Kais Saïed s'entretient séparément avec Youssef Chahed et Elyès Fakhfakh    Yassine Hamila, illustre figure tunisienne du commerce et de l'industrie, est décédé    Tunisie – Pourquoi Ennahdha tient-elle à ce point à 9alb Tounes ?    Mercato : L'attaquant d'Al Sadd proche du Club Africain    Tunisie – VIDEO : Kaïs Saïed invite Fakkhfekh à accélérer la formation du gouvernement    L'ambassade d'Allemagne exprime sa profonde tristesse suite au décès de Lina Ben Mhenni    Le 40e jour du décès du professeur Abdelwahab Mahjoub : Abdel, l'olivier…    Rencontre Tebboune-Erdogan : une équipe de sécurité canine turque inspecte la salle de conférence    Lina Ben M'henni, la fin de parcours d'une combattante à fleur de l'âge    Avec TUNISIE TELECOM : consultation et paiement des factures de la STEG à partir de votre mobile    Ligue 1 : Haythem Guirat pour CS Chebba – Espérance de Tunis    Ahmed Laâjimi, le gagnant de la saison 5 de « NESCAFE COMEDY SHOW », et son « Faux profil » sur scène    Handball-CAN Tunisie 2020 : La Tunisie cède le titre à l'Egypte (23-27)    Escrime | Championnat méditerranéen des jeunes : La Tunisie totalise 13 médailles dont 1 en or    L'UBCI améliore son PNB de 12% en 2019 à 255 millions de dinars    Décision de son conseil national : « Echaâb » participera au prochain gouvernement    Santé : Aucun cas de coronavirus en Tunisie    Tunisie: Abdelkrim Harouni adresse une mise en garde à Elyès Fakhfek , “votre rôle n'est pas de choisir qui doit être dans l'opposition”    Rassemblement devant l'ARP : Protestation contre la violence politique    Magistrature : Le 14e congrès de l'AMT vers la mi-mars    « Kasr Essaada » : Une nouvelle œuvre et une autre expérience qui s'ajoutent aux expériences précédentes du jeune réalisateur, Nizar Saïdi    Foulées du Mégara | Dimanche 22 mars 2020 à la Marsa : En mode confirmation    Tunisie – Météo : Températures maximales comprises entre 15° et 20°C    Galaxy A51 : Samsung présente son nouveau Smartphone équipé de quadruple capteur photo au dos    10 conseils pour 2020 : Les erreurs à éviter    Démarrage de la 2éme tranche de la campagne de vente des abonnements scolaires et universitaires    Vers l'arrêt de toute distribution des médicaments    Municipales partielles : Résultats préliminaires dans la circonscription de Ksibet-Thrayet    La Tunisie, sixième pays le plus cybernétiquement attaquée    Vers la réduction des prix des voitures de 5 et 6 cv ?    Tunisie: Le FMI a pris une décision grave en retenant les dernières tranches du prêt, selon Moez Joudi    Par Amine Ben Gamra : Des réformes audacieuses doivent être mises en œuvre aussi rapidement    Une première médicale en Tunisie réalisée par cinq ophtalmologistes    Tunisie : Kais Saied félicite Ons Jabeur    L'ancien joueur légendaire Kobe Bryant décédé    Tribune des lecteurs : Je pleure Tahar Labbassi et la Tunisie par Abdelaziz Gatri    Libye - Des pays signataires de l'accord de Berlin déversent armes, munitions et combattants attisant la guerre Sarraj - Hafter    Open d'Australie : Ons Jabeur crée la sensation et se qualifie brillamment aux quarts de finale    Foot-Europe: le programme du jour    Les pays et territoires touchés par le coronavirus    Tunisie – Gafsa : Découverte d'une grande quantité de mines et de produits entrants dans la fabrication d'explosifs    Le sexagénaire, blessé par mine jeudi au mont Chaambi, succombe à ses blessures    Séisme en Turquie: Hausse du nombre des victimes à 20 morts et 1000 blessés    Les 101 tortues de l'atelier Driba 93, une magnifique exposition à découvrir à l'hôtel Dar El Jeld Tunis    l'Ile de Djerba officiellement candidate à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO    Initiative de l'Alliance française en Tunisie : Création du Prix de la Plume Francophone 2020    Ahmed Laâjimi, le gagnant de la saison 5 de « NESCAFE COMEDY SHOW », et son « Faux profil » sur scène    Chaambi: Un citoyen gravement blessé par l'explosion d'une mine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





BCE sera-t-il de nouveau candidat ?
La présidentielle en questions
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 01 - 2019

L'éventuelle candidature de BCE pour un second mandat est un fréquent sujet de conversation qui divise les Tunisiens, y compris ceux, majoritaires, qui l'avaient élu en 2014.
Après une réponse affirmative tranchée de la part de Faouzi Elloumi, Boujemâa Remili, qui l'avait vu en tête-à-tête, a explicité l'attitude du chef de l'Etat à l'égard de cette question qui taraude l'esprit de nombreux Tunisiens.
Béji Caïd Essebsi ne compte pas se représenter mais pourrait changer d'avis si le congrès électif démocratique de Nida Tounès était effectivement organisé et était couronné de succès, et que ce soit le parti qui, alors, le désigne officiellement en tant que son candidat.
Cette question de l'éventuelle candidature de BCE pour un deuxième mandat est un fréquent sujet de conversation qui divise les Tunisiens, y compris ceux, majoritaires, qui l'avaient élu en 2014. Car une partie de ces derniers sont très critiques à l'égard de la gestion de Nida Tounès par Hafedh Caïd Essebsi et considèrent que le Président n'a pas usé de son autorité de capitaine de fait, pour ramener la barque dans le droit chemin.
