SE Shinsuke SHIMIZU, ambassadeur du Japon en Tunisie, à La Presse : « La Tunisie peut être une porte d'entrée pour les investisseurs japonais vers l'Afrique »    Sommet Chine-Afrique : Jerandi aura-t-il sa part de l'énorme gâteau chinois?    L'IACE organise la 35e édition des Journées de l'Entreprise du 9 au 11 décembre    Parachutisme : Près de 500 tunisiens ont participé à l'événement SKYS dans le désert de Tozeur    Un vol exceptionnel de l'aéroport de Tunis-Carthage vers le Maroc    Bourse de Tunis : Lancement d'un Guide de reporting environnemental, social et de gouvernance    Change devises en dinar tunisien : Cours du 29 Novembre 2021    Iles Kerkennah : Pour un tourisme vert et écoresponsable    Migration clandestine : 461 migrants sauvés au large de Ben Guerdane    NBA : Les Lakers et LeBron en équilibre, Golden State et Curry déroulent    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 29 Novembre 2021 à 11H00    Sidi Bouzid : le directeur du lycée 9 avril tabassé par un parent    Trafic d'organes : Les personnes vulnérables visées    Le film égyptien FEATHERS, Tanit d'or des JCC au cinéma dès le 1 décembre (B.A. & Synopsis)    Les indiscrétions d'Elyssa    L'équipe de Tunisie entame demain la coupe arabe des nations | Billet : A quoi servira la Coupe arabe ?    Coupe de la CAF | Tour de recadrage aller – Tusker FC-CSS (0-0) : Le CSS assure l'essentiel    Une JSK poussive devant mais solide derrière : Le réalisme aghlabide    Tribune | A défaut de relance économique, dépénalisons la migration extralégale    Tribune | Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien : Le message d'António Guterres *    Sejnane : Reboisement de 5400 arbres plantés malgré les conditions météorologiques difficiles    Vidéo du jour: Une école pieds dans l'eau    UA : la Libye appuiera la candidature du Maroc, pas celle de la Tunisie    Le syndicat indépendant des réalisateurs et producteurs (SIRP) : Arrêter le formatage narratif des films tunisiens    Evénement artistique à XYZ et hors les murs à La Marsa : Je suis la grenade    Ahlem Gzara: Des personnes complètement vaccinées parmi les admis dans les services de réanimation    Le fonctionnaire tunisien est le moins payé de la Méditerranée, selon Ajbouni    Abdellatif Mekki évoque les conditions d'un dialogue    Béja: Les agents du développement Sylvo-Pastoral en sit-in ouvert [vidéo]    Ahlem Gzara : Le pass vaccinal tunisien bientôt reconnu en Europe    Près de 4 000 litres d'huile végétale subventionnée pour le marché de Tozeur    Météo : Temps pluvieux et chutes de neige et de grêle    Ali Laârayedh parle d'amour    Tunisie : Noureddine Tabboubi menacé de mort    Sfax-Crise de déchets: Une grève générale sera annoncée    Tunisie-Coronavirus: Zéro décès et 95 cas en une journée    Virgil Abloh, directeur artistique de Louis Vuitton n'est plus    EN Hand féminine : la liste des 16 joueuses convoquées pour le mondial    Suspension de tous les vols de passagers à destination du Maroc pour deux semaines dès lundi    Coupe arabe : Classement des pays les plus couronnées    Foot-Europe: le programme du jour    Cité de la culture : Concert du duo Tsuji Hideki, Miyazaki Mieko et Amina Srarfi    Algérie : Fort séisme à Béjaïa    La Tunis appelle la communauté internationale à amener Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    The Washington Post évoque la Tunisie    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quels mécanismes de prévention ?
