Mercato – AS Saint-Etienne : la piste Mostafa Mohamed (Zamalek) tombe à l'eau    Retard de livraison des vaccins de Pfizer    Bulletin de la bourse: Déboussolée par le reconfinement, le marché sombre dans l'incertitude    Nissaf Ben Alaya: Confinement ciblé à partir de lundi prochain    Coronavirus : La situation épidémiologique à Gabès    Coronavirus-Kairouan: Les services de réanimation ont atteint leur capacité d'accueil maximale    Mondial handball 2021 / Autriche vs France : Où regarder le match en liens streaming ?    THE MODEL, la nouvelle télé-réalité tunisienne aux normes internationales    Khadija Taoufik Moalla: Accepter de perdre des batailles...jamais la guerre !    TOURISME TUNISIEN POST-COVID-19: Les priorités pour retrouver le dynamisme habituel    Retour au calme à Siliana après des émeutes nocturnes    Météo: Temps froid et pluies sur la plupart des régions    Commémoration du 10e anniversaire de la Révolution: Incolore et inodore    TOURISME CULTUREL: Pour un guide des musées et des galeries d'art    A l'échéance, Les fonds Ben Ali en Suisse seront restitués à Leila Trabelsi et sa famille    MEMOIRE    Haltérophilie | en vue des championnats d'Afrique et des J.O. de Tokyo: 17 haltérophiles en stage à Nabeul    News: Rafia absent 20 jours    EST — Staff technique: Confiance renouvelée en Chaâbani !    MISE A NIVEAU INDUSTRIELLE: Des concepts qui refont surface    DECES ET FARK: JAMILA STAMBOULI    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    Quatre Films de Selim Gribaâ pour célébrer le 14 janvier 2011: «Confinés, mais libres»    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Internet des objets : Une startup tunisienne reconnue meilleure startup technologique en Afrique pour 2020    Polémique de partage de données : WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    Confinement : le Théâtre de l'Opéra annonce quatre spectacles virtuels nocturnes    La justice se prononce sur l'appel posthume du seul condamné    «Libérez ma Patrie» !    « La Révolution n'a nullement impacté les causes mais elle a produit voire amplifié l'état de délabrement de l'économique, du social et surtout du politique du pays »    Ghannouchi « proclame » l'innocence de Nabil Karoui !    Une révolution qui reste à faire en Tunisie !    La Tunisie est-elle proche du seuil de l'immunité collective ?    Un remaniement, pour faire quoi ?    La double peine des habitants de la Bande de Gaza    A quoi il joue?    Pour quand la fin de l'hémorragie ?    A l'Etoile, on continue à faire du sur place... !    Guterres tente de nommer un émissaire    Le destin foudroyé de l'Octobre musical    Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...    ATTT : Les nouvelles dates de contrôle technique des véhicules    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le jeu en vaut-il la chandelle ?
Le Promosport est un sport national — L'envers du décor !
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 02 - 2017

Remplir une grille Promosport ou parier sur le résultat d'un match doit être occasionnel. Un «hobby» à consommer avec modération pour ne pas tomber dans une spirale infernale.
Hasard, risque, incertitude, fins calculs ainsi que les gains et les pertes qui leur sont associés, sont les ressorts du jeu le plus prisé des parieurs, en l'occurrence le Promosport et sa déclinaison Planet. De point de vue méthodologique, approche et finalité, on retrouve ces mêmes éléments cités à l'arrière-fond des mécanismes qui régissent les marchés financiers (spéculation)! Dès lors, chez les joueurs, inconditionnels et adeptes du Promosport, la tentation est grande d'utiliser ces similitudes apparentes pour rapprocher le fonctionnement des seconds de celui des premiers. Ce faisant, à ce stade, un tel rapprochement reste encore métaphorique. Mais il est de toute évidence nécessaire de comprendre les comportements des joueurs, comment ils appréhendent et traitent les divers types d'incertitudes en lien avec ce jeu (base x, 2 ou base 1). La tendance, la base, le lien de causalité, tout cela permet de spécifier ce qui peut caractériser l'attraction, l'aversion et même l'addiction !
