Le Parlement renouvelle huit des seize membres du Conseil de l'INPT    Don japonais d'équipements frigorifiques de conservation des vaccins    Liste des compagnies intéressées par la rachat des actifs de l'ENI en Tunisie    QNB Tunisie: Nouvelle vision, nouveaux challenges    Mazarine Energy toujours bloquée à cause d'un seul ex-employé    REMERCIEMENTS ET FARK : Souad MANOUBI    Violences et abus policiers contre des jeunes à Sidi Hassine : La société civile monte au créneau    La STB et l'AICTO signent un mémorandum d'entente et de coopération    Programme TV du mercredi 16 juin    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 16 Juin 2021 à 11H00    Football : Programme TV de ce mercredi 16 juin 2021    Ahmed Néjib Chebbi : Kaïs Saïed ne s'est pas trompé, il est d'une autre planète !    Tunisie- Démarrage des épreuves du Baccalauréat à Sfax [vidéo]    Tamweeli Meetup Tour | TPE-PME dans les régions : L'alternative entrepreneuriale sous le covid-19    L'Assemblée approuve l'accord de prêt entre la SONEDE et le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe    L'EST poursuit sa préparation à Tabarka pour le match d'Al Ahly : Loin des yeux, près du cœur !    Le Vieux port de Bizerte victime de la pollution de l'eau    Kaïs Saïed reçu par Luigi Di Maio à son arivée en Italie    Tunisie: Rached Ghannouchi s'entretient avec les présidents des blocs parlementaires    Tunisie-Sousse: Une détenue passe les épreuves du bac en présence de la ministre de la Justice [Audio+Photos]    Hichem Mechichi : J'étais un élève plutôt studieux !    Tribune | Protéger nos futures générations    «Solocoreografico» et «Children Smiles» au Studio el Houma : La danse sous toutes ses formes    Exposition | Yasmine Ben Khelil au B7L9 : «Chrysanthème forever... Je ne sais plus comment»    On nous écrit | Hommage à l'artiste et galeriste feu Mohamed Ali Essaadi : «Les souvenirs du passé sont les rides de l'âme»    BTS Bank: Nejla Ben Abdallah Présidente du Conseil d'administration et Khalifa Sboui Directeur général    Des élèves de l'école canadienne de Tunis organisent un événement de soutien à la cause palestinienne    JSK : report des assemblées générales et électives à une date ultérieure    Epuisement démocratique    Ayachi Zammel appelle à mobiliser l'armée pour faire respecter le protocole sanitaire à Kairouan    Tunisie: Daily brief du 16 juin 2021    Euro: les matches de ce mercredi    Coup d'envoi des épreuves du Bac    Lourdes peines contre ses dirigeants, la confrérie des frères musulmans décapitée en Egypte    Exposition « Le Piazze [In]visibili », quand la magie des photos rencontre la poésie des mots    Monde: Daily brief du 15 juin 2021    "Les Chrétiens de Sicca Veneria" : l'Argentin Silvio Morano explore l'archéologie des fouilles militaires sous protectorat    Equipe de Tunisie : Mondher Kebaier sur une chaise éjectable    L'EST met le cap sur Tabarka : Concentration maximale    Patrimoine : Attention, le site de Carthage se meurt !    Festival Carthage 2021: Avant-goût des spectacles exceptionnels qui attendent le public!    La 35ème édition du festival international de musique symphonique d'El Jem du 10 juillet au 14 août 2021    USA : 14 blessés dans une fusillade à Austin au Texas    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre avec l'artiste-peintre Khaled Lasram: De la réalité concrète à un monde de fiction
Publié dans Le Temps le 31 - 05 - 2015

Professeur à l'Ecole des Beaux-Arts de Tunis, Khaled Lasram est nouvellement retraité. Il consacre beaucoup de son temps à peindre et à écrire. Nous avons recueilli quelques propos de lui lors d'une rencontre fortuite, le 15 mai 2015, dans une galerie d'art de la banlieue de Tunis.
-Votre première participation à une exposition de groupe remonte, dites-vous, à 1975. Depuis, vous n'avez cessé de vous manifester en public quoique d'une manière assez sporadique. Quelles sont les raisons qui vous ont poussé, parallèlement à votre activité d'enseignant, à pratiquer continuellement la peinture ?
-Peindre est en soi un acte de délectation et de passion. Les artistes, les écrivains, les poètes n'ont pu créer leurs œuvres immortelles que sous l'emprise de la passion. « Je ne sus jamais écrire que par passion », avouait Rousseau; et au père Couturier, Matisse déclarait en 1951 : « On dit que tout mon art vient de l'intelligence. Ce n'est pas vrai : tout ce que j'ai fait, je l'ai fait par passion. » A l'instar des autres modes d'expression artistique (littérature, poésie, musique, architecture, arts du spectacle...), la peinture est en elle-même une source de bien-être et de réconfort. Elle rend la vie plus attrayante. Elle affecte notre culte de la beauté. Elle égaye nos intérieurs. Elle est aussi le plaisir du regard et surtout un moyen d'évasion qui nous fait échapper aux tensions et aux contraintes de l'existence, à la monotonie du quotidien. L'art est, selon la théorie freudienne, un défoulement, une libération de nos pulsions réprimées, une sublimation de nos instincts. Pour m'en tenir à votre question, j'emprunte à juste titre ces quelques mots à Robert Delaunay qui disait:« Je vis ; l'art est un moyen de se réjouir et de vivre, et c'est tout.»
