Démantèlement d'un groupuscule terroriste à Kasserine    L'UIB réalise un résultat net de 117,1 millions de dinars en 2019    Enseignement à distance : Huawei soutient les étudiants tunisiens    Les impacts de la crise actuelle examinés par Fakhfakh    Sérieuses menaces contre Zouheir Maghzaoui    Aïda Caïd Essebsi Fourati    DERNIERE MINUTE – Coronavirus – Algérie : 20 nouveaux décès les dernières 24 heures    Coronavirus : 9 nouveaux cas à la Manouba    Tunisie – Coronavirus: Toutes les délégations de l'île de Djerba désinfectées    Confinement | Hichem Mechichi : la loi sera désormais appliquée dans toute sa rigueur    Angleterre – coronavirus : Liverpool renonce à mettre son personnel au chômage partiel    Coronavirus | Kasserine : Six personnes en voie de guérison    Mercato : pas de contact entre Farouk Ben Mustapha et l'Espérance de Tunis    Installation d'une caméra thermique au Marché de gros de Bir El Kassaa    Coronavirus : Un décès à Sousse    Découverte de failles de sécurité dans l'application de vidéoconférence Zoom: L'ANSI met garde    Coronavirus : les clubs italiens d'accord pour la baisse des salaires, les joueurs se révoltent    Etoile du Sahel : une réunion attendue entre Yassine Chikhaoui et Ridha Charfeddine    Funérailles de Bourguiba : choses vues et entendues…    Pandémie de COVID-19 : L'Agence Universitaire de la Francophonie adopte un plan spécial    OMS: L'Afrique ne sera pas un terrain d'essai pour les vaccins contre le COVID-19    Tennis : confinée à New York, Ons Jabeur passe du tennis à la danse    Météo | Prévisions pour aujourd'hui, mardi 07 avril 2020    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    Les joueurs ont besoin de deux semaines pour être prêts    La FIFA recommande de reporter tous les matches internationaux de juin    "Allez vers les hauteurs…"    L'ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye    La recette pour combler un dimanche de confinement    Des délégués et des Omdas se servent les premiers    Baisse dérisoire des prix de certains hydrocarbures    La BCT lance officiellement l'application "Flouss"    Les têtes de Jound Al Khilafa continuent de tomber    Des cours à distance pour les élèves !    Le TAS fixe au 29 mai l'audience de l'appel des Marocains    Wafa Gabsi (Archivart) : « J'essaie d'apprécier autrement les choses simples et… de méditer »    La culture, en arme puissante contre le Covid-19    La culture, un lien qui rapproche et réduit les distances    Elizabeth II aux britanniques: “C'est un temps de disruption dans la vie de notre pays”    Coronavirus : Le nombre de morts repart à la hausse en Italie    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    Sauvons la Libye : Covid-19, guerre civile, catastrophe humanitaire et désastre financier, face à un silence complice    Au grand bonheur des cinéphiles confinés !    Les USA ne négocient pas avec l'Arabie et la Russie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus alarmiste mais plus précis
Cinquième rapport du Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (Giec)
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 04 - 2014

Les craintes des experts confirmées et les incertitudes réduites
Publié en trois volets, le 5e rapport du Giec, réseau des experts scientifiques sur le Climat, vient confirmer les craintes des experts signalées précédemment et diminuer les doutes et les incertitudes. A la lumière de ce rapport, les experts internationaux sont en effet plus pessimistes et les pronostics selon lesquels le réchauffement climatique serait dû aux activités humaines a atteint, dans ce rapport, la barre des 95% de chance. «Auparavant, les experts travaillaient sur des éléments généraux et globaux; cette fois, le travail a été effectué par région», explique le scientifique et écologiste français Gilles Lemaire, ajoutant que le Giec ne publie jamais un rapport si ce dernier n'est pas adopté à l'unanimité par les gouvernements. Autrement dit, le monde entier est d'accord sur le fait que les activités de l'homme sont effectivement responsables de l'augmentation de la température de la Terre et de la dégradation de la vie sur cette planète mais personne ou presque ne veut tenter de changer les choses, c'est-à-dire les modes de production industrielle et agricole, de consommation et d'exploitation des ressources naturelles, ainsi que les modes de vie, des modes polluants et énergivores.
