La magistrature au service du politique : la tradition qui perdure    Tunisie : Faillite de 130 mille entreprises et 750 mille employés au chômage !    Tunisie: Le crabe bleu, de prédateur envahissant à source de revenus pour les pêcheurs tunisiens    UEFA Champions League : Equipe type de la J3    FC Barcelone : Ansu Fati prolonge jusqu'en 2027    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    BH Assurance : Hausse du chiffre d'affaires de 17%    Situation politique en Tunisie: Le Parlement européen tranchera aujourd'hui    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Sousse : La récolte des olives estimée à 81185 tonnes    Najla Bouden reçu au Palais de Carthage    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    FMI: Des entretiens sont prévus dans les prochains jours avec des membres du nouveau gouvernement tunisien    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Kaïs Saïed remercie la Ligue arabe pour son soutien à la Tunisie    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    BT : Légère hausse du PNB    Tunisie – Météo: Des pluies attendues et légère hausse des températures    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La reine des plages
Promenade dominicale
Publié dans Le Temps le 21 - 07 - 2013

Nous l'avons, une fois appelée « la mal-aimée » mais le fait d'être laissée en dehors des « grands » circuits touristiques, la protège des foules bruyantes de touristes pressés et rend sa visite agréable.
La cité, orgueilleuse d'être antérieure à Carthage, grand port et place commerciale très importante dans l'Antiquité est proclamée ville libre en 144 avant J.C. lors de la destruction de Carthage punique. Puis elle est promue au rang de capitale de l'Afrique romaine. Les consuls Metellus et Marius y débarquent pour combattre Jugurtha en 106 et 107 avant J.C. Elle est le théâtre d'importants évènements de la lutte entre partisans de César et de Pompée. Caton le jeune – dit Caton d'Utique – le petit fils de celui qui prônait la destruction de Carthage, s'y suicide en 46 avant J.C. parce que César est vainqueur à Thapsus.
Et puis, avec la renaissance de Carthage, l'invasion vandale, l'assèchement de son port et surtout l'arrivée des troupes arabes, Utique disparaît et sert essentiellement de carrière durant des siècles.
Pourtant, mieux mis en valeur, son site, son petit musée et son aire de repos pourraient en faire une halte instructive et agréable sur les chemins de Bizerte et de Ghar el Melh. Elle pourrait être, avec Oudhna / Uthina, un site à présenter aux visiteurs pressés ou très occupés venant à Tunis.
Ghar El Melh
Les alentours de ce bourg, ex- Porto Farina, présentent bien des attraits. Les villages fondés par les andalous chassés d'Espagne par la reconquête chrétienne au XVIIème siècle sont curieux.
Kalaat El Andalous et son magnifique pont de pierre, El Alia et ses chardons à carder, Metline perchée, à cheval sur son ravin, El Azib sur le Cap, Raf-Raf, ses raisins et ses broderies, Sounine et sa plage superbe, Ras Jebel et son marché aux fruits et aux légumes, la forêt du Rimel et bien d'autres sites encore sont à découvrir.
Quel est le nom de la ville punico-romaine que l'avancée de la mer dévore inexorablement, à moins d'un kilomètre au Sud de Cap Zebib, dans l'indifférence coupable des Autorités du Patrimoine ? Sa citadelle résiste héroïquement !
Mais pour aujourd'hui, contentons-nous, au sens propre, de Ghar El Melh. La cité fut probablement la Rusucmona punique. Elle se développa certainement à l'époque romaine parce que la Medjerda rejetait ses alluvions, qui combleront le port d'Utique et le golfe antique de Tunis, bien plus au sud, vers Sidi Thabet et le Jebel Nahli.
Au XVIème siècle, Charles Quint, qui veut attaquer Tunis, y fait escale. Aux XVIIIème et XIXème siècles, les beys en font une place forte maritime dotée de forts, d'un grand port et d'un arsenal. La Goulette le supplante parce que les sables de la Medjerda l'étouffent. Mais, le bourg reste un port actif d'exportation des blés tunisiens. Les autorités du protectorat français transforment les forts ottomans en bagnes. Après un « moment d'hésitation », après l'Indépendance, Ghar El Melh, prenant conscience de ses atouts, se débarrasse de ses bagnards, se dote d'un beau port de pêche, restaure ses forts et son port antique, assure la promotion de sa plage et devient une cité attachante. On peut y acheter presque toujours de beaux poissons frais et, le long des routes, des légumes ainsi que des fruits délicieux.
