De Trump à Biden: la force de la symbolique    Dernière Minute – Coronavirus : 68 décès et 2511 nouvelles contaminations, Bilan du 20 janvier    Tunisie – Propos de Harouni : Le courant démocratique demande des excuses d'Ennahdha et des précisions de Mechichi    Bourse de Tunis : Le marché confirme sa tendance baissière    Plateforme Evax : Plus de 100 mille citoyens déjà inscrits (Hechmi Louzir)    L'UTAP appelle le ministère de l'Agriculture à prendre des mesures urgentes pour sauver la saison    CAN U17 – Qualifications : La Tunisie fait le job contre la Libye    Ligue 1 (9 journée) : le match Espérance-STunisien à El Menzah, à 14h00    Hichem Anane présente le nouveau format de la facture de la STEG    Le CCIH organise une résidence artistique "Imagine Music" à l'occasion du Sommet de la francophonie en Tunisie    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    Stade Tunisien : Dix joueurs testés positifs au Covid-19    Yassine Ayari : 4 familles monopolisent l'économie et la politique en Tunisie    La Tunisie doit renforcer sa position aux Etats-Unis    Alya Djamal, la doyenne de RTCI    Wifak Bank remporte le prix "Best Islamic Corporate Bank Tunisia 2020" par Global Banking & Finance Review    ATB : en hausse de 16,29%, le PNB s'établit à 278,3 MD en 2020    La Banque de Tunisie réaffirme sa capacité à surmonter la crise    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Janvier 2021 à 11H00    Tunisie-Un blogueur arrêté pour un simple statut Facebook, le Syndicat des Journalistes dénonce [Vidéo]    En vidéo: Leonida, artiste musulmane et française, répond à l'islamophobie en chantant    CONDOLEANCES: Saida SOHLOBJI épouse OUENNICHE    CONDOLEANCES: Ali BAAZAOUI    Le ministère de l'enseignement supérieur appelle les étudiants à regagner les foyers universitaires à partir d'aujourd'hui    Pas d'augmentation des tarifs de la STEG    NEWS: L'USM sur Jassem Hamdouni    Mini-Football – Championnat national des féminines: Un championnat à 17 équipes    Handball – Mondial d'egypte – La Tunisie éliminée: Il fallait s'y attendre !    CONDOLEANCES: Mohamed Moncef MAATOUG    Kerim Bouzouita : « Les sondages ne votent pas »    Covid-19: le primat de l'économie et des considérations politiciennes sur la santé    Basket – Equipe nationale : Salah Mejri réintègre le groupe    PERSPECTIVES: Adhérer massivement à la révolution industrielle    Ayoba: Une appli de messagerie africaine gratuite qui protège la vie privée    Présidence de la République: démenti des déclarations attribuées à Kaïs Saïed    La pénurie d'eau, une menace réelle dans la région de Kairouan    Météo | Temps nuageux et températures stables    The Voice Belgique: Un candidat tunisien impressionne le jury    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    USA: Le message d'adieu de Melania Trump    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Garder l'équilibre au milieu de ce marasme, est une décision »
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 06 - 2019

Après les premières représentations initiatiques accueillies avec intérêt et questionnement, la pièce « Blood Moon-قمرة دم » est revenue sur les planches du Théâtre El Hamra pour un cycle de trois représentations fin mai. Le texte de Basma EL Euchi est mis en scène par Moez Mrabet avec Mariem Sayeh, Basma El Euchi, sous la direction de Narjess ben Ammar, la vidéo d'Ahmed Makhlouf, la musique de Zain Abdelkefi et les lumières de: Sabri Atrous .Un objet théâtral à part, qui questionne, dérange et bouscule. Moez Mrabet nous en a parlé.
C'est un vrai défi que vous relevez, en défiant le public aussi, avec une forme très particulière, voire risquée par moment, ne craignez vous pas que votre traitement soit mal compris ?
