Mohamed Ennaceur : J'ai écrit ce que j'ai vécu, vu et entendu durant le jeudi noir !    Tunisie- 3000 milliards de dédommagements au profit des Nahdouis: Mabrouk Korchid accuse Ghannouchi et Ben Sedrine    Taper sur les médias ?    [La Tunisie qui gagne] Startup : «Il n'y a pas de monopole dans l'aviation légère, nous visons 5 à 10% du marché mondial», Foued El Kamel, PDG d'Avionav    Europa League : Les résultats des quarts de finale retour et les qualifiés    Ligue des champions (1/2 finale aller) : Real-Chelsea le 27 avril, PSG-Manchester City le 28    Tunisie: Le vaccin Pfizer nécessite t-il une troisième dose?    Météo : Temps pluvieux et baisse des températures    Badreddine Gammoudi : Il faut réquisitionner les cliniques privées !    Moez Chakchouk: Et pourtant, il faut que ça roule    Un gouvernement sans réaction    Tunisie – Noureddine Bhiri ne sait plus pour qui il roule ?    Tunisie – Ministère de l'éducation : Vers une suspension des cours ?    Tunisie – Les syndicats de l'enseignement font le bonheur des écoles privées ?!    Le Groupe QNB : Résultats financiers du 1er trimestre 2021    Bourse de Tunis : Le TUNINDEX termine la séance de jeudi dans le rouge    Tournoi de Charleston 2 : sans forcer, Ons Jabeur en quarts de finale    Vers l'inscription des sites d'el Magtaa et Sbeïtla au patrimoine mondial de l'UNESCO    Campagne spécial Ramadan 2021 de Ooredoo Tunisie: Vivez le meilleur ramadan avec Ooredoo    Si votre smartphone est bloqué, déposez une demande sur la plateforme Sajalni    Pêche durable : le Japon accorde à la Tunisie un don de 31 MD    Décès d'un citoyen dans l'explosion d'une mine à Kasserine    Tunisie-Kasserine: Une personne décédée dans l'explosion d'une mine au Mont Mghilla    L'Agora abrite l'expo-vente Ramadan'ART By le collectif des créateurs    Zellige, l'un des piliers de l'artiste Slim Gharbi    400 éditeurs tiendront en septembre 2021 à Tunis les états généraux du livre francophone    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 15 Avril 2021 à 11H00    Appel à des mesures efficaces en faveur des professionnels des arts dramatiques    Tunisie – Médias : Ils condamnent l'agression des journalistes de l'agence TAP par la police    DECES ET FARK : Ftouma Chelayfa    Ligue 1 : Le CS Sfaxien et l'Etoile du Sahel veulent reporter le Clasico    Renforcer l'écosystème institutionnel pour accompagner les entrepreneurs tunisiens    USM-ESS (3-1) : L'USM avec bravoure    News | Lassaâd Jarda intronisé au Raja        Ligue2 (Play-off) : programme de la 1ère journée    Coronavirus : 84 nouveaux décès enregistrés le 14 avril 2021    Tunisie- ARP: L'examen du renvoi fait par Kais Saied en session plénière    Rassemblement de protestation des journalistes devant le siège de la Tap    Tunisie – Séries TV et sit-coms : Evitons la médiocrité... Les enfants sont là !    Amag Ramadan Ceremony 2021 : 29 feuilletons, sitcoms et programmes télé en lice    Tunisie [Vidéo]: Tir du canon de l'Iftar à Béja    L'entreprise autrement | Processus grippé, rêve brisé (*)    Le neveu de Bayrem Ettounsi, Mahmoud Bayrem, à La Presse : « Saïed a ravivé la mémoire de Bayrem »    Afghanistan : Retrait de toutes les troupes américaines avant le 11 septembre    Militant des droits de l'homme et farouche critique des états unis, Ramsey Clark est mort    Visite du Chef de l'état en Egypte : Saïed veut renforcer les liens entre Al-Azhar et la Zitouna    Kais Saied visite Al-Azhar et la Cathédrale de la Nativité au Caire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kaïs Saïed Rached Ghannouchi : la guerre par Facebook interposé
Publié dans Business News le 03 - 03 - 2021

