La bourse bascule de nouveau, dans un faible volume d'échange    Jürgen Habermas refuse le prix Cheikh Zayed    Dernière Minute – Coronavirus : 106 décès et 1448 nouvelles contaminations, Bilan du 4 mai    Tozeur : Deux personnes décédées et 28 nouveaux contaminés    Nawaf al-Ahmad al-Jaber al-Sabah invite Kaïs Saïed pour une visite au Koweït    1ère édition du Festival d'Alexandrie du film francophone : La Tunisie invitée d'honneur    Que va faire Kaïs Saïed maintenant ?    Tunisie-Samir Dilou: La non-approbation du projet de loi sur la cour constitutionnelle aggravera la crise    Programme "Afrique créative" : Appel à candidatures 2021 en Tunisie et dans 9 pays d'Afrique    Education Une moyenne générale de 15/20 au moins pour accéder aux collèges pilotes    Covid-19 | Béja : Quatre décès et 57 nouveaux cas positifs    La partie centrale de la fusée chinoise incontrôlable traversera de nouveau la Tunisie    Tunisie-FMI : Vers la création d'une agence de la fiscalité, de la comptabilité publique et du recouvrement et d'une agence de la gestion de la dette    Tunisie- L'aéroport de Djerba-Zarzis n'est plus autorisé à recevoir des vols internationaux    Covid-19 - Tunisie: L'hôpital de circonstance installé à la Cité sportive d'El Menzah déjà saturé !    Décès du dirigeant d'Al Joumhouri Mongi Ellouze    Saied, puis Mechichi bientôt à Rome et Lamorgese, après l'Aïd, à Tunis    CONDOLEANCES : Béchir BEN YAHMED    CONDOLEANCES : M. TOUNEKTI Hassine    La chute de la fusée chinoise sur un pays est peu probable    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 05 Mai 2021 à 11H00    Coronavirus | Plus de 432 mille personnes vaccinées en 53 jours    Tunisie-acquisition des vaccins anti-covid19: Ayachi Zammel appelle ces catégories à intervenir    Match CA vs EST : Lien streaming pour regarder le derby de la capitale tunisienne du 05 mai    Ooredoo soutient l'éducation dans les zones rurales    Diplomatie : L'ambassadeur de Chine en Tunisie reçu par Jerandi    Club Africain – Espérance de Tunis : Les formations probables des deux équipes    Club Africain – Espérance de Tunis : Bilan des confrontations entre les deux équipes    Pandémie : l'UEFA autorise 26 joueurs par sélection pour l'Euro 2020    Cour Constitutionnelle : On tourne en rond    Billet | Nouveau deal Tunisie-FMI    TUNINDEX AU QUOTIDIEN ZOOM DU MARDI 4 MAI 2021 Le TUNINDEX, en rallye à la lisière des 7 250 points    «Zone cinéma documentaire en espagnol» : Des films espagnols et latino-américains au bout du clic    «Zhar/Blossom», Court-métrage collectif : La voix des prochaines générations    Météo : Temps pluvieux et légère baisse des températures    LC Afrique: CR Belouizdad – Espérance Sportive de Tunis fixé au 14 mai    Samir Saied démissionne de son poste de PDG de Tunisie Telecom    Hichem Ben Yahia : L'étage de la fusée Long March 5 est passé sur la Tunisie par deux fois    Tunisie-Ligue 1 : les matches de ce mercredi et programme TV    La Cour suprême américaine: la guerre des nombres    La Compagnie Shell plie bagages et quitte la Tunisie    Sfax [EN DIRECT] : Les artistes de Sfax protestent d'une manière artistique civilisée pour la huitième soirée consécutive    Sfax [EN DIRECT] : Les artistes de Sfax protestent d'une manière artistique civilisée pour la septième soirée consécutive    Jean Fontaine, le migrant inversé, nous quitte    Tunisie- Ministère des Affaires Culturelles: "Les Marionnettes de Ramadan"en ligne    La Russie interdit d'entrée le président du Parlement européen    Le chef de l'Etat effectue une visite « non annoncée » au gouvernorat de Kasserine    Il y a une volonté diabolique d'inviter l'islam à la Cène politique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mes odyssées en Méditerranée | Tunisie-Sicile : la «fuitina» ou fugue amoureuse
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 10 - 2020

Les rapports entre la Sicile et la Tunisie ont toujours touché, depuis la nuit des temps, à toutes sortes de relations: économiques, sociales, politiques, culturelles et aussi amoureuses.
