Signature d'un accord entre Syphax Airlines et TUI Russia pour le transport de 50.000 touristes depuis la Russie vers la Tunisie    Ounaies : Il ne faut pas prendre négativement la séance du Congrès US à propos de la Tunisie    Ministre du Tourisme-fête du Mouled: Le festival sera un événement d'envergure internationale    Amel Moussa dénonce la cyberviolence exercée à l'encontre des femmes    Bir Bouregba: Taoufik Charfeddine se rend au siège de l'unité spéciale de la Garde nationale    Mohamed Ali Boughdiri : Il ne faut pas avoir peur du retour de la dictature en Tunisie    Classement WTA : Ons Jabeur se hisse à la 8ème place mondiale    Foot Tunisien – le Bilan de nos expatriés    Samir Dilou : Je rêve d'un parti politique composé de jeunes et présidé par une femme    Yassine Ayari exprime son entière solidarité avec Moncef Marzouki et Ahmed Nejib Chebbi    Tennis – Classement ATP : Malek Jaziri 297e mondial    Foot Européen – Programme TV des matches de lundi (HT)    Le certificat de vaccination bientôt obligatoire pour accéder à certains espaces ?    Accès gratuit aux monuments historiques à l'occasion de la fête du Mouled    Dr Reinincke à la tête du German Orient Institute    Bilan - Covid-19 : 133 nouveaux cas et trois décès le 16 octobre    Le ministère du commerce lance un programme de contrôle du secteur des fruits et légumes    Commerce : Hausse de 50% des infractions économiques relevées au mois de septembre 2021    Tunisie : Augmentation, en septembre, du prix de la production du poulet de chair    Signature d'une convention de partenariat entre Fipa Tunisia et Novation City    Sfax-Campagne d'information [VIDEO] : L'équipe de Kais Saied passe à l'action    Reprise de la ligne Tunis-Tozeur-Tunis    Deux fonctionnaires de la délégation régionale de l'Education placés en détention    26% des convoqués se sont présentés aux centres de vaccination, le 16 octobre    Reprise de la distribution de l'huile végétale subventionnée à partir du 19 octobre    Montpellier – Lens : Où regarder le match en direct et live streaming ?    QNB participe à la campagne de sensibilisation à l'importance du dépistage précoce pour prévenir le cancer du sein    Riadh Zghal - Tunisie: Où va le processus de la transition démocratique ?    Octobre rose : Campagne de sensibilisation sur le dépistage précoce du cancer du sein à Sidi Bouzid    Ons Jabeur s'incline face à Paula Badosa Gibert    Lyon vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    Concours "Aux cœurs des mots" : aucun officiel Tunisien ne s'est manifesté pour recevoir le prix !    La Télévision nationale ne transmettra pas les rencontres de la première journée du championnat    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Les membres du Grand Jury des JCC    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Secousse sismique à Gabès    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie : Mourad Mathari, «Je ne connais pas un pays où le ministère de la Culture a autant de prérogatives!»
Publié dans WMC actualités le 14 - 05 - 2012

Mourad Mathari est producteur de plusieurs grands événements culturels, comme les festivals de «Jazz à Carthage», «Night in Tunisia», «Musiquat», et des concerts comme ceux de Sting, Ramazotti, James Brown, Seal, Diana Krall, Herbie Hanckok… L'événementiel est un secteur qui pourrait devenir porteur si on le dote des outils nécessaires. En cette Tunisie postrévolutionnaire, les réformes tardent à se mettre en place par une administration sclérosée alors que le temps qui passe joue peut-être contre la Tunisie.
WMC: Au delà du volet artistique, «Jazz à Carthage by Tunisiana» est une entreprise. Elle crée de l'emploi et paye ses taxes, notamment sur la présence des artistes étrangers... Quelle est votre évaluation de la situation concernant votre secteur d'activité? L'attitude de l'administration a-t-elle évolué en la matière?
Mourad Mathari : Notre secteur a, comme tous les autres, subit le contrecoup de la crise mondiale et des évènements en Tunisie. L'insécurité surtout, durant l'année 2011, a gelé en quelque sorte l'activité. Par contre, à part les aléas conjoncturels, notre secteur continue de souffrir d'une certaine marginalisation et de procédures administratives qui gagneraient à devenir plus transparentes.
Les procédures anciennes, qui perdurent encore, plus d'une année après le 14 janvier 2011, sont toujours dénuées de bon sens et dissuadent toutes les initiatives privées. Le parcours pour l'obtention des différentes autorisations, spécialement conçu par l'administration pour se protéger et faire de la culture sa chasse gardée, est digne du parcours du combattant! Nous avons déployé de multiples moyens pour sensibiliser les plus hauts responsables. Rien n'y fait!
