Hafedh Caïd Essebsi malmené à son arrivée à l'aéroport de Tunis-Carthage    Tunisie- Hamadi Jebali ” Les chefs du gouvernement étaient nommés selon les caprices de BCE”    Huawei Y9 Prime 2019 : Une expérience unique de caméra selfie rétractable    Tunisie-Ligue 1 (1ere journée) : Un objectif commun pour tous    Volley-Mondial U19 : Première victoire pour la Tunisie aux dépens de la Biélorussie    En vidéo : Safi Saïd réagit à la polémique autour des candidats binationaux    Tunisie: Kamel Morjane donne le lancement de l'exploitation du champ gazier Nawara    Journées de la Céramique d'Art de Carthage: 1ère édition du 31 août au 08 septembre 2019    Journées de la coopération Tunisie- européenne de la Recherche et de l'Innovation, les 9 et 10 Septembre    4,3% de recul pour l'indice de production industrielle    Lancement d'appels à candidature à des programmes dédiés aux startups Tunisiennes    Saisie de marchandises de contrebande d'une valeur de 255 mille dinars    OPPO Signe des accords sur des brevets avec Intel et Ericsson pour augmenter ses    Hausse du plafond des dépenses de la campagne présidentielle    Un rapport américain assure qu'une fois au Conseil de sécurité des Nations-Unies, début 2020, la Tunisie pourra trouver une solution à la crise libyenne    LG et LUMI s'associent pour offrir une solution d'IoT plus complète pour chaque maison    Basket-ball : la sélection tunisienne perd en amical avant le Mondial    Programme TV du vendredi 23 août    Boga lance une campagne marquée par le renouvellement de son image    Tunisie- Nouri Lajmi appelle les candidats à la présidentielle et les médias à respecter le silence électoral    Un CAB dominant confirme en Coupe arabe des clubs    Nouvelle composition de l'ARP    Ligue 1 : Liste des joueurs Clubistes convoqués contre le Stade Tunisien    Arrêt du train de la banlieue sud    Les pharmaciens menacent de rompre la convention avec la CNAM    L'Amazonie, le poumon qui produit 20% de l'oxygène de la Planète, est en feu !    Incendies catastrophiques en Amazonie    La Poste Tunisienne certifiée Masterpass QR    Une statue pour rendre hommage à l'artiste défunt Sofiène Chaâri    Festival Carthage 2019 : 5000 livres seront offerts au public en marge du concert de Lotfi Bouchnak    Mohamed Ali Chihi – Ambassadeur de Tunisie à Moscou – décoré de la médaille de la Coopération russe    PANDA TOUR    Trois cinéastes Tunisiennes au programme de la 44ème édition du TIFF 2019 du 5 au 15 septembre    Mohamed Khélil : Les Frères musulmans et la phase précédente vécue par le pays sont un point noir dans l'histoire de la Tunis et cela servira de leçon    Tunisie – Météo : Pluies attendues les 22 et 23 août 2019    Démarrage du Championnat du Monde de Volley-ball à la Salle omnisports du Complexe olympique de Radés    Alain Giresse s'en va – La FTF annonce la résiliation à l'amiable de son contrat !    Le festival de La Goulette accueille la pièce de théâtre ‘'Juif''    Fin de la cavale du meurtrier de Farès, le jeune serveur tunisien d'origine Djerbienne tué par balles pour un sandwich    Slah Mosbah aux festivals : programmé à son insu    Les candidats aux élections présidentielles tunisiennes par Noor sur TikTok (Vidéo)    L'aéroport de Tunis-Carthage ouvre à nouveau ses portes au public dès jeudi 22 août    Rendez-vous avec le Grand Gala de l'Opéra Italien au théâtre de Carthage    Le visa Schengen sera désormais plus dur à obtenir    Syrie: Les forces du régime entrent dans une ville clé du nord-ouest du pays    Depuis onze jours, des dizaines de migrants restent bloqués en mer    Libye : L'armée libyenne bombarde la piste de décollage de l'aéroport de Zouara    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les passions de l'artiste
Théâtre
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 12 - 2014


Une scène de la pièce
Photo : Koutheir KHANCHOUCH
La passion de l'artiste se traduit sur scène, au vu et au su d'un public attentionné, tantôt complice, tantôt coupable. L'espace El Teatro à Tunis a abrité, mercredi dernier, l'avant-première de la nouvelle pièce de théâtre «Silence en or». Loin d'être muette, cette pièce nous met face à l'explosion verbale de l'artiste tunisien qui se trouve à bout de force de poursuivre sa descente aux enfers. La passion de l'artiste se traduit sur scène, au vu et au su d'un public attentionné, tantôt complice, tantôt coupable.
