Hausse des prix de l'alimentation animale : les rentiers rejettent toute responsabilité    Kaïs Saïed : On ne laissera pas la Tunisie en proie aux bêtes sauvages et aux hyènes    Tunisie-Ben Guerdane [PHOTOS] : La Garde Maritime a secouru 461 immigrants clandestins issus de 17 pays africains    Environnement : Comment réduire les émissions de carbone de l'industrie en Tunisie    La situation reste compliquée pour les entreprises malgré un prudent optimisme    En vidéo : Les Tunisiens crient Victoire après avoir tiré sur le terroriste    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    The Washington Post évoque la Tunisie    En vidéo : ''Un centre d'esthétique en Tunisie a fait des ravages sur les gens'', selon une influenceuse internationale    Des recommandations fortes du CIJM au Comité d'Organisation des Jeux Méditerranéens 'Oran 2022 '    Tunisie : La STEG ouvre ses guichets les samedis    Tunisie : Un décès suspect dans une caserne de la Garde nationale    Bourse de Tunis : L'action Amen Bank réalise la meilleure performance de la semaine    Kaïs Saïed s'entretient avec Najla Bouden à propos de sa visite en Algérie    Tunisie – Mise à jour : Samir Bettaïeb maintenu en prison    Coronavirus - Un nouveau variant «avec une constellation de mutations» inquiète l'OMS    NBA : Le programme TV de la nuit de vendredi    Affaire Chokri Belaïd : Rassemblement de protestation devant le palais de Justice à Tunis    Tentative d'agression d'un agent près du siège du ministère de l'Intérieur    Ennahdha appelle à organiser des élections anticipées    La banque allemande KfW débloque 18,5 M€ en faveur de la protection du littoral tunisien    Tunisie-Ligue 1 : la phase aller en chiffres    DAVIS CUP : Tunisie 2-0 Zimbabwe, grâce à Aziz Dougaz    La Tunisie reçoit 400 mille doses du vaccin anti-Covid19    Mouvement Ennahdha: Kais Saied a échoué    L'affaire de Faten Ben Slama reportée au 1er décembre 2021    Sousse: Arrestation d'un ancien gouverneur pour homicide involontaire    Tunisie: Une élévation de la mer de 50 cm pourrait entraîner de grosses pertes !    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    Migration clandestine : Un oubli regrettable !    Le gouvernement de Chahed est à l'origine de la crise économique, selon Ben Kaddour    Foot Européen : Programme TV des matches de vendredi    Tennis | Coupe Davis – Tunisie-Zimbabwe (aujourd'hui et demain au TCT) : Encore un effort !    L'USBG se rebiffe : Maintenant le play -off    Express    487 migrants irréguliers secourus au large de Kerkennah    Ils ont dit    La patience a ses limites    Dialogues éphémères | Le chant de la «voix endeuillée»    «Focus Japon» du 26 au 28 novembre à la Cité de la Culture : La culture nipponne à l'honneur    Conférence de presse de la 22e édition des Journées Théâtrales de Carthage (JTC) : Le théâtre célébré dans toute sa splendeur    Coronavirus : Zéro décès et 159 nouvelles contaminations recensées le 24 novembre 2021    Monde- Daily brief du 25 novembre 2021: L'UE approuve le vaccin Pfizer pour les enfants de 5 à 11 ans    Festival du film maghrébin d'Oujda : La Tunisie rafle 3 prix    Chronique d'une catastrophe annoncée au Musée du Bardo    Fini le combat entre Frères musulmans et Wahhabites : les Emirats investissent 10 milliards $ en Turquie    Disparition de Mohamed Bouamoud, adieu l'ami !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'hiver sera très chaud, y compris pour l'UGTT !
Publié dans Business News le 20 - 10 - 2021

La majorité des partis et des organisations nationales ont applaudi le coup de force opéré par Kaïs Saïed le 25 juillet. Beaucoup d'entre eux ont fait un pas en arrière lors de la publication du décret 117 par le président de la République. Le parfum hégémonique qui s'en dégage, le non-recours, la suspension de la constitution ont fait réfléchir des partis et des intervenants dont la longueur de vue politique ne dépassait pas le stade de la lutte contre Ennahdha. Exception faite, évidemment, du mouvement Echaâb qui soutient le président quoi qu'il dise et quoi qu'il fasse. Gratuitement en plus puisque le chef de l'exécutif ne daigne même pas prendre contact avec, ni les associer à quoi que ce soit, ni de près ni de loin.
Une autre organisation, et non des moindres, s'est retrouvée piégée par la manœuvre présidentielle, l'UGTT. Si prompte, auparavant, à défendre la liberté et les droits, la centrale syndicale a été d'une mollesse remarquable lors du coup de force de Kaïs Saïed. C'est dire que même pour une organisation aussi prestigieuse, les droits et les libertés sont négociables et le cheminement démocratique est toléré tant qu'il va dans un sens que l'UGTT maitrise. Mais le président de la République a le mérite d'être clair, il va mettre de côté tous les corps intermédiaires. Le peuple c'est lui, et il sait ce que le peuple veut. Donc, l'UGTT, qui croyait durant la dernière décennie jouir d'un rang particulier et d'une puissance incontestable, se retrouve mise dans le même sac que les autres, totalement écartée de la marche du pays et de la décision politique. La dernière rencontre entre le chef de l'Etat et le secrétaire général de la centrale date du 26 juillet, jour pendant lequel le président a rencontré les dirigeants de plusieurs organisations pour les rassurer sur ses intentions. Depuis, plus rien. On évoque par ci par là des appels téléphoniques entre les deux hommes. Le secrétaire général adjoint Mohamed Ali Boughdiri s'est risqué à parler de rencontre imminente, avant de se voir démenti par son homologue Samir Cheffi qui a déclaré que ces « affirmations ne sont pas précises ».

