Covid-19 : Plus d'un million 150 mille personnes ont bénéficié des aides sociales    Mechichi : la mort tragique du jeune médecin traduit la situation déplorable que connait le secteur de la santé    La Tunisie occupe la 13e place à l'échelle mondiale dans les indicateurs de la production scientifique    Météo: Prévisions pour samedi 05 décembre 2020    Tunisie: Réunion du bureau du Parlement pour examiner la demande de condamnation des propos de Mohamed Affes    Le musée militaire de Mareth accueille un véhicule allemand ayant servi pendant la IIe guerre mondiale    La jeune Hager Soussi, lauréate du hackathon " Earth Hacks "    Les artisans réclament le remboursement et le rééchelonnement de leurs dettes    Qui est Asma S'hiri Laabidi, nouvelle Secrétaire générale à la Mer    Semaine Boursière : Le Tunindex affiche un léger rebond de 0,7%    Tunisie | Covid-19 : 1403 nouvelles contaminations et 56 décès recensés    Le vaccin sera gratuit en Algérie, mais non obligatoire    Motegi Toshimitsu Ministre japonais des Affaires Etrangères en Tunisie la semaine prochaine    La crise de l'approvisionnement en gaz met à nu les limites de la connexion au gaz naturel    Le centre 13 août d'accueil des femmes victimes de violence rouvre ses portes    La Tunisie candidate à l'organisation des Jeux Africains de la plage de 2023    Asma S'hiri Laabidi, nommée secrétaire générale de la Mer    Attijari bank et le PNUD Tunisie s'associent et s'engagent en faveur de l'entrepreneuriat et de l'intégration des ODD en Tunisie    Le projet de la LF 2021 adopté par la commission des Finances    Abir Moussi s'insurge contre un Mohamed Affes insultant envers les femmes    Un médicament qui bloque la transmission du Covid-19 identifié    Tunisie [Vidéo+Photos]: Préparatifs de l'Olympique de Béja pour le match contre le Stade Tunisien    Une stratégie nationale des produits du terroir    "CORE, creative hub" : un nouveau programme dédié à l'économie créative et culturelle    L'UGTT est déterminée à lutter contre toutes les formes de violence et à préserver les intérêts du peuple    Comité de pilotage du PARJ : Engagement de projets visant la réforme de la justice    LCA : Le CS Sfaxien pour confirmer la bonne prestation du match aller    Programme TV du vendredi 04 décembre    "Digital cultural eXperience" offre une visite virtuelle des sites historiques tunisiens    People Power Expo Tunis du 5 au 26 décembre 2020 à la cité de la culture Chedli Kélibi    L'initiative « Souk At-Tanmia » soutient plus de 80 entreprises tunisiennes    L'ARP entame l'examen du projet de budget du ministère de la Santé    Alerte météo : Baisse des températures et possibilités de chutes de neige sur les hauteurs ouest    NEWS | Sanctions réduites pour Chamam et Benguit    MEMOIRE : Pr Mohamed Touhami BEN SAID    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 04 Décembre 2020 à 11H00    La poésie en questions | Une vocation à l'épreuve de l'islam II    Vient de paraitre | « Grabuge » de Hichem Ben Ammar : L'écume des mots    « Bassamat Opéra » à Djerba : Des acteurs à besoins spécifiques en devenir    Coronavirus: Joe Biden aux américains: Portez un masque pendant 100 jours    Coronavirus: Le bilan s'alourdit à Nabeul    Kamel Déguiche : Le règlement de l'affaire du CS Chebba passe par le recours des clubs à la FIFA    Les jeunes médecins en deuil et en colère    Les députés jugent faible le budget 2021 du ministère des Affaires culturelles    Tunisie [Vidéo]: Espace culturel "Joker Prod" à Sfax pour promouvoir les talents et la créativité des jeunes    L' élection américaine de 2020    L'ONU lève l'interdiction de voyage pour six mois de l'épouse de Kadhafi et sa fille Aïcha    L'ancien chef d'Etat français Valéry Giscard d'Estaing n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ARP | Séance de dialogue avec le gouvernement : La politique agricole dans l'œil du cyclone
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 10 - 2020

Démunis face aux spéculateurs, aux intermédiaires, ainsi qu'aux puissants circuits de distribution et, enfin, aux banques, les petits agriculteurs se sont endettés jusqu'au cou.
