S'attaquer aux cadres juridiques discriminatoires    Les recrutements à titre exceptionnel…    16.7 millions de repas seront servis en 2019    Tunisie – Presse : Rachid Khechana nouveau PDG de la TAP    La Commission des Finances refuse la réduction du budget de l'ARP, pour l'exercice 2019    L'intégration par les banques centrales    Lamia Ben Mime reçoit le Trophée de la Femme Manager Secteur Public 2018    USA : La bilan des incendies qui ravagent la Californie grimpe à 71 morts et plus de 1000 disparus    La Tunisie célèbre du 20 novembre au 20 décembre 2018 le mois de la protection de l'enfance    Saisie de plus de 2.200 kg de zgougou et fruits secs    Coup d'envoi du programme d'hygiène en milieu scolaire    Assassinat de Khashogji : Le prince Khaled Ben Salmen dément les accusations du Washington Post    Ligue 1 (match en retard/2e j) : ES Metlaoui-Espérance ST au stade d'El Menzah    CAN 2019 (Eliminatoires/ J5) : Programme des matches de samedi    Tunisie-Ligue 1: les matches amicaux de ce samedi    Tunisie: De crainte d'être filmés par des caméras de surveillance, des députés détruisent les détecteurs d'incendie    Les Sfaxiens protesteront massivement ce samedi devant le siège de leur Municipalité pour la « fermeture de la SIAP »    ‘'Nous œuvrons à mettre en place un pôle unifiant les forces nationales'', annonce Mohsen Marzouk    En photos : Habillée par Soltana, Dorra Zarrouk fait sensation…    Meurtre de Jamal Khashoggi: la CIA accuse le prince héritier saoudien d'en être le commanditaire    La résidence de l'ambassadeur de Sa Majesté à Tunis revisitée    Tunisie: Evasion fiscale, le ministère des Finances compte recruter 500 agents    Tunisie: Hausse de 10,8% du prix de l'immobilier    «Faire aussi bien dans les matches retard qui restent à jouer»    Démarrage des travaux d'installation de la première turbine à gaz    Nouveaux ministres et secrétaires d'Etat soumis à la déclaration de patrimoine    Bye bye Avigdor !    Le boycott des examens de l'enseignement secondaire est maintenu    EST : Entrée en lice le 15 décembre    L'Exposition japonaise itinérante « Winter Garden » en Tunisie L'exploration de l'imagination « Micropop » dans l'art contemporain japonais    Un univers créatif et onirique    La scène artistique vient de perdre l'acteur et comédien Hatem Berrabeh    Tunisie: “Nidaa Tounes, ce n'est pas fini”, Boujemaa Rmili    L'Afirque future 'Poubelle' des voitures Diesel Européennes ?    Tunisie: 25 tonnes de cuivre destinées à la contrebande saisie au port de Radès    En Photo : Dorra Zarrouk aussi belle que sa grand-mère    Prestige, enjeux et avenir…    Le dossier Belkhiter clos    La Ligue arabe demande une protection internationale pour les Palestiniens    Sliti s'est entraîné en solitaire    Arts visuels et plastiques    Un maître artiste s'en va…    Le Club de presse se distingue!    2 morts dans un accident de la route à Sidi Bouzid    Tunisie: Grand rassemblement des travailleurs samedi devant le siège de l'UGTT    Météo: Prévisions pour vendredi 16 novembre 2018    Des briques fabriquées à partir d'urine humaine en Afrique du Sud    Aboutrika condamné à un an de prison !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La valorisation énergétique à l'honneur
Inauguration par le Chef de l'Etat d'une unité de valorisation énergétique des déchets organiques à Bir El Kassaâ
Publié dans La Presse de Tunisie le 14 - 06 - 2010

Créée dans le but de renforcer les dispositifs de gestion des déchets, diversifier les sources d'énergie et lutter contre la pollution, une unité de valorisation énergétique des déchets organiques à Bir El Kassaâ a été inaugurée le 10 juin au cours d'une cérémonie présidée par le chef de l'Etat. Pour mieux comprendre les caractéristiques de ce projet et ses avantages, le Dr Ali Kanzari, expert en énergie et PDG de la société Solar Energy Systems, qui s'est chargée de la réalisation de ce projet, nous en parle. Entretien…
En quoi consiste ce projet inauguré à Bir El Kassaâ ?
C'est un projet qui consiste dans la valorisation énergétique des déchets de fruits et légumes issus du marché de gros de Bir el Kassaâ et autres marchés avoisinants, soit 70t/j en pointe à 12% de matière sèche.
