Bilan Covid-19: 9.706 nouveaux cas et 17 décès    Covid-19 | 17 décès et 9706 contaminations recensés le 24 janvier 2022    Santé publique : Les médecins, médecins dentistes et pharmaciens en grève demain    Tunisie : Départ des vols depuis l'aéroport d'Istanbul via une seule piste    Hamma Hammami : il n'existe aucune différence entre Kaïs Saïed et Ennahdha    Le député Zied Ghanney a pu voyager    Nadia Akacha, couvre-feu, Parlement… Les 5 infos de la journée    CAN 2021 : Mise à jour du programme des 1/4 de finale    La bourse de Tunis renoue avec les pertes    CAN 2021 : Sans briller, le Sénégal assure l'essentiel contre le Cap Vert et se qualifie    D'anciens bâtonniers des avocats solidaires avec Abderrazek Kilani    Tunisie : La Banque Mondiale recommande des réformes politiques visant une concurrence équitable    L'ATJM met en garde contre " toute décision irréfléchie touchant le pouvoir judiciaire "    Le Pakistan félicite Kais Saied pour son rôle de leadership    Subvention : La marge de profit de l'Etat sur un litre d'essence est de 505 millimes...    Tunisie – Can 2022: tests négatifs pour les joueurs Chaalali, Maaloul, Dahmène et Touzghar    Le film documentaire "Angle mort" de Lotfi Achour primé au Fipadoc à Biarritz    "The Sacred Woods" de Abdallah Chamekh se distingue aux Lift-Off Global Network Season Awards 2021    Le cinéma tunisien a 100 ans: Découvrez le 1er film tunisien "Zohra" réalisé par Samama Chikly    Mliki met en garde contre les multiples démissions à la présidence de la République    Bourse de Tunis : Publication du prospectus d'introduction en bourse de la STA    InstaDeep lève 100 millions de dollars pour développer ses produits d'intelligence artificielle décisionnelle    EN : 5 joueurs testés négatifs et un seul cas positif confirmé    Sahbi Baccar invite Makrem Lagguem pour l'humilier !    APII : baisse des investissements déclarés en 2021 de 25,8% dans l'industrie et de 13,7% dans les services    Jendouba: 2 décès et 258 nouvelles contaminations par le Covid-19    Korchid : ''L'une des erreurs de Kais Saied...c'est Nadia Akacha''    Tunisie – Burkina Faso : Tunisair suspend ses vols en provenance et vers Burkina Faso    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    "Mes mots pour le dire", nouveau concours vidéo francophone international    teste    Un délinquant poignarde trois personnes à la station Intilaka : Grosse frayeur à bord d'un métro de la Transtu    CONDOLEANCES : Jamel ACHOUR    Pourquoi? | Avec de la volonté    La Banque mondiale s'attend à un ralentissement de l'économie tunisienne    CAN 2022 – Maroc vs Malawi : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct ?    Des entreprises américaines souhaitent investir en Tunisie, assure Donald Blome    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Watford : l'entraîneur Claudio Ranieri limogé    Express    Météo: Nuages passagers et températures en baisse, ce mardi    Coronavirus: 4 décès et 2834 nouvelles contaminations, Bilan du 23 janvier 2022    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Pièce "Hend, le prince de Djerjer" d'IZA LOU mise en scène par Jean-Luc Garcia à EL TEATRO Tunis    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Commémoration des événements du 26 janvier 1978 : « Le jeudi noir » raconté par Habib Achour
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 01 - 2021


Par Brahim Oueslati
Il y a 43 ans, la Tunisie connut une grève générale décrétée par l'Ugtt et qui avait dégénéré en émeutes. C'était un jeudi 26 janvier 1978, plus connu sous le nom de « jeudi noir » en référence au «jeudi noir» du krach de 1929.
Cette grève est la conséquence d'une crise entre le gouvernement de l'époque et la centrale syndicale qui a marqué une volonté d'autonomie face au pouvoir en place. Le 24 janvier, suite à l'arrestation du secrétaire général de l'Union régionale de Sfax, Abderrazak Ghorbal, Habib Achour lance devant une foule réunie à la place Mohamed-Ali son appel à la grève générale pour jeudi 26 et vendredi 27. Il déclare qu'il « n'y a de combattant suprême que le peuple ». Une offense à l'adresse de son ami de combat, le Président Habib Bourguiba et « un crime de lèse-majesté » vis-à-vis de celui qui est communément appelé « Combattant suprême ».
