Affaire Cactus-prod : 10 ans de prison ferme pour Belhassen Trabelsi et 8 ans pour Sami El Fehri    Mohamed Trabelsi : L'Etat n'est pas démissionnaire mais il manque de moyens    Programme TV du mardi 09 mars    Volleyball | Championnat national – Mise à jour des quarts de finale MSB-CSS, demain :    Judo | Grand Slam de Tachkent : Médaille de bronze pour Nihel Cheikhrouhou    En vidéo, le PDL fête la journée des femmes devant le siège de l'Union attribuée au Qaradawi    100 cas du variant anglais au Kef ? Le vrai du faux    La Tunisie classée 6ème mondiale en matière d'égalité du genre    Festival de la Francophonie: Des films du monde du 9 au 21 Mars à la Cité de la Culture Tunis    Les « perroquets » d'Ennahdha s'attaquent à Mohamed Ammar    Bientôt une police de proximité dans toues les communes tunisiennes    Journée internationale des droits des femmes : Pas de société libre sans femmes libres, décrète Kais Saïed    Tunisie-Ligue 2 : Programme de la 7e journée    Boxe : Khouloud Halimi participe au tournoi de Cologne    La Cité sportive de Sfax sera bel et bien réalisée, promet Sihem Ayadi    Hasna Ben Slimane porte-parole du gouvernement    Mohamed Trabelsi : L'Etat a agi avec les moyens du bord !    TUNINDEX AU QUOTIDIEN ZOOM LUNDI 8 MARS 2021    La démission de Rached Ghannouchi rendrait service à la Tunisie selon Ayachi Zammel    Tunisie-Kef: Des membres de la commission des Finances en visite à la Société de Ciment d'Oum El Kelil [photos]    L'UNESCO appelle à l'égalité des genres dans les secteurs culturel et créatif    Incidents du Clasico : La LNFP annonce aujourd'hui son verdict    Tournoi de Dubaï : Ons Jabeur cherche sa 305ème victoire    Ayachi Zammel : 800.000 doses des vaccins russe et chinois arrivent la semaine prochaine    Tunisie-Ministère de la Santé : La nouvelle liste des laboratoires autorisés à réaliser les tests PCR    Tunisie – Coronavirus : Une première quantité des vaccins Spoutnik, sera reçue mardi 09 mars 2021    Pollution au barrage de Sidi Salem : Mechichi veut un rapport dans les 48 heures    En chiens de faïence    Météo | Pluies temporairement orageuses et températures en baisse    Bilan Covid-19 : 313 nouveaux cas et 24 décès en Tunisie    Non, Tunisair ne va pas renoncer à sa position sur le marché international    Bachar Al-Assad et sa femme Asma positifs au Coronavirus    Journée internationale de la femme : Leila Farah Mokaddem, une compétence tunisienne à la BAD    L'ONU demande la fin des arrestations arbitraires    Les manifestants s'opposent toujours aux putschistes en Birmanie    Le Conseil de sécurité de l'ONU en échec sur le Tigré    «I have a dream», quitter le pays    Portraits de femmes ayant bravé la pression de la société    Anis LASSOUED, bio express    Interdiction du voile intégral en Suisse    Enquête de la CPI sur les crimes commis par Israël depuis 2014 : L'intervention de la Cour de La Haye, ligne rouge pour Washington    Eaux usées, déchets et cadavres d'animaux au barrage Sidi Salem : La santé des Tunisiens de nouveau mise en jeu    La comédie musicale "Alice" en avant-première le 13 mars 2021 au Théâtre de l'Opéra    Le festival "Tricky Women" débarque pour la première fois en Tunisie    Tunisie-Tunisair : Un atterrissage d'urgence d'un avion à destination de Lyon    Les indiscrétions d'Elyssa    Les héros de l'opération Ben Guerdane : Le Colonel Mahjoubi, en première ligne    En Tunisie, une parodie de gouvernance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Taoufik Habaieb - Tunisie : La déferlante!
Publié dans Leaders le 29 - 05 - 2019

Ils ont tous le vertige! Sonnés par les intentions de vote à la présidentielle et aux législatives, les partis politiques se réveillent sur un cauchemar qu'ils avaient eux-mêmes fabriqué. Tous exclus des premières positions, ils se tassent de loin en bas des sondages, abasourdis face aux météorites qui s'élancent. Refusant d'y croire, implorant un renversement des tendances, ils n'avaient pas vu venir la déferlante qui risque de les emporter. Et pourtant, ce n'est pas une première, le phénomène Al Aridha Echaabia de Héchemi Hamdi en 2011, à un degré moindre, nous avait pris de court. Cette fois, tous ces signes avant-coureurs sont perceptibles.
