Ministère du Tourisme : Lancement de la 2ème phase du programme de recyclage des travailleurs du secteur du tourisme visés au chômage technique    Kaïs Saïed : Ceux qui œuvrent pour atteindre l'Etat délirent !    UGTT-Samir Cheffi [VIDEO] : « Nous soutenons les décisions de Kais Saied du 25 juillet mais nous sommes préoccupés par la lenteur des réformes »    Le ministère de l'Agriculture décerne des prix aux lauréats du concours « Meilleure huile d'olive vierge extra tunisienne »    Programme TV des matches de football ce mercredi    L'OMS recommande aux personnes à risque et aux plus de 60 ans d'éviter de voyager    Tunisie – Mahdia : Fermeture d'une école primaire pour cause de covid    Le marché boursier poursuit sa descente    Coronavirus : 5 décès et 263 nouvelles contaminations, Bilan du 29 novembre    DOLCE ITALIA SAVEURS D'ITALIE:LES SAVEURS DE LA CUISINE ITALIENNE DEBARQUENT EN TUNISIE    En vidéo : ''Courons pour l'environnement'', la nouvelle session du marathon Comar Tunis- Carthage 2021    A l'occasion de son 60ème anniversaire l'UBCI révèle sa nouvelle identité visuelle    Cinq Tunisiens dans les commissions de la Fédération internationale d'escrime    Un chewing-gum pour se protéger contre le coronavirus!    Abbou : Je soutiens les décisions du 25 juillet mais pas le projet de Saïed    Forum sino-africain : Les entretiens de Jerandi à Dakar    Elyes Hamza et discute des perspectives de coopération entre la Tunisie et la FAO    Riadh Chaibi : Dès son retour, le Parlement annulera toutes les décisions post 25-Juillet    Des experts mettent en garde contre les risques d'exposition au plomb dans les peintures    Pourquoi nous n'avons aucun intérêt à ce que le FMI nous donne de nouveaux crédits    Majdi Karbai appelle les médias à entendre les témoignages des jeunes récemment expulsés d'Italie    Avis aux voyageurs : Nouvelles conditions d'entrée en Tunisie à partir du 01 décembre 2021    Festival "Vues sur les arts" du 1 au 5 décembre 2021 à l'Agora de la Marsa (Programme)    Manchester United : Ralf Rangnick nouvel entraîneur    La Turquie dans l'escarcelle d'Israël après le Maroc : Erdogan fait une annonce forte    TUNISAIR annonce la suspension de tous ses vols avec le Maroc    Foot Européen : Programme TV des matches de mardi    Une exposition dédiée à la grenade ouvre ses portes à la Marsa    De nouveaux détails sur l'agression du directeur d'un lycée par un policier    CONDOLEANCES : Susanne HAOUEL    Tunisie – Mauritanie : Compo de départ des Aigles contre les Mourabitounes    Joséphine Baker, première femme noire à recevoir cet honneur : La princesse Tam Tam au Panthéon    "Tabarkini", l'Histoire de la mer qui unit, nouveau documentaire de Habib Mestiri    Lionel Messi (Paris SG) remporte un septième Ballon d'Or    Météo : Ciel dégagé et vent fort prés des côtes    Un mandat d'amener contre Hassouna Nasfi?    Mandat de dépôt contre le gouverneur limogé de Sidi Bouzid    Tempête à Istanbul: 4 morts et 19 blessés [vidéo]    Erdogan envisage un rapprochement ''progressif'' avec Israël et l'Egypte    En vidéo : Yassir lève 30 millions de dollars aux US    Coupe Arabe de la FIFA 2021: Programme des matchs du 30 novembre au 18 décembre    Migration clandestine : 461 migrants sauvés au large de Ben Guerdane    Le film égyptien FEATHERS, Tanit d'or des JCC au cinéma dès le 1 décembre (B.A. & Synopsis)    Les indiscrétions d'Elyssa    Tribune | A défaut de relance économique, dépénalisons la migration extralégale    Tribune | Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien : Le message d'António Guterres *    Le syndicat indépendant des réalisateurs et producteurs (SIRP) : Arrêter le formatage narratif des films tunisiens    Virgil Abloh, directeur artistique de Louis Vuitton n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le populisme de l'omni-président se retournera contre lui
Publié dans Business News le 27 - 10 - 2021

