Tunisie : Nouvelles nominations au sein du MJS    Tunisie – Najla Bouden se réunit avec les membres de son gouvernement    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Tunisie – Moncef Marzouki sous le coup d'une enquête judiciaire    Bilan - Covid-19 : 131 nouveaux cas et cinq décès le 14 octobre    Les membres du Grand Jury des JCC    Parlement européen : La plénière du 19 octobre se penchera sur la situation en Tunisie    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    Communiqué – Une autre voie possible : Informer et sensibiliser sur le choix d'une migration régulière    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Covid-19 : L'Allemagne retire la Tunisie de la liste des pays à haut risque    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de vendredi    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Les préparatifs de la fête du Mawlid à Béja [vidéo]    Revue de la semaine du 8 au 15 octobre 2021: Premier conseil des ministres après la formation du gouvernement    Journée internationale des femmes rurales : Engagement à défendre les droits des filles partout en Tunisie    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled        Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Foot – Premier League : ZIDANE, l'option des saoudiens de NEWCASTLE ?    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Kaïs Saïed commémore le 58ème anniversaire de la fête de l'évacuation à Bizerte    Tunis, un gigantesque cadavre pourrissant    Qualifs Mondial 2022 : le Brésil de NEYMAR déroule et l'Argentine de MESSI assure    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Entreprises publiques- L'Etat est un mauvais gestionnaire selon Moez Joudi    Hichem Ajbouni- Le scénario libanais s'approche à grands pas    Noureddine Tabboubi dénonce les appels à l'ingérence étrangère    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Notation : La Tunisie classée dans la case "obligation spéculative de très mauvaise qualité"    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    INLUCC : Les ministres du gouvernement Bouden déclarent leurs biens    Quarts de finale du Tournoi d'Indian Wells :Où regarder le match de Ons Jabeur du 14 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Oscar 2022 : Le film Tunisien "Fartattou Dhehab" de Abdelhamid Bouchnak en lice pour le meilleur film international    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Nouvelle secousse sismique à Béjà    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un mal aigu en attente d'une approche globale
Violence à l'égard des femmes
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 09 - 2011

• Etude quantitative de l' ONFP sur un échantillon de 5.600 femmes, susceptible de dresser l'état des lieux de la violence à l'égard des femmes et de constituer la base d'éventuels programmes d'intervention.
• L'impératif de réviser les textes de loi relatifs à la violence à l'égard des femmes et d'instaurer les principes d'une prise en charge efficace des femmes victimes.
L'Office national de la famille et de la population (ONFP) vient d'achever une étude quantitative portant sur la violence à l'égard des femmes. Cette étude est susceptible d'être représentative de la situation des femmes victimes de violence car elle est basée sur une approche plus scientifique et plus approfondie. Elle vise, en effet, à cerner l'état des lieux d'un problème des plus délicats que vit la femme tunisienne, et toutes les femmes d'une manière générale, et ce, indépendamment de leur âge, de leur niveau d'instruction et de leur niveau social. Elle est fondée sur un sondage national, touchant près de 5.600 femmes et 4.200 familles issues des différentes régions. L'objectif étant de déterminer la prévalence de la violence physique, verbale, professionnelle, économique ou sexuelle exercée à l'égard de la femme ainsi que les facteurs qui la favorisent. Elle permet, également, aux chercheurs et spécialistes d'analyser la réaction des victimes et d'étudier les répercussions de l'agression sur la santé physique et psychologique des femmes et sur l'harmonie familiale d'une manière plus générale.
Les résultats de cette étude n'ont pas encore été publiés. Il apporteront sûrement une vision plus claire et plus utile pour l'élaboration de programmes d'intervention plus efficaces.
Il faut dire que la violence à l'égard des femmes constitue, dans notre pays comme dans le monde, un problème tenace, dont la résolution s'avère quelque peu compliquée. Elle l'est en raison, sans doute, de la diversité voire de la disparité des facteurs et des contextes qui la favorisent, dans le silence et parfois la résignation des victimes, mais aussi dans une prise en charge complexe qui se trouve souvent défaillante.
