Amine Mahfoudh évoque le flou constitutionnel qui entoure les remaniements ministériels    A Sousse, des protestataires revendiquent la chute du régime    Le patronat libyen sollicite les compétences et la main-d'œuvre tunisiennes    COVID-19 Sousse, situation au 25 Janvier: 62 nouveaux cas et 8 nouveaux décès    Tunisie: En images, manifestation au Kef pour réclamer la libération des détenus    Tunisie [Vidéo]: Coup d'envoi du Match Olympique de Béja contre Espérance Sportive de Tunis    Mechichi : Une carte des centres de vaccination contre le coronavirus a été établie    DECES ET FARK : Safia NAAT    CONDOLEANCES    Le FLAGSHIP KILLER MI 10T Pro-5G de XIAOMI débarque enfin en Tunisie    CONDOLEANCES : M. Nabil JERIDI    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 26 Janvier 2021 à 11H00    Espérance de Tunis : le Ghanéen Khaled Abdelbasset espérantiste jusqu'en 2023    Le premier ministre italien présente sa démission    Débats houleux à l'ARP, levée de la séance plénière    Attijari bank annonce un PNB de 488 millions de dinars en 2020    Mobilisation tous azimuts en faveur de l'adaptation au changement climatique en Tunisie    Tunisie – météo : Poursuite des pluies dans le nord et vent fort sur les côtes    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Tunisie-Fayçal Tebbini: En l'absence de la Cour constitutionnelle, Kais Saied est la Cour constitutionnelle    Tunisie: Noureddine Bhiri: Les têtes du pouvoir ne sont pas en conflit [vidéo]    Une jeunesse désœuvrée : Les oubliés de la «Révolution»    Programme TV du mardi 26 janvier    Les indiscrétions d'Elyssa    Volleyball | Coupes d'Afrique des jeunes : Vers l'annulation...    Mini-Football | Super League Elite (3e journée) : Arriadh confirme, La Marsa cale    Stupeur sur fond d'ambiance délétère au CA : Supplice clubiste !    Télétravail : Quelles sont les entreprises qui investissent dans les solutions IT?    A l'occasion de son 102e anniversaire : «Taraji Pay» voit le jour    Contrepoint | Culture... et interrogations    18e édition du festival des cinémas d'Afrique en ligne : Le numérique comme issue    Au Bardo, face à des manifestants hurlants, on aligne des camions blindés    Tunisie: Les échanges commerciaux avec l'extérieur ont enregistré une baisse    Tunisie-Ligue 1 (J10): les matches de ce mardi et programme TV    Mohamed Ammar : Le gouvernement Mechichi est, moralement et politiquement, déchu    Tunisie – Un haut conseil de la sûreté de l'Etat hors norme où tous les coups étaient permis    Appel à candidatures pour le projet "Académie des Musiciens créateurs"    Ramadan 2021: Nouvelle série "Kan Ya Makanesh" d'Abdelhamid Bouchnak avec Hatem Belhaj    Exposition collective "Géographie de l'intime" à la station d'art B7L9 du 29 janvier au 7 mars    [TRIBUNE] #Jeunesse #Espoir !    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les tentatives ont quintuplé en une année
Emigration non réglementaire depuis la Tunisie pour l'année 2017
Publié dans La Presse de Tunisie le 23 - 03 - 2018

Le nombre de migrants clandestins ayant touché le sol italien en 2017 était de 119.369 dont 6.151 Tunisiens et 544 enfants
M. Valentin Bonnefoi a présenté, hier, lors de la conférence de presse du Ftdes, le rapport de l'émigration non réglementaire depuis la Tunisie pour l'année 2017. Ce document a été réalisé à partir des données fournies par le ministère de l'Intérieur italien, des statistiques de l'Unhcr et autres regroupées via le traitement médiatique des données du ministère de l'Intérieur tunisien. L'Italie constitue, indéniablement, la destination de la majorité des émigrants clandestins ayant choisi l'Europe comme terre d'accueil. Et alors que les «harragas» africains et nord-africains se dissuadent, de plus en plus, de l'utilité incertaine de jouer le tout pour le tout et de risquer leur vie pour rejoindre la rive nord de la Méditerranée, ceux tunisiens, en revanche, continuent de se hasarder à bord d'embarcations.
