Echappée belle: Voir Kairouan et… vivre    Portez la chemise blanche et un débardeur avec classe    Mélange d'imprimés et de couleurs: Eviter les faux-pas !    La Presse Magazine du Dimanche 28 février 2021 consultable sur notre site    Ali Chabbouh, ancien attaquant du COT: «La Coupe 1988 a bousillé mon club»    AME: tout ce qu'exige un nourrisson !    Hamma Hammami : « Le mouvement Ennahdha est le seul responsable de la crise que connait le pays »    Tunisie : Le ministère de la Santé autorise la commercialisation du vaccin astrazeneca    Saied : Si les Aghlabides étaient vivants, ils auraient construit de nouveaux bassins    Rached Ghannouchi fait passer un message à ses partisans    Ghannnouchi appelle partis et forces politiques au dialogue    8% des Tunisiens sont satisfaits du rendement de Ghannouchi, selon Emrhod    Les routes fermées suite à la manifestation d'Ennahdha    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Associer à une formation scientifique d'excellence, une ouverture intellectuelle...    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie Telecom meilleure performance du réseau mobile en 2020    AIL : 1194 contrats de leasing reportés sous l'effet Covid hausse des produits de leasing    Si la justice m'était « comptée »...    Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    L'Europe s'inquiète, les USA s'estiment «en avance»    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Covid-19 : Baisse de la pression sur les lits de réanimation et d'oxygène à l'hôpital de La Rabta    Tunisie-Ligue 1 : Classement général avant les matches de la 14ème journée    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Un nouveau système informatique intégré pour la douane tunisienne    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Météo : Un temps brumeux et ciel peu nuageux pour ce week end    Billet: Un univers déconnecté    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Scandale des déchets italiens : Mandat de dépôt à l'encontre de l'avocat de la société importatrice    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    CS Sfaxien : Moncef Khemakhem réélu à la tête du club    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Concours de Miss Tunisie 2021: Le challenge de l'humanitaire    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    En vidéo: In Style With Rym, la nouvelle émission présentée par Rym Saidi    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»
Publié dans Leaders le 22 - 01 - 2021

Par Mahmoud Ben Romdhane - Les Editions Arabesques viennent de publier un ouvrage signé par Mustapha El Haddad sur un sujet tabou et, pourtant, d'une importance exceptionnelle pour notre pays : l'embrigadement de notre jeunesse pour le jihad dans les zones de conflit, l'Irak et, surtout, la Syrie, à partir de 2012.
Ce n'est pas le premier sujet tabou sur lequel Mustapha El Haddad lève le voile : en 2018, dans les mêmes éditions, l'auteur publiait un livre intitulé : Chronique de la violence politique sous la « Troïka » ; de janvier 2012 à décembre 2014.
La caractéristique majeure de ces deux ouvrages est leur rigueur et la posture délibérément « neutre » qu'a choisie l'auteur : une présentation brute des faits et des déclarations des différentes sources pertinentes, sans commentaires. Pour laisser au lecteur le soin d'en tirer ses propres conclusions.
L'embrigadement des jeunes pour le Jihad traite d'UNE question qui figure dans la page de couverture du livre, et qui montre la Tunisie premier pourvoyeur mondial de combattants en Syrie et en Irak. Le ton n'est pas dénonciatoire ; il est froid. Mais il est d'une richesse et d'une précision qui confinent à l'exhaustivité et une source d'informations sans pareille pour ce qui touche à ce phénomène du jihad tunisien.
Cinq chapitres structurent cet ouvrage de 240 pages:
• Combien sont-ils, depuis quand et où vont-ils ? (Chapitre I)
• Qui sont-ils et quelles sont leurs motivations ? (Chapitre II)
• Comment fonctionnent les réseaux d'embrigadement de ces jihadistes ? (Chapitre III)
• Quelles sont les forces en présence dans le conflit syrien et quels en sont les enjeux ? (Chapitre IV)
• Comment ce phénomène d'embrigadement est-il géré par les autorités tunisiennes ? (Chapitre V).
Pratiquement toutes les sources concordent : les Tunisiens sont les jihadistes les plus nombreux : entre 5 mille et 7 mille selon les sources et selon les moments. Pourquoi ? Aucun facteur ne les prédispose par rapport aux jeunesses des autres pays, bien au contraire ; c'est pourquoi le sous-titre du livre est intitulé « Le paradoxe tunisien ».
Alors, pourquoi ? L'auteur ne se vêtit de l'habit démonstratif, mais au fil des pages et des faits, le lecteur comprend que la Tunisie réunit ; nous dirions est le seul pays à réunir, toutes les conditions nécessaires, pour donner essor à ce phénomène : la mise en place d'un réseau de recrutement à travers des centaines de cercles, de mosquées, de cafés et de réseaux sociaux ; l'invitation de grands prédicateurs étrangers d'inspiration wahabite ou/et appartenant au mouvement des Frères musulmans, souvent reçus en grande pompe pour faire des discours devant des foules de plusieurs milliers (voire dizaines de milliers) les incitant au « jihad » (le départ vers la Syrie) ; l'organisation d'un réseau d'encadrement, de convoyage et de prise en charge matérielle des nouvelles recrues par des centaines d'associations dites «caritatives » financées par Qatar ; un réseau de camps d'entraînement et d'initiation au combat ; une prise en charge matérielle des nouvelles recrues depuis leur départ de Tunis, leur atterrissage dans les aéroports turcs et, de là, leur transport vers les zones de combat ; des ressources financières considérables.
Tout cela est documenté avec précision, à partir de diverses sources crédibles.
Les terroristes tunisiens ne limitent pas leur champ d'opération à l'Irak et à la Syrie ; on les retrouve dans les très grandes opérations terroristes qui ensanglantent l'Europe. Face à chaque opération de cette nature, l'opinion tunisienne a la main sur le cœur : « Pourvu que ce ne soit pas encore un Tunisien ! ». Ils sont, désormais, tout près de nous : selon les statistiques les plus crédibles, le nombre de mercenaires tunisiens employés par la Turquie, aujourd'hui déployés à nos frontières libyennes est compris entre deux mille et trois mille.
Dans L'embrigadement des Jeunes pour le Jihad », nous trouvons les éclairages nécessaires à la compréhension de ce fléau et, en filigrane, les acteurs qui sont derrière.
Cet ouvrage de Mustapha El Haddad et celui qui le précède -Chronique de la violence politique sous la « Troïka »- constituent, avec l'ouvrage de Jean Fontaine « Du côté des salafistes », publié aux mêmes éditions, l'une des pièces fondamentales de la mémoire de la Tunisie des dix dernières années. Il faut en rendre hommage à l'auteur, à sa rigueur et à son courage.
Mahmoud Ben Romdhane
Membre de l'Académie tunisienne Beyt al-Hikma


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.