Augmentation des prix des carburants    Affaire de la BFT | Une séance d'audition du ministre de Domaines de l'Etat à huis clos à l'ARP    Tunisie : La dernière des dernières de chez Tunisair... Inouï    Vol de bagages à l'aéroport Tunis-Carthage : Vingt ans de prison pour cinq accusés    Hichem Mechichi remet les clés de logements de fonction à douze agents de la sécurité intérieure    Jeep lève le voile sur le nouveau Compass    Néji MHIRI : La saga d'un homme hors du commun    Bechir Haddouk : Hommage à feu Abdelhafidh Sellami    Décès de Amor Latiri    Le PNUD TUNISIE et Attijari bank organisent le Hackathon Tekصح vers une santé plus connectée en Tunisie    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Tunisie: Hanen Ftouhi renonce à sa nomination à la tête de Shems Fm    Tunisie-Censure médiatique: L'Ordre des médecins se place du côté de la liberté d'expression    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    Commerce extérieur : aggravation du déficit commercial au premier trimestre    Tunisie: kais Saied présente ses condoléances à son homologue égyptien    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Ooredoo lance une édition limitée de 4G Boxes aux couleurs de PSG    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 19 Avril 2021 à 11H00    Un aperçu de quelques produits Huawei de la nouvelle stratégie 1+8+N    Tunisie: Kais Saied, commandant suprême des forces armées "militaires et sécuritaires": La foire aux arguments    Tunisie: Le point sur l'état d'avancement de la campagne nationale de vaccination    Tunisie – Coronavirus: Nouvelles mesures du 18 au 30 avril, que risque-t-on en cas d'infraction?    Tunisie-Neji Jmal: Kais Saied nous pousse vers l'inconnu [Vidéo]    Dans sa lettre de l'autre rive à Hannah Arendt : Le J'accuse de Sophie Bessis    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Réunion de la commission scientifique ce lundi 19 avril 2021    Classement WTA : Ons Jabeur grimpe à la 25ème place, historique !    Tunisie [Vidéos]: Poursuite de la grève ouverte du personnel de l'ATTT à Sfax    Tunisie – météo : Légère hausse des températures avec quelques pluies    Les indiscrétions d'Elyssa    Volleyball | Championnat d'Afrique des clubs – 1er tour : A la portée de l'EST et du COK    One Tech Holding propose la distribution de 0,250 dinar par action    Première sportive tunisienne et africaine à être sacrée dans le JIU-JITSU brésilien : Hajer Jelili, une championne-née    Handball | Nationale A – 1ère journée play-off : Le CA piège l'ESS    Le président de la République présente ses condoléances à son homologue égyptien suite à un accident du train    Des mesures contre les contrevenants qui ne se conforment pas à la décision d'interdiction de la circulation des véhicules    Qui y a-t-il derrière les catastrophes en Egypte et à qui profitent-elles ?    Tunisie-Ligue 1 (J19 - matchs en retard): le programme de ce dimanche    Foot-Europe: le programme du jour    Mes odyssées en Méditerranée: Cachez-moi ces images que je ne saurais voir…    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Exposition «States of Exception», du 25 Mars au 2 Mai, à la station d'art B7L9 (Bhar Lazreg): Les œuvres de Thameur Mejri annonciatrices d'une nouvelle ère    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    La prochaine mission habitée vers la Lune se fera dans un vaisseau de chez SpaceX    La Russie interdit l'entrée sur son territoire de responsables de l'administration Biden    Sfax | 3 migrants clandestins secourus et 21 corps repêchés    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nos ancêtres les Arabes
Publié dans Leaders le 03 - 04 - 2017


«Car le mot, qu'on le sache, est un être vivant.»
Victor Hugo
L'entreprise n‘est pas nouvelle. Elle a eu des précédents prestigieux. Que l'on songe au livre de Henriette Walter et Bassam Barake, «Arabesques, L'aventure de la langue arabe en Occident», paru en 2006, à celui de Salah Guemriche, intitulé « Dictionnaire de mots français d'origine arabe (et turque et persane)» publié en 2007 et plus récemment en 2013 à l'ouvrage d'Alain Rey, «Le voyage des mots de l'Orient arabe et persan vers la langue française»…sans oublier le célébrissime et très ancien «Le soleil d'Allah brille sur l'Occident», publié en 1963 par la sulfureuse Sigrid Hunke…
L'entreprise n'est pas nouvelle, mais publier aujourd'hui, après les attentats qui ont ensanglanté la France et notamment ceux de Charlie Hebdo, du Super Cacher et du Bataclan, publier aujourd'hui en pleine campagne électorale et donc en pleine polémique sur l'identité et les ancêtres, un livre consacré aux mots français d'origine arabes et oser l'intituler, «Nos ancêtres les Arabes (ce que notre langue leur doit)»* voilà qui relève du courage, de l'audace pour ne pas dire de la témérité. Témérité car il y a fort à parier que ce titre constitue déjà une provocation aux yeux des racistes, des islamophobes et autres théoriciens du «grand remplacement démographique», ces semeurs de peur et de haine …
Cependant, l'audace ou la témérité ne signifie ni désinvolture, ni affirmation gratuite. Il s'agit ici d'un travail sérieux et scientifique dû à Jean Pruvost qui est professeur émérite de lexicologie et d'histoire de la langue française à l'Université de Cergy-Pontoise. Il est aussi président du Comité d'évaluation au CNRS et Il propose par ailleurs, chaque matin, des chroniques linguistiques sur France Bleu et sur Mouv', où il est «Doc Dico» pour la chronique «Les mots du rap».
A chacun son barbare
Le lecteur a reconnu dans le titre de Pruvost le détournement de la fameuse expression d'Ernest Lavisse, l'historien et le pédagogue auquel est attribuée l'édification du «roman national» français.