Un bon candidat, malgré l'âge
Mais Béji Caïd Essebsi reste pour un bon nombre de ses électeurs de 2014 un éventuel bon candidat pour cinq années supplémentaires, n'était la question de l'âge. Ce que d'autres bajboujistes réfutent en mettant en avant son génie politique, son aura, son expérience et ses relations. Et de les voir se lancer dans le rappel des épisodes où, comme un magicien, il a su nous sortir indemnes du goulot de la bouteille.
N'oublions pas son appel à rééquilibrer l'échiquier politique après la victoire écrasante d'Ennahdha aux élections de l'Assemblée constituante, puis son accord miraculeux avec Ghannouchi à Paris et sa victoire massive à la présidentielle grâce au vote utile.
Donc, s'agissant de BCE, les pronostics sont jouables, car le problème de l'âge est contrebalancé par la compétence que lui reconnaissent même ses adversaires. Comme ce fut le cas en 2014, où la direction d'Ennahdha avait donné une consigne officielle en sa faveur. Même si, lors du vote, cette consigne s'est avérée être un leurre, puisque les votes islamistes ont été réservés à Moncef Marzouki.
Les autres candidats possibles
En tête, il est utile d'aborder les hypothèses nahdhaouies. Le parti islamiste a semblé, un moment, tenté par une candidature à la présidence, et l'on a vu Rached Ghannouchi à la télé en tenue de gala demander à Youssef Chahed de choisir entre son maintien au poste de chef de gouvernement et se porter candidat. Mais, depuis, Ghannouchi semble avoir décroché et le parti affirme n'avoir pas encore abordé la question de la présidentielle.
Cela n'empêche pas une possible approche originale que pourrait appuyer Ennahdha, celle qui resservirait la stratégie du consensus avec les modernistes mais, cette fois-ci, en optant pour Morjane comme symbole et, derrière lui, une masse de destouriens non engagés et des pères de famille tranquilles disposés à composer avec le projet islamiste. Sachant, par ailleurs, que Morjane est apprécié pour ses qualités de patriote et d'homme d'Etat par des destouriens et des non-destouriens qui apprécient son calme et sa modération.
L'hypothèse Abbou
L'hypothèse Abbou vient naturellement à l'esprit, dans la mesure où il représente désormais un courant atypique et qu'il n'a jamais nié qu'il pourrait être candidat. Mais, alors que son parti prépare son congrès prévu fin mars, et qu'il semblerait devoir s'y hisser de nouveau au poste de secrétaire général, des bruits semblent rapporter l'existence d'une polémique de coulisse sur le «choix du meilleur candidat» entre monsieur et madame, qui s'appuie sur les bons scores attribués par les sondages à Samia Abbou.
Mais les chances de Mohamed Abbou, en cas de candidature, sont plus évidentes, du fait de son ancienne proximité des leaders nahdhaouis qui est susceptible de lui rapporter des voix, voire d'opter pour lui en tant que candidat officiel d'Ennahdha. Et ce, malgré son positionnement déclaré actuel, opposé autant à Ennahdha qu'à Nida.
Le droit absolu de Youssef Chahed
Youssef Chahed est le possible candidat le plus controversé et le plus silencieux quant à ses éventuelles ambitions présidentielles. L'idée qu'il puisse se présenter inquiète plusieurs parties. La première à l'avoir exprimée est, certes, Ennahdha, mais elle est, depuis, embarquée dans la même galère dans un mutisme parfait sur les intentions des deux alliés.
Ennahdha pourrait bien vouloir enfoncer le clou en préférant Chahed tant à Morjène qu'à Abbou, mais le chef du gouvernement s'applique, en toute occasion, à ressortir ses racines destouriennes et démocratiques. La sagesse recommande donc une formule anglaise aussi célèbre que simple : « wait and see ! ».
Mais, s'agissant de son droit à se présenter aux prochaines élections, que ce soit législatives ou à la présidentielle, tout le monde a compris que c'est son droit le plus légitime et que vouloir l'en empêcher serait une bataille antidémocratique perdue d'avance.
Que compte faire BCE ?
La bonne question de nature à déterminer les chances des différents candidats possibles à la présidence de la République, c'est de savoir quelle sera en définitive l'attitude du chef de l'Etat. Car sans lui en face, n'importe qui pourrait bien tenter le coup, y compris Mehdi Jomaâ, Néjib Chebbi ou encore Mondher Zenaïdi.
S'agissant de BCE, les recoupements et indiscrétions orientent vers la remise en selle du concept bourguibiste de Front national, qui avait permis, lors des élections de la première Assemblée constituante, en 1956, la victoire massive du parti néo-destourien. Son actuel appui discret à l'Ugtt et sa proximité de l'Unft lui ouvrent cette opportunité. Reste l'Utica. Mais manque à l'appel le grand parti populaire qu'était le Destour. Est-ce que l'actuel Nida Tounès peut vraiment faire l'affaire ?
Surtout que le nouveau parti en préparation risque de le vider de nombre de ses militants.
Ce qui est sûr, c'est que Béji Caïd Essebsi ne sera pas tendre avec Ennahdha, même si ce dernier, qui le craint plus que tout, tentera jusqu'au bout de l'amadouer. Mais les bases islamistes réclament d'afficher leurs couleurs et rêvent d'une revanche sur le candidat des femmes.
Quoi qu'il en soit, il est utile d'insister auprès de tous ceux qui sont au pouvoir pour qu'ils n'utilisent ni l'autorité ni les moyens de l'Etat pour se faire élire. Cela concerne aussi bien les trois présidents que les ministres des partis au gouvernement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.