Il n'y aura plus de Facebook à partir de demain... Il s'appellera Meta !    Grandes cultures : Signature d'une convention de partenariat entre l'UTAP, l'INGC et la BNA pour accompagner les producteurs    Championnat Arabe Handball : EL MAKAREM 4 sur 4    Fermeture de Nessma TV - Hichem Snoussi rejette tout lien avec la présidence de la République    Ghazi Chaouachi appelle Kais Saied à éclairer l'opinion publique sur ce point    La Tunisie parmi les 10 pays africains les plus endettés    Opportunités : Le marché nigérien tend la main aux businessmen tunisiens    Ghazi Chaouachi : Le discours populiste de Kais Saied ne mènera nulle part    Le président de la République exige un audit minutieux des prêts et dons accordés à la Tunisie    Tunisie- Accidents de la route : 50% des morts sont des jeunes    Le 4ème sommet anti-tabac : Nouvelle ligne de défense contre le fléau du tabagisme    Report de l'affaire de harcèlement sexuel dans laquelle est accusé Zouhair Makhlouf    La Tunisie dispose d'un stock de céréales pour seulement 3 mois de consommation    Le septième congrès électif de l'ODC, aura lieu les 5 et 6 novembre    Violation à grande échelle des données personnelles dans le milieu universitaire tunisien, s'inquiète l'INPDP    Le CA Bizertin annonce officiellement le départ du président Abdessalem Saidani    Pour les vacances scolaires : Les belles surprises de la Cité des sciences    Le financement des projets d'infrastructure objet de la rencontre entre Samir Saïed et Sarra Zaâfrani    Tunisie-Terrorisme: Démantèlement d'un dangereux réseau    Perturbation de l'approvisionnement en eau potable dans la région du Sahel    Marwen Trabelsi revient avec une première exposition personnelle de peinture "Jardin Intérieur"    Classico ESS-CA : Compos probables et Historique    Augmentation de capital de One Tech Holding : Moncef Sellami tient la promesse faite aux actionnaires    Exposition "Viral" de l'artiste iranienne Yassi Pishvaei à l'espace Mouhit    Foot Européen : Programme TV de jeudi (HT)    CAN 2021 : la CAF autorise 28 joueurs par sélection au lieu de 23    L'UGTT soutient le gouvernement Bouden    Problèmes de l'environnement à Sfax : Pas de solutions immédiates, assure Leila Chikhaoui    Sfax: Aujourd'hui, grève générale dans le secteur privé [Vidéo en direct]    Samir Dilou : Si les dirigeants du passé étaient mauvais, pendez-les !    Tunisie-Ligue 1 (J2): les matches de ce jeudi    Falsification de titres fonciers à Ben Arous : Quatre agents administratifs impliqués    L'aéroport de Tobrouk reprendra ses vols vers la Tunisie    France : Paris : La gare du Nord évacuée suite à une alerte à la bombe !    Grave accusation contre Bin Salman : il aurait planifié le meurtre du roi Abdallah    CSS vs EST : où regarder le match de la 2ème journée de ligue 1 tunisienne du 27 octobre    Pièce de théâtre "Langar" du 28 au 30 octobre à El Teatro    Ons Jabeur se hisse à la 7ème place mondiale    Le cauchemar de Macron : l'Algérie interdit le français dans les administrations    Métamorphose #2 de Essia Jaïbi et Jalila Baccar en ligne le 29 octobre    Vient de paraître : " Quatrains en déshérence ", un recueil poétique de Abdelaziz Kacem    Les Retrouvailles Musicales avec le CSO autour de Mozart et Saint-Saëns    Tunisie-JCC 2021 : Modalités d'achat et prix des billets    Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au bout de la logique sportive
Billet
Publié dans La Presse de Tunisie le 22 - 02 - 2018


Par Jalel MESTIRI
Rien n'est plus exemplaire dans notre sport, dans le sport d'aujourd'hui. Ni l'ambiance, ni les rapports humains, ni le niveau des rémunérations, ni le mode de vie, ni la gestion, ni la gouvernance des instances. Les abus de pouvoir et l'ingérence outrepassent les compétences. La confusion dans les rôles et dans les prérogatives fait que chaque partie ne reconnaît plus l'indépendance de l'autre. Des intervenants à différents niveaux sont désormais là où ils ne sont pas censés être....
Effort collectif et individuel, respect des règles, intégrité, intérêt supérieur, quelle valeur éducative et quelle exemplarité du sport tunisien ?
Il nous vient à l'esprit que l'authenticité et la conformité n'ont jamais été aussi compromises qu'aujourd'hui. Bafouées même. Le sport est devenu mystérieux et énigmatique. Voire étrange pour ceux qui ne savent pas l'apprécier à sa juste valeur. Le risque de l'assèchement est réel, tout comme la menace de s'égarer sur un terrain glissant.
Au-delà des attitudes le plus souvent curieuses et pour le moins dénuées de sens de la responsabilité, que ce soit sur les terrains, dans les coulisses, mais aussi sur les plateaux de télévision, c'est l'excès de zèle et l'incapacité d'agencer et de conjuguer les efforts qui entraînent les différents acteurs dans les sentiers battus. Cela prend des proportions encore plus alarmantes lorsque le contexte sportif devient explosif. Cette ambiance de polémique et d'altercation permanente qui ne cesse de conditionner le paysage a fini par devenir une source de pessimisme et de doute. Chose qui a conduit à faire une élite qui se plie à toutes sortes de pratiques étrangères aux champs des compétences et des valeurs sûres.
Il s'agit, en fait, d'une crise sportive institutionnelle qui recouvre plusieurs enjeux apparents et d'autres sous-jacents. D'où les conflits d'intérêts entre les différentes parties et qui nous poussent à nous interroger sur la question de la gouvernance : qui dirige le sport en Tunisie?
Tant que les plaies restent toujours ouvertes, tant que les manquements à tous les niveaux empêchent les intervenants à se fondre dans un cadre défini et à en façonner les règles, la médiocrité prospère et la patience devient insoutenable.
Le sport tunisien connaît sa propre crise de gouvernance. Il fonctionne depuis quelque temps dans une prétendue spécificité qui ne fait qu'engendrer les dérives et les dérapages successifs et accablants. Une spécificité qui sert de paravent pour tenter de cacher la prosaïque d'une réalité amère. On tire trop sur la corde. Le discours est d'une pauvreté désobligeante. On s'indigne de débats en manque de vérité. A aucun moment, en tout cas, les orateurs (ils sont de plus en plus nombreux) ne donnent l'impression de pouvoir se réhabiliter.
Rien n'est plus vraiment exemplaire dans notre sport, dans le sport d'aujourd'hui. Ni l'ambiance, ni les rapports humains, ni le niveau des rémunérations, ni le mode de vie, ni la gestion, ni la gouvernance des instances. Les abus de pouvoir et l'ingérence outrepassent les compétences. La confusion dans les rôles et dans les prérogatives fait que chaque partie ne reconnaît plus l'indépendance de l'autre. Des intervenants à différents niveaux sont désormais là où ils ne sont pas censés être.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.