La situation est bien tendue entre Kaïs Saïed, président de la République et Rached Ghannouchi, président du parlement et du parti islamiste Ennahdha. Rien ne présage de sa fin au vu des publications incendiaires sur les réseaux sociaux.
Il ne se passe pas un jour sans que l'on lise des dizaines de posts Facebook et de tweets attaquant les deux présidents. Les uns sont appelées les « mouches bleues » (en référence à la couleur du parti Ennahdha) et les autres les suiveurs du président. Ceci reste anecdotique et ne mérite pas que l'on s'y attarde si ce n'est que l'on trouve, parmi les « mouches bleues », le gendre de Rached Ghannouchi et ancien ministre des Affaires étrangères, sieur Rafik Abdessalem.
Quotidiennement, ou presque, ce dernier publie un post incendiaire contre le président de la République. Sachant que le mari de Soumaya Ghannouchi, figure parmi les personnes les plus proches du président d'Ennahdha, et un de ses confidents, il n'y a qu'un pas à faire pour dire que les attaques contre le président de la République viennent directement du président du parlement.
Ce que Rached Ghannouchi n'ose pas dire en public, devoir de réserve oblige, Rafik Abdessalem le fait à sa place. Il dit tout haut en public ce que le cheikh pense tout haut en privé.
Mardi 2 mars, il a qualifié le président de machiavélique et un tas d'autres adjectifs injurieux qui peuvent même tomber sous le coup de la loi.
Lundi 1er mars, il relaie son intervention sur la chaîne islamiste pirate Zitouna TV où il prétend que les chambres obscures se trouvent désormais à Carthage.
Le même jour, il lance la rumeur (rapidement relayée par les « mouches bleues ») prétendant que le président de la République avait reçu des lots de vaccins provenant d'autres pays du Golfe.
Dimanche 28 février, il affirme que l'on a un président qui n'entend pas, qui ne voit pas et qui ne comprend rien au monde de la politique.
A lire également
Rafik Abdessalem : Kaïs Saïed n'entend pas, ne voit pas et ne comprend rien à la politique !
Samedi 27 février, il publie une série de posts relatifs à la grande mobilisation populaire pour la manifestation d'Ennahdha.
Vendredi 26 février, il diffuse une vidéo dans laquelle il appelle à la mobilisation générale pour défendre la constitution et le Parlement. Un sous-entendu au fait que le président de la République ne respecte pas la constitution puisqu'il s'est refusé d'organiser la cérémonie de prestation de serment du gouvernement Mechichi II.
A lire également
Abdelkarim Harouni et Fethi Ayadi affirment que la manifestation d'Ennahdha a rassemblé près de 100 mille personnes
Une fois le post de Rafik Abdessalem en ligne, ce sont des centaines de « militants » qui prennent la relève pour attaquer Kaïs Saïed en usant des mêmes éléments de langage et des mêmes objectifs formulés par monsieur gendre. Naturellement, les « leaders d'opinion » islamistes sont aux premiers rangs comme Radwan Masmoudi ou Skander Rekik.

Dans le camp d'en face, celui du président de la République, on répond comme on peut. Episodiquement, Kaïs Saïed sort pour tacler Rached Ghannouchi, sans jamais le nommer. Quant à ses aficionados, ils sont tombés dans le piège de défendre leur chef quoiqu'il fasse au risque de se discréditer. Ainsi le cas après l'éclatement du scandale des vaccins. Le parti islamiste est dénigré et attaqué tous les jours, mais les fans de Kaïs Saïed agissent en ordres dispersé. Ils n'ont pas de Rafik Abdessalem pour les guider et leur donner les éléments de langage nécessaires pour attaquer Ghannouchi. De fait, ils paraissent désordonnés, sans culture politique profonde, sans fil conducteur et sans objectif précis. Ils attaquent pour attaquer sans se soucier de l'impact et de l'effet. Ils rappellent que leur chef est élu par 2,7 millions de personnes et que Rafik Abdessalem n'a même pas réussi des élections à l'intérieur même de son parti. Ils répètent, bêtement, le slogan « Ghannouchi assassin » et « Ghannouchi terroriste ».
A lire également
Kaïs Saïed compare ses adversaires à des esclaves qui ne valent pas deux sous !
Jusqu'il n'y a pas très longtemps, le frère du président Naoufel Saïed a essayé de jouer ce rôle pour téléguider les fans du président, mais il semblerait qu'il a été invité à se calmer.

Ces attaques de part et d'autres paraissent amusantes pour ceux qui fréquentent les réseaux sociaux. La question demeure cependant la suivante : ces attaques sont-elles efficaces politiquement ?
Qu'a à gagner Rached Ghannouchi en attaquant frontalement et quotidiennement, par le biais de son gendre, le président de la République ? La réponse est rien. Cette ambiance nauséabonde sur les réseaux sociaux fait que l'ambiance politique en Tunisie le soit aussi. Ces infamies ne laissent aucune possibilité au dialogue serein et constructif entre les deux parties et c'est la Tunisie qui en paie le prix.
Plus que jamais, le pays a besoin d'accalmie et de mise en place d'un plan de sauvetage face aux crises politique, économique, sociale et épidémique qui le gangrènent.
Aussi bien Kaïs Saïed que Rached Ghannouchi sont incapables de voir cette évidence.

R.B.H
A lire également
Rafik Abdessalem : Nos adversaires vont essayer de manipuler les Tunisiens via la fabrication de faits ! Rafik Abdessalem dénonce un retour du gouvernement de l'ombre à Carthage


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.