C‘est toujours un challenge, quelque soit l a forme ou la nature du spectacle, les spectateurs chacun d'eux dans son individualité est un terrain à conquérir. Le texte de Basma comportait déjà cette forme de transgression que je devais restituer, et qui ne supportais pas une forme classique habituelle. J'ai donc usé dès les moyens dont on peut disposer sur une scène (lumière, son vidéo, acrobatie danse…) pour restituer cet univers mental. C'est une mise en scène axée sur le jeu des deux actrices, et sur le jeu qu'elles inventent entre elles. Nous avons choisis pour parti pris d'éviter un traitement réaliste ou trop direct avec ce sujet qui est au cœur de toute actualité nationale. L'univers onirique du texte permettait cette écriture scénique qui sans décontenancer le public, lui ouvre des perspectives nouvelles dans son expérience de spectateurs.
Un univers de Blood Moon, ou "Lune de sang" est un titre que vous avez choisi, quel en est la signification?
Le texte de Basma El euchi situe l'action, ne nuit d'éclipse lunaire ou lune de sang. J'ai choisis de donner ce nom à la pièce car il décrit exactement l'univers de cette histoire: Ce phénomène rare (éclipse lunaire totale) renvoie directement à l'imaginaire ésotérique, au mystère, au surnaturel, à la magie…L'astre lunaire est également liée à l'énergie créatrice féminine, à la poésie, au rêve, c‘est une force douce et puissante. J'ai trouvé que c'est le cadre juste pour le texte de Besma. Cet événement a d'autres portées, comme des prophéties apocalyptiques, la menace d'une plongée planétaire dans l ‘obscurité qui expriment aussi l'univers mental des deux personnages: une fuite impossible et sans issue. Cette nuit particulière est une date sanglante: l'assassinat d'une Poétesse "Hedia" en place public. Un événement qui déclenche la peur et la violence dans la cité comme dans la tête de deux femmes, liées par une admiration commune pour l'artiste assassinée. Zeineb et Alya tentent de fuir, mais doivent faire face à leurs peurs, à leurs échecs et leurs rêves avortés.
La lune comme métaphore d'une évasion du réel vers la poésie, vous y faites presque "l'éloge " de la fuite ?
La fuite dans cette pièce est est un parcours initiatique entrepris par Zeineb et Alya. Ce n ‘est pas une éthique, mais une façon de désamorcer un état critique. Cette fuite est un jeu, une illusion. Elle est au début une réaction de survie, seule issue pour échapper à la mort certaine, au sort des poètes ou des artistes qui se révoltent. Mais les deux femmes sont dans une impasse, comme clouées à ce lieu qui à la fois les étouffe et les rassure. Chacune d'elles a essayé la révolte mais c'est retrouvée sous l'emprise de chaînes encore plus lourdes comme dans une autre dictature. C'est une sorte de voyage intérieur, un parcours initiatique, dont aucun ne sort indemne.
Au final ce jeu, c‘est une phase de la dichotomie, ou de cette folie nationale ?
Oui, il y a une réalité qui rompt avec ladite "raison". Ce pays passionne, divise et rend fou. Garder l'équilibre au milieu de ce marasme, est une décision à, prendre en conscience. Il y a une responsabilité en chacun de nous qui commence par la conscience de cet échec et c'est le but du jeu que mènent Zeineb et Alya : rassembler ses rêves perdus ,les jouer comme dans un fatal poker,puis de les ensevelir.
Leur jeu prend comme dans notre histoire récente une tournure de plus en plus violente, se tourne en conflit, puis en duel, les quêtes qui fédèrent, les mots des poètes qui réunissent, finissent par diviser. Les désirs contradictoires, les incompréhensions prennent la place de l'idéal commun et le point culminant sonne comme un énième échec, un état de suspension en apesanteur. La poésie qui "guide le peuple, comme le ferait la vérité, est assassinée et s'est tué .Toute la quête serait de lui redonner vie et souffle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.