Le traitement même du thème de la violence à l'égard des femmes dans les médias est généralement réduit à l'occasionnel, notamment pour célébrer la Journée mondiale de lutte contre la violence à l'égard des femmes. Et, bien qu'il altère et la relation entre les genres et la vie de famille, ce problème n'est toujours pas considéré comme un phénomène de société qui mérite un intérêt accru et des actions globales.
Certes, maints programmes établis sous l'ancien régime développent une approche pro-féministe. Toutefois, la stratégie nationale de lutte contre la violence à l'égard des femmes n'a été mise en place que dans les dernières années, et plus précisément en 2008.
Des lois plus moralisantes que répressives
Par ailleurs, et sur le plan législatif, l'écart entre l'importance du problème et les sanctions pénales est facile à relever. En 2005, un travail intitulé : «Etude sur la violence liée au sexe‑: état des lieux sur les aspects juridiques et la prise en charge actuelle des femmes victimes de violence en Tunisie» a été mené afin d'examiner la législation tunisienne en matière de violence à l'égard des femmes. Si l'agression physique, l'avortement forcé, le viol ou encore les rapports sexuels avec des mineures sont sanctionnés, le viol ou l'enlèvement sont, quant à eux, dépénalisés dans le cas où le coupable consent à épouser la victime. Dans le contexte conjugal, la violence est sanctionnée.
Mais, pour l'époux-agresseur, qui engendre des mutilations, des incapacités ou encore une défiguration, la loi ne retient pas les circonstances aggravantes. Cette précision est de taille et est prise en compte dans le cas où l'agresseur est un descendant.
L'étude montre également que certains textes suscitent polémique et confusion. C'est, à titre d'exemple, le cas pour l'article 228 du Code pénal, qui ne sanctionne pas le viol conjugal et met la femme-victime dans une situation paralysante, car elle doit apporter les preuves d'une telle violence. En 2004, le législateur a introduit la notion de violence sexuelle dans les textes de loi. La loi 2004-73, tout comme la dépénalisation du viol ou de l'enlèvement, s'inscrivent plus dans une optique morale.
Pour des cercles de sensibilisation et de dialogue au profit des hommes violents
Le manque de pertinence des textes de loi ne constitue pas le seul «hic». La prise en charge s'avère souvent contrecarrée par des défaillances qui privent la femme victime du droit de bénéficier d'une assistance intégrale, comptant à la fois des prestations médicales, psychologiques, ainsi qu'un suivi efficient de la situation. Dans une étude effectuée en 2009 et portant sur l'accueil et la prise en charge des femmes victimes de violence, il a été constaté que les prestations reflètent une grande disparité d'un établissement à un autre, mais aussi dans les circuits de prise en charge. La confidentialité n'est pas toujours garantie à cause de la contiguïté des locaux. D'autant plus que, dans les hôpitaux, la prise en charge se limite le plus souvent à de brèves consultations à caractère purement médical. Quant à l'aspect psychologique, — qui est le plus compliqué —, il se trouve surtout restreint à l'écoute et à l'orientation vers d'autres structures. Pourtant, un suivi ininterrompu s'impose dans le cas de violence endurée dans le milieu familial, scolaire et professionnel. Les structures étatiques sont appelées à fournir plus d'efforts dans la prise en charge et dans le suivi des femmes violentées. Des formations spécifiques au profit des médecins, des psychologues et des cadres paramédicaux s'imposent. Des cercles de débat et de sensibilisation à l'adresse des hommes violents sont aussi de nature à lutter efficacement contre ce phénomène et contre cette relation néfaste entre les genres, surtout qu'un homme violent est un homme qui souffre souvent d'un problème psychologique et, donc, qui a besoin lui-même d'une assistance spécifique. D'où le rôle de la société civile dans l'instauration de pareilles approches.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.