La police turque aurait déjoué un attentat à la bombe visant le cortège d'Erdogan    Erdogan échappe à une tentative d'assassinat    Coronavirus : 1 décès et 219 nouvelles contaminations, Bilan du 3 décembre    Turquie [VIDEO] : Démantèlement d'une tentative d'assassinat d'Erdogan lors d'un rassemblement populaire    Coupe Arabe : Démonstration de force à l'égyptienne et 5-0 à la fin    L'ordre des médecins s'oppose à l'Innovation et aux Startups    Abir Moussi : Le président n'est pas habilité à modifier le régime politique et la loi électorale    Tunisie : Nouvelle décision de Kais Saied    MEMOIRES: Béchir HAMMAMI    Gafsa | dur, dur d'être jeune…    REMERCIEMENTS ET FARK: Khemaies GUEBLAOUI    Tunisie-coronavirus : Vers la fermeture des frontières? le ministre répond    CMF : Visa pour l'admission en Bourse de "Smart Tunisie"    Les recettes douanières ont augmenté de 17,2%, fin novembre    La startup Tunisienne Lamma accélère sa vision Quick commerce et acquiert Farm Trust    Louzir : La personne infectée par « L'Omicron » va bien et n'a montré aucun symptôme    Tunisie : Hausse de 17,2% des recettes douanières durant les 11 premiers mois de l'année 2021    Coupe Arabe : Les Marocains écrasent la Jordanie et se qualifient pour les 1/4    NBA : Phoenix privé de record, le derby de LA pour les Clippers    JTC 2021: Une inauguration inédite célébrant plusieurs expressions d'art et transmise à la télé    Tunisie – Japon : Conférence "JICA Chair" et signature d'un mémorandum de coopération à l'ENA de Tunis    La Tunisie perd son match contre la Syrie (0-2): Une grande désillusion à la Coupe arabe FIFA 2021    Tunisie [EN DIRECT] : Les militants de l'Union affluent à la Kasbah pour commémorer l'assassinat de Farhat Hached    Foot-Europe: le programme du jour    Monde: Un accord « historique » entre la France et les Emirats Arabes Unis    Pourquoi: Vente illégale d'eau    Tahya Tounes annonce son congrès extraordinaire en mars 2022    Conférence d'Oran : La contribution des 3 pays africains au Conseil de sécurité de l'ONU a été capitale (Jerandi)    Bilel Sahnoun, Directeur Général de la Bourse de Tunis: "La Tunisie n'a toujours pas saisi l'opportunité des financements verts"    NEWS: Zerdoum passe au CA    Marathon International COMAR Tunis-Carthage: Courons pour l'environnement    On nous écrit: «J'ai fermé mes maisons » de Marianne Catzaras Sur ses collines, Athènes attend    «On a Blade of Grass» de Fares Thabet à Selma Feriani Gallery du 13 décembre 2021 au 5 février 2022: Un environnement rêvé    Exposition de photos: Splendeurs et couleurs de la Médina de Tunis    Yasmina Khadra appelle au sauvetage de la librairie El Moez    Premier ministre italien : « la Tunisie doit tracer une voie politique claire »    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    Tunisie : Leila Jaffel crée une équipe pour le suivi des activités des directions régionales de la justice    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Tunisie-Météo: Temps nuageux sur l'ensemble du pays    Coupe arabe FIFA 2021 | Tunisie-Syrie (0-2): La grande désillusion des aigles de Carthage    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pas d'interférence des industriels du tabac en Tunisie mais la contrebande sévit durement
Publié dans TAP le 30 - 05 - 2012


Tweet
Share
TUNIS (TAP, Rédaction Yamina Touati) - Combattre l'interférence de l'industrie du tabac est le thème choisi cette année pour célébrer la journée mondiale sans tabac. Cet événement sera marqué en Tunisie par la présentation d'un rapport exhaustif sur le programme national de lutte contre le tabac dans ses différentes composantes (éducation et sensibilisation, législation, politique tarifaire et coordination avec divers intervenants).
Une mission confiée à une consultante qui se penche depuis une année sur l'évaluation de ce mécanisme. A la lumière des résultats attendus samedi 2 juin, à la cité des sciences, à Tunis, un plan d'action multisectoriel sera élaboré pour mieux combattre ce fléau qui gagne en vigueur, notamment, dans les milieux scolaires, a déclaré Dr Mounira Masmoudi Nabli, responsable du programme national de lutte contre le tabagisme.
"En Tunisie, il n y a pas d'interférence de l'industrie locale du tabac", a rassuré la responsable, qui a toutefois déploré la forte présence des firmes internationales. Déstabilisées par la puissance du dispositif antitabac mis en place dans les pays développés, ces dernières ne ménagent aucun effort pour atteindre les populations dans les pays en voie de développement où la prise de conscience des méfaits du tabac n'est pas toujours évidente.
Des manifestations sportives et culturelles sont parrainées par ces industriels qui utilisent divers autres moyens pour induire en tentation.
Une enquête multicentrique sur la consommation du tabac recommandée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) auprès des enfants entre 13 et 15 ans et réalisée en 2010 a révélé que des bonbons et chocolats comportant de la nicotine sont distribués gratuitement aux enfants par leurs pairs dans les milieux scolaires.
