Le Président de la République s'entretient séparément avec les candidats Fadhel Abdelkéfi, Hakim Ben Hammouda et Ilyès Fakhfakh    Hakim Ben Hammouda présente au chef de l'Etat les grandes lignes de sa stratégie (Vidéo)    En vidéo : Ce dont rêverait Lamia Fourati pour les Tunisiens, les Femmes et l'Economie    Conférence de Berlin sur la Libye : Voilà pourquoi la Tunisie a décliné l'invitation d'Angela Merkel    Tunisie – IMAGES : Kaïs Saïed reçoit les trois principaux candidats des partis pour La Kasbah    Fadhel Abdelkefi et Hakim Ben Hamouda finalistes chez Kais Saied ?    Tunisie – Pourquoi l'Etat veut-il vendre la société confisquée AVS en se débarrassant de ses agents ?    Amical : Le CS Sfaxien domine le CS Constantine    Hand – CAN 2020 [Vidéo] : Les déclarations des joueurs de l'équipe nationale de handball après avoir dominé la Côte d'Ivoire    Derby de la capitale : Les formations probables des deux équipes    Hand – CAN-2020 (2e journée): six pays dont la Tunisie passent à la seconde phase    Attentat terroriste contre le bus de la garde présidentielle en 2015: des peines allant de 10 ans de prison à la peine de mort    Tunisie : [ photos+vidéo] Tunisie Telecom consacre 240 mille dinars pour les prix du concours “Marbou7a”    Arrestation de 5 mineurs impliqués dans la mort tragique d'un soldat dans une rame de métro    Tourisme : Prés de 3 Millions de touristes Algériens ont visité la Tunisie en 2019    Où regarder en direct le grand test avant les vols habités de SpaceX vers l'ISS?    L'attaquant de l'AS Soliman Mohamed Ali Ben Hammouda à l'Espérance de Tunis    L'armée de Haftar dénonce le déploiement en Libye de systèmes antiaériens turcs    Youssef Chahed reçoit à la Kasbah S.E. l'ambassadeur des Etats-Unis à Tunis, Donald Blome    Tunisie: Régression du taux de transparence dans les municipalités    Météo: prévisions pour aujourd'hui, samedi 18 janvier 2020    MOOD TALENT : FELFEL réchauffe les cœurs à DAR EL MARSA*****    Tunisie: Plan terroriste visant à l'assassiner, première réaction de Mbarka Aouania    Pression internationale pour impliquer la Tunisie à la conférence de Berlin sur la Libye    Programme TV du samedi 18 janvier    Ghannouchi : Ennahdha est la colonne vertébrale de l'Etat tunisien    Mosquée saccagée à Sbeitla    La Tunisie au Salon international de gaz vert renouvelable à Nantes    Rached Ghannouchi lie l'unité d'Ennahdha à l'unité de la Tunisie    Tunisie: 2% de croissance économique en 2020, selon un rapport des Nations unies    Etoile du Sahel : Bulletin de santé des joueurs    Crise libyenne : Après l'échec de l'initiative Poutine-Erdogan, la Chancelière allemande Angela Merkel fera-t-elle mieux ce dimanche à Berlin ?    Succès du lancement d'EUTELSAT KONNECT    CAN – Hand 2020 : Programme de la 2ème journée de la Coupe d'Afrique des nations de handball (17 janvier 2020)    Festival de la musique et de la Chanson tunisiennes 2020 : Ouverture des candidatures pour la compétition nationale    Secteur de l'Huile d'olive : 320 mille producteurs et 16 unités de raffinage    Libye: Haftar en Grèce pour poursuivre ses entretiens avant la conférence de Berlin    INMA Holding investit 7 millions de dinars dans le capital de Gourmandise    Security Day 3 by TT sur le thème «Cybersécurité et confiance numérique, clés de la transformation digitale»    Iran: pour la première fois depuis 2012, Ali Khamenei préside la grande prière du vendredi    Aziza Guermazi expose à la Maison de France à Sfax : « Au pays des couleurs »    Tunisie – Météo : Températures entre 11 et 18 degrés    Onze soldats américains affectés lors de l'attaque aux missiles par l'Iran    Appel à candidature Festival Voix de Femmes: Compétition Officielle    Mehdi Chagroun partage avec nous ses vœux pour l'année 2020    Théâtre de l'Opéra : « Noor », création du Pôle Musique et formations symphoniques    «1917» de Sam Mendes et «Underwater» de William Eubank actuellement en salle Pression sur grand écran    Théâtre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les passions de l'artiste
Théâtre
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 12 - 2014


Une scène de la pièce
Photo : Koutheir KHANCHOUCH
La passion de l'artiste se traduit sur scène, au vu et au su d'un public attentionné, tantôt complice, tantôt coupable. L'espace El Teatro à Tunis a abrité, mercredi dernier, l'avant-première de la nouvelle pièce de théâtre «Silence en or». Loin d'être muette, cette pièce nous met face à l'explosion verbale de l'artiste tunisien qui se trouve à bout de force de poursuivre sa descente aux enfers. La passion de l'artiste se traduit sur scène, au vu et au su d'un public attentionné, tantôt complice, tantôt coupable.
