Autocritique au sein d'Ennahdha : Poudre aux yeux ou véritable révolution?    Contestation féminine au mouvement Ennahdha    La Conect réitère son appel pour accélérer la mise en place d'un gouvernement    Le Salon de l'innovation dans l'artisanat se tiendra en octobre 2021 au Kram    Mechichi fait une déclaration de patrimoine à l'occasion de la fin de ses fonctions    Mohamed Goumani : On refuse le putsch au sein de l'Etat et du parti    La FIPA annonce une chute de 7,4% des IDE au 1er semestre 2021    Ligue 1 : Les entraîneurs de la saison 2020-2021    Tunisie-8 août: L'UGTT appelle ses adhérents à se faire vacciner massivement contre le Covid-19    Tunisie: Noureddine Taboubi appelle à organiser des élections anticipées    Kairouan Nasrallah : lacrymogène et jet de projectiles    Amical : l'ES Sahel bat l'ES Hammam-Sousse (4-1)    L'agence de notation PBR Rating attribue la Note A à la CDC Gestion    Houcine Dimassi : Kaïs Saïed devra laisser la personnalité qu'il choisira former son gouvernement seule    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 05 Aout 2021 à 11H00    La fédération nationale de la santé appelle a contribuer à la réussite de la journée nationale de vaccination    Béja-8 août: Transports publics gratuits vers les centres de vaccination [Vidéo]    Jeux Olympiques – Handball : L'Egypte éliminée la tête haute    Rapport : Valeur insignifiante des investissements directs étrangers, au premier semestre    CONDOLEANCES: Radouane DAADOUCHA    Le CSS en proie à des difficultés financières: Une reprise controversée...    Tunisie – Bahreïn : Entretien téléphonique Jerandi-Zayani    25 juillet, et après: L'heure des réformes a bien sonné    COOPERATION TUNISIE-JICA: Un soutien pour relancer l'économie    Moez Kamoun – Partner Consulting Leader à PwC PricewaterhouseCoopers : Des projets d'envergure prévus en Tunisie    News: Radhi Jaïdi arrive enfin !    Tribune | Education: La triche, une fatalité ?    «Titane» de Julia Ducournau, palme d'or à la 74e édition du festival de Cannes: Arrêt sur une controverse    Tfanen Takwin | Démarrage des stages en Tunisie après les 6 mois de cours: Renforcer des compétences de leadership culturel    «Semaine panafricaine de la critique d'art »: Réfléchir et dynamiser un métier    Météo: vents forts avec des phénomènes de sables    Tunisie : L'avertissement de Kaïs Saïed à ceux qui veulent instrumentaliser le ministère à des fins personnelles    Ligue 1 – Espérance : Anice Badri opéré au dos    Amical : Le FC Barcelone perd 2-1 à Salzbourg    Ephéméride – 4 août 2013 : Affrontements avec des terroristes à Tunis    Monde-Daily brief du 4 août 2021: Beyrouth, triste anniversaire un an après l'explosion du port    L'ONU choisit Tfanen – Tunisie Créative comme success story de mise en œuvre des ODD    Abdellatif Aloui à Kaïs Saïed : Rendez-moi mes livres que je vous ai offerts !    Hechmi Louzir : Le pic épidémiologique relève du passé    Urgent – USA : Une fusillade du Pentagone    Festival Carthage 2021 et Festival Hammamet 2021, finalement reportés    Erdogan à Saïed : Il est important de poursuivre les travaux de l'ARP en Tunisie    Festival Hammamet 2021 : Spectacle "Rboukh" du musicien Hatem Lajmi attendu en ligne    Un musée virtuel du patrimoine tunisien voit le jour    Jake Sullivan : Les Etats-Unis sont prêts à redoubler d'efforts pour aider les Tunisiens    [TRIBUNE] : Pour un état-major de l'économie    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Combattre l'automédication à l'ère du Covid-19 : Un engagement au-delà des mots !
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 06 - 2021

Les Tunisiens se sentent capables de gérer seuls des problèmes de santé bénins. Mais quand ils le font, est-ce de manière responsable ?
