Candidature au patrimoine mondial de l'Unesco : L'île de Djerba répond aux critères requis    L'industrie automobile frappée de plein fouet par le Coronavirus    Gouvernement de Fakhfakh : Ghannouchi rencontre les ministres d'Ennahdha    Un été torride annoncé en Tunisie    Selon Faycel Derbal: L'application des normes IFRS exige un nouveau texte de loi    En vidéo :Pendant une réunion secrète sur le S17, Mohamed Affes se filme et publie sur Facebook    Exposition : « Raffaello, le portraitiste », Reproduction en HD des plus célèbres portraits du peintre italien de la Renaissance    BakchicheLand, le dernier roman satirique de Abdelaziz Belkhodja    Foot-Coupe de Tunisie : Programme des 16èmes de finale    Fakhfakh reçoit Karoui pour discuter des Règles du Jeu…    Le gouvernement Fakhfakh en chiffres : 15 portefeuilles pour des indépendants dont 6 femmes    Coronavirus, trois italiens contaminés en Lombardie    CONDOLEANCES    Ligue 2 : programme et arbitres de la 14e journée    Inclusion financière (I) : Privilégier les catégories marginalisées    Industries pharmaceutiques : La SIPHAT lutte pour retrouver une santé financière    Augmentation de capital de Carthage Cement : La souscription atteint 80%    Gouvernement Fakhfakh : Al Karama juge que le problème n'a pas été résolu    Les priorités du nouveau gouvernement, selon Hichem Elloumi    De plus en plus de Libyens arrivent en Tunisie    En vidéo : Azza Filali lève le rideau sur son nouveau roman    Chemins de l'herméneutique : Le tournant heideggerien    «Queen & Slim» de Melina Matsoukas actuellement dans les salles : Le récit d'une cavale meurtrière    France | Décès de Jean Daniel à l'âge de 99 ans : Le 4e pouvoir perd l'une de ses plus belles plumes    Affaire terroriste de Mnihla : Peines allant de deux ans de prison à la perpétuité    Rien ne va plus à l'USM : La dégringolade!    Renouvellement de l'appel pour effectuer صلاة الاستسقاء    Boxe | Tournoi qualificatif aux J.O de Tokyo : Tokyo via Dakar    Triathlon | Coupe d'Afrique : Cap sur le Zimbabwe    Au travail !    AGRICO.TN : Une place de marché agricole gratuite en Tunisie    La Tunisie condamne la double fusillade près de Francfort    Le stock de médicaments à la pharmacie centrale suffisant pour trois mois    Jean Daniel, le Tunisien, par Guy Sitbon    Vaccin anti-coronavirus : la Chine prévoit des tests sur l'homme dès avril    Décès d'un tunisien en Libye    Une maman filme la détresse de son fils pour dénoncer le harcèlement scolaire    Orange Tunisie et l'association SHANTI annoncent le lancement de la plateforme elmensej.tn de mise en valeur des produits des artisanes de la région de Nefta    Ligue des champions d'Asie/ Al Sadd : l'algérien Bounedjah suspendu 2 mois par l'AFC    Météo : brume et brouillard le matin    Wadii Jary renouvelle sa candidature pour la présidence de la FTF    Un grand ami de la Tunisie n'est plus    La justice suisse inculpe Nasser Al-Khelaïfi    Avec Eloquence, Mohamed Zinelabidine tire sa révérence    Découvert par les forces sécuritaires et militaires : Un camp de terroristes sur les hauteurs de Kasserine    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie – VIDEO – Taxi-Scooter : N'est-il pas temps d'ouvrir le débat et de sortir de sous l'emprise de « l'empire des taxistes » ?
Publié dans Tunisie Numérique le 28 - 11 - 2019


Partagez2
Tweetez
+1
Partagez
2 Partages
L'histoire du taxi-scooter n'en finit pas de susciter polémique sur polémique, et de déclarations sur contre-déclarations. Les tout-puissants taxistes ont, dès le début, annoncé la couleur, en opposant leur refus catégorique de laisser travailler ces jeunes gens et leurs engins à deux roues. Il y a, même, un des taxistes qui n'a pas hésité à déclarer que ses collègues sont prêts à déclencher une guerre civile, dans le pays, pour empêcher les taxi-scooters de travailler. Les taxistes prétendent avoir peur pour leur gagne-pain, et condamnent la concurrence déloyale de ces nouveaux engins.
D'un autre côté, le nouveau projet est très attrayant à plus d'un titre. D'abord, il constitue une alternative aux usagers qui se déplacent dans les rues exigües du centre ville, et des cités surpeuplées, et où la circulation automobile est, presque, impossible. Ceci sans oublier la capacité en termes de nombre d'emplois que pourrait créer ce projet, ni son côté innovateur, qui va tenter plus d'un jeune, qui sont en train de sillonner les avenues des grandes villes, sur leurs deux-roues, sans but précis, et qui vont se trouver avec un boulot qui est rentable, et qui correspond à leur meilleur passe-temps. C'est comme l'histoire des footballeurs professionnels qui sont grassement payés à s'amuser et à s'adonner à leur hobby.
Or, ne voila-t-il pas que le ministère des transports se lance dans l'arène, et, pliant sous le poids des pressions des taxistes, émet un communiqué pour signifier que ce nouveau secteur est interdit, prétextant qu'il n'y a pas de cahier de charges régissant ce type d'activité. Or il n'est pas de secret pour personne qu'en l'absence de cahier de charge, ou d'interdiction légale, franche, toute activité devient libre et autorisée. Et si c'était interdit, pourquoi cela est-il autorisé, par exemple pour les zones touristiques, pour louer les motos et des quads ?
Et il est malheureux que l'Etat se jette tête la première dans ce combat entre les taxistes et les promoteurs des taxi-scooters, en prenant la défense des premiers, au détriment des jeunes promoteurs. Et dire que l'Etat est supposé, non seulement, autoriser, mais aussi, encourager les initiatives privées des jeunes. Et non pas s'opposer à leurs ambitions, pour servir les intérêts d'un secteur mis sous l'emprise d'un groupe d'opportunistes, qui monopolise le secteur des taxis en abusant des efforts des chauffeurs qui ne perçoivent que des miettes des recettes, et qui sont condamnés à rester toute leur vie, de simples chauffeurs de taxis, et ne pourront jamais accéder à la licence d'un taxi.
Or, en y pensant de plus près, les secteurs desservis par les deux types de véhicules ne se superposent, pratiquement, pas. Puisque les scooters ne transportent qu'un seul client à la fois, au contraire des taxis qui ont le privilège d'en transporter jusqu'à quatre, à la fois. Mais, aussi, parce que les scooters ne vont pas desservir le territoire, traditionnel des taxis, mais, plutôt, des endroits où les taxistes refusent, en général d'aller, parce que non rentables, ou parce que la circulation y est insoutenable. Et aussi, parce que les scooters ne vont pas grignoter sur les lignes préférées des taxistes que sont les banlieues et autres secteurs trop éloignés pour des deux roues.
Toujours est-il que çà serait, le moment et l'occasion propice, pour lancer le débat sur ce secteur, tenter de briser le monopole qui l'étouffe, et pour étudier les avantages d'encourager les initiatives des jeunes, et ne pas tuer dans l'œuf l'embryon de leurs rêves.
N'est-il pas temps, aussi, de penser à briser les monopoles, et ouvrir la porte à la concurrence, et que le meilleur gagne? Sachant que tout le bénéfice sera pour les usagers!
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!
Partagez2
Tweetez
+1
Partagez
2 Partages


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.