Tunisie : Vers un renforcement de la coopération entre l'Intérieur et la Justice    Tunisie – Union européenne : Entretien téléphonique Saïed-Borrell    Indian Wells: Ons Jabeur perd sa demie finale contre Paula Badosa    Foot – Programme TV des championnats européens    Business du Foot : Gianni Infantino persiste et signe pour un "Mondial biennal"    Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de Samedi    Arabie Saoudite: La grande mosquée de la Mecque fonctionnera à pleine capacité à partir de cette date    Prévisions météo pour ce samedi    Fête du Mouled: Démarrage de la 4ème édition du festival à Kairouan    Le nouvel ambassadeur de Tunisie à Stockholm, Riadh Ben Slimane: Une attention royale    Entretien entre Kaïs Saïed et Josep Borrell    Tunisie : Nouvelles nominations au sein du MJS    Le nouveau gouvernement appelé à donner au secteur agricole et de la pêche la priorité absolue (UTAP)    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Tunisie – Najla Bouden se réunit avec les membres de son gouvernement    Tunisie – Moncef Marzouki sous le coup d'une enquête judiciaire    Bilan - Covid-19 : 131 nouveaux cas et cinq décès le 14 octobre    Les membres du Grand Jury des JCC    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Abir Moussi interdite d'accéder au carré des martyrs à Bizerte    Covid-19 : L'Allemagne retire la Tunisie de la liste des pays à haut risque    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Revue de la semaine du 8 au 15 octobre 2021: Premier conseil des ministres après la formation du gouvernement    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled        Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Entreprises publiques- L'Etat est un mauvais gestionnaire selon Moez Joudi    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Hichem Ajbouni- Le scénario libanais s'approche à grands pas    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Oscar 2022 : Le film Tunisien "Fartattou Dhehab" de Abdelhamid Bouchnak en lice pour le meilleur film international    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Nouvelle secousse sismique à Béjà    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'avarie du sel
Publié dans Leaders le 22 - 01 - 2011

Pourquoi la rue continue-t-elle à presser le gouvernement et pourquoi celui-ci continue-t-il à concéder en donnant l'impression qu'il est en train de gravir une échelle dont les marches tombent sous ses pieds les unes après les autres jusqu'à peut être une chute finale programmée. C'est que le peuple Tunisien n'a plus aucune confiance dans son sel, c'est-à-dire l'élite politique et intellectuelle qui l'a gouverné depuis plus de deux décennies. Agent de conservation par excellence, le sel peut-il être avarié ? Oui, mais l'idée n'est pas de moi c'est ce qu'écrivit il y a plus de mille ans l'historien maghrébin Ibn Idhari Al Marrakchi à propos des débâcles des musulmans en Andalousie « le malheur des sociétés provient de l'avarie de son sel : les princes et les oulemas, leur cupidité, leur corruption et leur manque de courage sont la cause de leur décadence et de leur déperdition »
Conformément à cette pensée, le bilan est aujourd'hui en Tunisie catastrophique : faillite du système politique, difficultés économiques, crise sociale et morale. Cela suffit pour expliquer l'impopularité de tout ce qui a trait au régime déchu de Ben Ali. Et l'absence de confiance dans ce qui reste comme personnel politique et institutions. Si la situation perdure ainsi, il y a fort à parier qu'il y a risque d'une chute lamentable de tout le pays.
Et pourtant la liberté n'a pas de prix et la démocratie a ses exigences, le peuple Tunisien doit maintenant puiser dans le fin fond de sa sagesse de son intelligence et de sa tolérance pour s'adapter à la situation qu'il vient de créer et à commencer l'œuvre de reconstruction. Par où commencer ? Et dans quel sens ? Il est suggéré à ce niveau de commencer par observer attentivement notre urbanisme, notre manière de circuler et de faire les échanges. Et c'est à ce niveau qu'on va découvrir nos insuffisances matérielles, morales et organisationnelles. Ne dit on pas que l'urbanisme est la projection de la société dans l'espace ?
Commençons par le soft, c'est-à-dire par la culture et le système des valeurs. L'égoïsme, l'individualisme, l'opportunisme et la cupidité doivent être bannis à jamais et notamment chez les hommes politiques qui, en montrant l'exemple, amèneront le peuple à les imiter. En nous enrichissant de ces valeurs nous serons capables de les donner. Les citoyens qui ont retrouvé la liberté doivent être toujours engagés et solidaires pour ce conformer aux lois et résister à l'oppression. L'ordre et la liberté n'avancent que par un tel comportement.
Limiter les pouvoirs du Président de la République
Quant au système politique qui devrait faire fonctionner l'Etat et la société, il faut s'accorder qu'il n'y a pas de système idéal. La démocratie parlementaire tant souhaitée au passé et au présent exige de vrais partis politiques pouvant se relayer sur le gouvernement et l'opposition. Les avons-nous à l'heure actuelle ou dans un avenir proche ? Toute la question est là. Pour être efficace on ne peut être que progressif. La réforme du système présidentiel en limitant les pouvoirs du président de la république et en renforçant les institutions de contrôle et de sanction paraît plus indiquée pour permettre un fonctionnement normal des institutions de l'Etat.
Mais là où la Tunisie a le plus besoin de réformes, c'est au niveau territorial, c'est de son ventre mou qu'est parti la révolution et c'est de là que la réforme des collectivités territoriales et locales s'impose en urgence pour les doter de plus de compétences, de moyens et de ressources humaines permettant d'atteindre une véritable décentralisation impliquant les citoyens et renforçant les complémentarités entre les gouvernorats. Contrairement au découpage régional adopté jusqu'à présent et qui part du nord au sud, il est proposé que l'on adopte un découpage régional plus conforme aux étages bioclimatiques de la Tunisie c'est-à-dire allant de l'est vers l'ouest. De même, les deux grands chantiers à engager, concernent l'administration publique et les systèmes d'éducation, de formation et de culture. Voilà pour ce qui est du soft.
Pour ce qui est du hard c'est-à-dire de l'économie, le bilan des dernières années a montré les limites de l'ouverture à la mondialisation à laquelle nous n'avons apporté que notre demande, notre offre à cette mondialisation est demeurée limitée. C'est à ce niveau que nous devons redoubler d'efforts pour engager nos systèmes de production et améliorer notre compétitivité pour espérer le renforcement de nos équilibres globaux et reconquérir la confiance de nos partenaires et de nos clients.
Vaste programme s'il en est. Notre sel, débarrassé de ses avaries, et retrouvant le brillant de son cristal est à même de relever avec la participation engagée et résolue du peuple Tunisien ces véritables défis.
Adel Kamoun, militant nationaliste


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.