Manifestation contre Kaïs Saïed devant le consulat de Tunisie à Paris    Interdiction de voyage de Rached Ghannouchi: Maher Medhioub adresse un message à Kais Saïed    Affaire de l'appareil secret: Liste nominative des suspects    Ennahdha : Ghannouchi n'a pas été informé de l'interdiction de voyage émise à son encontre    CONDOLEANCES : Radhia BELAID    Signature d'une convention de partenariat entre HEC Montréal et SMU Tunis [Photos+Vidéo]    Foire internationale de Sousse : «Moubilya Expo», un rendez-vous tant attendu    Signature d'une convention entre Enda Tamweel, Mazars et ASH Technologies : Diversifier les investissements et élargir les horizons    Au forum de Davos comme à la Fita : On ne jure que par la Zlecaf    LdC (Finale) : Liverpool-Real, les compos probables    En photos - Les fortes pluies à l'assaut d'une infrastructure défaillante    Fermeture partielle de l'autoroute A1 Tunis-Sfax    Le ministère de la santé prend des mesures pour éviter une propagation possible de la variole du singe    Pourquoi | Les tribulations d'un citoyen    Nouvelles études de l'American College of Cardiology : 2 ou 3 tasses de café par jour bénéfiques pour le cœur    La Tunisie oeuvre à inscrire « la table de Jugurtha » au patrimoine mondial de l'UNESCO    Ministère des Finances : timbre fiscal sur certaines formules administratives    Volley – Championnat d'Afrique des clubs féminins : Programme des 1/4    Finales Conférence Est NBA : ça sera un Game 7 entre Miami et Boston    BAL 2022 : Où et quand regarder la finale USMO – Petro Luanda samedi ?    Ligue 1 : Plusieurs clubs sanctionnés    Espérance de Tunis : 3 jours de repos pour l'algérien Abdelkader Badrane    L1 | Le CSS se replace L'espoir renaît    L'EST chute à Monastir : L'Espérance ressuscite ses rivaux !    Appareil secret-34 suspects interdits de voyager: Mabrouk Korchid appelle à une enquête claire et transparente    Réunion du conseil de l'Isie : référen''doom''    Fermeture de la Foire de Sousse et de Sidi Bouzid: Le ministère du Commerce explique    Semaine boursière : le Tunindex en bonne posture    Atelier du Meuble Intérieurs : croissance record des ventes à l'export de plus de 324%    INM: Les quantités de pluies enregistrées en millimètres durant les dernières 24 h    Colmater les brèches ou couler    Au 32 bis : L'histoire du quartier    « elle, », recueil de poèmes de Hamma Hanachi : Ecrire le silence de l'Absente    Omar bey le magnifique : J'aurais voulu être un artiste    Limogeage de Lassâad Ben Hassine de la Maison du Roman    Exposition "De Corde en Aiguille" de Samia Mestiri Douik à Elbirou Art Gallery    Tunisie-urgent : Un avocat décède en pleine salle d'audience    Spectacle 'Flagranti' d'Essia Jaibi: Une œuvre Queer marquante lancée par Mawjoudin We Exist    Sénégal : Le ministre de la Santé paye cher l'horrible mort de 11 bébés    Ammar Mahjoubi: Paganisme et croyances    Météo: Températures en baisse, ce vendredi    Etats Unis : un terrorisme «Home made»!    Ukraine : Les redoutables canons français Caesar débarquent en douce    Kevin Spacey inculpé d'agressions sexuelles contre 3 hommes    Le patron de Pfizer donne son avis sur la variole du singe    Début de l'exercice Phoenix Express 2022 en Tunisie    La Tunisie reçoit 300 millions de l'UE    Démarrage de l'exercice naval Phoenix Express 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La vraie chambre noire, c'est le palais de Carthage !
Publié dans Business News le 26 - 01 - 2022

Il est étrange de constater que le chantre de la transparence envers le peuple, de la droiture et de l'honnêteté – contrairement à tous les autres méchants politiciens- préside également l'une des institutions les plus opaques de cette demi-République. Le président Kaïs Saïed veut tout savoir, tout contrôler mais ne veut surtout pas que l'on sache ce qui se passe dans les couloirs d'une présidence au budget inflationniste.
La démission de sa fidèle collaboratrice en a surpris plus d'un. Don Quichotte a perdu son Sancho Panza ! Dans un acte d'ultime élégance, trait inexistant dans cette présidence, le Journal officiel fait état d'un limogeage, et non d'une démission. Il est clair que cette décision de l'obscure Nadia Akacha est le résultat d'une accumulation, de plusieurs péripéties.
Mais nous n'en saurons rien, en tant qu'opinion publique, car la présidence de Kaïs Saïed a mis un point d'honneur à ne pas considérer les Tunisiens comme des citoyens mais comme des sujets. En près de deux ans de présidence, le chef de l'Etat aura donné une seule interview à un média local. Sa cheffe du gouvernement, qui vient d'arriver au bout de ses 100 premiers jours à la Kasbah, n'a pas encore daigné s'adresser au peuple, ni même –hérésie suprême- donner une interview.

