La police turque aurait déjoué un attentat à la bombe visant le cortège d'Erdogan    Erdogan échappe à une tentative d'assassinat    Coronavirus : 1 décès et 219 nouvelles contaminations, Bilan du 3 décembre    Turquie [VIDEO] : Démantèlement d'une tentative d'assassinat d'Erdogan lors d'un rassemblement populaire    Coupe Arabe : Démonstration de force à l'égyptienne et 5-0 à la fin    L'ordre des médecins s'oppose à l'Innovation et aux Startups    Abir Moussi : Le président n'est pas habilité à modifier le régime politique et la loi électorale    Tunisie : Nouvelle décision de Kais Saied    MEMOIRES: Béchir HAMMAMI    Gafsa | dur, dur d'être jeune…    REMERCIEMENTS ET FARK: Khemaies GUEBLAOUI    Tunisie-coronavirus : Vers la fermeture des frontières? le ministre répond    CMF : Visa pour l'admission en Bourse de "Smart Tunisie"    Les recettes douanières ont augmenté de 17,2%, fin novembre    La startup Tunisienne Lamma accélère sa vision Quick commerce et acquiert Farm Trust    Louzir : La personne infectée par « L'Omicron » va bien et n'a montré aucun symptôme    Tunisie : Hausse de 17,2% des recettes douanières durant les 11 premiers mois de l'année 2021    Coupe Arabe : Les Marocains écrasent la Jordanie et se qualifient pour les 1/4    NBA : Phoenix privé de record, le derby de LA pour les Clippers    JTC 2021: Une inauguration inédite célébrant plusieurs expressions d'art et transmise à la télé    Tunisie – Japon : Conférence "JICA Chair" et signature d'un mémorandum de coopération à l'ENA de Tunis    La Tunisie perd son match contre la Syrie (0-2): Une grande désillusion à la Coupe arabe FIFA 2021    Tunisie [EN DIRECT] : Les militants de l'Union affluent à la Kasbah pour commémorer l'assassinat de Farhat Hached    Foot-Europe: le programme du jour    Monde: Un accord « historique » entre la France et les Emirats Arabes Unis    Pourquoi: Vente illégale d'eau    Tahya Tounes annonce son congrès extraordinaire en mars 2022    Conférence d'Oran : La contribution des 3 pays africains au Conseil de sécurité de l'ONU a été capitale (Jerandi)    Bilel Sahnoun, Directeur Général de la Bourse de Tunis: "La Tunisie n'a toujours pas saisi l'opportunité des financements verts"    NEWS: Zerdoum passe au CA    Marathon International COMAR Tunis-Carthage: Courons pour l'environnement    On nous écrit: «J'ai fermé mes maisons » de Marianne Catzaras Sur ses collines, Athènes attend    «On a Blade of Grass» de Fares Thabet à Selma Feriani Gallery du 13 décembre 2021 au 5 février 2022: Un environnement rêvé    Exposition de photos: Splendeurs et couleurs de la Médina de Tunis    Yasmina Khadra appelle au sauvetage de la librairie El Moez    Premier ministre italien : « la Tunisie doit tracer une voie politique claire »    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    Tunisie : Leila Jaffel crée une équipe pour le suivi des activités des directions régionales de la justice    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Tunisie-Météo: Temps nuageux sur l'ensemble du pays    Coupe arabe FIFA 2021 | Tunisie-Syrie (0-2): La grande désillusion des aigles de Carthage    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La solution à tout prix !
Les ouvriers des chantiers, aujourd'hui, en sit-in à la Kasbah
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 04 - 2017

Les travailleurs des chantiers seront aujourd'hui en grève sur tout le territoire. Rendez-vous est pris pour un sit-in à La Kasbah, devant le palais du gouvernement
Tels les citoyens fichés par la police, les révoltés du bassin minier, les diplômés marginalisés, les ouvriers des chantiers n'arrivent pas, jusqu'ici, à avoir gain de cause. Leur situation professionnelle n'étant plus en règle, malgré les multiples mouvements de protestation maintes fois observés. Du côté gouvernemental, silence radio. Sinon des interventions du dernier quart d'heure comme des pompiers alertés à la dernière minute, sans venir à bout du problème. Et l'heure de vérité n'a pas encore sonné. Aussi, ces ouvriers reviennent-ils, de nouveau, à la charge. Ils seront, ce matin, sur l'esplanade de La Kasbah, où ils vont crier leur misère, défendant leur droit à l'emploi décent.