En effet, suite à une forte immigration sicilienne en Tunisie entre le XIXe et le XXe siècles, beaucoup de mariages ont eu lieu surtout entre femmes tunisiennes et Siciliens, et Siciliennes et hommes tunisiens dépassant ainsi toutes les incompréhensions liées à leur différence culturelle et religieuse. Les cas sont innombrables.
Si aujourd'hui certains Tunisiens détiennent la nationalité italienne, c'est aussi grâce à une grand-mère sicilienne ou italienne qui, à l'époque, avait décidé de rester en Tunisie et d'y fonder une famille.
Il faut toutefois savoir qu'une autre typologie de mariages entre Siciliens pouvait avoir lieu en Tunisie, il s'agissait de la «fuitina», qui prend son origine du verbe français «fuir» ou encore prendre la fuite. En principe, le terme «fuitina» ne fait référence qu'à l'évasion consensuelle d'un jeune couple, mais la pratique se prête également afin de camoufler l'enlèvement réel, et peut-être le viol, de la future mariée.
Jusqu'aux années 60 du siècle dernier en Tunisie, nous assistons à la présence de couples d'amoureux siciliens arrivés en barque sur les côtes tunisiennes pour échapper au diktat de leurs familles, ayant décidé de ne pas céder à la volonté de mariage de leur progéniture, et ce, pour une question liée à la différence de statut social ou bien de possession de biens, terrains, maisons... Un peu comme «Roméo et Juliette», mais cette fois-ci du prolétariat.
Dans la plupart des cas, la dulcinée n'était plus vierge, voire enceinte, et la seule solution qui se présentait aux amoureux était celle de fuir leurs villages, voire l'Italie. Vu le rapprochement géographique avec la Tunisie, le choix était vite fait.
Cette évasion pré-maritale, souvent utilisée en Sicile et dans toute l'Italie du Sud, visait donc à éviter le mariage arrangé par les familles et parfois elle était réalisée en accord avec l'une ou les deux familles des jeunes, pour des raisons économiques ou «perte de virginité», si chère aux bigots siciliens de l'époque !
Parfois, c'était la mère de la fille qui organisait et favorisait l'évasion pendant la nuit et préparait la «truscia» traditionnelle, le trousseau de la mariée, contenant des vêtements, draps, nappes, couettes, argent et parfois même quelques habits pour le bébé qui s'apprêtait à naître. La nourriture nécessaire pour toute la durée du «voyage» faisait aussi partie du fameux trousseau. Les fugitifs, souvent, ne retournaient plus dans leurs villages respectifs.
Ces couples étaient assez jeunes et parfois leur âge ne dépassait pas 14 ou 16 ans. Une décision importante comme la «fuitina» serait de nos jours impensable pour de si jeunes adolescents qui, n'étant pas libres de s'aimer à cause de la méfiance ou des conflits entre leurs familles, décidaient à un moment donné de tout quitter, de s'enfuir de chez eux et de vivre ensemble dans un pays qu'ils ne connaissaient pas et dont ils ne parlaient même pas la langue !
Ces jeunes amoureux étaient aussi conscients du fait qu'une fois que la décision avait été prise, il n'y avait plus de retour en arrière. En fait, les questions liées principalement à l'honneur de la femme, qui ne pouvait plus retourner chez elle une fois qu'elle avait perdu son état de pureté originelle, entraient en jeu.
La «fuitina» semble donc trouver une explication pas tellement dans le caractère romantique qui est généralement attribué à l'action, mais plutôt dans des raisons purement sociales qui plongent les raisons dans les mécanismes de la gestion des relations humaines au sein d'un groupe. La fuite amoureuse est un moyen de régler les conflits sociaux par la mise en œuvre d'un événement qui interrompt le cours habituel des relations conflictuelles entre deux familles ou bien deux clans.
Pour cette raison, dans son caractère intrinsèque, la «fuitina» est un événement «extraordinaire», qui va au-delà de l'habituel, tout en s'y opposant. Mais elle fait encore plus ; elle parvient à revoir l'habituel et à le modifier, apportant une solution à l'hypocrisie de la société et de la religion, prêtes à tout critiquer, commettant ainsi les pires crimes.
La «fuitina» permettait aux familles de passer également en revue leurs modèles d'interaction, en y apportant parfois des changements substantiels.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.