Réactions de la presse internationale aux nouvelles mesures de Kaïs Saïed    Semaine Boursière : La BH consolide avec succès ses assises financières    Tunisie – Non lieu pour Mohamed Hentati    Les loueurs de voiture invités d'Alpha Hyundai Motor    Tunisie – Hausse de 185% de la redevance du passage du gaz algérien    Tunisie - Reprise des activités dans tous les espaces culturels    Ultra Mirage, le challenge se poursuit avec le soutien d'Assurances BIAT    AS Kasserine : Seif Ghezal, nouvel entraîneur    Ministère des Affaires Sociales: 620 000 familles ont profité de l'aide de 300 dinars    Carthage, patrimoine culturel ... en détresse    Vie et mort d'un fondateur de dynastie: Husseïn Bey 1er (1675-1740)    Chakchouk et Girardin la coopération tuniso-française en matière d'infrastructures portuaires    Djerba Music Land 2021 a enchanté les âmes et les yeux des festivaliers    Club Africain : Mehdi Ouedherfi prêté à Al-Akhdhar libyen    Dernière minute- Du nouveau sur le couvre-feu    UGTT : Non au marchandage entre liberté et monopolisation des pouvoirs !    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Finale de la Super Coupe de Tunisie 2020 – 2021 : EST vs CSS où regarder le match du 25 septembre    Appel à participation: Lancement de la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 24 Septembre 2021 à 11H00    La FTF approuve la liste internationale des arbitres    Des décisions du CSM annulées par le Tribunal administratif    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Covid-19 : 41% de la population tunisienne primo-vaccinés    Abir Moussi s'exprime sur l'arrêt des primes octroyées aux députés    Kalthoum Kannou future Ministre de la Femme?- La magistrate s'exprime sur le sujet    Hatem Boubakri salue les mesures prises par le président de la République    Abir Moussi : Le président veut barrer la route au PDL !    Tunisie : Le ministère de l'Enseignement supérieur recrute 1 130 chercheurs    Le ministère de l'Education invite ses affiliés à la vaccination    La Ligue des Etats arabes doit jouer un rôle important dans la résolution des conflits    « Meilleur Service Client de l'année 2021 » pour Ennakl Automobiles pour la deuxième année de suite    Flat6Labs Tunisie organise le Hub Day du premier cycle du projet Ignite Tunisia    LG lance un téléviseur géant DVLED 8K de 325 pouces    Livres et auteurs de langue française en états généraux à Tunis depuis ce jeudi (Album Photo)    Démarrage à Tunis des Etats généraux du livre en langue française dans le monde    Football : Programme TV de ce Jeudi 23 Septembre 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 23 Septembre 2021 à 11H00    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Emna Attya Belkhodja, autrice de «Mohamed Attya, le passeur de lumière», à La Presse : «L'objectif principal de ce livre est de rétablir la vérité historique»
Publié dans La Presse de Tunisie le 17 - 03 - 2021

Emna Attya est l'épouse de feu Hassine Belkhodja (alias Zizi Belkhodja) l'ex-international de volley-ball. Elle est l'autrice du livre «Mohamed Attya, le passeur de lumière». Un livre qui nous surprend tellement il nous apprend des choses sur un pan de l'histoire de la Tunisie jusque-là peu connue ; autant sur Mohamed Attya, le pionnier de l'enseignement moderne du Collège Sadiki. Le livre nous fait découvrir l'homme, l'histoire d'un patriote de la première heure auquel on a collé un procès colporté de toutes pièces au bout duquel il fut condamné par Bourguiba. Le livre raconte tous les détails de ce procès et décrit comment le prestigieux Collège Sadiki est devenu une source de lumière. Ce petit joyau serti dans une langue française extraordinairement ciselée est publié chez «K.A Edition». Plus d'un demi-siècle après, Emna Attya raconte son père dans cet ouvrage, ô combien, nécessaire pour la mémoire nationale. Elle nous a accordé cet entretien.
Ce livre n'a rien d'une biographie de votre père Mohamed Attya, il se présente comme un ouvrage pour rétablir une vérité historique.
En effet ! C'est l'objectif principal de ce livre : rétablir la vérité historique. Il y a eu une vérité fallacieuse qui a été tronquée dans l'histoire officielle, or, je voulais absolument montrer l'apport de Mohamed Attya dans l'édification de la Tunisie moderne. Dans ce livre, il y a la vie et l'œuvre de Mohamed Attya, tout ce qui peut aider à la réécriture objective de l'histoire.