Depuis l'accession de Kaïs Saïed, le palais de Carthage est devenu une immense chambre noire d'où rien, ou presque, ne filtre. A longueur de discours, il a dénoncé les chambres noires où se complotent des choses terribles contre son illustre personne, mais sans se rendre compte qu'il est à la tête de la plus grande d'entre elles. Prenons un exemple. Il y a un an, presque jour pour jour, le 28 janvier 2021, un courrier suspect serait arrivé aux mains de Nadia Akacha quand elle était toute puissante. Ce courrier adressé au président de la République serait empoisonné. Près d'un an plus tard, nous n'en savons pas plus, du moins de la part de cette présidence de la République. Dans une autre envolée lyrique, Kaïs Saïed s'était tourné en plein conseil des ministres vers la ministre des Finances en lui ordonnant impérieusement de conduire un audit de la dette publique. C'était le 28 octobre 2021. Qu'en est-il ? Rien du tout.

Comme la démocratie, la transparence est facile à recommander aux autres mais difficile à appliquer à soi. La présidence de la République est entourée de secrets et d'histoires de clans et de famille. Nadia Akacha était au centre des rouages d'une présidence incompétente et opportuniste. Elle quitte aujourd'hui le navire pour laisser les vrais comploteurs comploter et déterminer l'avenir d'un pays qui souffre. Avec cette défection, bien malin celui qui pourrait prédire de quoi sera fait l'avenir. Mais ce qui est sûr, c'est qu'il sera tracé dans une chambre noire où il y aura beaucoup de confusion.
L'entourage proche de Kaïs Saïed, qui l'a accompagné au palais de Carthage, a quitté le bateau. Ceux qui ont cru en lui et l'ont accompagné à la présidence de la République, dans divers responsabilités, ont tous fini par abdiquer. La dernière en date est connue pour être une fidèle parmi les fidèles. Cela nous enseigne que l'homme a changé et qu'il n'a plus rien à voir avec l'homme idéaliste, un peu niais sur les bords, qui avait surpris son monde en accédant à la magistrature suprême. C'est devenu une machine dopée au pouvoir qui n'a d'autre but que d'en accumuler encore plus et de se battre contre toute tentative de remise en question de ce pouvoir. C'est un homme qui se voit une destinée nationale et même mondiale. Il dit s'adresser au « monde entier » et il voit des événements « historiques » dans les faits les plus petits. Il croit vraiment être un grand réformateur qui marquera l'histoire de la Tunisie à la manière d'un Kheireddine ou à celle, plus proche de son cœur, d'un Omar Ibn Al Khattab. Il a changé à tel point que ses amis ne le reconnaissent plus. Le pouvoir a cela de particulier qu'il permet à l'individu soit de se transcender, soit de laisser libre cours à ce qu'il a de pire.

La Tunisie est aujourd'hui l'otage d'une chambre noire qui est le palais de Carthage. Personne ne sait ce qui y est tracé comme plan, à tel point que l'on suppose que les protagonistes, eux-mêmes, n'en savent rien. L'ultra-président Kaïs Saïed donne l'impression d'improviser et de tâtonner au jour le jour. Le seul effort fourni par l'Etat durant sa prise de pouvoir a été consacré à la mise en place de sa vision, ou au moins à son début, avec cette arnaque de consultation nationale. Les couloirs de la chambre noire doivent, en tout cas, sonner vides car il n'y a plus personne.
Kaïs Saïed se retrouve seul ou presque alors que la Tunisie traverse l'une de ses plus mauvaises périodes sur tous les plans. Est-ce que cela le poussera à réfléchir, à mettre de l'eau dans son vin, et à se dire qu'il est temps de calmer les choses, ou bien cela le poussera-t-il encore plus loin dans ses retranchements et nourrira son délire de persécution ? Devinez, mais quelle que soit la réponse, nous en paierons le prix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.