Autant dire que l'UGTT gigote sans savoir où donner de la tête. Depuis l'initiative de dialogue national proposée au président de la République il y a de cela près d'un an, la centrale ne sait pas sur quel pied danser avec Kaïs Saïed. Ce dernier a donné l'impression qu'il associait l'UGTT à toutes ses décisions avant de mettre totalement de côté Noureddine Taboubi et son organisation. La conduite de cette étape politique par le secrétaire général laisse à désirer. Même le bureau exécutif de l'UGTT est divisé et on n'hésite pas à utiliser les rumeurs et les fake news pour régler les comptes.

Pour reprendre un semblant d'initiative, la centrale syndicale organise, depuis quelques semaines, des rencontres avec des experts de tous bords afin de présenter des feuilles de travail destinées orienter les fameuses réformes politiques qu'une obscure commission nommée par le président devra mettre en place. Une tentative pour l'UGTT d'exister dans ce marasme et de prendre un peu d'initiative devant l'omni-président Kaïs Saïed. Mais la centrale n'a absolument aucune garantie, et rien ne permet de dire que ces travaux ne rejoindront pas le tiroir dans lequel se trouve leur initiative de dialogue national.
Dans son rôle symbolique de défenseurs des droits et des libertés, la centrale syndicale a clairement failli. Certains vont même jusqu'à dire que l'UGTT fait preuve d'opportunisme et surfe sur la vague avec l'unique objectif de préserver certains avantages. Imaginons une minute la réaction de l'UGTT si Béji Caïd Essebsi, ou Moncef Marzouki avaient activé l'article 80 et fait main basse sur le pouvoir en utilisant un décret.
D'autres agendas, autre que celui politique, s'imposent également à l'UGTT. L'agenda social est le principal. L'acrobatie linguistique utilisée par le syndicat, qui consiste à dire : nous ne demandons pas d'augmentations de salaire mais nous voulons une régulation du pouvoir d'achat des travailleurs, ne fera pas long feu. Aucune mesure sociale n'a émané du coup de force du 25 juillet et le président de la République est bien trop occupé à chasser les fantômes qu'il s'est fabriqué dans une hypothétique « guerre contre la corruption ». Entre temps, le pouvoir d'achat des Tunisiens a dégringolé, les prix des denrées alimentaires ne cessent d'augmenter, le tout sur fond de banqueroute proche. D'un autre côté, les négociations traditionnelles avec le patronat n'ont carrément pas eu lieu. Les entreprises sont à bout de souffle et les travailleurs n'arrivent plus à joindre les deux bouts. L'UGTT est complément impuissante vis-à-vis de cette situation. L'organisation a mis des lignes rouges un peu partout devant des gouvernements de coalitions à la rechercher de compromis et de petites ententes. Ces lignes rouges résisteront-elles face au gouvernement du président ? L'UGTT pourrait-elle être crédible en s'opposant aux mesures du président après avoir soutenu tout le processus politique ?

La seule certitude est la détérioration exponentielle du pouvoir d'achat des Tunisiens et de leur niveau de vie. Les prix dans les marchés sont inabordables, les augmentations sont brutales et la dernière rentrée scolaire a été parmi les plus dures que la société ait connu. Rien de cela n'a changé depuis le 25 juillet. Pire encore, l'absence de perspectives dans le pays complique encore plus les choses. La colère du « peuple qui veut » ne saurait pas tarder à exploser parce qu'il se rendra compte qu'on lui a menti. Il se rendra compte qu'il n'a été que le simple témoin d'une énième passe d'armes pour le pouvoir. Une passe d'armes qu'il paiera de sa poche à force de récession, d'augmentations et de taxes. L'UGTT portera, qu'elle le veuille ou pas, une part de responsabilité dans la situation que vivra le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.