Mohamed Attya était le premier agrégé tunisien à ne pas vouloir prendre la nationalité française à l'époque...Quel était son apport à l'enseignement en Tunisie ?
Il voulait ancrer l'identité nationale chez les Tunisiens. Il a donc créé un système d'enseignement national moderne pour que cette élite, qu'il voulait former, puisse prendre en main la Tunisie au lendemain de l'Indépendance et la faire rayonner sur le plan international. D'ailleurs, c'est cette élite-là qui a servi la Tunisie plus tard. C'étaient ses objectifs depuis qu'il était élève au Collège Sadiki. Du début à la fin, il n'a pas failli à ses objectifs. Mohamed Attya n'a pas seulement engagé des réformes, mais il a tunisifié le personnel enseignant. Car lorsqu'il a pris le poste de sous-directeur en 1934, les professeurs français, qui n'appréciaient pas cette nomination, ont quitté le Collège Sadiki pour aller au lycée Carnot. Il n'a été nommé directeur du Collège Sadiki qu'en 1944, parce que les lobbies des résidents généraux français étaient puissants.
Peut-on dire qu'il a nationalisé l'enseignement ?
Oui, il a nationalisé l'enseignement envers et contre tous. Il a tout le temps fait face à l'opposition permanente du protectorat. Mais quelles que soient les périodes de tension ou d'accalmie, Mohamed Attya restait à l'écoute des différentes revendications nationales et adapte la réalisation de ses réformes au gré des opportunités que lui offre la conjoncture. Il n'a jamais changé son fusil d'épaule quant à ses objectifs. Car le protectorat a dévoyé le collège de sa mission première pour en faire un gisement de traducteurs et de fonctionnaires. Je parle aussi de dualité. C'est-à-dire les diplômes de l'institution qui furent par principe considérés comme étant une double compétence tant au plan culturel qu'au plan des deux langues arabe et française. Cette dualité s'est enracinée au point que le mot Sadikien a fini par désigner sous le protectorat les deux visages de la Tunisie. C'est-à-dire celui de la modernité et celui de l'identité nationale. Si le Collège Sadiki a pu constituer au début un gisement de traducteurs et de fonctionnaires, il a vite été le pôle où se formaient les élites tunisiennes qui allaient poursuivre leurs études en France. Depuis sa nomination en 1944, il s'est attelé à faire de Sadiki une sorte de lycée français en renforçant la dimension arabo-islamique de cette institution. On peut dire qu'il a défendu le droit des Tunisiens à un système scolaire respectueux de leur identité, tout en étant ouverts sur le monde et soucieux des exigences de la modernité.
Et un jour, c'est la pomme de discorde...
Un jour Bourguiba a décidé d'éliminer tous ceux qui pouvaient lui faire de l'ombre. Mohamed Attya a été en fait victime de l'ego démesuré de Bourguiba. L'aura de Mohamed Attya l'a gêné et, pourtant, tous les deux étaient sur le même banc d'école. Bourguiba a même été accueilli à bras ouverts pour loger chez Mohamed Attya pendant ses premières années parisiennes.
Cette fabuleuse histoire des deux hommes vous la racontez avec force détails et d'une narration attachante dans votre livre. Et voici qu'on découvre un procès politique contre Mohamed Attya diligenté par Bourguiba lui-même... Dans le livre, vous révélez aussi le nom d'un élève du Collège Sadiki (devenu politicien) qui a été le principal acteur de ce procès...
Oui, c'était un procès politique monté de toutes pièces avec des accusations qui ne correspondaient pas à un homme qui a formé l'élite qui a pris le pouvoir en Tunisie... Le livre révèle cette vérité historique, ainsi que les dessous de ce procès fallacieux, ficelé en une semaine... C'était ubuesque.
Ce sont des vérités dignes d'un scénario de ce genre de films qui rétablissent une vérité historique que vous détaillez dans votre livre, puisque l'acharnement de Bourguiba s'est poursuivi jusqu'en 1982...
En effet, Mohamed Attya a été jugé en 1958… En 1982, Bourguiba achève de l'expulser de sa maison. En 24 heures, nous étions chassés de notre maison construite par mon père avec un prêt du Crédit Lyonnais, et la bibliothèque de mon père décimée...Le comble de l'injustice, c'est qu'on payait aussi un loyer aux Biens de l'Etat...Mais l'ironie du destin a voulu que tout au long de son cheminement, Bourguiba n'a fait que rencontrer les filles de Mohamed Attya...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.