Covid-19 : 65 décès et 2091 contaminations recensés le 15 juin 2021    Tunisie-ISSHST : La perturbation des examens continue pour la deuxième semaine consécutive    Bourse de Tunis : Le marché continue de perdre du terrain    La STB et l'AICTO signent un mémorandum d'entente et de coopération    Kais Saied reçoit un doctorat honoris causa à Rome    L'Italie accorde un prêt de 200 millions d'euros à la Tunisie    Tunisie – AUDIO – IMAGES : Le scandale du comportement exemplaire de la SONEDE en matière de rationalisation de la consommation de l'eau    Bilan Covid-19 : 65 décès et 2091 nouveaux cas en 24h    Siliana : 60 hectares de blé ravagés par les flammes    Lancement du programme d'aide aux micro-entrepreneurs ''SOUTIEN TPE COVID-19''    Hand – CAN Dames : La Tunisie éliminée en demi-finale    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Conférence internationale du travail : Le plaidoyer de Majoul pour un plan international de soutien aux PME    Rencontres d'affaires virtuelles France-Tunisie, le 24 juin 2021 : Les entrepreneurs au cœur de la relance    La question de la migration au cœur de la rencontre Saïed Mattarella    Ons Jabeur et l'australienne Ellen Perezen en quarts de finale du tournoi de Birmingham    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Mazarine Energy toujours bloquée à cause d'un seul ex-employé    Liste des compagnies intéressées par la rachat des actifs de l'ENI en Tunisie    QNB Tunisie: Nouvelle vision, nouveaux challenges    Football : Programme TV de ce mercredi 16 juin 2021    Ahmed Néjib Chebbi : Kaïs Saïed ne s'est pas trompé, il est d'une autre planète !    DECES : Khadija Farah    Réunion du bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de l'Information : Adoption de la proposition de la Tunisie d'élaborer une stratégie médiatique arabe commune    Programme TV du mercredi 16 juin    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 16 Juin 2021 à 11H00    L'EST poursuit sa préparation à Tabarka pour le match d'Al Ahly : Loin des yeux, près du cœur !    ARP : Korchid annonce le calendrier des élections des instances constitutionnelles    Tunisie: Rached Ghannouchi s'entretient avec les présidents des blocs parlementaires    Hichem Mechichi : J'étais un élève plutôt studieux !    Tribune | Protéger nos futures générations    «Solocoreografico» et «Children Smiles» au Studio el Houma : La danse sous toutes ses formes    Exposition | Yasmine Ben Khelil au B7L9 : «Chrysanthème forever... Je ne sais plus comment»    On nous écrit | Hommage à l'artiste et galeriste feu Mohamed Ali Essaadi : «Les souvenirs du passé sont les rides de l'âme»    JSK : report des assemblées générales et électives à une date ultérieure    Euro: les matches de ce mercredi    Tunisie: Daily brief du 16 juin 2021    Exposition « Le Piazze [In]visibili », quand la magie des photos rencontre la poésie des mots    Monde: Daily brief du 15 juin 2021    "Les Chrétiens de Sicca Veneria" : l'Argentin Silvio Morano explore l'archéologie des fouilles militaires sous protectorat    Patrimoine : Attention, le site de Carthage se meurt !    Festival Carthage 2021: Avant-goût des spectacles exceptionnels qui attendent le public!    La 35ème édition du festival international de musique symphonique d'El Jem du 10 juillet au 14 août 2021    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelles perspectives pour les arts plastiques?
Autrement dit
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 09 - 2012

Les arts plastiques en Tunisie eurent leurs années-lumière du début des années 70 à la fin des années 90. On y avait entamé un travail de réflexion sur la fonction et la finalité de l'activité artistique. Ce sont les groupes d'artistes — officiels, comme ceux de l'Ecole de Tunis, du groupe des Six qui réagissait depuis les années soixante, du groupe 70/80 qui changeait d'appellation tous les 10 ans — et surtout les galeries privées à Tunis (Irtissem, Attaswir...) puis dans la banlieue nord Cherif Fine Art, Ammar-Farhat, Aïn, Kalysté... sans oublier Chyem et son merveilleux collectif (durant 10 ans) qui furent les véritables réceptacles de l'art.
Durant ces années-lumière, ces artistes qui ont laissé des empreintes indélébiles tant en Tunisie qu'à travers un «Maghreb des arts» encore ouverts à l'époque, et ces espaces galeries, lieux de toutes les découvertes, des échanges et des nouvelles perspectives, auront été d'un foisonnement artistique inouï, auprès du grand public.
Et, bien sûr, toutes les autres formes d'expression artistique suivirent le même cheminement pour donner cette vigueur, aujourd'hui disparue, à un ministère de tutelle dont les manifestations culturelles à l'étranger démontraient bien la bonne santé de nos artistes et de leurs activités multiples. Je pense, notamment, au théâtre, à la musique, à la danse, au cinéma, au livre...
Le paradoxe, cependant, fut que durant les vingt-trois dernières années, et malgré le développement culturel et artistique qui s'ensuivit (décentralisation des écoles et des instituts des Beaux-arts à travers les vingt-quatre gouvernorats), à aucun moment, les autorités d'alors ne pensèrent à doter le pays de musées d'art contemporain et/ou moderne, pour préserver tant d'œuvres d'artistes (plus de dix mille!) de l'oubli.
Face aux musées archéologiques et aux sites célèbres du «sol antique», aucune vitrine de la «modernité» pour les visiteurs étrangers sur le «nouveau sol» tunisien.
Les œuvres d'art (beaucoup de peintures mais aussi des sculptures, gravures, tapisseries et fresques murales, installations, assemblages, etc.) croupissent, pêle-mêle, depuis des décennies, sans aucune norme d'entretien — l'igonométrie et la restauration, notamment — dans les murs atteints de léprose de l'ancien palais Khaznadar.
Ce grand «vide» muséal, hormis quelques tentatives (Centre d'art vivant du Belvédère devenu le mess des officiers, Maison des arts sans profil exact) n'augure rien de bon, surtout en ces temps de remise en cause de toute notre culture face à une autocratie de plus en plus envahissante.
Quant à la Cité de la culture dont on attend encore la fin des travaux, elle n'est que l'image d'une véritable mascarade, un puits sans fond qui a englouti des milliards de dinars, argent du peuple gagné à la sueur et à la peine...
Donc, tristes perspectives pour les arts plastiques en Tunisie ? Nous ne saurions quoi répondre sur ce sujet qui, normalement, devrait être d'une actualité pressante, urgente, pour le ministère de tutelle.
La démarche, la plus logique, serait que chaque gouvernorat s'attelle à construire son propre musée, puisque les écoles des Beaux-arts existent de partout aujourd'hui. Une demande, en ce sens, pourrait être faite à l'ANC, tout comme la création d'un véritable marché de l'art — l'œuvre d'art étant une forme de théorisation, comme le savent si bien les mécènes et les banquiers de la place — et, bien sûr, une cotation en règle des artistes eux-mêmes.
Même les galeries qui jouent encore un rôle prépondérant dans l'intégration des œuvres dans la vie quotidienne des citoyens, des nouveaux tissus urbains et comme valeur marchande, devraient être encouragées, à plus d'un titre, pour leur courage d'exister.
Souvenons-nous du rôle déterminant qu'elles ont pu jouer contre le système dictatorial, comme viviers de l'imagination créatrice et même «subversif» quand l'ombrage fait à la société civile va grandissant. Espérons qu'aux prochaines élections, ces problèmes liés aux arts et à la culture seront résolus. Faute de quoi...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.