URGENT-Cité Ettadhamen: La situation sécuritaire s'aggrave    Tunisie – Quand les présidents comprendront-ils que l'intérêt de la Tunisie est en jeu et qu'il est prioritaire ?    Le ministre de l'Emploi soupçonné de conflit d'intérêts : L'AHK Tunisie clarifie    Troubles nocturnes | Kaïes Saïed met en garde contre toute instrumentalisation des jeunes    Expiration des délais de l'application des mesures de gel : Les avoirs de Ben Ali et ses proches en Suisse resteront bloqués    Coronavirus : 111 nouvelles guérisons à Ben Arous    Le cinéma tunisien présent à la 18ème édition du FCAPA en ligne    Mechichi envoie une correspondance à l'ARP    Un virus asiatique dont le taux de mortalité atteint 75% préoccupe les chercheurs    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    Hédi Bouraoui: Voilà ce que nous avons perdu!    Tunisie – Soldes 2021 : Les soldes d'hiver démarreront vendredi 29 janvier    Voici la date des soldes d'hiver    Royal El Mansour El Mahdia classé parmi les 7 meilleurs hôtels Iberostar dans le monde    Les émeutes nocturnes, que pensent les politiciens et les analystes?    Affaire ANGED-VALIS : Conflit d'intérêts confirmé pour Elyes Fakhfakh    Le Président de la FIFA soutient le redémarrage du football africain au Cameroun    L'UIB certifiée PCI-DSS pour la 3ème année consécutive    Libye: Le Forum du dialogue politique vote sur le choix d'un mécanisme de sélection des candidats à l'autorité exécutive    Korchid : ceux qui m'ont suivi ont échoué à récupérer les fonds Ben Ali    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 18 Janvier 2021 à 11H00    Le Tunisien Walid Boudhiaf bat le record du monde en Apnée (vidéo)    CoviDar, une initiative citoyenne pour la prise en charge des malades de coronavirus chez eux    Tennis – Classement WTA : Ons Jabeur dans le top 30, une première    Mondial Handball 2021 / Portugal -Algérie : Sur quelle chaîne voir le streaming ?    Les Tunisiens privés de vaccins à cause du ministre de la Santé limogé, selon l'UPR    Walid Jalled au chef de l'Etat : envoyez vos missiles constitutionnels    Les smartphones Galaxy S21, Galaxy S21+ et samsung galaxy Ultra en précommande    D'un sport à l'autre    Tunisie-Affrontements nocturne: Béja retrouve son calme    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis tient encore à Mouine Châabani    Tunisie – météo : Passages nuageux et légère augmentation des températures    "La Voix des femmes" déplore l'absence de femmes dans le nouveau gouvernement    Néji Jalloul appelle à des concertations politiques pour sortir de la crise    Covid-19 : 76 décès et 2859 nouvelles contaminations en 24 heures    L'EST trébuche à Sfax après 33 matches d'invincibilité: Un mal pour un bien ! ...    Relance de l'économie Tunisienne: Une croissance de 5,8% est possible pour cette année    Nadia Khiari, dessinatrice de « Willis from Tunis », à La Presse «Je suis dans l'autodérision : je me moque de nous-mêmes»    Cinéma tunisien «Halte au hold-up sur nos voix !»    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mes odyssées en Méditerranée | Siciliens de Tunisie – les Ciscardi : De la Sicile à la Tunisie, la route de l'espoir...
Publié dans La Presse de Tunisie le 23 - 11 - 2020

La communauté sicilienne de Tunisie a toujours occupé une place très importante dans ce pays nord-africain.
Des millions d'Italiens, au XIXe siècle, quittèrent leur pays natal pour émigrer dans différentes parties du monde. Beaucoup de Siciliens choisirent la Tunisie, un pays proche géographiquement et culturellement.
Au cours de mes vingt-cinq années de recherche sur l'immigration sicilienne en Tunisie, j'ai rencontré beaucoup de mes compatriotes, croisé leurs chemins, recueilli leurs témoignages. Leur pays reste toujours la Tunisie et beaucoup y ont fait retour.
Voilà l'histoire d'un auteur sicilien de Tunisie, de Djerba, de retour dans son île natale. Il s'appelle Jean-Jacques Ciscardi, et comme pour la plus grande partie des Italiens de Tunisie, son prénom a été francisé. Les grands-parents de notre auteur, les Ciscardi, étaient de la ville de Gela, une petite ville au sud de la Sicile dans la province de Caltanissetta où ils étaient nés et liés en amitié avec un autre jeune couple, les Quattrocchi.