La scène s'ouvre sur les préparatifs d'un protagoniste perfectionniste. L'acteur-personnage s'habille devant le public. Il place deux caméras pour enregistrer et immortaliser sa passion, son purgatoire prémédité, avant de s'éclipser à jamais, à la fois contraint et déterminé.
Son alter ego enfile une robe blanche. La muse de l'artiste, son ange gardien, garde le silence tout au long du spectacle. Son influence ou sa présence le place dans un tourbillon schizophrénique : elle le réconforte, l'ignore, le repousse, partage ses moments de folie et de déprime. Ses traits figés lui confèrent, d'ailleurs, un air de poupée implacable, comme si l'artiste était condamné à faire partie d'un dialogue stérile, à souffrir d'un amour à sens unique. Ce qui ne l'empêche guère de tenter le tout pour le tout en s'adressant au public, à ses semblables, à sa Patrie.
Il précise, d'emblée, les trois canaux de communication, à savoir «nous» (je et vous), «eux» (ils), et «vous» (ou toi). Sa préoccupation majeure consiste à rechercher une oreille attentive et une voix libre. «Où sont les maîtres de la parole ?», s'interroge-t-il dans une tentative de bousculer autrui, de l'inciter à réagir. Il avoue être mal aimé par sa patrie, ayant du mal à s'intégrer dans la société et à jouir de ce sentiment d'appartenance légitime et pourtant inaccessible. Seul son amour pour «vous», public, semblables, Art mais aussi et surtout «Toi», patrie, qui le retient et retarde son départ, sa fuite.
Pourquoi ce désir de plier bagage et de s'enfuir ?
L'artiste-héros a épuisé toutes les chances de changer les choses. Il a voulu partir à bord du navire des amoureux, mais le navire se transforme en un outil de mort, mettant fin au rêve des migrants clandestins. Le rêve est sitôt avorté par la réalité. L'artiste se retrouve, hélas, dans cette catégorie de marginaux «vendus aux enchères». La descente aux enfers pousse l'artiste à crever l'abcès, à sombrer davantage dans sa souffrance, à remuer cruellement le couteau dans la plaie, à se crucifier, alors que la muse se retire dans un coin pour prier. Sa purgation atteint son paroxysme : le personnage se regarde dans le zoom de la caméra, il brise le verre via les paroles les plus crues, les plus vraies. Sa voix se perd dans les youyous routiniers. Elle devient inaudible. «Je t'aime... tu me manques... Où t'es passée ?... Tes enfants me fatiguent», s'adresse–t-il à sa patrie, sur un ton de reproche et de dévouement. Les enfants c'est bien «eux» qui sèment la zizanie, qui manigancent, qui utilisent la religion comme paravent pour camoufler leurs vilaines intentions, qui jouent de l'avenir du pays à leur guise. C'est encore «eux» qui prennent le peuple pour des dupes, qui assassinent la culture pour instaurer, en contrepartie, la «culture» de la division, du dogmatisme et de l'obscurantisme. L'artiste régurgite tout ce qu'il avait sur le cœur. «Je suis (l'artiste ou la culture) mort depuis bien longtemps. Et c'est aujourd'hui que je l'annonce officiellement», réplique-t-il. Son testament n'est autre qu'un conseil prononcé dans une transe, «prenez soin de vous-mêmes». Le public a compris que plus personne ne prendra soin de lui... Avant de succomber à sa défaite, l'artiste donne son ultime numéro : il enfile le personnage d'un «f'daoui» (conteur). Il raconte l'histoire d'une Tunisie déchiquetée, à moult reprises, par les rapaces. Sa colère le pousse d'ailleurs à user d'un geste grivois pour traduire la situation catastrophique dans laquelle se trouve le peuple. A la «culture» de la corruption, du retournement de veste et des calembours assommants, l'artiste n'adhèrera jamais. Il se retire donc dans son petit paradis artificiel, accompagné de sa muse, de sa bouteille de vin et de son barman invisible. Là, son discours devient encore plus ironique. L'effet de l'alcool permet de rendre sympathiques les pires situations... Il continue de rappeler au public, au «vous», les farces dont ils étaient les comparses et «eux» font la sourde oreille et ne croient ni au message ni au messager.
L'artiste présente ses excuses pour avoir été incapable de continuer sa mission. Il se suicide. La muse, la mariée toute de blanc vêtue, s'éteint, telle une bougie. Son voile devient linceul. Sans la culture, la patrie n'est qu'une dépouille inerte.
Dans «Silence en or», Naceur Akermi a parlé. Il a usé d'un ton ironique, agressif au point de remuer, non sans souffrance, la conscience du public. Son humour noir n'a pas donné au spectacle la bouffée d'oxygène escomptée. La plaie est telle qu'il était difficile pour le public de rire.
«Silence en or» : texte dramaturgique et mise en scène de Naceur Akermi. Interprétation : Naceur Akermi et Imène Lazaâr.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.