Hier, à la Chambre haute, l'ancien Sénat, la plénière dédiée aux questions au gouvernement s'est tenue dans une ambiance plus ou moins calme. L'immense hémicycle permet une meilleure distanciation physique, vivement recommandée par le Conseil scientifique. L'air y circulait aisément et la tension, du moins au cours de la matinée, était, fait rare, à son plus bas niveau.
Huit ministres, rien de moins, ont dû se soumettre au périlleux exercice des questions-réponses. Les ministres de l'Agriculture, du Commerce, du Tourisme ainsi que le ministre de l'Economie et des Finances étaient présents pour passer le grand oral. Pour certains, c'était le baptême de feu, d'autres plus aguerris semblaient à l'aise. Quatre autres ministres devaient défiler l'après-midi.
Organisée par le bureau de l'ARP, la deuxième séance d'audition des membres du gouvernement, depuis l'investiture de Hichem Méchichi, s'articule autour de thèmes spécifiques; la crise de commercialisation des produits agricoles, les maladies qui menacent le cheptel, la crise des engrais, les circuits de distribution. Pour tout dire, les principaux problèmes liés au secteur agricole étaient dans le viseur des élus.
Présidée par Samira Chaouachi d'une main de fer, après une brève apparition du président Rached Ghannouchi, la séance publique n'a pas dérapé, évoluant dans une relative sérénité, mises à part quelques interpellations musclées visant la ministre de l'Agriculture et lui reprochant de ne pas donner suite aux appels téléphoniques.
Le ministère de l'Agriculture n'est pas un comptoir autonome
Question : si les ministres s'amusent à répondre à 217 élus, quand travailleront-ils ? Sans oublier qu'ils ne sont pas seuls à même de prendre des décisions importantes, sans revenir à leur chef hiérarchique, en l'occurrence Hichem Méchichi. Le ministère de l'Agriculture, ni aucun autre département d'ailleurs, n'est censé être un comptoir autonome. Il relève d'une institution autrement désignée le gouvernement !
A ce titre, 80% des questions étaient adressées directement à Mme Akissa Bahri. Elles portaient sur la situation des agriculteurs accablés de dettes et confrontés d'année en année à une précarité croissante, notamment en raison des prix en baisse de leurs productions. Démunis face aux spéculateurs, aux intermédiaires, ainsi qu'aux puissants circuits de distribution, et, enfin, aux banques, les petits agriculteurs se sont endettés jusqu'aux cous. Broyés par des mastodontes qui négocient au rabais et imposent leurs prix, ils se sentent abandonnés à leur triste sort par l'Etat.
Ce qui n'arrange rien, un nombre grandissant de vaches ont attrapé la maladie de la langue bleue qui est en train de se répandre dans les zones d'élevage. En rupture de stock, les éleveurs n'ont pu se procurer le vaccin nécessaire pour protéger leur cheptel ovin et bovin. Le vaccin en question, selon les parlementaires, n'a pas été acquis par l'Etat, en raison de son prix élevé. Résultat, de petits éleveurs ont perdu leurs vaches ces dernières semaines. Une catastrophe, une faillite programmée. Les représentants du peuple pointant une mauvaise appréciation et anticipation de l'Etat.
De nombreux élus ont revendiqué l'indemnisation des petits agriculteurs qui n'arrivent ni à payer leurs crédits, ni à commercialiser les productions de pommes, et notamment de dattes et de grenades, en surplus cette saison. La crise des engrais agricoles et fertilisants est une autre question récurrente soulevée lors du débat parlementaire. Chaque élu défendant sa circonscription; Le Kef, Jendouba, Béjà, Gafsa. Les mêmes doléances revenaient à l'instar de celle portant sur la gestion des ressources hydriques pour l'irrigation.
Plusieurs représentants du peuple ont reproché à l'Etat cette « manie inconséquente » de renflouer les caisses des hôteliers, «pour les aider soi-disant à affronter la crise provoquée par le Covid-19», au lieu d'investir dans un secteur d'avenir et souverain, l'agriculture.
Si la plupart des questions revenaient sur les mêmes points, le député Adnen Hajji s'est illustré, lui, par une sortie, en tapant du point sur son pupitre, manifestant sa colère et son refus de laisser quiconque, «ignorant le sujet», évoquer les problèmes «du bassin minier de Gafsa et du Kamour». En réponse, on lui rappelle cet acquis de la révolution ; personne n'a le monopole de la réflexion ni du débat autour d'un fait d'ordre public, qui plus est concerne l'ensemble de la communauté nationale et l'Etat, et, pour tout dire, les pénalisent durement en ces temps difficiles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.