-Ce que vous venez de dire confirme que l'acte de peindre constitue pour vous une vraie raison d'être. Il est de notoriété que vos peintures sont appréciées aujourd'hui par beaucoup de gens qui trouvent dans la variété des thèmes que vous traitez un signe de richesse et de virtuosité. Mais il faut reconnaître qu'à certains moments, il vous arrive de passer ex-abrupto de la figuration à l'abstraction. Cette attitude ne vous paraît pas quelque peu déconcertante?
-Je pense que ma peinture n'est, à proprement parler, ni figurative ni abstraite. A part quelques exceptions, la majorité de mes œuvres se situent à mi-chemin. Si l'on tient à les définir, je dirais qu'elles sont semi-figuratives ou si vous préférez semi-abstraites. Elles se composent essentiellement de figures exécutées d'une manière schématique, à caractère allusif et analogique, évoquant des personnages, des arbres, des architectures et toute sorte de choses plus ou moins identifiables. Ces figures participent à l'édification de structures plastiques, dont la qualité absolue et la principale finalité consistent en une certaine stabilité formelle et une certaine harmonie chromatique. Cela dit, je ne suis pas une exception ; beaucoup d'artistes font en même temps ou par moments de l'abstrait et du figuratif. L'exemple le plus proche de nous est celui de mon ancien professeur Hédi Turki ( pour lequel je souhaite un prompt rétablissement ). A côté de ses toiles abstraites, il a exécuté au fusain ou à la mine un grand nombre de portraits très expressifs dans une manière qu'il qualifiait lui-même de « réaliste ». La plupart des peintres modernes ont d'ailleurs connu, dans leur parcours artistique, bien des revirements. C'est le cas notoire de Braque ou de Picasso. Après la période effervescente du cubisme, ils se remettent chacun à l'école des vieux maîtres en reprenant des thèmes anciens. Cette remise en question perpétuelle, dans la carrière d'un artiste, est le fait même de l'évolution de son art marqué d'étapes successives, de changements continus, de soubresauts et d'hésitations. Cela est dans la nature même de son non-conformisme et de son aptitude à créer et à rénover. Je me contenterai de citer une fois de plus Robert Delaunay dont l'œuvre cumule à la fois les deux tendances « figurative » et « abstraite ». Après une courte durée cubiste, avec sa série de « Tour Eiffel » (1908), Delaunay évolue graduellement vers l'abstraction en entamant sa série de « fenêtres » (1912). Le motif de la fenêtre aboutit, dans ses « Disques et formes circulaires » ou dans ses « Rythmes sans fin », à une peinture pure dans laquelle toute référence à l'objet est bannie. Cependant, il revient fréquemment à ses anciens thèmes, notamment celui de la Tour Eiffel. Un retour à la figuration s'effectue enfin, durant les dernières années de sa vie, avec des natures mortes et des représentations de personnages.
Permettez-moi d'évoquer un peu l'histoire afin de vous démontrer qu'avec l'avènement de l'art moderne et la naissance des avant-gardes (début XXème siècle), les barrières qui séparaient jusqu'alors les différentes formes d'expression ont commencé à s'ébranler et différents genres et catégories ont été peu à peu abolis. Depuis, la dualité entre « figuration » et « abstraction » est devenue en elle-même une question subversive et de nos jours, elle perd tout son sens. Nous savons que l'art abstrait aussi bien que l'art figuratif ont de tout temps reposé sur des hypothèses esthétiques et des règles codifiées. « En art, note Cézanne, tout est théorie, développée et appliquée par contact de la nature ». Dans la tradition figurative qui dominait l'art occidental depuis la Renaissance, les artistes, même s'ils ont inventé des modes de représentation fondés sur l'illusion et le trompe-œil, étaient conscients de l'écart existant entre l'image peinte (ou décrite) et la réalité visible. Les courants et écoles successifs de peinture ont interprété différemment la nature et celle-ci n'a été en somme, pour les artistes, qu'un prétexte et un point de départ.
Les peintres d'Avant-garde, à l'encontre de toutes les conventions académiques héritées du siècle précédent, n'avaient plus besoin de contrefaire la nature pour créer leurs propres structures picturales. La transgression a commencé avec eux. Rejetant les règles qui régissaient la perception de l'espace, ils représentent un monde où coexistent en même temps plusieurs perspectives. Les proportions se trouvent bouleversées, les dimensions et relations habituelles n'ont plus cours, les canons esthétiques du classicisme sont révolus, cédant la place au traitement des formes et à leur décomposition. Ces innovations, prônées par des mouvements tels que le Cubisme et ses dérivés ( Rayonnisme, Section d'or, Orphisme, Purisme, Suprématisme, Constructivisme...), aussi bien que le Dadaïsme, le Futurisme ou même le Surréalisme, tous ces mouvements posent une nouvelle problématique, celle d'une quête d'expressions individuelles, et frayent le chemin à un art autonome qui ne signifie rien au-delà de lui-même et qui ne garde que peu ou prou de liens avec le monde des apparences. L'abstraction devient ainsi une forme d'expression essentielle de l'art du XXème siècle.