En effet, les migrants clandestins ayant touché le sol italien en 2017 étaient au nombre de 119.369 personnes dont 6.151 Tunisiens, soit 5%. Les Tunisiens occupent ainsi la 8e place sur la liste des migrants non réglementaires; une donnée qui mérite d'être prise au sérieux par les autorités et les responsables de l'Etat afin de trouver des solutions à même d'atténuer ces flux vers l'Europe et de garantir au Tunisien les moyens susceptibles de lui permettre une vie digne dans son pays natal.
M. Bonnefoi a précisé, toutefois, que ces chiffres ne récapitulent en rien le dossier récalcitrant de l'émigration clandestine ou non réglementaire – quoique cette appellation en elle-même vienne contrecarrer le droit de tout individu de « circuler librement » comme il a été mentionné, noir sur blanc, dans l'article 13 de la Déclaration universelle des droits de l'Homme. Cela dit, ces chiffres dressent déjà le tableau d'une fuite croissante vers l'inconnu. Il faut dire que le nombre des émigrants tunisiens ayant tenté, l'an dernier, d'atteindre les côtes italiennes, s'élève à 9.329 personnes. Si 66% d'entre elles ont été interceptées et arrêtées en Italie, 34%, en revanche, ont vu leur tentative échouer, suite à leur arrestation par les agents de la sécurité nationale. Notons, de surcroît, que 35% et 46% des tentatives d'émigration clandestine ont été avortées durant le troisième et le quatrième trimestres de l'année 2017.
Des hommes, des femmes et des enfants...
L'orateur n'a pas manqué d'attirer l'attention sur l'émigration clandestine des catégories sociales et des tranches d'âge vulnérables. Face à l'absence de perspectives économiques, professionnelles et même estudiantines, des femmes et des mineurs se trouvent, de plus en plus, hantés par l'émigration non réglementaire. D'ailleurs, sur les 6.151 Tunisiens arrêtés par les forces de sécurité italienne, 544 sont âgés de moins de 18 ans. D'autant plus que 67% des femmes émigrées interceptées sont de nationalité tunisienne. Pourtant, une année auparavant, les chiffres et statistiques italiens montraient que 69% des migrantes clandestines étaient de nationalités autres que tunisienne. De telles données reflètent le désespoir non pas des hommes en âge d'intégration professionnelle mais aussi des femmes et des enfants. Des familles tunisiennes préfèrent, ainsi, risquer leur vie dans l'espoir de la sauver !
Il est aussi à souligner que le nombre d'arrestations des migrants clandestins tunisiens par les agents de sécurité italienne a grimpé de 200% au bout d'une année ; une autre donnée prouvant l'évolution à la fois croissante et inquiétante de l'émigration clandestine depuis la Tunisie.
38% des tentatives avortées
D'un autre côté, le présent rapport montre que le pic migratoire vers l'Europe via l'Italie a été observé en octobre avec un nombre record de 951 migrants arrêtés contre seulement 159 personnes en 2016. Ainsi, le nombre des tentatives de migration clandestine a-t-il quintuplé en une seule année.
S'agissant des Tunisiens rapatriés en 2017, ils étaient au nombre de 2.193. Et dire que 38% des tentatives d'émigration clandestine réalisées en 2017 ont été avortées à Sfax.
Certes, les Tunisiens occupent la 8e place sur la liste des migrants non réglementaires vers l'Europe et vers l'Italie en particulier. La Tunisie demeure, en outre, un pays de transit pour les migrants africains. Le présent rapport montre que 271 migrants maghrébins et africains ont tenté de rejoindre l'Europe via la Tunisie.
La migration clandestine semble être le rêve, l'alternative, la fuite ou encore le moyen de protestation de bon nombre de Tunisiens qui n'ont pas réussi à décrocher leur place dans leur pays et à vivre dans des conditions qu'ils jugent favorables. Les voyages de la mort se sont, peut-être, convertis en des voyages de résurrection socioéconomique pour certains. Pour d'autres, le voyage prend fin dans la mort. Depuis 1993 et jusqu'à nos jours, quelque 33.293 émigrés ont péri avant de toucher le sol de leur destination.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.