L'auteur s'appuie sur des textes et des manuels de cet historien, certes patriote mais nullement chauvin ou xénophobe, afin de corriger la fausse image donnée du malheureux pédagogue. Il est vrai qu'il a forgé sinon popularisé l'expression «nos ancêtres les Gaulois», mais pour tout de suite les taxer de barbarie en comparaison avec le raffinement de la civilisation arabe: «suivons Ernest Lavisse du côté de la civilisation arabe, pour passer, selon ses mots, des « Gaulois qui étaient encore des barbares» aux Arabes, dont, déclare-t-il dans le résumé du chapitre qu'il leur consacre, «la brillante civilisation fut longtemps supérieure à celles des Occidentaux et influença heureusement celle-ci» (p.16)
Or les traces de cette influence heureuse, ce sont les mots arabes adoptés par la langue française et en usage fréquent voire quotidien encore aujourd'hui car comme l'explique Jean Pruvost : « Lorsqu'une civilisation prend de l'ampleur, qu'il s'agisse de son système de pensée philosophique ou religieux, de ses développements scientifiques ou techniques, des artisanats ou des arts qui la font rayonner, de fait, les langues qui sont à proximité, parce qu'elles sont confrontées aux activités d'échanges et aux fascinations diverses, empruntent invariablement des mots. » (p.58)
En fin pédagogue, souvent avec malice et par le biais de force anecdotes savoureuses, Le Professeur parvient à guider habilement son lecteur à travers les itinéraires parfois complexes et tortueux qu'empruntent les mots arabes dans leur voyage vers la langue française.
Les mots et les choses
En effet, l'apport lexical arabe au français se situe en troisième position après l'anglais et l'italien et il est, paradoxalement et étonnamment, cinq fois plus important que l'apport gaulois.
Afin de couvrir ce lexique qui concerne tous les aspects de l'existence, J. Pruvost en a dressé un abécédaire qui va de A comme abricot, algèbre ou alcool, jusqu'à Z comme zénith, zellige ou zéro, en passant, par exemple, par bardot comme Brigitte ; camelot comme certains hommes politiques ; douane que redoutent les trafiquants et les contrebandiers ; épinard dont raffole Popeye ; fatma comme la main et comme la psychiatre franco-tunisienne Fatma Bouvet de la Maisonneuve ; fanfaron comme beaucoup de nos compatriotes et la plupart des Arabes ; guitare, instrument que les intégristes veulent interdire ; gazelle comme la femme que les mêmes intégristes veulent voiler ; hasard qui n'existe pas pour certains et qui pour d'autres s'oppose à nécessité ; houri pour qui les Djihadistes se font exploser en vain puisqu'elle est éternellement jeune et surtout éternellement vierge donc qui ne fait pas l'amour à la grande frustration des autoproclamés martyrs ; imam qui doit se limiter à sa seule compétence, la direction de la prière ; jasmin comme la Révolution et comme l'odeur de ma nostalgie ; jupe, longue ou mini comme le désire la porteuse et non comme veulent l'imposer les moralistes et les ennemis de la vie ; café où la jeunesse tunisienne tue le temps et attend ; luth voir guitare, madrague voir bardot Brigitte ; moka voir kawa ; nénuphar dont une récente réforme de l'orthographe vient de lui faire perdre le ph ; ouate pour atténuer la puissance du haut-parleur qui appelle à la prière de l'aube ; poutargue en souvenir de la Kémia des anciens bars du Passage à Tunis ; quintal, au lecteur de compléter, je ne trouve rien ; le roque, valse entre le roi et la tour mais rien à voir avec le rock ; sucre, sorbet, sirop à éviter pour les diabétiques trop nombreux dans nos contrées; truchement, incroyable transformation de Tourjman ; tarif voir douane ; usnée, varan, uléma, wali , je sèche, je n'ai plus d'inspiration…
L'odyssée des mots
Ces mots viennent en français par différentes voies : les Croisades, les conquêtes arabes, le commerce, le rayonnement de Bagdad, de Damas et surtout de Cordoue, la colonisation, la décolonisation et enfin l'immigration. Par ailleurs, les emprunts peuvent être regroupés en deux types : les emprunts nécessaires qui concerne des objets, des concepts ou tout élément culturel ou civilisationnel inexistant dans la langue qui emprunte : ainsi en est-il de coton, orange, camphre par exemple et l'emprunt de luxe qui vient ajouter une plus-value à l'existant comme baraka, algarade, azimuts, truchement… Signalons enfin que les mots empruntés connaissent deux destins distincts : certains restent tels quels en français, gardant en quelque sorte leur identité comme les humains ainsi en est-il de Hammam, mufti, baraka. D'autres se transforment en s'adaptant à la langue d'accueil et parfois deviennent méconnaissables, ils s'assimilent en quelque sorte toujours comme les humains : amiral, aubergine, nacre…
Livre donc savant et agréable à la fois qui nous rend conscient de ces emprunts qui concernent tous les domaines de la vie et toutes les périodes et qui constituent des traces et des témoignages d'un passé et d'un présent communs.
Livre à la fois savant et savoureux qui administre un magistral démenti à ceux qui nient l'héritage arabe de l'Europe et de la France et qui montre la myopie des puristes de tous bords qui condamnent voire interdisent les mélanges, les métissages et les emprunts de toutes sortes. Il nous rend conscient des
mécanismes d'emprunts, de néologie et de lexicalisation à l'oeuvre dans toute langue et donc dans le parler tunisien et nous donne une idée de ce qu'il sera peut-être un jour : une langue à part entière. D'expression. De création. De culture. De science!
* Nos ancêtres les Arabes : ce que notre langue leur doit, Jean Pruvost, JC Lattès, 2017, 300p, 19€


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.