Giuseppe Quattrocchi excellait dans la maçonnerie, quant à Emanuele Ciscardi, il exerçait le métier de coiffeur. L'un comme l'autre menaient une vie modeste et les privations augmentaient de jour en jour. D'un commun accord, ils décidèrent de quitter leur Sicile natale à la recherche d'un pays qui leur offrirait de meilleures conditions de vie. La Tunisie n'étant pas trop loin de chez eux, ils décidèrent de s'y rendre.
Qu'importait le moyen de transport, seul le désir d'une vie meilleure les animait, une vieille barque à voile, commandée par un passeur occasionnel, fit l'affaire. Les passeurs ont toujours existé et les petites embarcations aussi…
Après une paisible traversée du Canal de Sicile, du Nord vers le Sud, ils débarquèrent en Tunisie où ils se séparèrent. Le couple Quattrocchi opta pour la grande ville de Sfax et les Ciscardi poussèrent jusqu'à Djerba où Emanuele ouvrit un salon de coiffure dans le village d'Adjim, alors que Giuseppe Quattrocchi, à son compte, s'occupa d'abord de petits travaux de maçonnerie, et progressa lentement jusqu'à devenir entrepreneur de travaux publics. Emanuele, plus malchanceux, périclita peu à peu au point de fermer son modeste salon pour aller coiffer à domicile. Ensuite, la famille se déplaça à Sfax où le grand-père de Jean-Jacques, ouvrit un nouveau salon et où ses affaires marchaient tant bien que mal. Il se retrouve du coup, dans la même ville que son ami Giuseppe, qui lui aussi avait eu des enfants, dont la mère de notre auteur. Tous les deux se rencontraient souvent le dimanche matin, ils parlaient de la Sicile et de leurs souvenirs autour d'un verre de vin rouge dans un bar du coin où toutes les langues se mêlaient les unes aux autres. C'est alors que le papa de Jean-Jacques, en quête de travail, voulut s'engager dans l'armée française, qui ne l'accepta pas à cause de sa nationalité italienne. Il se dirigea donc vers la légion étrangère où il accomplit une période de cinq ans. A sa libération, il fit la connaissance de la mère de Jean-Jacques et ils se marièrent peu après. Français de nationalité, il fut admis à la Chambre de Commerce et muté à Alger. De retour en Tunisie, il fit une nouvelle demande pour entrer dans les phares et balises et eut, comme premier poste de gardien, le phare de Bordj-Jillij à Djerba où l'auteur est né. Ensuite Thyna à Sfax, puis le phare du Cap Serrat, celui de Kuriat, Sousse et à nouveau Djerba où la famille a passé de longues années dans les deux phares de l'île. Un an après l'indépendance, la famille Ciscardi quitte la Tunisie pour la France. Le père fut muté dans les Pyrénées-Orientales, au phare de Cap Béar à Port-Vendres, c'est là qu'il termina sa carrière de gardien de phare et prit une retraite bien méritée.
C'est à ce moment-là que Jean-Jacques fit connaissance d'une jeune fille dont les parents étaient propriétaires d'un hôtel-bar-restaurant à Collioure. Il terminera sa carrière professionnelle dans l'hôtellerie à Port-Vendres où il était gérant d'un restaurant-bar.
Las de la France, après la retraite, l'auteur revint en Tunisie, son pays natal et plus précisément sur son île, là où il vit actuellement avec sa famille. Il se remet alors à l'écriture, la grande passion de Jean-Jacques, délaissée depuis longtemps. Il décide de s'attaquer à sa biographie en quatre ouvrages. «La légende vivante de Djerba», qui retrace ses vingt et unes premières années en Tunisie,«Djerba, le temps des regrets», qui dévoile sa vie passée en France, «Djerba, fontaine de souvenirs», qui raconte son retour en Tunisie, et enfin l'épilogue «Djerba, l'impossible oubli», parachève la trilogie avec des photographies d'époque, des souvenirs et anecdotes oubliées sur les autres ouvrages.
Les quatre livres sont publiés en Tunisie aux Editions Arabesques, et en vente dans toutes les librairies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.