Quatre partis créent le Front démocratique    Qalb Tounes appelle à l'union afin de lutter contre la dictature !    Tunisie- Daily brief du 23 septembre 2021: La présidence de la République annonce de nouvelles mesures    Opportunités : Une trentaine d'entreprises tunisiennes à EXPOLIVA'2021    Fédération camerounaise de football : Samuel Eto'o dépose sa candidature    Dernière minute-Coronavirus: 7 décès et 683 nouvelles contaminations, Bilan du 21 septembre 2021    Mohamed Abbou : « La Constitution protégeait les Tunisiens et ils doivent également la protéger ! »    Salsabil Klibi : Une constitution d'alcôve n'est pas la meilleure voie vers la paix sociale    Bilan Covid-19 : 683 nouveaux cas et 7 décès    Tunisie-Ministère de l'Energie et des Mines : Préparatifs de la première session du Conseil National de l'Energie    Bourse de Tunisie : 2ème séance consécutive dans le rouge pour le Tunindex    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Khalil Zaouia dénonce l'absence d'une feuille de route    FTAV: Le tourisme intérieur a sauvé la saison    Rentrée 2021-2022: Optimisez votre travail collaboratif grâce au vidéoprojecteur Epson EB-735FI    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    La Tunisie devient membre de la Fédération internationale de hockey sur glace    Metz – PSG : Où regarder le match du 22 septembre de ligue 1    Journées du Québec en Tunisie: 438 postes proposés par des entreprises canadiennes    Lyon OL vs Troyes : Liens streaming pour regarder le match    Enseignement supérieur privé / Paramédical : Pas d'équivalence pour les bacheliers non scientifiques    Ligue 1 : programme du tournoi barrage    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Al Karama appelle ses partisans à protester contre la comparution des civils devant les tribunaux militaires    Les droits de douane ne dépassent pas 2,3% de la valeur des importations    Monaco – Saint-Etienne: où regarder le match du 22 septembre    Classement des 500 meilleures chansons de tous les temps (top 5 en vidéos)    Le projet tuniso-italien "EVE" été présenté à Nabeul    Réunion sur la gestion des 50 MDT destinés à l'entretien des écoles    Assemblée générale de l'ONU : Les entretiens de Jerandi à New York    Les annonces de Saïed sur les "dispositions transitoires" éloignent un peu plus Ennahdha du pouvoir    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 22 Septembre 2021 à 11H00    Algérie: Les drapeaux en berne en hommage à Abdelkader Ben Salah    Tunisie – Météo: Températures en légère hausse, mercredi    Congrès mondial des écrivains de langue française les 25 à 26 septembre à Tunis (Programme)    75% des personnes convoquées ne se sont pas présenté à leur rendez-vous de vaccination    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Le photographe tunisien Habib Hmima n'est plus    Natation : La FTN retire sa plainte contre Oussama Mallouli    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Le ministre des Affaires culturelles reçoit Noureddine et Nejia Ouerghi    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La qualité des soins, l'équation non encore résolue
Mortalité infantile
Publié dans Le Temps le 24 - 10 - 2013

• Le taux le plus élevé est observé dans les zones rurales avec 25 décès pour mille naissances
L'hôpital de la ville du Kef a vécu au début de cette semaine un drame sans pareil dans son service de maternité.
Un nouveau né vient de perdre la vie à cause de l'absence des trois médecins supposés exercer dans ledit service. « Ils étaient tous en congé de maladie », selon les déclarations faites après le drame. Il a fallu en fait, avoir recours à des spécialistes de libre pratique pour venir en aide à la mère qui a failli elle aussi mourir. Pour remédier à cette situation, le ministère de la Santé a dépeché dans l'urgence sept médecins de la capitale pour exercer durant une semaine dans l'hôpital de la région. Cette solution urgente ne résout en aucune façon, le problème de la mortalité infantile ni celle maternelle, car il se pose depuis une longue date et nécessite des moyens colossaux lesquels tardent à être mis en place. Comme de coutume. Ce sont les zones rurales et les régions défavorisées qui payent le plus les factures des stratégies et des politiques mises en place jusque là incomplètes et non équitables. Notamment, le taux de mortalité infantile dans les zones rurales est le double de celui affiché dans les grandes villes. Pis encore. Il dépasse de loin la moyenne nationale. Cette réalité inquiétante est confirmée très récemment par l'Enquête par grappes à indicateurs multiples MICS 4.
Une moyenne de 25 enfants pour mille naissances meurent en Tunisie dans les zones rurales. Le chiffre est beaucoup moins élevé dans les zones urbaines où, le taux de mortalité infantile est de l'ordre de 12 pour mille seulement. Il est même moins important que la moyenne nationale (17 pour mille naissances). Cette réalité dramatique semble s'éterniser en Tunisie de l'après révolution, où la disparité entre les régions, les riches et les pauvres se creuse davantage à cause de l'absence de politiques claires. A ce rythme, il sera d'ailleurs difficile d'atteindre l'un des principaux objectifs de la déclaration millénaire pour le développement (OMD) qui consiste à réduire de deux tiers la mortalité infantile et celle des enfants âgés de moins de cinq ans d'ici 2015. « Le suivi des progrès vers cet objectif est certes important mais difficile », relève la MICS 4. Cela se justifie entre autres, par des politiques incohérentes adoptées jusque là.
Les conditions d'accouchement
En fait, l'UNICEF a prouvé que la majorité des décès infantiles en Tunisie sont concentrés aujourd'hui, « dans la période néonatale (0-28 jours) et surtout néonatale précoce (0-6 jours) ». Ils sont dus aux conditions de la grossesse souvent difficiles et mal contrôlées, mais également à celles de l'accouchement. Preuve à l'appui, le drame survenu dans le service de maternité de l'hôpital de la ville du Kef cette semaine alors qu'il aurait pu être évité. Le directeur de cet établissement tout comme les médecins qui exercent dans le service auraient pu faire preuve d'un peu plus de sens d'organisation, de responsabilité et d'esprit humain de dévouement.
En fait, nul ne peut nier que les services de maternité dans les différents hôpitaux de la Tunisie manquent de moyens, d'où une répercussion néfaste sur la qualité des soins offerts dans ces services. Cependant, « les enquêtes épidémiologiques montrent que les causes immédiates de mortalité et de morbidité néonatales sont pour une grande part évitables et relèvent essentiellement de la qualité des soins », confirme l'UNICEF en faisant l'état des lieux de la situation des enfants en Tunisie. La Tunisie perd encore ses nouveaux nés à cause des déficiences enregistrées au niveau de la qualité de prestations, de la qualité d'accueil voire de la qualité technique. D'ailleurs, les spécialistes soulèvent des carences dans le plateau technique, la démarche thérapeutique et diagnostique adoptée jusque là.
Cela se constate le plus souvent dans les zones démunies qui manquent d'infrastructures et de cadres compétents pour assurer les prestations nécessaires susceptibles de limiter la mortalité des enfants. Les analyses effectuées dans ce sens montrent que plusieurs facteurs interviennent dans l'explication de ces disparités, dont les conditions relevant du système de soins et la densité régionale des médecins, y compris les spécialistes, et le personnel paramédical. La réduction de ces disparités passe ainsi par plusieurs conditions. Il importe en effet, d'assurer l'équilibre entre les régions en termes de médecins spécialistes et du personnel para médical pour aider les femmes au cours de la grossesse et au moment de l'accouchement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.