Tunisie-URGENT : La chaine Hannibal TV suspendra sa diffusion à partir de cette date    Tunisie – Kais Saied [VIDEO] : « J'appelle les honnêtes patriotes à nettoyer le pays de ceux qui ont altéré ses capacités »    Infos Bourse – Le groupe UADH bloqué par les banques    Il n'y aura plus de Facebook à partir de demain... Il s'appellera Meta !    Grandes cultures : Signature d'une convention de partenariat entre l'UTAP, l'INGC et la BNA pour accompagner les producteurs    Championnat Arabe Handball : EL MAKAREM 4 sur 4    Ghazi Chaouachi appelle Kais Saied à éclairer l'opinion publique sur ce point    Opportunités : Le marché nigérien tend la main aux businessmen tunisiens    Le président de la République exige un audit minutieux des prêts et dons accordés à la Tunisie    Ghazi Chaouachi : Le discours populiste de Kais Saied ne mènera nulle part    Découverte d'une cellule terroriste féminine    Tunisie- Accidents de la route : 50% des morts sont des jeunes    Le 4ème sommet anti-tabac : Nouvelle ligne de défense contre le fléau du tabagisme    Report de l'affaire de harcèlement sexuel dans laquelle est accusé Zouhair Makhlouf    La Tunisie dispose d'un stock de céréales pour seulement 3 mois de consommation    Le septième congrès électif de l'ODC, aura lieu les 5 et 6 novembre    Violation à grande échelle des données personnelles dans le milieu universitaire tunisien, s'inquiète l'INPDP    Le CA Bizertin annonce officiellement le départ du président Abdessalem Saidani    Pour les vacances scolaires : Les belles surprises de la Cité des sciences    Le financement des projets d'infrastructure objet de la rencontre entre Samir Saïed et Sarra Zaâfrani    Perturbation de l'approvisionnement en eau potable dans la région du Sahel    Marwen Trabelsi revient avec une première exposition personnelle de peinture "Jardin Intérieur"    Classico ESS-CA : Compos probables et Historique    Augmentation de capital de One Tech Holding : Moncef Sellami tient la promesse faite aux actionnaires    Exposition "Viral" de l'artiste iranienne Yassi Pishvaei à l'espace Mouhit    Samir Dilou : Si les dirigeants du passé étaient mauvais, pendez-les !    Tunisie-Ligue 1 (J2): les matches de ce jeudi    Problèmes de l'environnement à Sfax : Pas de solutions immédiates, assure Leila Chikhaoui    Sfax: Aujourd'hui, grève générale dans le secteur privé [Vidéo en direct]    Foot Européen : Programme TV de jeudi (HT)    CAN 2021 : la CAF autorise 28 joueurs par sélection au lieu de 23    Falsification de titres fonciers à Ben Arous : Quatre agents administratifs impliqués    L'aéroport de Tobrouk reprendra ses vols vers la Tunisie    France : Paris : La gare du Nord évacuée suite à une alerte à la bombe !    Grave accusation contre Bin Salman : il aurait planifié le meurtre du roi Abdallah    CSS vs EST : où regarder le match de la 2ème journée de ligue 1 tunisienne du 27 octobre    Pièce de théâtre "Langar" du 28 au 30 octobre à El Teatro    Ons Jabeur se hisse à la 7ème place mondiale    Le cauchemar de Macron : l'Algérie interdit le français dans les administrations    Métamorphose #2 de Essia Jaïbi et Jalila Baccar en ligne le 29 octobre    Vient de paraître : " Quatrains en déshérence ", un recueil poétique de Abdelaziz Kacem    Les Retrouvailles Musicales avec le CSO autour de Mozart et Saint-Saëns    Tunisie-JCC 2021 : Modalités d'achat et prix des billets    Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie: (vidéo) Houcine Dimassi: la levée des subventions est inévitable
Publié dans Tunisie Numérique le 05 - 04 - 2014

Combien de preuves faut-il encore pour démontrer la responsabilité évidente des gouvernements de la Troïka I et II dans la crise économique aigue que traverse le pays?
Depuis le départ du gouvernement Ali Lâaryedh, les dysfonctionnements et la mauvaise gestion qui se faisaient légion à son époque ainsi que celle de son prédécesseur Hamadi Jebali sont dévoilés au grand jour. Une pétition a même été signé pour dénoncer l'impact de la politique économique de la Troïka dans la crise actuelle et lui réclamer des comptes.
Pourtant il aurait fallu l'arrivée de Mehdi Jomâa et ses mots à peines voilés de la quasi faillite de l'Etat pour que chacun prenne conscience de la gravité de la situation. Et pour cause personne n'osait imaginer l'ampleur de la crise, cette bombe à retardement dont nous serons tous touchés.
Malgré les vaines tentatives des ex-membres de la Troïka de se dédouaner, chacun sait que le chef du gouvernement est acculé à faire la tournée des pays du Golfe ou des Etats-Unis pour emprunter non pas à des fins d'investissement mais de consommation et de renflouement des caisses vides.
8 milliards de dinars de déficit à combler, c'est à cette tâche que devra s'atteler l'actuel gouvernement, et pour s'y faire, l'annonce de mesures forcément douloureuses et impopulaires parait inéluctable.
C'est ce que nous explique l'économiste, Houcine Diamassi.
N'ayant eu de cesse de reporter, par populisme, des réformes structurelles indispensables, les gouvernements de la Troïka se sont enfoncés à travers l'envolée des dépenses publiques, des recrutements anarchiques et des augmentations non étudiées.
Tout à chacun a une idée sur ce qu'aura coûté la constitution et l'amnistie générale.
« 130.000 personnes ont été recrutées dans la fonction publique en trois ans soit plus que 30.000 recrutements par an » a déclaré Houcine Dimassi précisant que normalement, la capacité de la fonction publique ne peut dépasser les 10.000 recrutements.
Pis, les gouvernements précédents ont contribué à l'explosion de la dépense au lieu de la consolidation des recettes fiscales, a déploré notre interlocuteur.
Ils ont en outre failli à leurs engagements de restreindre le volume des subventions à partir de l'année 2013, en rafistolant la loi de finances de peur d'une confrontation avec les syndicats.
Par conséquent, c'est le gouvernement de Mehdi Jomâa qui aura à prendre ces mesures et la rupture se fera sans concessions.
Les répercussions se feront ressentir sur les classes moyennes et défavorisés que ce soit à travers la levée des subventions ou la flambée des prix, avertit Houcine Dimassi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.