831 rédacteurs, 2000 pages et 1250 schémas et graphiques
Le premier volet du 5e rapport du Giec, rendu public le 27 septembre 2013, a présenté l'état des lieux du réchauffement climatique. Le second volet, publié le 30 mars 2014, a exposé les conséquences, déjà observables, du réchauffement climatique et les risques attendus. Le troisième volet, le plus récent, publié le 13 avril 2014, est une synthèse générale destinée aux seuls décideurs avec les recommandations des experts. Le rapport de 2000 pages et 1250 schémas et graphiques du Giec est le résultat d'un travail colossal réalisé par un réseau de milliers de scientifiques à travers le monde. Ainsi, ce 5e rapport publié par le Giec depuis sa création en 1988, sous l'égide du Programme des Nations unies pour l'Environnement et de l'Organisation météorologique mondiale, a mobilisé 831 rédacteurs pour l'élaboration des deux premiers volets et 235 rédacteurs de 57 pays pour la synthèse (30 pages). Dans ce rapport, les experts confirment les grandes conclusions du précédent rapport de 2007 et présentent une meilleure estimation de certains indicateurs relatifs à l'avenir du climat. Ceci revient à dire que depuis un siècle et demi, la température de la Terre a augmenté de 0,85° et que cette augmentation est de +2,2% par an entre 2000 et 2010. «Les trois dernières décennies sont probablement les plus chaudes depuis au moins 1.400 ans», indique le rapport. D'où une fonte de plus en plus rapide des glaces (banquise arctique, calottes du Groënland et péninsule antarctique) et une hausse accrue du niveau de la mer. Par ailleurs, «les concentrations actuelles de gaz à effet de serre (GES) sont sans précédent depuis 800 mille ans en termes de valeurs et de tendances».
Réchauffement de +2°C = - 2% de revenus annuels mondiaux
Les résultats de l'étude des impacts du Giec ne sont guère plus optimistes. Les scénarios étudiés, au nombre de deux, sont alarmants. Le rapport indique que les risques seront considérables dans le cas d'un réchauffement de 1 à 2°c : perte de 0,2 à 2% des revenus annuels mondiaux car il y aura moins d'eau pour l'agriculture, davantage de pauvreté et de conflits. Et dans le cas où le réchauffement atteindrait 4%, les conséquences seront encore plus désastreuses (extinction d'importantes espèces, insécurité alimentaire...). En conclusion, le rapport précise que si l'on continue à produire autant de GES, dès 2030, on dépassera les +2°C de réchauffement. Dans le cas échéant, les sacrifices seront encore plus importants et la consigne du Protocole de Kyoto de diviser par 4 à 6 les émissions de GES d'ici 2050 ne sera plus suffisante. Le rapport précise qu'au-delà de +2°C de réchauffement, les réductions des émissions de GES devront atteindre 40 à 70% à l'horizon 2050 et 100% à la fin du XXIe siècle.
Gilles Lemaire explique que diviser les émissions de GES par 3, c'est revenir au niveau de vie énergétique des années 60. Ce qui revient à dire : si la communauté internationale ne se mobilise pas à temps, pour le temps qui reste, les populations du monde entier devront tôt ou tard retourner au bœuf et à la charrue, avec la famine en sus. Pour l'écologiste activiste français, ce scénario n'est même pas envisageable et «si les gouvernements ne font rien pour éviter le pire, c'est aux populations civiles de se mobiliser et de faire pression sur les gouvernements afin de sauver ce qui peut encore être sauvé». Et Gilles Lemaire d'évoquer le mouvement Alternatiba, une mobilisation populaire dans différents pays d'Europe pour voir émerger 10, 100 voire 1.000 villages des alternatives, autrement dit des projets plus ou moins importants pouvant contribuer au changement des modes de vie et des mentalités. Cela, en prévision de la 21e Conférence des Parties (COP21) qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015. Lors de cette COP21, des décisions devront être arrêtées à propos des engagements à prendre pour la période 2020-2030, sachant que les précédentes COP se sont toutes soldées par un échec : le non-respect des recommandations par les pays. Alternatiba est un membre partenaire du Collectif pour une transition citoyenne. La Coordination européenne des Alternatiba a été créée à Nantes le 22 février 2014. Gilles Lemaire n'exclut pas la possibilité de voir émerger des Altenatiba tunisiennes et rejoindre le réseau européen dans le cadre d'un mouvement populaire mondial pour sauver la planète Terre. Le dynamisme de la société civile tunisienne après la révolution laisse penser, en effet, que les associations et organisations engagées dans la protection de la nature et la préservation de l'environnement ne resteront pas les bras croisés face à autant de risques et d'inertie des gouvernements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.