Saïed, Moussi, Chelbi… Les 5 infos de la journée    Entrée en activité du Laboratoire d'Innovation de la BH Bank    OoredooEZ CUP : plus de 35.000 dinars à gagner dans le tournoi Valorant avec Ooredoo    Tunisie – La mouvance du 25 juillet claque la porte à la face d'Imed Hammami    Tunisie – « Les partis de l'opposition font pitié »    Tunisie – La FTF félicite et remercie les spectateurs tunisiens du Parc des princes    Mondial Basket Féminin : Sur quelle chaîne regarder les quarts de finale ce jeudi ?    Référendum en Ukraine : Le oui à l'annexion de territoires ukrainiens l'emporte    Les USA appellent leurs ressortissants à quitter la Russie sur le champ    Interpellation de deux individus pour vol de 100 kilos de cuivre appartenant à deux sociétés publiques    Après Abir Moussi le nouveau combat de Kamel Fekih : La spéculation    Tunisie: Une croissance économique de 2,9 % en 2023, selon la Berd    Les Etats-Unis appellent leurs citoyens à quitter ''immédiatement'' la Russie    France : Nouvelle polémique, Giroud et Varane fêtent la défaite dans une boite de Copenhague !    Mohsen Marzouk déplore l'inertie de la Tunisie devant un contexte mondial marqué par la guerre et les tensions    Plateforme Salema d'information et d'orientation sur le "VIH/SIDA et droits de l'homme", lancée    La tunisienne Ameni Esseibi défile à la Fashion Week de Paris    Malek Zahi : le secteur informel emploie 36% de la main d'œuvre active en Tunisie    Protection civile: Plus de 300 interventions recensées hier    Coupe du monde (Préparation) : Résultats des matches amicaux    Le SNJT déplore le décès du journaliste Noureddine Tabboubi    Le syndicat des forces de sécurité intérieure organise une journée de colère à Sfax    Erdogan a trouvé plus fort que lui : il est obligé de lâcher son copain Poutine    Bizerte: Les préparatifs vont bon train pour la saison de la récolte des olives    Lotfi Riahi : une famille de quatre personnes aurait besoin de près de 3.500 dinars par mois pour une vie décente    Zarzis | Embarcation de fortune portée disparue : De faux espoirs ?    L'incident du jet de la banane sur Richarlison fait la Une des journaux    Météo en Tunisie : Possibilités de pluies éparses et orageuses dans les régions côtières    Moussi : Saïed parle d'importation de produits cosmétiques et n'évoque pas les 80 MD dépensés dans le cadre du référendum    Hatem Yahyaoui : la Tunisie dépense 50 millions de dinars en parfums    André Parant, à La Presse : «Des efforts considérables à fournir pour rehausser le niveau de français en Tunisie»    Abir Moussi appelle les tunisiens à descendre dans la rue    Intègre, mais surtout compétent    CAB | Situation financière : Ça se décante peu à peu...    Faouzi Benzarti au MCAlger : Une découverte !    BIZERTE — 5e édition du Forum Mondial de la Mer: L'appel des experts pour faire face à l'urgence océanique    Zoomactu: Pluies salvatrices    L'entreprise autrement: L'impasse ?    Najla Bouden s'entretient avec l'ambassadeur d'Italie à Tunis    Les cinq ministres des Affaires étrangères de l'UMA invités à un sommet à Alger    Zarzis | Migration clandestine : Des «harragas» portés disparus    Majdi Karbai : l'extrême droite italienne évoque un blocus maritime    «Gadha» (seconde vie) de Anis Lassoued dans les salles : Vous avez demandé la vie ? Mettez le paquet !    Rétrospective Abbas Kiarostami : A la découverte des œuvres du maitre du cinéma iranien    Les Tunisiens Qui Sont-Ils ? D'où Viennent-Ils ? Les Révélations De La Génétique    Le Goethe-Institut présente l'exposition «Mirath : Music» : Le patrimoine culturel comme une entité vivante    Un dispositif sécuritaire draconien pour la fermeture des locaux d'un syndicat de police    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Gouvernance : Quand la centrale syndicale bouleverse les rapports de force en Tunisie
Publié dans WMC actualités le 27 - 11 - 2018

Deux jours après le succès de la grève générale dans la fonction publique, l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) convoque une réunion de sa commission administrative pour évaluer cette forte mobilisation et se prononcer sur les actions ultérieures. Ainsi, samedi 24 novembre, cette dernière a décidé de faire monter les enchères et de programmer, pour le 17 janvier prochain, une nouvelle grève générale dans la fonction publique (administration) et le secteur public (entreprises publiques).