Même les courants stylistiques des années 60, créés en réaction aux tendances abstraites et à l'art informel ( l'Hyperréalisme, le Nouveau réalisme, la Nouvelle figuration ou le Pop art ) s'éloignent de la réalité concrète en donnant à la peinture la neutralité de la photographie et en appliquant des techniques d'illusion et de dissection d'objets quotidiens.
-Passons à un autre sujet qui nous touche de près : en tant que théoricien et praticien, que pensez-vous actuellement du climat général des arts plastiques dans notre pays ?
-On assiste, en ce moment, dans quelques lieux d'exposition, à une multitude de rapins épris de nostalgie qui s'obstinent à perpétuer inlassablement les stéréotypes d'un folklorisme obsolète et qui, avouons le, réalisent la plupart du temps une peinture clinquante et de mauvais goût. Pourtant, ceux-là mêmes reçoivent l'approbation d'un public majoritaire et par-dessus tout non averti. L'amateur tunisien, au goût restrictif, encourage cet art désuet, optant pour un réalisme anecdotique seul, à ses yeux, capable d'immortaliser les scènes mémorables et pittoresques de son beau pays.
A vrai dire, on ne peut aspirer à une culture de haut niveau qu'une fois que les nécessités vitales et les exigences élémentaires de notre société sont, en priorité, satisfaites. C'est alors que de nouveaux besoins, d'ordre artistique et esthétique, certes moins impérieux mais plus nobles, vont se créer et permettre ainsi un accès plus facile de la part d'un large public à l'œuvre d'art. Ma conviction est que cette distance qui sépare jusque-là le public du domaine artistique pourrait être atténuée grâce à la réalisation d'un large programme de sensibilisation dont la responsabilité incombe, en premier lieu, au Service des Arts plastiques. Ce service, dépendant du Ministère de la Culture, devrait se mettre en coordination avec d'autres institutions étatiques (relevant en particulier du domaine de l'éducation, du tourisme et de l'information ) afin de parvenir à mettre en application les mesures suivantes: -une initiation plastique de base au niveau de l'enseignement primaire et secondaire, -des débats et des conférences médiatisés sur des thèmes artistiques ainsi que des interviews menées régulièrement avec des plasticiens, -la publication et la diffusion d'une revue locale spécialisée dans le domaine des arts plastiques, -la création pressante d'un musée consacré à l'art moderne et contemporain, médiateur indispensable entre art, artiste et public. ( A ce propos, Il est fort regrettable que, depuis la fermeture de l'ex Centre d'Art Vivant du Belvédère, en 1993, le projet de réalisation d'un nouveau musée n'ait pas encore abouti ).
En considérant les choses sous un angle plus optimiste, il existe en effet une poignée d'artistes ayant reçu le plus souvent une formation dans des écoles d'art et qui font preuve, pour leur part, de savoir-faire et d'inventivité. Jouissant d'une certaine liberté d'action, ils nous livrent à travers leurs pratiques ( menées pour certains d'entre eux dans un cadre universitaire et surtout appuyées par une réflexion théorique ), des expériences fructueuses et d'une grande sensibilité. Il faut dire, hélas, que ces artistes ( toutes tendances et tous styles confondus ), une fois affrontant les espaces publiques, ne sont pas toujours estimés à leur juste
valeur. Par leurs jugements d'appréciation et leur impartialité, les chroniqueurs et critiques d'art, devraient s'assigner pour noble tâche le soutien moral et la reconnaissance de tous ceux parmi les plus qualifiés et les plus méritants de nos jeunes talents.
La peinture, en tant que moyen d'expression, aujourd'hui en mal d'inspiration, prendra un nouvel essor, retrouvera un regain de vigueur et une véritable régénération en assimilant les signes et les symboles, la calligraphie et l'enluminure, les tatouages prophylactiques, les ornements, l'artisanat, en intégrant toutes les traces artistiques d'une culture au riche passé. Ali Bellagha et Néjib Belkhodja ont été parmi les pionniers à saisir l'intérêt d'une telle démarche ( le premier concernant les arts populaires, le second, l'architecture traditionnelle ). Matisse lui-même ne s'est-il pas inspiré des tapis orientaux et des carreaux de céramique qu'il a ramenés de son voyage au Maroc? ). Ainsi s'accomplira une réconciliation entre art et mémoire : synthèse harmonieuse à laquelle aspirent, à travers leurs œuvres ingénieuses, une frange importante de nos jeunes plasticiens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.