Dans le jeu des pronostics des matchs de football, que de personnes se vantent de détenir la vérité en prenant une posture d'expert en la matière. D'autres se fient à la chance, au flair et aux tendances globales du moment (classement, derniers résultats et même emplettes du mercato). Ils reconsidèrent tantôt le risque, en partant de sa perception (ou de son absence de perception) sur la base de leurs attentes bien entendu. Question de convictions aussi. Là, nous sommes carrément dans le champs de la psychanalyse. Le cerveau anticipe les chances de gains et minimise les risques de pertes. Du moins, le joueur prétend s'en approcher. Encore heureux que le sport et le football en particulier ne détiennent jamais une part de vérité immuable. Les réactions face aux situations incertaines (en soulignant la singularité des situations ambiguës avec les conséquences inattendues que peut entraîner cette aversion), la dimension de plus en plus virtuelle (à travers la plateforme Planet). Au final, les notions de hasard et de risque se trouvent si étroitement imbriquées qu'il est difficile de distinguer immédiatement leurs frontières ! Commençons par le hasard même si les parieurs n'en font pas une donne incontournable. C'est une variable aléatoire dans l'espace des probabilités qui peut tout changer. Cette dimension de hasard est d'autant plus présente que si les joueurs pouvaient connaître à l'avance la cause de tous les déroulements possibles d'une grille gagnante, il est probable qu'ils ne joueraient pas !
De toute évidence, derrière les dispositifs singuliers que sont leurs règles, ce jeu tend aux joueurs un piège destiné à capturer le hasard !
C'est ici que l'incertitude du pari trouve tout son sens. Car quand le joueur s'apprête à remplir sa grille Promosport, à côté de l'incertitude radicale où le sujet ne dispose d'aucune référence et qui peut être assimilée, le plus souvent, au cas de l'incertitude inattendue; il existe aussi des situations d'incertitude partielle, où le sujet dispose de certaines informations, mais où ces informations sont insuffisantes pour lui permettre une estimation de la situation en termes de probabilités, mêmes subjectives ! Comme lors d'un derby par exemple. Plus précisément, le sujet n'est alors en mesure d'évaluer que de manière (qu'il sait lui-même) imparfaite, les chances et (ou) les risques auxquels il se trouve confronté. On trouve dans cette catégorie différentes configurations dans lesquelles les informations dont dispose le sujet sont ambiguës, parce que leur signification n'est pas clairement accessible.
Jeu de hasard dites-vous ?
Il peut y avoir différentes raisons pour lesquelles vous jouez au pari sportif, précisément le Promosport et sa déclinaison Planet. Pour gagner rapidement de l'argent, pour le plaisir, pour l'évasion, pour rêver, par ennui, pour ressentir des émotions fortes, pour partager un moment convivial, pour échapper au stress du travail ou aux conflits familiaux et conjugaux, pour décompresser ! D'ailleurs, quand on en parle avec des joueurs, ils disent souvent que c'est une activité où l'argent et la chance sont des composantes centrales. Car au final, acheter un coupon Promosport est simplement perçu comme un moyen facile de gagner de l'argent, et ce, indépendamment du fait que la probabilité de gagner ou de perdre crée des émotions ! En clair, le fait de miser de l'argent, le stress lié au jeu, l'ambiance, etc., tous ces facteurs font monter la production d'adrénaline dans le cerveau de l'adepte. Et pour retrouver cette excitation (adrénaline) et ce sentiment de bien-être, le joueur a tendance à rejouer. Au final, le risque de l'addiction n'est pas loin.
En Tunisie, au vu du profil des parieurs, la plupart de ces personnes qui jouent le font de façon ludique et recherchent aussi un sentiment de détente. Cependant, s'adonner au Promosport représente un paradoxe, car les gens misent leur argent dans une activité qui, à coup sûr, leur en fera perdre à long terme. Il faut savoir que l'organisateur, la «maison Promosport», se garde toujours une part de l'argent misé... Bien sûr, quelques personnes gagnent occasionnellement plus d'argent que ce qu'elles ont misé, mais une perte financière est inévitable pour celles qui jouent régulièrement. Sachant que l'argent perdu à long terme dépassera largement l'argent gagné, qu'est-ce qui peut bien motiver les gens à jouer ? Une perspective de plus en plus répandue pour expliquer ce paradoxe suggère que les joueurs comprennent mal la nature du jeu. Cette approche, dite cognitive, propose que les joueurs persistent à jouer en raison d'une conception erronée du jeu plutôt qu'en raison d'un quelconque défaut dans leur éducation, leur environnement social ou leur personnalité. Ainsi, bien que les gens soient relativement rationnels en dehors d'une situation de jeu, il se produit une sorte de dérapage cognitif lorsqu'ils jouent ! En fait, les joueurs continuent d'appliquer les principes de raisonnement de la vie de tous les jours à une situation régie en partie par le hasard. Le piège du Promosport est ainsi de le considérer comme un jeu d'adresse. Sauf que cela engendre une illusion de contrôle et fait surestimer les chances de gagner.