Pour faire échec à cette grève, le parti au pouvoir, le PSD dont Habib Achour était membre de son bureau politique avant d'en démissionner quelques jours avant la date butoir, appelle ses militants à « descendre dans la rue pour empêcher la grève par tous les moyens ». Toutes les tentatives pour éviter l'irréparable ont échoué.
Le bilan officiel gouvernemental annonçait 46 morts et 325 blessés, alors que, selon d'autres sources, le bilan était beaucoup plus lourd.
Plusieurs arrestations ont été opérées dans les rangs des dirigeants syndicalistes et à leur tête le secrétaire général Habib Achour. Déférés devant la Cour de sûreté de l'Etat présidée initialement par Mohamed Salah Ayari avant qu'il ne soit remplacé par Mohamed Tahar Boulâaba El Fatimi, ils ont été condamnés, le 9 octobre 1978, à de lourdes peines. Habib Achour a écopé de 10 ans de travaux forcés, tout comme Abderrazak Ghorbal, le secrétaire général de l'URT de Sfax. Treize autres sont punis de peines allant de huit ans de travaux forcés à six mois de prison, alors que neuf ont bénéficié d'un sursis et sept autres ont été acquittés. Il s'agit de :
– Kheireddine Salhi, Hassen Hammoudia, Sadok Besbes: 8 ans de travaux forcés.
– Houcine Ben Kaddour, Mustapha Gharbi, Taieb Baccouche, Salah Brour : 6 ans de travaux forcés.
– Mohamed Ezzeddine, Abdelhamid Belaid, Ismail Sahbani, Mohamed Chakroun, Mohamed Néji Châari, Abderrazak Ayoub: 5 ans de travaux forcés.
-Abdelaziz Bouraoui, Abdessalem Jrad, Said Gagui, Said Haddad, Allala Amri, Noureddine Bahri, Ahmed Kahlaoui, Mohamed Salah Kheriji, Mohamed Dami : 6 mois de prison avec sursis.
-Sadok Allouche, Messaoud Klila, Béchir Mabrouk, Mohmed Chelly, Hassen Ben Rhouma, Azzouz Dhaouadi: acquittement.
Dans son livre « Ma vie syndicale et politique, enthousiasme et déception, 1944-1981», publié par la maison Alif en décembre 1989, Habib Achour a livré sa version de ces évènements douloureux dont il était l'un des principaux acteurs et qui sont « l'un des deux plus importants de la Tunisie indépendante sous la présidence de Habib Bourguiba avec les émeutes du pain en janvier 1984 ». De sa prison, Habib Achour envoie, le 17 mai 1978, une lettre au Président Habib Bourguiba, dans laquelle il désigne les vrais responsables des événements douloureux du 26 janvier. «Tout au long de l'enquête, écrit-il, j'ai fait ressortir que les vrais responsables des événements du 26 janvier sont du côté du Parti : Mohamed Sayeh, Ameur Ben Aicha, Mohamed Jerad et Habib Fathallah. Du côté du gouvernement : Hédi Nouira, Abdallah Farhat et Dhaoui Hannablia ».
Cette crise avait abouti à la démission de cinq ministres en décembre 1977, membres des commissions mixtes formées pour tenter de désamorcer la crise. Et alors que les négociations avançaient, Hédi Nouira donna l'ordre à ses ministres de « cesser les discussions. Choqués par cette décision, Mohamed Ennaceur, Mongi Kooli, Habib Chatti, Azzouz Lasram et Moncef Bel Haj Amor donnèrent leur démission ».
Transféré à la sinistre prison de Nadhour, Habib Achour ne se résout pas à cette injustice et continue de recevoir le soutien de plusieurs organisations internationales. Le 3 août 1979, il fut gracié et libéré, officiellement, en raison de la détérioration de sa santé. Mais il a été mis en résidence surveillée.
Le 30 novembre 1980, il est reçu par Habib Bourguiba en présence de Mohamed Mzali et des nouveaux membres du bureau exécutif issu du congrès de Gafsa conduit par le nouveau secrétaire général, Taieb Baccouche. Après une discussion assez vive entre les deux leaders, le Président se résout à lever l'exclusive qui frappait son vieil ami et compagnon de lutte. « L'Ugtt est la vôtre, faites-en ce que vous voulez ».
Habib Achour rejoint alors le Conseil national réuni au palais des congrès de Tunis et fut accueilli comme un héros.
B.O.
Source: Habib Achour, Ma vie syndicale et politique, enthousiasme et déception, 1944-1981, publié par la Maison Alif en décembre 1989.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.