Surpeuplement dans les lieux privatifs de liberté
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 12 - 2018

La Tunisie lutte activement contre les pratiques de torture depuis 2011 mais le chemin reste encore long avant d'atteindre une forme de satisfecit en matière de garantie des droits de l'Homme
L'Instance nationale de prévention de la torture a organisé, hier, un événement majeur en matière de défense des droits de l'Homme devant la symbolique place des droits de l'Homme de Tunis. L'INPT et ses coordinateurs célèbrent la Journée mondiale de lutte contre la torture, le 18 décembre de chaque année, et ce depuis 2002. Ce jour là, l'Assemblée Générale des Nations unies adoptait le protocole facultatif se rapportant à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Le thème du colloque de l'INPT s'intitule « Les mécanismes nationaux de prévention face au phénomène de surpeuplement des lieux privatifs de liberté : stratégies et approches. » Il a été rehaussé par une présence pluri-ministérielle pour donner le ton à l'événement. Avec la participation de cinq ministres dont Hichem Fourati, ministre de l'Intérieur, Mohamed Karim Jammoussi, ministre de la Justice, et Abderraouf Chérif, ministre de la Santé.
Un défi international
M. Fethi Jarray, président de l'INPT, lutte activement contre la torture dans les prisons et geôles tunisiennes afin de rompre avec cette pratique qui représentait la face sombre de la Tunisie avant l'avènement de la révolution de la liberté et de la dignité du 14 Janvier 2011. Il indique que la surpopulation carcérale est un problème épineux et la volonté de le résoudre est réelle. La Tunisie a ratifié une convention-cadre en 2011 et 2013. Malgré la lenteur du développement de la lutte contre la torture à cause d'un environnement nuisible on compte obtenir des résultats. La lutte contre la torture suscite une considération internationale qui pousse les différents acteurs et partenaires sociaux à redoubler d'efforts face aux difficultés liées à la prévention de la torture. « Les gens accusés de terrorisme ou d'abus sexuels qui sont pointés du doigt affirment qu'ils méritent d'être torturés». Un raisonnement qu'il juge inacceptable. « Dans notre approche, on considère que le prisonnier est un être humain à part entière ».
M Joao Nataf, secrétaire du SPT (sous-comité de prévention de la torture) a dressé le tableau sur le plan international dans la prévention de la torture. Il recommande de déterminer régulièrement les situations de privation de liberté. Formuler des propositions pour la prévention et envisager une nouvelle législation. « Le SPT suit activement l'INPT à travers la publication de rapports annuels. A l'échelle mondiale, le parcours est encore long car les mécanismes de prévention ne sont pas un but mais un moyen ». Selon un communiqué remis aux présents, on peut retenir qu'en Tunisie, le phénomène de surpeuplement des lieux privatifs de liberté demeure une réalité incontestable du fait des capacités d'accueil très limitées des lieux de détention et des difficultés diverses à résorber les milliers de personnes placées en détention préventive en attente de leur jugement. Cette situation, véritable fléau social, touche de nombreux pays, notamment ceux dont le régime carcéral place les détenus dans des chambres collectives ».
Témoignages éloquents
Durant les débats, une dizaine d'interventions ont marqué de leur sceau les interrogations qui mettent en doute une embellie dans les mécanismes de prévention de la torture à cause du décalage avec la condition de détention des prisonniers. Un intervenant a raconté qu'il a été heurté en voyant l'état physique déplorable des prisonniers l'été dernier en pleine canicule. Il raconte qu'ils « étaient contaminés par des maladies parasitaires et avaient même des poux. » L'absence de stratégie et la non-activation de certains points dans les mécanismes de prévention de la torture sont décriées. Un intervenait a jugé utile de punir plus sévèrement un mari incarcéré pour « coups et blessures contre son épouse. » Une intervention a stigmatisé l'assistance : l'absence des responsables des centres pénitentiaires pour assister au colloque. En effet, le chef de la commission d'amendements des procédures pénales devait assister à la mi-journée. Une autre déclaration a fait part des doutes quant à la radicalisation présumée du prisonnier lors de son incarcération. Elle estime qu'ils ne le deviennent que lors de leur séjour en taule.
En parallèle avec les activités du colloque, l'INPT organise une exposition. La première sera consacrée à la littérature carcérale, en présence des auteurs et d'anciens détenus. La soirée du 18 décembre a été consacrée à une projection-débat de « Coloquinte », un documentaire de Mahmoud Jemni sur le calvaire d'anciens prisonniers politiques. Un concert donné par une troupe musicale composée de détenus de la prison de Borj Erroumi, sous la direction de Dhafer Gherissa, clôturera le colloque aujourd'hui 19 à la salle « Théâtre des régions » de la Cité de la culture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.