Le ministère de la Justice met en garde: La retenue sur salaires des grévistes va se poursuivre    Décès du militant associatif Tarek Ben Hiba    Sfax: Prix au marché Bouchouicha [Vidéo]    Ligue 1 Pro : programme TV des matches de la J10 ?    Réunion de la commission administrative nationale de l'UGTT    USBG: Pas de surprise en vue    Mes odyssées en Méditerranée: Signature d'un accord bilatéral d'échange et d'Erasmus+, entre les Universités de Malte et de La Manouba    CSS: A trois points du bonheur    Rencontre avec le compositeur Karim Thlibi: Quand la musique s'affranchit de la parole    Réunion du comité administratif-Sami Tahri: Plusieurs dossiers seront sur la table de l'UGTT [Vidéo en direct]    REMERCIEMENTS ET FARK: Hasna (Mohsna) MEZIANE    MEMOIRE: Hadj Abdelkrim BENSAAD    Wimbledon – Ons Jabeur :"La bonne chose est que je reste positive"    La part de la femme...    EXPRESS    Kairouan: Chômage, l'éternel problème des jeunes    Pourquoi: Où sont les services d'hygiène ?    Smartphones, tablettes: Une addiction qui fait mal    Aujourd'hui, temps très chaud et la vigilance est de mise!    Sixième édition du Tunisia Digital Summit (TDS): La transformation digitale, une clé pour sortir de la crise actuelle    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Malgré sa rhétorique belliciste, la BCE ne peut pas suivre la Fed    Mongi Bennani, ancien handballeur du SN et entraîneur : «Personne ne m'a fait de cadeaux !»    Agronomie :le langage révélateur des chiffres    Samir Dilou : La police a refusé de remettre à Hamadi Jebali ses médicaments    Production de électricité ,une "première "en Tunisie    Hamadi Jebali admis en urgence au service de réanimation de l'hôpital Habib Thameur    Djerba sans sachets plastiques à usage unique depuis le 1er août 2022 : Est-ce la fin du cauchemar?    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Covid-19 : un décès à Bizerte    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Météo de ce samedi    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Ons Jabeur rassure son public    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Humour grinçant, réalisme percutant
Publié dans Le Temps le 27 - 02 - 2016

Et si les femmes parlaient comme les hommes ? En voilà une idée ! Grotesque pour certains, loufoque ou encore ingénieuse pour d'autres mais nullement anodine.
Il s'agit là d'une initiative lancée sur la toile par des internautes français cherchant à dénoncer les clichés de leur société machiste et à pointer du doigt tous les jugements de valeurs offensants des hommes vis-à-vis des femmes.
Saisissant la balle au vol, les internautes tunisiens, et plus précisément la gent féminine, s'en sont donné à cœur joie en s'imaginant dans la peau d'un homme et en postant des statuts à l'humour grinçant mais au réalisme percutant.
«Ah non ! Jamais je ne marierai avec un homme qui fume ! » « Tu sais, ce n'est pas grave si je t'ai trompé une ou deux fois. C'est que nous les femmes, on a des pulsions incontrôlables! » « Bon écoute, ce matin je t'ai frappé parce que je me suis réveillée de mauvaise humeur. Ce soir je t'achèterai un cadeau. Allez sèche tes larmes! Vous les hommes vous ne savez que râler et pleurnicher. » « Regarde ses vêtements et sa démarche. A coup sûr c'est un homme facile! » « Les hommes qui portent des pantalons serrés au niveau des hanches et qui ne pressent pas le pas dans la rue ne sont pas dignes de respect. Après il ne faut pas nous en vouloir si nous les draguons. » « J'ai dépassé la quarantaine. Je me suis bien amusée durant toutes ces années. J'ai fait les quatre cent coups. J'ai voyagé, connu beaucoup d'hommes, brisé des cœurs, fait la fête... Aujourd'hui je veux me caser. J'ai demandé à ma mère de me dénicher un homme de bonne famille, de préférence très jeune, sage et obéissant pour l'épouser et fonder une famille. » C'est ainsi, avec humour mais surtout beaucoup d'amertume que les Tunisiennes ont dénoncé, à leur manière, les injustices basées sur leur sexe qui leur sont faites et les violences qu'elles subissent très souvent, certaines morales, d'autres physiques. Aussitôt lancée sur la toile, cette campagne spontanée a connu un réel succès tant le sujet pèse sur le cœur de certaines.
L'idée est simple. Il s'agit de féminiser les discours machistes de certains hommes et d'en faire des statuts à poster sur les réseaux sociaux pour relayer le message, au risque parfois de choquer.
En parallèle, les réactions des hommes ne se sont pas faites attendre. Nombreux ont jugé cette initiative vaine et stérile, voire même ridicule.
L'un des internautes a même répliqué par ce statut : « Si les femmes parlaient comme les hommes, le monde serait bien silencieux et il n'y aurait pas autant de bla-bla. »
D'autres par contre ont apporté tout leur soutien à cette campagne, en publiant à leur tour des messages d'encouragement ou encore des statuts moquant l'attitude misogyne et sexiste de certains et plus précisément d'une large frange de la société tunisienne.
Les cris de haine
Le lancement de la campagne « Et si les femmes parlaient comme les hommes ? » a coïncidé avec la diffusion d'une vidéo extraite d'un documentaire dans laquelle on voit un jeune homme tunisien débiter des inepties aussi répugnantes que dangereuses.
Prenant la parole avec arrogance, il y déclare d'un air hautain et condescendant: « Toute fille qui ne s'habille pas décemment doit être mutilée. Le frère qui laisse sa sœur sortir dans la rue avec des vêtements indécents n'est pas un homme.»
Des propos d'une violence inouïe, qu'il répètera plusieurs fois pour être sûr que son message est passé.
Impossible toutefois de remonter jusqu'à la source de cette vidéo pour connaître les motivations de ceux qui l'ont filmée. Est-ce là un spot de sensibilisation portant sur le sexisme de la société et dénonçant les violences faites aux femmes ou bien est-ce seulement le reflet d'une partie de la société tunisienne qui considère encore la femme comme un être humain « incomplet », manquant à tout âge de maturité et de lucidité et ne pouvant en aucun cas se détacher de la tutelle des hommes de son entourage ?
Les mentalités évolueront-elles un jour pour donner sa juste place à la femme, en tant que citoyenne à part entière, égale à l'homme et ayant exactement les mêmes droits et devoirs que lui ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.