En effet, cette installation est une cogénération, fonctionnant au biogaz issu de la biométhanisation de ces déchets, qui produira de l'électricité et de la chaleur.
L'électricité produite couvrira les besoins de la Sotumag et un excédent sera injecté dans le réseau de la Steg.
La chaleur générée sera utile à la fois pour le projet lui-même ainsi que pour la production de froid nécessaire pour les chambres froides, dans une étape future.
En outre, les digestats à 25 % de matière sèche produits par cette installation à raison de 1.1 t/j en pointe seront utilisés par la suite comme fertilisant.
Expliquez-nous la technologie utilisée au niveau de ce projet...                            
Compte tenu que ces déchets verts sont très humides et riches en matières organiques biodégradables, la technologie de digestion anaérobie permet la valorisation de ces produits, en plus de la conversion des déchets organiques en énergie, la biométhanisation permet d'avoir un résidu servant comme matière fertilisante en agriculture.
La technologie utilisée dans ce projet est la biométhanisation : fermentation bactérienne.
La biométhanisation est le seul mode de traitement permettant d'être excédentaire en termes de production d'énergie car la récupération de méthane peut produire de l'électricité, de la chaleur (chauffage) et du froid (réfrigération). Elle permet de respecter le cycle du CO2 et de la matière organique. Le principe est de convoyer des matières solides avec des vis sans fin dans un bac, puis une vis d'incorporation introduit les matières à travers le voile béton du digesteur.
Les matières liquides, telles que les graisses, les effluents ou bien encore les jus récoltés dans le local apport, sont stockées dans la préfosse. Une pompe équipée d'une tête broyeuse refoule cette matière liquide vers le digesteur à travers le répartiteur.
Les fosses de méthanisation sont au nombre de trois : une préfosse de réception des produits liquides à semi-liquides, un digesteur et un post-digesteur. Chaque fosse est munie de deux agitateurs : un agitateur mixeur et un agitateur immergé. Nous utilisons une seule pompe pour effectuer la circulation des flux liquides sur la globalité de l'installation. En plus de cela, les flux menés vers la pompe se font par écoulement gravitaire. Il s'agit d'une pompe centrifuge capable de convoyer de la matière à plus de 10% de MS. La pompe refoule le flux vers un répartiteur, qui permet de répartir le flux en question vers chaque fosse ou canne d'épandage reliées au répartiteur.
La recirculation de matières du post-digesteur vers le digesteur se fait de manière très aisée. Pour effectuer le passage de la matière digérée du digesteur vers le post-digesteur, nous utilisons les forces naturelles, selon le principe des vases communicants. Les réseaux de chaleur sont implantés dans la partie inférieure du digesteur et du post-digesteur sous forme de tubes en acier inoxydable maintenus par un système d'équerre de montages fixés au voile des fosses dont le diamètre est de 110mm et l'épaisseur de 2mm. Il y a 3 anneaux dans le digesteur et 2 anneaux dans le post-digesteur, montés en système serpentin.
Le volume du biogaz ainsi produit par jour et à partir de 70 tonnes de déchet est de l'ordre de 4.578 Nm3/j avec une teneur en méthane de 55%.
Un système de soupape de dépression/surpression permettra le contrôle et la régulation de la pression interne. La pression dans le digesteur est mesurée par un pressostat sur la sortie biogaz. Le biogaz est stocké dans un gazomètre qui se gonfle et se dégonfle au gré de la production de biogaz. Ce biogaz est épuré par un filtre H2S puis compressé pour alimenter un moteur à gaz bi-combustible de puissance électrique 330Kwe.
Un groupe froid installé au niveau de la ligne de biogaz permet de refroidir le biogaz fortement sur un cours laps de temps.
L'installation est par ailleurs équipée d'un analyseur biogaz qui mesure les teneurs en CH4 (méthane),O2 (oxygène),CO2 (dioxyde de carbone) et H2S(sulfure d'hydrogène).
Une torchère permet de brûler le biogaz en excès, qui donc forme une surpression dans la fosse.
Quels seront ses impacts économiques et écologiques?
On peut identifier trois types d'impacts. Les impacts économiques qui s'articulent autour d'un gain important d'économie d'énergie sur la facture d'électricité, un gain substantiel des frais de dénaturalisation, de transport et d'enfouissement des déchets et un gain potentiel sur la valorisation des digestats. Un impact social à travers la création d'emplois supplémentaires et des impacts écologiques avec le désengorgement des décharges publiques. Ce projet permettra, en outre, d'éviter les émissions de CO2?.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.