Critiquer l'action de Kaïs Saïed alors qu'il plane au-dessus des sondages et qu'il semble bénéficier d'une popularité immense n'est pas, de facto, un exercice séduisant pour une large partie du peuple. Toutefois, cela reste un exercice nécessaire si l'on souhaite être des citoyens, non des sujets. La parole présidentielle est digne de respect, en toutes circonstances, mais ce n'est pas une parole divine. Les personnes ne comptent pas devant l'intérêt de la patrie.
Le flot d'insultes, de médisances et d'accusations que l'on reçoit à chaque fois que le président de la République est critiqué est d'une violence inédite. Il n'y a pratiquement plus de dialogue et les fans de Kaïs Saïed passent directement à l'injure et aux accusations de traitrise après avoir fait un passage à la mauvaise foi manifeste. Une mauvaise foi qui tente par exemple, depuis le 22 septembre, de justifier la suspension d'une partie de la constitution par un simple décret présidentiel.
Tout cela est alimenté, sans cesse, par le président de la République lui-même. Il n'y a que des paroles, depuis le début. Ce sont, certes, des paroles exaltantes qui offrent un superbe écho aux discussions de café rythmées par le fameux « si on me donnait le pays ne serait-ce que 15 jours… ». Mais un simple calcul d'écolier jette un regard nouveau sur la chose : si l'on exclut la période 2011-2013 où il s'agissait d'écrire une constitution, le régime politique a été mis en application de 2014 à 2021. Sept ans dont deux sous la présidence de Kaïs Saïed, ce qui n'est pas peu. Deux ans de présidence pendant lesquels aucune initiative législative n'a été déposée, deux ans jalonnés de discours grandiloquents et d'envolées lyriques. Comme la seule action présidentielle est celle de la parole, celle-ci est obligée d'être de plus en plus violente, de plus en plus clivante pour couvrir le manque d'action et pour satisfaire ses soutiens et « son » peuple.

Tout récemment, le président de la République est revenu sur une affaire de location d'un terrain agricole de 147 hectares pour la modique somme de 27 mille dinars par an. L'attaque est directement dirigée contre le secrétaire général d'Attayar, Ghazi Chaouachi, qui était ministre des Domaines de l'Etat à l'époque des faits. Kaïs Saïed instrumentalise un dossier, dans lequel aucune irrégularité juridique n'a été constatée, pour se venger d'un ancien soutien. Il se venge de ce qu'il considère comme trahison, car avec Kaïs Saïed il faut adhérer à tout, tout le temps. C'est d'ailleurs ce que fait le mouvement Echaâb, et pourtant il ne daigne même pas discuter avec eux.
Ce que le président de la République semble ignorer, c'est que le populisme crée aussi des attentes faramineuses chez la population. Ceux qui scandent son nom aujourd'hui et font de lui l'omni-président qu'il est devenu ont des revendications et demanderont des comptes à un moment ou à un autre. Il est possible qu'en exprimant leur mécontentement, ils rejoignent les rangs des « insectes », des « diables » et autres « traitres ». C'est que le populisme ne supporte pas la contradiction. C'est dans la même veine que le chef de l'Etat entretient le mythe selon lequel récupérer des biens volés à l'étranger ou encore régulariser la situation des terres domaniales suffirait à assurer la paix et le bien-être de chaque tunisien. C'est dans cet esprit que sa majesté Kaïs 1er a ordonné qu'une élue malade puisse bénéficier de soins, mettant de côté le fait qu'il s'agit tout simplement de son droit.

Les exemples sont multiples depuis l'accession au pouvoir de Kaïs Saïed. Le populisme est élevé au rang de politique avec toutes ses composantes : se faire le porte-voix et seul représentant du peuple, diviser ce même peuple entre patriotes et traitres, bons et mauvais et puis un soupçon de complotisme comme pour l'histoire de l'enveloppe empoisonnée ou celle du politicien qui est allé à l'étranger organiser l'assassinat du chef de l'Etat. Plus tard, quand on se posera plus sérieusement des questions sur le bilan du président, on nous dira qu'il a été empêché, qu'il est plein de bonne volonté mais que les islamistes ou les destouriens ou les extraterrestres l'ont empêché de mettre ses plans à exécution. Les membres de la campagne « explicative » du président de la République, qui écument les plateaux comme tous les politiciens du monde, font aujourd'hui la promotion du projet de refonte du système politique avec leur théorie d'une nouvelle démocratie participative qui viendrait de la base. Nous ne savions pas, du moins pour ma personne, que le danger imminent auquel il fallait faire face par l'activation de l'article 80 était la loi électorale ou le régime politique. Les membres de cette campagne, étrangement organisés comme un parti politique, eux qui souhaitent le renouveau, sont revenus dans la course au positionnement en tant que porteurs du projet phare du président. Ils auront maille à partir avec ceux qui entourent le président depuis son accession au pouvoir. En somme, une énième lutte de clans au sommet de l'Etat, n'en déplaise aux habitants de la planète de pureté et de sagesse d'où vient Kaïs Saïed.

Le populisme porte en lui les germes de sa propre déchéance. Cette posture du sauveur, défenseur du peuple contre une élite corrompue a bien trop souvent tourné au vinaigre dans l'Histoire. Les pires dictatures du monde étaient motivées par les meilleures intentions. Nous n'en sommes pas encore là, heureusement, mais on pourrait y aller. Maintenant, que les insultes pleuvent et que les accusations virevoltent !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.