Tunisie – Ennahdha va proposer Zied Laâdheri à la présidence du gouvernement ?    Ghazi Karoui : La Cour de cassation suspend le mandat de dépôt en prison émis à son encontre    Le Secrétaire général de l'UGTT félicite le futur Président de la République    Un député libyen : le chaos libyen profite aux barons tunisiens de la contrebande    Dimassi : Ne pensons pas que la stabilité du dinar durera    Volley-ball : Hosni Karamousli annonce sa retraite internationale    Acquisition de 16 avions militaires par le ministère de Défense    Démarrage mercredi de l'inscription en ligne à l'examen du baccalauréat 2020    Olivier Poivre d'Arvor propose les services d'Esther Duflo en Tunisie    Photo du jour : Les quatre sortants déchaînent les passions    Le Président de la République rend visite au domicile de la famille du Martyr le Commandant Faouzi Houimli assassiné par un terroriste    Euro-2020 : les cinq premiers qualifiés    La FONDATION BNA en rose    Le président algérien félicite Kais Saïed pour sa victoire    Présidentielle, la date de l'annonce des résultats définitifs dévoilée    Euro 2020 (Journée 8) : Programme des matches de mardi    Tennis – Classement WTA : Ons Jabeur gagne 8 places et se hisse à la 53e position    Volley – Mondial 2019 : la Tunisie termine sa participation avec une défaite    Crime et agression commis à Zarzouna : Le Ministère de l'Intérieur s'explique !    Tunisie : la FTF intervient au profit du Club Africain    Le Liban ravagé par une série d'incendies    Tunisie – Météo du mardi 15 octobre    Zarzouna : Le meurtrier du citoyen français arrêté    Macron félicite Saied président et veut ‘amplifier' le partenariat    Une délégation américaine rend visite au Groupe TELNET et prend connaissance du projet du premier satellite tunisien Challenge 1    Tunisie : Accès gratuits aux monuments et musées mardi 15 octobre 2019    Rencontres Internationales du film Anti-Corruption: 2ème édition du 17 au 20 Octobre 2019    114,5 MD de déficit de la balance alimentaire en septembre 2019    Tunisie – Présidentielle : Biographie de Kais Saied, nouveau Président de la République Tunisienne    La Tunisienne Ons Jabeur gagne 8 places au classement WTA et se hisse à la 53e position    Tunisie – Météo : Ciel parfois nuageux et pluies isolées    Coup d'envoi réussi de l'édition 2019 de l'Africa Women's Sevens à Monastir    Fatwa remporte le Grand Prix Festival de Fameck    Abdellatif Hmam remplace Ryadh Mouakhar à la tête du Secrétariat général du Gouvernement    Forum mondial de l'eau «Dakar 2021» au Sénégal    Octobre Musical 2019 à Sousse: 6ème session du 16 au 31 octobre (Programme)    La Diva Emel Mathlouthi «Catalyseur du changement du 21e siècle» le 14 Octobre au Poisson Rouge à New York    Hippie Tounsi Fest Les 01 et 02 novembre 2019    Rencontres-débats autour du livre « BOURGUIBA », dernière œuvre du Français Bertrand Le Gendre, à Tunis, Bizerte, Sfax et Kairouan    Tunisie Présidentielle 2019 : Débat télévisé vendredi 11 octobre entre Kaïs Saïed et Nabil Karoui    L'ambassadeur du Venezuela en Tunisie, Carlos Feo Acevedo: « La coopération Sud/Sud permettra le vrai développement de nos pays »    Tunisie : Fermeture de la route menant de Menzeh 9 et Manar vers Tunis    Chawki Mejri n'est plus    Tunisie : les derniers chiffres du commerce extérieur    L'Italie rapatrie des migrants dans 13 pays dont la Tunisie    L'homme qui garde toujours la corde utilisée pour la pendaison de Saddam Hussein échappe miraculeusement à la mort à Londres    Le sommet et le forum économique Russie-Afrique    Confirmation du décès de l'Adjudant-chef de la Garde nationale Najiboullah Cherni dans les affrontements de Hydra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Youssef Chahed danse avec les loups
Guerre anticorruption, partis politiques, establishment
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 06 - 2017

Dans toute guerre, et l'offensive anticorruption initiée par le chef du gouvernement le 23 mai dernier en est une, certains facteurs importent beaucoup
D'abord, le timing et la préparation du ban et de l'arrière-ban. L'opération coup-de-poing de Youssef Chahed a été lancée à quelques jours du mois de Ramadan, qui connaît un relâchement dans tous les domaines, le politique en prime. Et le Ramadan préfigure justement l'été. Une saison où les Tunisiens s'avèrent plutôt cigales que fourmis. Le choix n'est guère fortuit, d'autant plus que cela a été mûri visiblement de longue date. Témoins, les milliers de documents administratifs, comptables, douaniers et autres épluchés en toute discrétion par la Commission de confiscation des mois durant. Et la longue enquête sur Chafik Jarraya ayant présidé à la saisie du parquet militaire pour haute trahison, atteinte à la sûreté de l'Etat et collusion avec une armée étrangère.
Il y a aussi les moyens. Visiblement ne pouvant guère encore compter sur la justice de droit commun, M. Youssef Chahed à dû se rabattre sur la loi de l'état d'urgence en vigueur pour faire assigner à résidence un certain nombre de personnes incriminées. Puis, dans le cas de Chafik Jarraya, la justice militaire a promptement pris le témoin.