Cette grave décision, si elle est maintenue, annonce un hiver social très chaud. Elle semble avoir donné, du moins au regard de son hypermédiatisation, des cauchemars à la nouvelle coalition gouvernementale Ennahdha–Youssef Chahed issue du dernier remaniement ministériel. Cette même coalition qui a refusé d'augmenter les salaires dans la fonction publique alors qu'elle l'avait acceptée dans les secteurs public et privé.
Cette grève est d'autant plus préoccupante qu'elle bénéficie, même par défaut, de l'appui d'importantes franges de la société, et surtout de l'Union tunisienne de l'agriculture et de la pêche (UTAP) et de l'Union nationale de la femme de Tunisie (UNFT), voire de la centrale patronale (UTICA).
C'est que la situation socio-économique dans le pays est devenue intolérable par l'effet conjugué de la cherté de la vie, de la modicité des salaires et de l'incompétence des gouvernants. La forte campagne de communication qu'a faite la centrale sur la réalité des salaires a touché l'ensemble des Tunisiens. Quand Noureddine Taboubi, secrétaire général de l'UGTT, révèle, en public et dans les médias, que les travailleurs tunisiens travaillent 4 semaines pour n'être rémunérés que l'équivalent d'une semaine, un tel constat ne peut que faire mouche.
L'UGTT courtisée par ses pires ennemis
Ebranlés par cette démonstration de force de l'UGTT qui devrait changer les rapports de force en place, Youssef Chahed a été amené, lors de la présentation, le même jour de la réunion de la Commission administrative de la centrale syndicale, de la déclaration du gouvernement, à l'occasion du démarrage du débat budgétaire sur le projet de loi de finances 2019, à tenir un discours conciliant envers l'UGTT et à la féliciter même pour l'excellent organisation de la grève générale de la fonction publique.
Son ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, a été plus direct. Il a déclaré à l'Agence TAP que le gouvernement «examine actuellement un accord avec l'UGTT pour assurer une augmentation de salaires dans la fonction publique et éviter la prochaine grève générale».
Mieux, les députés du parti Ennahdha, dont le président, Rached Ghannouchi, assumerait une grande responsabilité dans le rejet de l'augmentation des salaires dans la fonction publique, ont changé de ton, appelant le gouvernement à reprendre le dialogue avec l'UGTT.
Les députés nahdhaouis, Mohamed Ben Salem et Leila Oueslati, ont insisté sur l'urgence d'accorder aux agents de la fonction publique leur droit à l'augmentation salariale et de prendre au sérieux le préavis de grève générale pour le mois de janvier prochain.
Les nahdhaouis, pires ennemis de l'UGTT dans la mesure où ils ont toujours cherché à la marginaliser, particulièrement au temps de la Troïka, cherchent apparemment à limiter les dégâts, à gagner du temps et à barrer, momentanément, la route devant ceux qui tentent de tirer profit des mouvements de grève déclenchés par la centrale syndicale.
Quant à la deuxième tête de l'exécutif, la présidence de la République, le président Béji Caïd Essebsi donne l'impression qu'il se délecte de la détérioration de la situation dans le pays, lui qui, en principe, devait être le premier à se soucier de la stabilité générale dans le pays. C'est, dit-on, l'exception tunisienne en ce sens où tout est à l'envers ne serait-ce qu'à ce titre : le parti vainqueur aux dernières élections législatives de 2014 et dont est issu l'actuel chef de l'Etat ne gouverne pas.
Que mijote l'UGTT après sa démonstration de force ?
Abstraction faite des réactions des uns et des autres, la question est de se demander sur la nature de la stratégie que l'UGTT compte adopter pour valoriser cette démonstration de puissance qui l'érige de fait au stade de première force régulatrice du pays.
Du côté des dirigeants de la centrale syndicale, la tendance est de ne plus connaître des situations difficiles pareilles. Ils veulent en finir avec des gouvernants apatrides, incompétents et irresponsables. Lors des meetings qu'il préside, Noureddine Taboubi appelle constamment ses troupes à «se tenir prêts pour les prochaines échéances électorales».
Faut-il entendre par là que l'UGTT projette de se convertir en parti politique, projet qui avait donné des soucis à Bourguiba, premier président de la République tunisienne ? Ou va-t-elle soutenir un des partis ou un pool de partis capables de défendre les intérêts de ses adhérents au Parlement?
Même s'il est vieux en raison du rôle historique qu'avait joué et joue encore la centrale syndicale dans l'Histoire contemporaine de la Tunisie, le débat vient d'être relancé plus sérieusement cette fois-ci.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.