La scène s'ouvre sur les préparatifs d'un protagoniste perfectionniste. L'acteur-personnage s'habille devant le public. Il place deux caméras pour enregistrer et immortaliser sa passion, son purgatoire prémédité, avant de s'éclipser à jamais, à la fois contraint et déterminé.
Son alter ego enfile une robe blanche. La muse de l'artiste, son ange gardien, garde le silence tout au long du spectacle. Son influence ou sa présence le place dans un tourbillon schizophrénique : elle le réconforte, l'ignore, le repousse, partage ses moments de folie et de déprime. Ses traits figés lui confèrent, d'ailleurs, un air de poupée implacable, comme si l'artiste était condamné à faire partie d'un dialogue stérile, à souffrir d'un amour à sens unique. Ce qui ne l'empêche guère de tenter le tout pour le tout en s'adressant au public, à ses semblables, à sa Patrie.
Il précise, d'emblée, les trois canaux de communication, à savoir «nous» (je et vous), «eux» (ils), et «vous» (ou toi). Sa préoccupation majeure consiste à rechercher une oreille attentive et une voix libre. «Où sont les maîtres de la parole ?», s'interroge-t-il dans une tentative de bousculer autrui, de l'inciter à réagir. Il avoue être mal aimé par sa patrie, ayant du mal à s'intégrer dans la société et à jouir de ce sentiment d'appartenance légitime et pourtant inaccessible. Seul son amour pour «vous», public, semblables, Art mais aussi et surtout «Toi», patrie, qui le retient et retarde son départ, sa fuite.
Pourquoi ce désir de plier bagage et de s'enfuir ?
L'artiste-héros a épuisé toutes les chances de changer les choses. Il a voulu partir à bord du navire des amoureux, mais le navire se transforme en un outil de mort, mettant fin au rêve des migrants clandestins. Le rêve est sitôt avorté par la réalité. L'artiste se retrouve, hélas, dans cette catégorie de marginaux «vendus aux enchères». La descente aux enfers pousse l'artiste à crever l'abcès, à sombrer davantage dans sa souffrance, à remuer cruellement le couteau dans la plaie, à se crucifier, alors que la muse se retire dans un coin pour prier. Sa purgation atteint son paroxysme : le personnage se regarde dans le zoom de la caméra, il brise le verre via les paroles les plus crues, les plus vraies. Sa voix se perd dans les youyous routiniers. Elle devient inaudible. «Je t'aime... tu me manques... Où t'es passée ?... Tes enfants me fatiguent», s'adresse–t-il à sa patrie, sur un ton de reproche et de dévouement. Les enfants c'est bien «eux» qui sèment la zizanie, qui manigancent, qui utilisent la religion comme paravent pour camoufler leurs vilaines intentions, qui jouent de l'avenir du pays à leur guise. C'est encore «eux» qui prennent le peuple pour des dupes, qui assassinent la culture pour instaurer, en contrepartie, la «culture» de la division, du dogmatisme et de l'obscurantisme. L'artiste régurgite tout ce qu'il avait sur le cœur. «Je suis (l'artiste ou la culture) mort depuis bien longtemps. Et c'est aujourd'hui que je l'annonce officiellement», réplique-t-il. Son testament n'est autre qu'un conseil prononcé dans une transe, «prenez soin de vous-mêmes». Le public a compris que plus personne ne prendra soin de lui... Avant de succomber à sa défaite, l'artiste donne son ultime numéro : il enfile le personnage d'un «f'daoui» (conteur). Il raconte l'histoire d'une Tunisie déchiquetée, à moult reprises, par les rapaces. Sa colère le pousse d'ailleurs à user d'un geste grivois pour traduire la situation catastrophique dans laquelle se trouve le peuple. A la «culture» de la corruption, du retournement de veste et des calembours assommants, l'artiste n'adhèrera jamais. Il se retire donc dans son petit paradis artificiel, accompagné de sa muse, de sa bouteille de vin et de son barman invisible. Là, son discours devient encore plus ironique. L'effet de l'alcool permet de rendre sympathiques les pires situations... Il continue de rappeler au public, au «vous», les farces dont ils étaient les comparses et «eux» font la sourde oreille et ne croient ni au message ni au messager.
L'artiste présente ses excuses pour avoir été incapable de continuer sa mission. Il se suicide. La muse, la mariée toute de blanc vêtue, s'éteint, telle une bougie. Son voile devient linceul. Sans la culture, la patrie n'est qu'une dépouille inerte.
Dans «Silence en or», Naceur Akermi a parlé. Il a usé d'un ton ironique, agressif au point de remuer, non sans souffrance, la conscience du public. Son humour noir n'a pas donné au spectacle la bouffée d'oxygène escomptée. La plaie est telle qu'il était difficile pour le public de rire.
«Silence en or» : texte dramaturgique et mise en scène de Naceur Akermi. Interprétation : Naceur Akermi et Imène Lazaâr.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.