Un important festival international de la photo s'y installe. De grands projets de mise en valeur s'y font jour. Le bourg redevient la « racine » du « Beau Promontoire », le promontoire d'Apollon : le Cap Sidi Ali El Mekki.
Après la visite de la ville et une longue baignade dur l'immense plage, un pique-nique ou un déjeuner dans une des guinguettes s'impose.
La promenade sur le Cap, à elle seule, vaut le déplacement. Les petites criques au pied de la dune boisée, le sanctuaire, à demi souterrain, consacré à Sidi Ali El Mekki, le petit marabout plus traditionnel dédié à Sidi Hadj M'barek au bout du promontoire, les derniers vestiges punico-romains à demi ensablés à l'extrémité du Cap, au ras de l'eau, les grandes carrières d'origine antique et sans doute recreusées au moment de la construction des fortifications de la ville justifient une promenade facile d'une heure, le long d'une mer de turquoise.
Il faut prendre le temps de s'arrêter un moment à l'ombre d'oliviers vraiment millénaires qui ceignent, comme un collier, un petit puits surmonté d'une margelle en ogive, au pied du marabout de Sidi Hadj M'barek.
Allez-y et vous sentirez remonter les souvenirs des versions latines de Virgile faites durant l'année de Terminale. La corde et le seau invite à se désaltérer. N'ayez aucune crainte : les pèlerins boivent cette eau fraîche tous les jours.
Le site « Ramsar »
La Tunisie, dans le cadre de la Convention de Ramsar sur les zones humides d'importance internationale, signée en 1971, a privilégié, pour les protéger, une vingtaine de zones humides, en particulier la lagune de Ghar El Melh et le delta actuel de la Medjerda, plus de 10.000 hectares en tout. Cette zone, très importante, comprend trois types de biotopes : des rivages marins rocheux, des plages de sable et de galets ainsi que des eaux d'estuaire.
La lagune de Ghar El Melh couvre plus de 3.500 hectares. Sa profondeur, comprise entre 9 et 15 mètres au XVIIème siècle, n'est plus que de 1,5 mètre actuellement. Elle héberge une riche faune benthique et halieutique qui contribue au maintien de la biodiversité régionale.
Et surtout, pour les promeneurs et les curieux, elle sert d'abri à de très nombreux oiseaux d'eau à qui elle fournit, en ce moment, un lieu de repos particulièrement favorable.
Il est difficile d'observer, excepté en été, avec un « masque » et un « tuba », les 45 espèces de poissons, tels que l'anguille, la sole, la daurade et les mulets, les algues et les coquillages que l'eau dissimule. En barque lentement ou à pied silencieusement, équipé d'une bonne paire de jumelles et chaussé de bottes courtes, en longeant calmement les joncs et les salicornes ou les roseaux, on peut observer énormément d'oiseaux dont certains très rares tels que les glaréoles à collier.
La lagune qui communique avec la mer par trois « graus », est alimentée, de façon irrégulière et intermittente par de petits oueds côtiers. Elle est remplie d'une eau saumâtre semblant convenir à des canards sauvages qui se sédentarisent, des bécasseaux, des aigrettes blanches, grandes et petites, de petites échasses aux longues pattes grêles et roses, des spatules, des marouettes, des râles d'eau et de multiples passereaux qui nichent et se nourrissent entre les buissons bas.
Et quand on est fatigués, ivres de grand air et de soleil, on peut choisir entre un pique-nique sous les pins ou à l'ombre d'oliviers millénaires, une grillade dans une des rôtisseries de la ville ou un succulent poisson grillé, entre autres mets délicieux chez … – allons, il mérite bien une ligne de publicité ! – « Ahmed » au bord de la plage. En cette saison, il vaut mieux lui téléphoner d'abord : il est très souvent « complet » plusieurs heures mais tout le reste : nature, promenade, vestiges historiques et petits repas sont disponibles toute l'année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.