Entre-temps, la Commission de confiscation s'est réunie, moins de trois jours après les arrestations, pour confisquer les biens de tout ordre des prévenus, en se basant sur le décret-loi de confiscation des biens adopté au lendemain immédiat de la révolution du 14 janvier 2011. Une manière radicale de placer d'emblée très haut la barre et de jouer sur le registre de l'imprévu irréversible.
A remarquer aussi la prise à témoin de l'opinion à travers les médias informés à temps via des «sources autorisées». Dans sa très brève sortie devant une poignée de journalistes de l'audiovisuel devant le palais du gouvernement, M. Youssef Chahed a dit : «C'est ou l'Etat ou la corruption organisée, j'ai pris parti pour l'Etat».
Autant d'éléments concentriques ayant entraîné un choc psychologique dans l'opinion favorable au chef du gouvernement. Un fait inédit depuis la révolution de 2011.
La cote de popularité de Youssef Chahed a fait depuis un bond spectaculaire et significatif.
Il y a par ailleurs les protagonistes. Une espèce de triangulation entre la présidence du gouvernement, la présidence de la République et l'opinion. Le président de la République et son staff étaient étroitement associés à l'opération et le chef de l'Etat l'a clairement fait savoir. Au détriment des partis politiques, qui avaient façonné à leur juste — et étroite — mesure tout l'édifice institutionnel et constitutionnel mis en place depuis 2011. Lors d'une entrevue avec des dirigeants de Nida au palais de Carthage il y a deux jours, M. Béji Caïd Essebsi a lancé : « Plutôt que chercher à se solidariser avec untel ou untel, certains d'entre vous gagneraient à sauver leur propre tête».
Du coup, les principaux partis du gouvernement d'union nationale se sont retrouvés pris de court et a priori, à l'étroit dans leurs chaussures. Tel est le cas de Nida Tounès et d'Ennahdha, partis majoritaires de la coalition gouvernementale.
Pour Nida, parti du chef du gouvernement, l'action initiée en coup de vent a eu précisément lieu alors que ses principaux décideurs, MM. Hafedh Caïd Essebsi et Sofiène Toubal, se trouvaient en visite en Chine. Et il s'agit du chef patenté du parti et du président de son bloc parlementaire. Ils ne sont rentrés que cinq jours après la première phase de l'offensive anti-corruption. Et ce n'est que le lendemain de leur arrivée qu'ils ont réuni l'état-major du parti pour en aviser. Jusque-là, ils en étaient réduits à suivre les évènements effrénés à distance via les réseaux sociaux et la téléphonie mobile. Bref, ils ont rappliqué relativement tard. Et ont bredouillé du bout des lèvres un soutien en demi-teinte et une hostilité à peine déguisée à l'initiative du chef du gouvernement.
Même topo du côté d'Ennahdha, qui s'est recluse dans une espèce de semi-réactivité gênée et étouffée. Elle traîne tellement de casseroles qu'elle est encline à faire comme si elle n'était pas là et n'était au courant de rien.
Les deux principaux partis gouvernementaux découvraient dans les colonnes des journaux les différentes péripéties de la guerre déclarée à la corruption. Et ils n'en finissent guère de broyer du noir, ne sachant soutenir complètement Youssef Chahed ni s'en désolidariser publiquement.
Et puis, il y a des fuites faisant état de l'imminente levée de l'immunité parlementaire de certains députés de la majorité gouvernementale soudoyés dit-on par Chafik Jarraya. Du coup, les réflexes de solidarité et d'autodéfense sont de mise. Les dirigeants de Nida comptent même intenter des procès en justice à l'encontre de tous ceux qui ont invoqué la compromission de leurs députés dans la corruption.
Côté opposition, même topo ou presque. Certains dénoncent la sélectivité des arrestations et des poursuites judiciaires engagées. D'autres invoquent ce qu'ils assimilent à l'inconstitutionnalité de la justice militaire. Parmi eux, il s'est trouvé des voix pour stigmatiser le recours au décret de 1978 portant institution de l'état d'urgence, bien que l'état d'urgence soit systématiquement reconduit sous nos cieux depuis 2015 sur la base de ce décret.
Etrangement, seul le parti du Courant démocratique de M. Mohamed Abbou, jusqu'ici farouchement hostile au gouvernement, lui a tendu la main moyennant certaines conditions. Les autres se sont contentés d'invoquer divers motifs empreints parfois d'exercices logomachiques et contorsionnistes. Une manière de noyer le poisson et brandir le spectre de l'inconstitutionnalité des mesures, de leur sélectivité ou tout simplement de la guerre des clans au sommet de l'Etat.
A la croisée des différents positionnements, le sulfureux personnage de Chafik Jarraya, traduit devant la justice militaire pour trahison, atteinte à la sûreté de l'Etat et collusion avec une armée étrangère. Il s'avère que tous ou presque ont composé avec lui de compère à compagnon. Oui, bien évidemment, tous ou presque se sont affichés avec lui. Certains ont largement profité de ses inépuisables deniers, finances et dons en nature. Beaucoup ont même voyagé avec lui, notamment en Libye, où il entretient d'étroites relations avec Abdelhakim Belhaj, chef d'une redoutable faction terroriste, le Groupe islamique combattant (Fajr Libya).
Il a beau avoir bien préparé son coup, Youssef Chahed en est réduit à naviguer parmi les écueils, dont, en prime, ceux de son propre camp, ou supposé comme tel. Il marche en quelque sorte sur le fil du rasoir, n'ayant pour solide soutien que le président de la République et de larges franges de l'opinion. Youssef Chahed bat la campagne anticorruption. Tout en étant réduit à danser avec les loups.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.