Si l'oppression et la malversation ont été les déclencheurs du sursaut libérateur en 2011, ce sont la pauvreté menaçante et les inégalités sans cesse accrues qui tissent la toile de fond des prochains scrutins. En sanction ! Rattrapée par la précarité, la classe moyenne (et même supérieure) a perdu toute confiance en tous ceux qui se sont hissés aux commandes. Au gouvernement, comme à l'Assemblée des représentants du peuple, dans les partis, comme dans leurs satellites. Cette frange la plus large de la société tunisienne est décidée à prendre son destin en main. Ralliée en cela par une très large majorité de Tunisiens au-delà des appartenances politiques et idéologiques, elle entend d'abord sanctionner et en même temps choisir.
Les Tunisiens en souffrent ! L'Etat protecteur n'est plus là pour sauver le peuple. Contre la déliquescence des institutions, l'injustice, l'inégalité, l'abus de pouvoir, les «combinazioné» à l'ARP, l'étiolement de l'administration, le corporatisme dominateur, la dégradation des services publics, la remise en cause des acquis et tant d'autres malheurs, l'Etat a été incapable d'endiguer les flots, d'agir, d'y mettre fin. Au cœur de toutes ces zones d'intoxication, le pouvoir d'achat érodé, la paupérisation devient une réalité menaçante. Ni épargne envisageable pour faire face aux imprévus et ils sont lourds et fréquents. Ni minimum vital sécurisé, le calvaire des familles devient insoutenable.
Avant même le portefeuille, c'est le panier de la ménagère qui votera! Le résultat n'est pas difficile à deviner : «Qu'ils partent tous! Responsables de nos maux, champions de la désinvolture, doublés de prédateurs et d'incompétents, ils ont trahi notre confiance. Ils doivent laisser la place à de nouveaux visages!» D'une même voix, beaucoup de Tunisiens l'affirment haut et fort.
Nul besoin d'habileté diabolique populiste pour susciter ce sentiment, les fractures sont profondes. Ceux qui croient à la manipulation de l'opinion publique, évidemment possible, ignorent l'ampleur de cette lame de fond qui monte en puissance. L'intelligence collective, l'apprentissage de la démocratie à travers cinq scrutins successifs en sept ans ont fait revenir les Tunisiens de leurs illusions. Ils sont désormais déterminés à exercer leur vote. Même s'ils sont tentés d'élire cet automne des candidats pour Carthage, le Bardo et la Kasbah, des têtes en dehors du système établi, quitte à courir l'aventure, ils sont prêts à prendre le risque.
La paupérisation des familles est aussi celle de l'Etat. Depuis 2011, la Tunisie aura perdu près de 150 milliards de dinars, soit une fois et demie son PIB en manque à gagner et nouvelles charges. Phosphate, tourisme, énergie, terrorisme, situation en Libye, dégringolade du dinar, recrutements massifs et clientélistes, emplois de complaisance et service de la dette en sont les principaux facteurs. Ce coût aussi lourd peut également être considéré comme le prix de l'affranchissement de la dictature et de l'accès à la démocratie. A une seule condition, que ce sacrifice fait par le contribuable serve effectivement à la relance économique, la défense du pouvoir d'achat du Tunisien et la réduction des inégalités. On en est bien loin.
Les cinq dernières années auront-elles alors été du pur gâchis? Si des avancées ont été accomplies, les ratages ont été fréquents, aux lourdes conséquences. Au Bardo, les élus de la Nation ne se sont pas tous et complètement acquittés de leur mission. Dans leurs manœuvres et fausses manœuvres, ceux qui sont au gouvernement, dans les partis et certaines organisations nationales n'ont pas fait mieux. L'aggravation est venue des partis, ceux dominants et ceux impuissants. Tous seront sanctionnés, mais ce sera surtout le Tunisien qui paiera la facture la plus chère.
Faut-il se résigner à cette déferlante sans autre perspective? Est-il encore temps d'agir pour l'endiguer? Qui pourrait le faire ? En continuant à commettre les mêmes erreurs, les politiciens ne feront qu'aggraver leur cas et précipiter leur chute. Dans la médiocrité de l'offre politique, l'émergence spectaculaire d'hommes et de femmes d'Etat, reconnus pour leur droiture et leur sens politique, est capable de changer la nouvelle donne, tout au moins limiter les dégâts.
Les cinq prochaines années qui nous attendent seront dures, très dures. Sans amandement de la constitution, sans révision profonde de la loi électorale et sans renouvellement du personnel politique, la Tunisie tombera inéluctablement de Charybde en Scylla. Alors que c'est rattrapable!
Aïd Mabrouk.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.