Investissement Direct Etranger (IDE) en recul: L'instabilité continue à faire fuir les entreprises    Ils ont dit    Handball Mondial-2021 / Norvège vs Algérie en direct et live streaming : comment regarder le match ?    Des jeunes désocialisés    Exposition personnelle «Des moments de peinture» de Qays Rostom à la galerie Saladin: Des actions de création    Le marché boursier confirme sa tendance baissière    Banque centrale de Tunisie: Politique monétaire et financement de l'entreprise    [ ETUDE ] – Tunisie : comment la crise sanitaire rebat les cartes du recrutement    Foot-Europe: le programme du jour    Les cadres de la Caisse des Dépôts et Consignations Tunisie à l'école de la BAD    Tunisie [Vidéo]: En direct, en route pour une opération de recensement des oiseaux sur l'île Kneiss à Sfax    Wifak International Bank clôture l'année 2020 avec un PNB en hausse de 40.9%    Tunisie: L'ANETI: Offres d'emploi en Allemagne    Libye: L'ONU fixe un délai pour choisir une autorité exécutive    Moncef Marzouki rend hommage à Meherzia Laabidi    Coronavirus : 68 décès supplémentaires et 2511 nouvelles contaminations en 24 heures    Tunisie: La Direction Régionale de la Santé de l'Ariana recrute    COVID-19 Sousse, situation au 21 Janvier: 163 nouveaux cas et 9 nouveaux décès    La députée du Parti Ennahdha Meherzia Labidi n'est plus    Météo: Pluies attendues à partir de cette nuit dans le nord et localement le centre    France: L'étudiante sénégalaise disparue brise le silence pour la première fois    Le message émouvant de Farah la fille Meherzia Labidi à sa Maman    Meherzia Labidi est décédée : la voix tonitruante d'Ennahdha au Bardo    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    Remaniement ministériel : L'ATGEC dénonce le non respect d'égalité des chances entre homme et femme dans les postes de décision    De Trump à Biden: la force de la symbolique    CAN U17 – Qualifications : La Tunisie fait le job contre la Libye    Ligue 1 (9 journée) : le match Espérance-STunisien à El Menzah, à 14h00    Le CCIH organise une résidence artistique "Imagine Music" à l'occasion du Sommet de la francophonie en Tunisie    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    En vidéo: Leonida, artiste musulmane et française, répond à l'islamophobie en chantant    CONDOLEANCES: Mohamed Moncef MAATOUG    CONDOLEANCES: Ali BAAZAOUI    NEWS: L'USM sur Jassem Hamdouni    Mini-Football – Championnat national des féminines: Un championnat à 17 équipes    Kerim Bouzouita : « Les sondages ne votent pas »    Basket – Equipe nationale : Salah Mejri réintègre le groupe    Présidence de la République: démenti des déclarations attribuées à Kaïs Saïed    The Voice Belgique: Un candidat tunisien impressionne le jury    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un roman âpre et beau
Littérature: «Doukhan Al Kasr» d'Amel Mokhtar
Publié dans Le Temps le 24 - 04 - 2013

L'écrivaine Amel Mokhtar, auteure de plusieurs romans dont "ala Nakhbek Ya Watan", "Al Koursi Al Hazaz" et "Maestro" et d'une série de nouvelles à l'instar de "La Tachii hadha Rajoul" et "Wa lil Mourad Wijhoun Jadid", vient de publier un nouveau roman intitulé "Doukhan Al Kasr".
Edité par Dar Sahar, le roman nous donne à lire une nouvelle Amel Mokhtar, maitrisant la langue arabe, les personnages de l'histoire et leur évolution au gré des événements. Un roman avec un nouveau souffle différent des précédents aussi bien dans la forme que dans le fond. Un livre qui constitue un tournant pour cette auteure dans lequel elle a réuni des sujets à la fois politiques et sociaux entre fiction et réalité.
"Doukhan Al Kasr" tourne autour des événements du 14 janvier ou de ce que les occidentaux appellent "le Printemps arabe". « Un printemps arabe » sous la lorgnette d'une écrivaine rebelle qui ne mâche pas ses mots pour dire ce qu'elle pense de la révolution au travers de ses personnages aux points de vue antagonistes, différents dans leurs orientations et leurs destins mais qui se croisent entre eux.
La construction de ce roman n'est pas basée sur un personnage –héros – unique mais sur plusieurs protagonistes notamment masculins qui ont chacun un rôle déterminant dans les événements qui traversent cette fiction. Laroussi, Habib, Farid, Lamjed, Mahdi, Nour et d'autres, qui est journaliste ou homme d'affaires, avocat, commerçant, étudiant etc. sont chacun d'eux l'écho d'une société en ébullition.
Amel Mokhtar s'introduit en tant qu'auteure au milieu de ses personnages pour donner sa vision réelle de la société tunisienne actuelle après la révolution. Et de ce fait elle entraine le lecteur dans une balade littéraire entre la fiction et la réalité. D'où la force et la nouveauté de son roman. D'autre part, elle suit l'impact des événements sur ses personnages liés entre eux par une amitié qui remonte à une jeunesse vécue comme une douleur et l'amertume d'une expérience d'une vie difficile.
Des personnages déracinés qui ont quitté leur ville natale pour se retrouver presque perdus dans une capitale où chacun a dû affronter des obstacles pour arriver à construire son rêve. Puis lorsque la révolution est arrivée, les masques sont tombés et les amis d'hier se sont transformés en ennemis aujourd'hui.
« Doukhan Al Kasr » est l'image de la Tunisie après la révolution et les conditions psychologiques et sociales d'une certaine classe de la société dont les uns portent un masque, d'autres un secret ou une histoire qui se révèlent au fur et à mesure des 179 pages réparties en chapitres pour donner davantage de plaisir au lecteur.
Au niveau de l'écriture, on retrouve chez Amel Mokhtar à la fois la journaliste et l'auteure dans la mesure où elle fait des va –et- vient entre la fiction et le réel où l'aspect documentaire est bien présent. Un roman âpre dans lequel l'auteure présente le printemps arabe comme un automne, époque du règne de l'anarchie. Un printemps qui se transforme d'un rêve à un échec. Une vision bien pessimiste mais combien réaliste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.