Machrou Tounes: « Les accusations ciblant Kaïs Saied sont graves et non vérifiées »    La part de l'Etat du bénéfice de la BCT pour 2020 s'élève à plus de 567 MD    Artes annonce un chiffre d'affaires en hausse de plus de 67% à fin mars 2021    Manque de solidarité : Trabelsi fustige les grandes surfaces    CNRPS : Une application pour payer les cotisations en ligne    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Avril 2021 à 11H00    Abdelkarim Harouni : Kaïs Saïed est un projet de dictateur !    Tunisie: Yassine Ayari présente un projet de loi visant à réglementer toutes les monnaies numériques y compris le Bitcoin    Arrestation à Mahdia de trois personnes impliquées dans des affaires terroristes    Tunisie – météo : Brouillard local le matin et hausse des températures    Variant sud-africain en Libye: Les suggestions du comité scientifique de lutte contre le Coronavirus    Implantation tunisienne en Afrique | Les puissants s'y bousculent, la Tunisie au creux de la vague    Défense : Brahim Bertaji appelle à approuver l'accord un crédit pour l'acquisition de camions militaires    Bientôt une commission mixte tuniso-jordanienne sur les échanges commerciaux bilatéraux    L'ambassadeur Moez Mahmoudi renforce le cabinet du ministre de l'Economie, Ali Kooli    Foot-Europe: le programme du jour    Al Ahly (Egypte) – Ali Maaloul entame son programme de réadaptation physique sur le terrain    CONDOLEANCES    MEMOIRE : Khalifa BOULAARES EL HERZI    DECES : Tahar BEN JEBARA    Billet | Relais de croissance    31 millions de dinars pour réparer la flotte de Tunisair : De nouveaux défis à relever    Ajcc l'Aouina : L'hôpital Mongi-Slim se dote d'une bibliothèque et d'une salle de jeux    Mechichi irait-il à Washington, avec Majoul et Taboubi ?    News | Retour en octobre pour Dahmen    Coupe de la CAF | Salitas-CSS (17h00 à Ouagadougou) : Mettre les bouchées doubles    Coupe de la CAF | Phase de groupes – 5e journée – Jaraaf-ESS (17h00) : Rien que la victoire !    Foot – Les clubs anglais disent "stop" à la Super League !    Expatriés : Aïssa Laïdouni champion de Hongrie    Le virus en terrain favorable !    Abir Moussi [EN DIRECT]: "Je dénonce l'acharnement judiciaire orchestré par Ennahdha à mon encontre"    Tunisie: Accident mortel à Bouhajla    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    Tunisie: kais Saied présente ses condoléances à son homologue égyptien    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Dans sa lettre de l'autre rive à Hannah Arendt : Le J'accuse de Sophie Bessis    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Garder l'équilibre au milieu de ce marasme, est une décision »
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 06 - 2019

Après les premières représentations initiatiques accueillies avec intérêt et questionnement, la pièce « Blood Moon-قمرة دم » est revenue sur les planches du Théâtre El Hamra pour un cycle de trois représentations fin mai. Le texte de Basma EL Euchi est mis en scène par Moez Mrabet avec Mariem Sayeh, Basma El Euchi, sous la direction de Narjess ben Ammar, la vidéo d'Ahmed Makhlouf, la musique de Zain Abdelkefi et les lumières de: Sabri Atrous .Un objet théâtral à part, qui questionne, dérange et bouscule. Moez Mrabet nous en a parlé.
C'est un vrai défi que vous relevez, en défiant le public aussi, avec une forme très particulière, voire risquée par moment, ne craignez vous pas que votre traitement soit mal compris ?
C‘est toujours un challenge, quelque soit l a forme ou la nature du spectacle, les spectateurs chacun d'eux dans son individualité est un terrain à conquérir. Le texte de Basma comportait déjà cette forme de transgression que je devais restituer, et qui ne supportais pas une forme classique habituelle. J'ai donc usé dès les moyens dont on peut disposer sur une scène (lumière, son vidéo, acrobatie danse…) pour restituer cet univers mental. C'est une mise en scène axée sur le jeu des deux actrices, et sur le jeu qu'elles inventent entre elles. Nous avons choisis pour parti pris d'éviter un traitement réaliste ou trop direct avec ce sujet qui est au cœur de toute actualité nationale. L'univers onirique du texte permettait cette écriture scénique qui sans décontenancer le public, lui ouvre des perspectives nouvelles dans son expérience de spectateurs.
Un univers de Blood Moon, ou "Lune de sang" est un titre que vous avez choisi, quel en est la signification?
Le texte de Basma El euchi situe l'action, ne nuit d'éclipse lunaire ou lune de sang. J'ai choisis de donner ce nom à la pièce car il décrit exactement l'univers de cette histoire: Ce phénomène rare (éclipse lunaire totale) renvoie directement à l'imaginaire ésotérique, au mystère, au surnaturel, à la magie…L'astre lunaire est également liée à l'énergie créatrice féminine, à la poésie, au rêve, c‘est une force douce et puissante. J'ai trouvé que c'est le cadre juste pour le texte de Besma. Cet événement a d'autres portées, comme des prophéties apocalyptiques, la menace d'une plongée planétaire dans l ‘obscurité qui expriment aussi l'univers mental des deux personnages: une fuite impossible et sans issue. Cette nuit particulière est une date sanglante: l'assassinat d'une Poétesse "Hedia" en place public. Un événement qui déclenche la peur et la violence dans la cité comme dans la tête de deux femmes, liées par une admiration commune pour l'artiste assassinée. Zeineb et Alya tentent de fuir, mais doivent faire face à leurs peurs, à leurs échecs et leurs rêves avortés.
La lune comme métaphore d'une évasion du réel vers la poésie, vous y faites presque "l'éloge " de la fuite ?
La fuite dans cette pièce est est un parcours initiatique entrepris par Zeineb et Alya. Ce n ‘est pas une éthique, mais une façon de désamorcer un état critique. Cette fuite est un jeu, une illusion. Elle est au début une réaction de survie, seule issue pour échapper à la mort certaine, au sort des poètes ou des artistes qui se révoltent. Mais les deux femmes sont dans une impasse, comme clouées à ce lieu qui à la fois les étouffe et les rassure. Chacune d'elles a essayé la révolte mais c'est retrouvée sous l'emprise de chaînes encore plus lourdes comme dans une autre dictature. C'est une sorte de voyage intérieur, un parcours initiatique, dont aucun ne sort indemne.
Au final ce jeu, c‘est une phase de la dichotomie, ou de cette folie nationale ?
Oui, il y a une réalité qui rompt avec ladite "raison". Ce pays passionne, divise et rend fou. Garder l'équilibre au milieu de ce marasme, est une décision à, prendre en conscience. Il y a une responsabilité en chacun de nous qui commence par la conscience de cet échec et c'est le but du jeu que mènent Zeineb et Alya : rassembler ses rêves perdus ,les jouer comme dans un fatal poker,puis de les ensevelir.
Leur jeu prend comme dans notre histoire récente une tournure de plus en plus violente, se tourne en conflit, puis en duel, les quêtes qui fédèrent, les mots des poètes qui réunissent, finissent par diviser. Les désirs contradictoires, les incompréhensions prennent la place de l'idéal commun et le point culminant sonne comme un énième échec, un état de suspension en apesanteur. La poésie qui "guide le peuple, comme le ferait la vérité, est assassinée et s'est tué .Toute la quête serait de lui redonner vie et souffle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.