Avec un déficit des systèmes de prise en charge, un déremboursement des médicaments, une augmentation des tarifs des médecins privés, une baisse continue du pouvoir d'achat... l'automédication ne cesse de prendre de l'ampleur en Tunisie, et cette crise sanitaire liée au covid-19 ne fait que nous conforter dans cette idée chaque jour, d'où l'urgence d'en parler et de mettre le doigt sur les vraies causes ayant conduit à cette situation.
Les raisons sont multiples
«Cette pratique, qui ne date pas d'hier, devient de plus en plus courante en raison de la pandémie que nous traversons…Et dans ce contexte particulier, les Tunisiens trouvent normal et n'hésitent pas d'ailleurs à payer les médicaments sans ordonnance plein tarif, et ce, afin d'éviter le déplacement aux cabinets qui enregistrent un pic d'activité au cours de cette période», indique Ferdaouss B., une pharmacienne qui exerce depuis plus de 10 ans. Elle ajoute, qu'outre cette situation sanitaire exceptionnelle, cela s'explique aussi par une série de facteurs qui transforment, à différents niveaux, le comportement des citoyens. Il y a tout d'abord la couverture sociale, qui s'est améliorée avec la Cnam, mais qui n'est pas tout à fait généralisée. Il y a aussi le plafond annuel des montants des prestations, fixé à 250 dinars, mais qui reste insuffisant avec un niveau de vie et un pouvoir d'achat qui ne cessent de se dégrader depuis maintenant une dizaine d'années. A cela, on ajoute un contexte économique, politique, social et sanitaire instable, le tout accompagné d'un système sanitaire faible, fragile et précaire. «A cet égard, avec ce constat alarmant et face à cette situation, cette somme de 250 DT est insignifiante, aujourd'hui. Et donc, dans la plupart du temps, lorsque le citoyen rencontre un problème de santé bénin, il se trouve obligé, par manque de moyens financiers, de recourir à l'automédication, sans passer par un médecin spécialiste ou même généraliste... Bien sûr, certains médicaments peuvent être achetés sans ordonnance chez le pharmacien pour traiter de petits symptômes (rhume, mal de gorge, nez qui coule, toux sèche, état fiévreux, constipation passagère, contraception...), mais un médicament reste un médicament. Et donc, en cas de recours à l'automédication, il faut le faire de manière responsable, en lisant attentivement la notice du médicament, en voyant le pharmacien pour lui demander conseil, en évitant l'usage excessif du médicament...», explique-t-elle.
Une pratique aussi inefficace
Pour sa part, Saloua B., propriétaire d'une pharmacie, nous indique que les risques de cette pratique sont pourtant importants car elle peut potentiellement aggraver les symptômes puisque l'automédication ne prend pas en compte certaines allergies connues. Elle peut entraîner, également, un diagnostic erroné, ou produire, dans certains cas, des effets secondaires qui peuvent provoquer d'autres maladies en cas de contre-indications non respectées... D'où la nécessité de sensibiliser les citoyens aux dangers de cette pratique.
«Il faut le dire, l'automédication est la responsabilité de tous ; l'Etat qui doit jouer pleinement son rôle en améliorant la couverture sociale et l'accès aux soins (parce qu'il est le premier et le principal garant de la santé publique), les professionnels de la santé (notamment les pharmaciens qui doivent éradiquer ce phénomène) et les citoyens (avec la nécessité de les sensibiliser aux dangers de l'automédication et à l'usage abusif des médicaments)...Mais malheureusement, outre les moyens financiers, le manque de conscience est sans nul doute la conséquence de cette situation. Dans plusieurs cas, même avec la disponibilité des moyens financiers, le citoyen choisit l'automédication, considérée souvent comme le chemin le plus court et le plus facile... Pour notre part, nous, les pharmaciens, ne devons pas céder à la pression des citoyens quand ils demandent un médicament sans ordonnance médicale, notamment les antibiotiques ou ceux destinés au traitement des maladies chroniques (diabète, asthme, maladies du poumon, du foie, hypertension, cancer, obésité...), sinon c'est leur santé qui sera en danger. C'est une réalité et un mal auxquels on ne peut tourner le dos et devant lesquels il ne faut, surtout pas, fermer les yeux», explique-t-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.