Football | L'Espérance Sportive de Tunis remporte la Super Coupe de Tunisie    Est-il possible de réguler les réseaux sociaux?    Supercoupe: L'Espérance Sportive de Tunis remporte le titre devant le Club Sportif Sfaxien grâce aux tirs au but    Tunisie | « La situation de la pandémie liée à la coronavirus pourrait s'aggraver d'ici un mois … »    L'EST remporte le Trophée de la Super-Coupe tunisienne de football 2020 aux tirs au but face au Club Sportif Sfaxien    Covid-19 | Le Président de la République ordonne la mise en place, dimanche, d'un laboratoire d'analyse à Sidi Bouzid    Super-Coupe de Tunisie de Football EST vs CSS : Nissaf Ben Alaya donne le coup d'envoi du match en tirant sur le ballon    Tunisie – Pour son premier test Mechichi devra trancher entre l'Etat de droit et l'état de non-Etat    Ouverture du 5E Congrès du SNJT: Les droits des journalistes, un fondement de la liberté de la presse    La FTDJ accuse le gouvernement Fakhfakh de vengeance: A-t-on vraiment sanctionné les médias ?    Marseille (OM) vs (LOSC) Lille en direct et live streaming : comment regarder le match ?    Programme TV du dimanche 20 septembre    EST: Vaincre et plaire    CSS: Un deuxième objectif à réaliser    Programme TV du samedi 19 septembre    Le PDL organise une marche contre le terrorisme: Moussi épingle Ennahdha et promet des dossiers à Mechichi    Région du Proche-Orient et Afrique du Nord — Pandémie de la Covid-19: Main dans la main vers un avenir alimentaire durable    REPORTAGE — Transports en commun: Un protocole sanitaire difficilement respecté    A paraître aux éditions Cérès: «Hamed Karoui, une vie en politique»    Mes odyssées en Méditerranée – Festivaletteratura : Tunis, "Une ville en livres"    Kamel Chaabouni: Et si la Tunisie adhérait à l'union des Etats-Unis d'Amérique !    Tunisie: 35 nouvelles infections au coronavirus dont 10 pour le personnel de santé à Jendouba    Météo: Prévisions pour dimanche 20 septembre 2020    DERNIERE MINUTE – Coronavirus – Etats-Unis : Plus de 200.000 morts    L'écrivain italo-tunisien Alfonso Campisi décoré par le président Matarella    Commission européenne : Nouvelles sanctions en vue contre les Gafa    Ammar Mahjoubi: pourquoi le mot manichéisme a-t-il une connotation péjorative ?    Mohamed Larbi Bouguerra: -Deal- du Siècle ou cynisme ehonté ?    Précision de la Banque mondiale à propos d'un article sur le financement des entreprises en Tunisie    L'UGTT œuvrera pour l'amélioration des conditions de travail des journalistes    Russes et Turcs proches d'un accord sur la Libye    «Entraîner le Real Madrid, c'est mon rêve !»    Le niet du Hezbollah et du mouvement Amal    L'ONU tire la sonnette d'alarme sur l'aide humanitaire    «Don Quichotte...» à l'ouverture de la saison du théâtre    Amour, bonheur et... ennui    Les «Amis Artistes» vus par Hechmi KHALLADI    La Russie salut la décision libyenne de reprendre le commerce du pétrole    2000 migrants irréguliers algériens sont entrés en Espagne depuis le début de 2020    Ces jeunes nouveaux magistrats du Tribunal administratif    Covid-19 : 540 nouveaux cas de contamination    La Tunisie engagée dans la lutte contre l'appauvrissement de la couche d'ozone    Le ministère de la Santé actualise l'état de la situation épidémiologique dans tous les gouvernorats à la date du 16 Septembre    Les nouvelles du marché boursier    Investissements directs étrangers : Une dynamique recrudescente    En Tunisie, le secteur informel compte 1,5 million de travailleurs (INS)    Exposition/Confinement/Coronavirus : Trois pièces archéologiques tunisiennes retrouvent le sol tunisien    Libye: Haftar annonce la reprise de la production et de l'exportation du pétrole après 7 mois de blocus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Démocratiser le Jazz
Publié dans Leaders le 08 - 04 - 2009

Slim Abida, illustre bassiste a décidé de mettre sur pied une formation musicale visant à braver les frontières qui existe entre les jeunes tunisiens et le Jazz. Longtemps considéré comme une musique élitiste, le Jazz s'est retrouvé fort loin de la jeunesse tunisienne. Chose qui n'a pas échappé à Slim.
