La commission des finances adopte son rapport relatif à la mission de l'ARP pour l'année 2021    Tunisie : Situation sanitaire au Kef    Black Friday chez Fatales, les bons plans à ne pas rater    Webinar sur les principales leçons tirées de Tfanen-Tunisie Créative le 3 décembre    Lancement du projet européen "RUSEMED" pour la création des réseaux de réutilisation des déchets    Tunisie-Journée de la colère: En images les slogans des journalistes à Sousse    Affaire Fabrice Ondama : Le comportement du Club Africain est inadmissible, selon l'avocat du joueur    Coupe de la CAF (Préliminaire aller) US Monastir-Fasil Ketema : Premier défi africain à relever pour les fils de la capitale du Ribat    Etoile du Sahel : un entraîneur brésilien sur le radar    Saied appelle à barrer la route au banditisme des manifestants    Tunise: 10 dinars pour chaque procès, la proposition du juge Moez Ben Fraj commence à prendre forme    45% des transactions financières se font par chèques    Le secret de la photo idéale avec un smartphone révélé par un spécialiste    En photos : En colère, les journalistes protestent à la Kasbah    Change devises en dinar tunisien : Cours du 26 novembre 2020    Echange de graves accusations entre deux hauts magistrats : Faut-il craindre pour l'indépendance de la justice ?    DECES : Mahmoud TAAMALLAH    Calme plat et absence de production au bassin minier    Kairouan : Pénurie de bouteilles de gaz domestique    Deux jeunes adolescents comblent les ornières de la route menant à Rakkada (Kairouan-Sud) : Une belle initiative citoyenne    A Sousse, des citoyens en colère suite à une grève soudaine des agents de la STEG    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 26 Novembre 2020 à 11H00    Diego Maradona s'est éteint hier : Une légende s'en va !    Ligue des champions (Finale) Al Ahly-Zamalek : une explication égyptienne entre les deux grands éternels rivaux.    Ligue des Champions : le Bayern et City qualifiés aux huitièmes de finale    La grève des magistrats prolongée de trois jours    NEWS | Shonga propose ses services à l'EST    Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision    [TRIBUNE] Deux siècles après, Haïti redevient le plus peuplé de la Caraïbe    Sénégal : la Banque africaine de développement renforce les capacités nationales pour accroître la performance de son portefeuille    Forum de recrutement de l'INSAT : une édition spéciale 100% digitale    Habib Ammar : la priorité est de protéger le secteur touristique de l'effondrement    Le marché boursier termine la séance dans le vert à 0,74%    La réaction au virus dépend aussi des gènes du patient, déclare Chokri Hammouda    Plus de la moitié des Tunisiens ayant obtenu la nationalité italienne ont rejoint la France    Des cercles de réflexion auront lieu à Dar Sebastien à partir du 27 novembre 2020    Météo: Prévisions pour jeudi 26 novembre 2020    Tunisie – Dialogue National : Ennahdha et sa manie de manger à tous les râteliers    Netanyahu se rendra "bientôt" à Bahreïn    Un camp de migrants violemment démantelé en plein Paris    La tension monte en Thaïlande    « Les Tunisiennes et le cinéma », une louable initiative    Times: L'ère de Poutine touche à sa fin    40e jour de son décès : Naama, la voix de la Tunisie    Audition du Ministre des affaires Culturelles: Le budget se réduit comme une peau de chagrin    WEBINAIRE | «Les arts du spectacle vivant au temps du coronavirus en Tunisie», organisé par Al Badil-L'Alternative Culturelle: Et les arts de la scène dans tout ça ?    On nous écrit | « Untitled », l'exposition collective à la Galerie Selma-Feriani: Sans nom, et pourtant...    Le budget du ministère des Affaires Culturelles pour l'année 2021 fixé à 358,4 millions de dinars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mes odyssées en Méditerranée | Tunisie-Sicile : la «fuitina» ou fugue amoureuse
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 10 - 2020

Les rapports entre la Sicile et la Tunisie ont toujours touché, depuis la nuit des temps, à toutes sortes de relations: économiques, sociales, politiques, culturelles et aussi amoureuses.