La contrebande au service des industriels du tabac
Dr Nabli a soulevé aussi la contrebande des cigarettes, un phénomène qui sévit durement, notamment, après la révolution. En 2011, la douane tunisienne a saisi 60 mille cartouches de cigarettes d'une valeur de 2 millions de dinars. Et au début du mois, plusieurs individus ont été arrêtés pour trafic de tabac et de tabamel. Ceci étant, les cigarettes de contrebande continuent à garnir les étals anarchiques dans les principales artères du centre ville. "Un commerce encore plus juteux que les produits Made in China", selon des membres du circuit.
Si en apparence les produits contrefaits nuisent aux industriels du tabac, il ne fait aucun doute, qu'ils représentent un "refuge biaisé" pour les fumeurs dissuadés par la hausse des prix des cigarettes imposée par la convention cadre de lutte contre le tabac, estime Dr Nabli.
Les contrebandiers du tabac sont un allié redoutable des industriels puisqu'ils garantissent le maintien de la dépendance à la cigarette. Le jour où la contrebande est cernée, il ne reste pour le fumeur d'autre choix pour s'approvisionner que le marché légal, a-t-elle poursuivi.
En Tunisie, une avancée considérable a été enregistrée en 2009, proclamée année nationale de lutte contre le tabac. Une campagne de sensibilisation a été organisée associant départements gouvernementaux, société civile, médias et représentants de l'OMS. Les patrouilles déployées au cours de cette période dans les lieux publics (cafés restaurants, salons de thé…) ont conduit à la fermeture de nombreux locaux. Résultat : Entre fin 2009 et fin 2010, le nombre des fumeurs a baissé de 3,5 pc.
"Aujourd'hui, avec la nouvelle conjoncture dans le pays nous sommes revenus à la case départ", regrette Dr Nabli.
Une stratégie, trois actions
La lutte antitabac en Tunisie passe par trois grandes actions. La sensibilisation et l'éducation dès le jeune âge. Une action préventive qui fait l'objet d'un projet expérimenté dans plusieurs écoles pilotes avec pour objectif le renforcement de la résistance des jeunes générations contre tous les comportements à risque (violence, délinquance, conduite imprudente, tabac…).
La sensibilisation s'adresse en deuxième lieu au grand public avec des programmes ciblés pour chaque catégorie sociale et chaque milieu.
"Les organisations non gouvernementales peuvent beaucoup aider dans ce sens car elles sont mieux entendues par les populations. Aujourd'hui celles qui s'intéressent au tabagisme ne sont pas nombreuses", regrette-t-elle.
La deuxième action consiste en l'adaptation de la législation nationale aux dispositions de la convention cadre ratifiée par la Tunisie en 2010.
La convention interdit la vente des cigarettes en vrac et aux individus de moins de 18 ans. Elle interdit, également, la consommation du tabac dans les lieux publics et impose d'afficher des images choc sur les paquets de cigarettes et d'élever les prix du tabac.
"L'augmentation du prix des cigarettes en Tunisie n'est pas significative", constate la responsable. L'expérience dans les pays développés montre qu'une bonne législation, une politique tarifaire sévère, une éducation ciblée pour chaque milieu et chaque catégorie sociale et le remboursement des produits aidant au sevrage tabagique, sont la meilleure riposte à l'interférence des industriels du tabac.
La 3è action consiste en l'aide au servage tabagique. Dr Nabli a signalé trois types de dépendance. La dépendance chimique, la dépendance, psychologique et la dépendance gestuelle. Les fumeurs sont d'abord détectés par les médecins de première ligne puis orientés, selon leur volonté vers les consultations de sevrage réparties sur tout le territoire (entre 4 à 5 consultations par région).
Toutes les cigarettes se valent
Toutes les cigarettes se valent, a affirmé Dr Nabli. "Nous sommes en cours de négociation avec divers intervenants pour coller les images choc sur les paquets de cigarettes, interdire la vente aux moins de 18 ans et surtout retirer certaines expressions suggestives telles que "light, aromatisé, légère".
"Je trouve inconvenant qu'on attribue la date de l'indépendance à une marque de tabac dont on est les pauvres prisonniers", ironise Dr Nabli.
La population tabagique en Tunisie se chiffre à un million 700 mille fumeurs. En moyenne le Tunisien prend sa première cigarette à 11 ans.
Avec ses 4 mille substances nocives le tabac tue chaque année 20 personnes par jour et 7 mille par an. Dans le monde, la cigarette est responsable de 6 millions de décès par an.
"Chaque fumeur est un cas à part", confie Dr Nabli. Il n'existe pas de recette miracle applicable à tous les fumeurs. Certains nécessitent une prise en charge psychologique, d'autres ont besoin de médicaments ou des deux à la fois. Les motifs d'abandon diffèrent d'un fumeur à un autre. Mais souvent, des problèmes graves de santé du fumeur ou de son entourage provoqués par le tabac sont à l'origine de la décision d'arrêter. Mais faut-il en arriver là ?
Tweet
Share
Précédent Suivant


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.