Les nerfs à vif, las des promesses non tenues, ils n'en peuvent plus. Sept ans ou presque, leur dossier fait du surplace, alors que les gouvernements post-révolution continuent à tergiverser, souffler le chaud et le froid. Et les manœuvres dilatoires à n'en plus finir. Jusqu'à quand cette fuite en avant ? S'interroge, sur un ton ironique, la coordination régionale des ouvriers de chantiers de Ben Arous, lors d'une conférence de presse organisée hier matin au siège du Syndicat national des journalistes tunisiens (Snjt). Quelle réalité, quel sort ? La situation semble d'autant plus névralgique que l'on ne peut s'en sortir aussi facilement. Mais, cette fois-ci, les frondeurs se sont montrés aussi plus décisifs que jamais. Aymen Bouzaiene, porte-voix à l'échelle de Ben Arous, n'a pas exclu de voir le sit-in d'aujourd'hui tourner à l'escalade. Son collègue Kaïs Kouka, chargé des médias au sein de la coordination, est revenu sur l'historique des chantiers dits temporaires, avec des données chiffrées, les statistiques officiellement mises en cause.
Propositions défendues
Et de rappeler que leur émergence remonte à l'aube de l'Indépendance, comme choix palliatifs à un chômage endémique dont l'Etat n'avait pas, à l'époque, les moyens d'éradication. Et depuis, tout s'était réduit à l'éphémère, au provisoire qui dure. «Les instruments « 9 », « 16 » ou « 35 », ce sont tous des mécanismes d'emploi assez précaires qui traînent jusqu'à nos jour, dans le flou persistant », juge-t-il. Ces outils, s'indigne-t-il, touchent actuellement quelque soixante mille personnes classées catégories socioprofessionnelles vulnérables, voire marginalisées. «Leur nombre est de 59 mille dont les 2/3 concentrés dans trois gouvernorats dits de priorité, à savoir Gafsa, Kasserine et Sidi Bouzid », précise-t-il, soulignant que plus de 40 mille parmi eux sont soit des analphabètes soit d'un niveau primaire. Seulement près de 17 mille ouvriers et ouvrières ont le bac et plus. Tous travaillent dans des secteurs liés particulièrement à l'éducation, à la santé, à la culture ou à l'agriculture. Bref, c'est l'administration publique qui doit assumer leur intégration progressive, comme cela a été proposé. D'ailleurs, ils sont tous pour cette proposition unanimement défendue. Ils ont demandé à ce que leur situation soit dûment régularisée. Et que leur rémunération soit aussi révisée.
Pour Mohamed Akremi, coordinateur régional de Medenine, cela semble comme une solution régulatrice, afin de rompre avec toute forme de précarité. « Nos conditions professionnelles et matérielles ne sont pas conformes ni à la loi ni à la Constitution. Et encore loin du code du travail », déplore-t-il, insistant que les ouvriers des chantiers sont partie de la solution et non pas du problème. Il a fait porter la responsabilité au gouvernement qui n'a cessé de traiter le dossier avec deux poids deux mesures. « Qu'il arrête de nous exploiter abusivement, de nous humilier ainsi et de nous réduire à des opérateurs vacataires, sans couverture sociale et sanitaire », lance-t-il. De toutes les manières, conclut-il, le sit-in d'aujourd'hui est qualifié de crucial.
Soutien constant
Etant présents à la conférence, MM. Mongi Rahoui, Jilani Hammami et Aymen Aloui, élus du Front populaire, ont réitéré leur soutien constant et inconditionnel aux revendications des jeunes protestataires. « Honte au gouvernement censé être révolutionnaire et démocratique qui ne l'entend pas de cette oreille. Que ces ouvriers recouvrent leurs droits au travail digne et décent », fustige M. Rahoui. « Nous sommes face à un gouvernement qui ne cherche pas les solutions. Ses choix ne résolvent guère les problèmes et les injustices. », renchérit son camarade Hammami. Mais malgré leur nombre minoritaire au sein de l'ARP, les trois sont décidés à tout supporter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.