En effet, suite à une forte immigration sicilienne en Tunisie entre le XIXe et le XXe siècles, beaucoup de mariages ont eu lieu surtout entre femmes tunisiennes et Siciliens, et Siciliennes et hommes tunisiens dépassant ainsi toutes les incompréhensions liées à leur différence culturelle et religieuse. Les cas sont innombrables.
Si aujourd'hui certains Tunisiens détiennent la nationalité italienne, c'est aussi grâce à une grand-mère sicilienne ou italienne qui, à l'époque, avait décidé de rester en Tunisie et d'y fonder une famille.
Il faut toutefois savoir qu'une autre typologie de mariages entre Siciliens pouvait avoir lieu en Tunisie, il s'agissait de la «fuitina», qui prend son origine du verbe français «fuir» ou encore prendre la fuite. En principe, le terme «fuitina» ne fait référence qu'à l'évasion consensuelle d'un jeune couple, mais la pratique se prête également afin de camoufler l'enlèvement réel, et peut-être le viol, de la future mariée.
Jusqu'aux années 60 du siècle dernier en Tunisie, nous assistons à la présence de couples d'amoureux siciliens arrivés en barque sur les côtes tunisiennes pour échapper au diktat de leurs familles, ayant décidé de ne pas céder à la volonté de mariage de leur progéniture, et ce, pour une question liée à la différence de statut social ou bien de possession de biens, terrains, maisons... Un peu comme «Roméo et Juliette», mais cette fois-ci du prolétariat.
Dans la plupart des cas, la dulcinée n'était plus vierge, voire enceinte, et la seule solution qui se présentait aux amoureux était celle de fuir leurs villages, voire l'Italie. Vu le rapprochement géographique avec la Tunisie, le choix était vite fait.
Cette évasion pré-maritale, souvent utilisée en Sicile et dans toute l'Italie du Sud, visait donc à éviter le mariage arrangé par les familles et parfois elle était réalisée en accord avec l'une ou les deux familles des jeunes, pour des raisons économiques ou «perte de virginité», si chère aux bigots siciliens de l'époque !
Parfois, c'était la mère de la fille qui organisait et favorisait l'évasion pendant la nuit et préparait la «truscia» traditionnelle, le trousseau de la mariée, contenant des vêtements, draps, nappes, couettes, argent et parfois même quelques habits pour le bébé qui s'apprêtait à naître. La nourriture nécessaire pour toute la durée du «voyage» faisait aussi partie du fameux trousseau. Les fugitifs, souvent, ne retournaient plus dans leurs villages respectifs.
Ces couples étaient assez jeunes et parfois leur âge ne dépassait pas 14 ou 16 ans. Une décision importante comme la «fuitina» serait de nos jours impensable pour de si jeunes adolescents qui, n'étant pas libres de s'aimer à cause de la méfiance ou des conflits entre leurs familles, décidaient à un moment donné de tout quitter, de s'enfuir de chez eux et de vivre ensemble dans un pays qu'ils ne connaissaient pas et dont ils ne parlaient même pas la langue !
Ces jeunes amoureux étaient aussi conscients du fait qu'une fois que la décision avait été prise, il n'y avait plus de retour en arrière. En fait, les questions liées principalement à l'honneur de la femme, qui ne pouvait plus retourner chez elle une fois qu'elle avait perdu son état de pureté originelle, entraient en jeu.
La «fuitina» semble donc trouver une explication pas tellement dans le caractère romantique qui est généralement attribué à l'action, mais plutôt dans des raisons purement sociales qui plongent les raisons dans les mécanismes de la gestion des relations humaines au sein d'un groupe. La fuite amoureuse est un moyen de régler les conflits sociaux par la mise en œuvre d'un événement qui interrompt le cours habituel des relations conflictuelles entre deux familles ou bien deux clans.
Pour cette raison, dans son caractère intrinsèque, la «fuitina» est un événement «extraordinaire», qui va au-delà de l'habituel, tout en s'y opposant. Mais elle fait encore plus ; elle parvient à revoir l'habituel et à le modifier, apportant une solution à l'hypocrisie de la société et de la religion, prêtes à tout critiquer, commettant ainsi les pires crimes.
La «fuitina» permettait aux familles de passer également en revue leurs modèles d'interaction, en y apportant parfois des changements substantiels.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.