientôt payer leurs cotisations sociales en ligne    La nouvelle souche n'est pas dangereuse mais la vigilance reste de mise    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Le salon pour l'amour de l'Art    La danse comme partie prenante d'une pièce de théâtre    Fethi Slaouti: L'école publique est aujourd'hui menacée plus que jamais    HAICA: la chaîne « Attessia TV » écope d'une amende de 10 mille dinars    Les professionnels de la santé ne donnent le bon exemple pour la campagne de vaccination (Ministère)    CONECT International condamne la grève douanière    Fermeture du Tunnel de l'avenue Yasser Arafat vendredi jusqu'à 20h00    Enfin le dégel entre le Président et son chef du Gouvernement ?    Ils ont dit    Rached Ghannouchi remet le projet de Sabkha Séjoumi sur la table    CONDOLEANCES    Zarzis | Agence de Protection et d'Aménagement du Littoral (APAL) : Pourquoi ignorer les plages les plus fréquentées ?    DECES : Hadj Hemden Ben Mohamed ERRAIS    La semaine des zones humides à Tunis : Un enjeu de taille    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    La poésie en questions : A propos des faux-monnayeurs ?    Et si la dégradation nous réconciliait ?    Boxe | 72e Tournoi de Sofia : Khouloud Halimi lésée par les juges    News | Et de huit pour Sliti    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Inauguration de la plateforme Hannibal pour contrôler les flux physiques des devises    La Chine fera don de 100 mille doses de vaccin à la Tunisie    Ligue Europa: les qualifiés pour les huitièmes de finale    L'Art Rue présente «Métamorphose #1» de Essia Jaïbi : Interroger les perceptions    Art contemporain : Une boîte ouvre sur l'autre    La FTF va tester l'utilisation du VAR dans les compétitions tunisiennes    A Nabeul, les cafés et restaurants peuvent servir à table    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    Pourquoi Saied continue à tourner le dos à l'Afrique?    En vidéo: In Style With Rym, la nouvelle émission présentée par Rym Saidi    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Révolution, source d'inspiration !
Parution « Malédiction des marginaux » de Taieb Touili
Publié dans Le Temps le 01 - 11 - 2012

Alors qu'ils n'étaient pas capables de tenir leur destinée entre les mains, les jeunes, ces laissés pour compte, sont devenus du jour au lendemain les héros épiques d'une Révolution populaire.
C'est l'impression générale qu'on retient en lisant ce roman « Malédiction des marginaux », le premier roman de Taieb Touili qui vient de paraître aux éditions Sotepa Graphic. Taieb Touili est le fils de l'écrivain prolifique Ahmed Touili, il tient sans doute le talent littéraire et l'art de l'écriture de son père, quoique la dimension sociologique soit bien manifeste dans la trame de ce premier roman, sachant que l'auteur est titulaire d'un doctorat en sociologie. Le lecteur est amené à suivre les événements et les personnages à travers des labyrinthes et des péripéties interminables et des situations très complexes.

Le roman évoque les circonstances qui ont précédé la Révolution et qui ont contribué à son déclenchement : profondes déceptions et désagréments continus éprouvés par une jeunesse systématiquement marginalisée par le régime en place et qui souffrait du désœuvrement et de l'exclusion. Il en résultait une amertume ressentie contre les disparités sociales et régionales et la situation dégradante qui régnait dans la société en général, laquelle situation était caractérisée par l'accroissement des phénomènes de corruption, de népotisme, de partialité et d'injustice. Une jeunesse qui se sentait défavorisée et privée des richesses nationales et qui se considérait touchée dans sa dignité, dans ses aspirations, dans ses rêves qui devenaient de plus en plus irréalisables. C'est cette jeunesse qui a décidé un jour de sortir dans la rue pour hurler son désespoir en se révoltant contre les dirigeants

corrompus, partout dans toutes les régions. Et ce fut la Révolution du 14 janvier, marquée par la fuite de l'ancien président.

Les événements de ce roman sont puisés dans la Révolution, mais force est de constater que la fiction le remporte sur la documentation, dans la mesure où le schéma narratif classique est bien présent, puisqu'il y a un début, des péripéties et un dénouement final. L'histoire tourne autour de Larbi, personnage principal, titulaire d'une maitrise d'arabe à la recherche d'emploi depuis cinq ans comme la plupart de ses amis, ayant subi à plusieurs reprises les épreuves du concours du CAPES, en vain. Toutes les chances de pouvoir travailler et construire une famille et un avenir décent semblaient s'évaporer devant ses yeux. Ayant perdu toute confiance en les valeurs et les bonnes mœurs que sa famille lui avait inculquées depuis sa prime enfance, Larbi désespérait chaque jour davantage et ne voyait aucune issue à ses problèmes, il finit par choisir les moyens malhonnêtes, violents et scandaleux : le crime ! Larbi tua alors un vieil homme vivant seul, vola son argent et prit la fuite. Mais jusqu'à la fin du roman, ce crime abominable demeurait impuni, puisque rien ne donne à croire que le tueur est recherché par la police ! L'auteur nous révèle les métamorphoses subies par le personnage qui passe d'un jeune homme vertueux, pieux et honnête à un individu dévergondé fréquentant les bars et les femmes ; même Hédia, sa bien-aimée, une jeune fille voilée, qui, crevée de jalousie, enleva son voile pour faire plaisir à son amant. Pourtant, Larbi s'enticha d'une certaine Chems, rencontrée lors d'une beuverie, sans pour autant rompre avec la préférée Hédia : c'est ainsi que sa vie est partagée entre ces deux filles, préférant vivre dans la débauche et l'impunité. Et, pourtant, il se conduisit en héros, le 14 janvier 2011, en participant à la Révolution, faisant preuve de bravoure et d'héroïsme en montant sur un édifice de l'Avenue et s'enveloppant du drapeau tunisien en signe de victoire ! Cet acte justifie-t-il la solution choisie par Larbi pour sortir de sa misère et mener une nouvelle vie comme si de rien n'était ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.