Peut-on parler tout de même d'entrepreneuriat culturel en Tunisie?
Les institutions de l'Etat sont exonérées de toutes formes de taxes alors que les privés sont assujettis à plusieurs taxes et droits. Le régime fiscal est totalement dissuasif et les procédures administratives font que c'est toujours l'Etat qui est privilégie. Il reste en position dominante. On peut alors comprendre que cela freine le développement des secteurs de l'activité culturelle et d'animation touristique en Tunisie.
Sous prétexte de problèmes de devises, la Banque centrale bloquait des contrats d'artistes qualifiés de “coûteux“. Coûtent-ils seulement plus cher que des voitures de luxes importées pour X ou Y et par plusieurs centaines? La vérité est que la culture est loin d'être une priorité pour le pays. Pourquoi ne réussit-on pas à voir le potentiel du «Business» de la culture Un vrai secteur que plusieurs pays ont investi massivement et ils ont eu raison? Regardez le retour sur leurs investissements !
Il est encore malheureusement prématuré de parler d'entrepreneuriat culturel. Si par ses procédures et ses taxes, le ministère de la Culture pense maîtriser un secteur à la réputation pas toujours très bonne, il aboutit à l'effet inverse. Dans le secteur touristique, pour l'organisation des concerts ou des dîners gala ayant lieu dans des hôtels ou des espaces touristiques, on se joue des contrats avec la complaisance des services administratifs concernés ! Est-il normal que les seuls qui sont -volontairement- pénalisés sont les vrais professionnels qui évoluent dans la transparence?
Est-ce que vous voulez dire que dans votre métier, vous avez à faire à un concurrent de taille: l'Etat ou le ministère de la Culture?
Le ministère de la Culture se positionne encore et toujours comme la plus grande agence de production artistique du pays. Est-ce son rôle? Il est juge et partie en matière de cahier des charges, des différentes autorisations, de calcul des taxes, d'autorisation de change, d'octroi de subventions, et organise les festivals majeurs du pays... Je ne connais pas un pays ou le ministère de la Culture a autant de prérogatives ...
En fait, il devrait jouer le rôle de soutien en subventionnant et surtout en agissant au niveau des infrastructures. A ce niveau, nous sommes extrêmement pauvres! Nous n'avons aucune salle de spectacle couverte digne de ce nom à Tunis. Je ne parle même pas de l'intérieur du pays où l'accès à la culture est inexistant.
L'Etat doit se désengager au profit des professionnels de chacun des secteurs de la Culture que sont le cinéma, le théâtre, la musique ... Ce ne sont pas les compétences qui manquent, pour mener à bien les manifestations existantes.
L'univers de l'évènementiel pourrait être créateur de valeur mais aussi d'image. Quelles seraient les mesures que vous préconiseriez pour atteindre cet objectif?
L'activité culturelle reste chez nous très marginale. Le potentiel du secteur ainsi que ses retombées continuent encore aujourd'hui d'échapper aux décideurs, responsables et investisseurs. Je ne rate aucune occasion pour le rappeler aux différents ministres et responsables ainsi qu'aux médias. De nombreux pays l'ont compris et ont réussi leur pari. Regardez le Maroc par exemple... Nous sommes à la traîne.
Quelles mesures urgentes préconiseriez-vous?
L'instauration de procédures simplifiées, rationalisées et rapides (guichet unique), la réduction des taxes et droits, l'instauration d'une taxe unique calculée sur des bases claires et objectives aussi bien pour les privés que pour le public, la réorganisation de l'OTPDA, pour en faire un véritable organisme de droits d'auteurs et non un organisme contribuant au verrouillage du système …
De façon plus générale, pourquoi la culture tunisienne ne parvient-elle pas à attirer suffisamment de financements privés?
Il s'agit de la conséquence de plusieurs années de mauvaise gouvernance de la culture. Le président déchu craignait les hommes et femmes de la culture, d'où cette politique de "terre brûlée" mise en place pendant des années.
Par ailleurs, les entreprises veulent tirer profit des évènements pour une meilleure visibilité. Pour cela, elles n'ont pas besoin d'investir dans la culture mais plutôt d'atteindre les masses, ce qu'elles font très bien à travers les évènements sportifs essentiellement. Rares sont celles qui se soucient d'image, qui adhèrent à des valeurs et véhiculent une culture quelle qu'elle soit.
Les entreprises citoyennes ne courent plus les rues. Elles tentent de régler des comptes, de résister et peinent ou hésitent à soutenir la relance culturelle et touristique du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.