Ouvert sur toutes les musiques, Slim Abida est un vrai caméléon musical. Jouant du métal, du reggae, du gnawi, du Jazz et bien d'autres styles, il arrive à se mouvoir dans le cercle fermé des artistes confirmés. La preuve en est qu'il collaborera avec Nabil Khmir, Habib Samandi et l'illustre Fawzi Chekili: « je vois dans toutes ces expériences que ce soit le métal, le jazz ou autres des nouvelles perspectives musicales, de nouvelles techniques à acquérir, de nouveaux sons. Et je m'en nourris. »
Précurseur en matière de rock, il a été l'un des premiers fondateurs de groupe de black métal en Tunisie. En 97, il piochera dans les œuvres de Stephen King et nommera son groupe « Gorthol ». Quelques années après, il montera un autre groupe, toujours dans le même genre qui se fera connaitre sous le nom de Melmoth. Cette formation sera l'un des groupes les plus connus de la scène black métal tunisienne et sera également le premier groupe tunisien à jouer hors des frontières locales à savoir au Maroc et en Algérie. La qualité musicale de ce groupe fit l'unanimité parmi les experts en la matière mais il finira par être dissout. C'est là que Slim pourra se donner à 100% dans un autre projet créé avec Halim Yousfi qui portera le nom de « Soul Bowl Vibration » avant de porter le nom sous lequel tout le monde le connait aujourd'hui: « Gul trah sound system ». Cette formation n'aura rien à voir avec les précédentes.
Une fusion de Gnawi, de Chaabi, de Dub et de reggae
Au sein de ce groupe Slim jouera une musique tout à fait différente ; une fusion de Gnawi, de châabi, de dub et de reggae. Le groupe rencontrera un franc succès auprès du public tunisien et multipliera les apparitions sur scène un peu partout en Tunisie.
Mais le nouveau-né parmi les projets de ce bassiste hors pair, c'est « Jazz Oil ». Après 13 ans de basse, Slim Abida ne s'est toujours pas résolu au fait que la basse n'est qu'un instrument d'accompagnement. « Iil s'agit ici d'une nouvelle mise en évidence de la basse pour montrer un autre visage de cet instrument ». Partant du principe que la basse est un instrument à part entière, un instrument de composition, un instrument qui puisse jouer les premiers plans, il monte ce « Ce projet qui tourne, certes, autour de la basse, mais qui ne dénigre pas pour autant les autres instruments. ». Il tentera donc de tirer le public vers le Jazz, d'aller le chercher là ou il est, car « c'est à l'artiste d'aller vers le public et non pas le contraire ».
C'est également dans l'optique de pousser les novices, les jeunes apprentis bassistes à découvrir leur instrument sous un nouveau jour et à en repousser les limites à leur tour.
Une révolution musicale?
C'est donc avec des amis qu'il mettra sur pied ce qui pourrait être une révolution musicale. Entouré d'une brochette de musiciens très talentueux et d'univers différents, il compte démocratiser le Jazz, qui a longtemps été loin des jeunes. Jihed à la guitare, Tarek à la batterie, Nidhal au Kanoun, Paco aux percussions, et Wissem au clavier, constituent, avec Slim, le noyau dur du groupe. Noyau dur autour duquel gravitent des invités comme la chanteuse Amira Chebli.
« Nous faisons du Jazz fusion… dans notre musique, on incorpore des touches tunisiennes, du funk et plusieurs autres sonorités musicales diverses. » et c'est cette musique qui figurera dans l'album en cours d'enregistrement et qui apparaîtra sous le titre de « Humanity ». Le choix de ce titre n'est pas dû au hasard, car la thématique de l'album est l'être humain dans tous ces états. La musique dresse donc un portrait de l'humain dans différents états d'âmes. L'album comportera 7 titres exclusivement instrumentaux. Les titres oscilleront entre Heavy Jazz et funk. « La musique est une pâte à modeler, c'est à l'artiste d'en faire ce qu'il souhaite. Il faut juste casser les frontières entre les différents styles et arriver à les concilier. » Bien que les paroles soient absentes des titres présents sur l'album, on arrive à ressentir le message qu'elle véhicule. Le titre « stranger » est le portrait d'un Homme étranger dans son propre monde, dans son propre quotidien. « Crazy » est plus moraliste, il montre au monde que les fous ne sont pas ceux que l'on croit, mais ceux qui ont oublié les plaisirs de la vie et qui se laissent engloutir par la superficialité. Tous les titres de l'album sont un cri, non pas un cri de détresse mais un cri d'espoir.
Une fois l'album enregistré, le groupe partira dans une tournée promotionnelle locale, visant à élargir le public et à toucher un grand nombre de personnes. « Notre but n'est pas lucratif, ce qu'on veut dans un premier temps c'est démocratiser cette musique et faire passer un message. » L'album sera, certes, vendu mais il sera en téléchargement gratuit sur le site : www.myspace.com/jazzoilmastergroove. Avis aux amateurs!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.