Dans un jeu d'adresse, on apprend de ses erreurs passées dans le but d'améliorer sa performance; Mais dans le Promosport, c'est diffèrent.
Ce jeu est toutefois considéré comme une succes-story en Tunisie.
Entre les joueurs occasionnels et les réguliers, la motivation monétaire est la première raison pour laquelle ils jouent. Les joueurs occasionnels espèrent gagner de l'argent, mais ils ne considèrent pas le jeu comme une source de revenus; alors que les joueurs excessifs, eux, considèrent le jeu comme une source potentielle de revenus. Des gains importants peuvent avoir influencé à la hausse leur désir de faire de l'argent. Plusieurs exemples sont là pour étayer cette thèse. Certains joueurs en Tunisie jouent même des dizaines de millions de nos millimes (grosses mises).
Attraction, aversion et addiction !
Attention au danger toutefois. En effet, plusieurs joueurs excessifs ont le souvenir d'avoir gagné «beaucoup d'argent» à leurs premières expériences. Ces gains stimuleraient davantage leur motivation à faire de l'argent et leur illusion de contrôle. Une fois dans la spirale du jeu, le besoin de gagner de l'argent se transforme en besoin de récupérer les pertes engendrées par le jeu régulier. Le joueur tente de se refaire indéfiniment puisqu'il ne se rend pas compte qu'il ne peut sortir gagnant d'un jeu partiellement dominé par le hasard. Cela dit, bien que l'appât du gain représente la plus grande motivation des joueurs, le Promosport connaît aussi du succès en raison des émotions agréables qu'il peut procurer au client, du moins lors des premières expériences de jeu.
En effet, initialement, le plaisir retiré du jeu constitue une grande motivation chez tous les joueurs. Cependant, certains joueurs excessifs se distinguent des joueurs occasionnels par l'utilisation du jeu pour faire face aux émotions difficiles, telles la tristesse, l'ennui, le stress ou la solitude ! Avec le temps, le jeu devient une réponse intuitive aux émotions négatives rencontrées dans la vie de tous les jours. Le cercle vicieux s'amorce lorsque le jeu devient aussi la source de ces émotions négatives, en raison de l'endettement, des tentatives infructueuses pour cesser de jouer et de la culpabilité !
Marchand de rêves ?
Sans prétendre fustiger ce jeu d'argent et de hasard qu'est le Promosport, il est important de le consommer avec modération. A titre d'exemple, si vous perdez de l'argent, ne tentez jamais de le récupérer. Ceci mène habituellement à des pertes plus importantes. Vos pertes devraient être considérées comme le coût lié à la pratique de cette activité. Ce jeu, en soi, doit être une activité parmi d'autres. Avoir comme seule activité le Promosport peut augmenter le risque de perdre le contrôle. Tout est une question d'équilibre ! Il faut demeurer réaliste et vigilant. Bien que ce jeu d'argent soit conçu pour donner aux joueurs l'illusion qu'ils peuvent contrôler le jeu, il est impossible d'en prédire les résultats à l'avance (quoique l'on puisse s'en rapprocher).
Activité qui consiste à parier une somme d'argent ou un bien sur une activité dont le résultat est fondé, en totalité ou en partie, sur le hasard, et où il y a risque de perdre sa mise, le Promosport fait pourtant courir et tenir en haleine plusieurs milliers d'inconditionnels. Qui sont ces joueurs ? Il existe deux catégories de joueurs aux prises avec des habitudes de jeu problématiques par rapport au Promosport. Il y a le joueur à risque modéré (occasionnel) et le joueur pathologique. Pour ce dernier, il peut être pris dans un engrenage infernal. Les conséquences peuvent être graves : isolement, précarité et dépression. Mais comment tombe-t-on dans la spirale de la dépendance ? Il y a plusieurs illustrations à cet effet. Au début, avec les premiers gains, c'est l'euphorie. Le joueur mise de plus en plus gros. Mais très vite, ses pertes vont être aussi de plus en plus importantes. Il continue alors à jouer dans l'espoir de se «refaire». N'y parvenant pas, il peut en venir à utiliser tous les moyens — parfois même illégaux — pour se procurer de l'argent. Il ne demande généralement pas d'aide car il est persuadé qu'il s'en sortira en gagnant ! Mais les difficultés s'accumulent, il cède au désespoir et ne se contrôle plus. Pourtant, il persiste à nier ses problèmes de jeu. A méditer...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.