Grèce | Championnat méditerranéen de Handball d'Athènes 2020: l'équipe de Tunisie U17 bat la Turquie (18-16)    Suite à un incendie sans grands dégâts, Tarak Ben Ammar : les studios Carthago sont opérationnels    Un camion arrêté à Sfax avec 34 subsahariens qui tentaient de passer les frontières    Total Tunisie « Elu Service Client de l'Année 2020 »    Composition du gouvernement avant le retrait d'Ennahdha : 29 ministres et deux secrétaires d'Etat    Youssef Chahed rencontre le Président du Parlement Rached Khériji Ghannouchi    Alloués au PNUD et à l'UNICEF : Fonds japonais pour des projets en Tunisie    L'hommage rendu par Elie Trabelsi à son frère René !    Avec la participation de 42 entreprises : La Tunisie au salon Gulfood de Dubaï    Retour au centre-ville    La Basketball Africa League annonce les 12 équipes qui s'affronteront lors de la Saison Inaugurale, dont l'US Monastir    TOPNET soutient les entrepreneurs au salon Riyeda    Huawei Y 6 s plus est grand, plus est meilleur    Salon Expo Finances 2020 : L'APTBEF relève le défi, les banques se réinventent par le digital    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    L'Union du Maghreb arabe soutient le projet d'une chaîne maghrébine d'info basée à Tunis : Maghreb News TV    Santé : 9 Libyens revenant de Chine resteront en isolement pendant 14j en Tunisie avant de retourner à leur pays    Ennahdha change la donne… Explication de l'article 89 sur lequel elle se base    Mustapha Kamel Nabli: Abdelwaheb Mahjoub, mon ami de toujours (Album Photos)    Elyes Fakhfakh rencontre Youssef Chahed    La Société de Promotion du Lac de Tunis lance un appel d'offres : La Perle du Lac    Les impasses constitutionnelles en Tunisie post 2019 : Colloque ce jeudi 20 février à la Faculté des Sciences juridiques    Boxe avec les Etoiles – Galaoui … honore la Tunisie    Mohamed Hamdi proposé comme ministre de l'Education, qu'en pense le syndicat ?    Démantèlement d'un réseau de fraude de visas    Virée cauchemardesque à Djerba à cause d'un chauffeur de bus en état d'ébriété    Oussama Ben Salem (Ennahdha) dévoile le surprenant scénario à mettre en oeuvre dès ce lundi    La 2 ème édition de SMART Industrie sous le thème «Industrie 4.0 en Tunisie…Une transition en route »    Leaders El Arabya fête son 50e numéro    Météo : temps stable    Tebboune : les visites officielles se feront désormais en bus    Tunisie-ligue 1 (J15): les matches de ce dimanche et programme TV    Grands-parents: les papis et les mamies chantent et dansent    Avant-première de «Mamou & Chehyma» avec Kamel Touati, Slah Msadek et Lassaâd Ben Abdallah: un trio de choc !    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Plongez dans la biographie de l'inégalable artiste-peintre-caricaturiste tunisien si Abdelhamid Hanafi    Tunisie-Ligue 1: le classement général avant les matches de la 15è journée    Pas de mariage pour tous en Russie tant que Poutine est président    Exposition Silhouettes du 15 au 29 février à la Galerie d'Art Alexandre Roubtzoff    RENCONTRE-DEDICACE : « Hend, le prince de Djerdjer » par l'auteur IZA LOU, Librairie Al Kitab Tunis    Supercoupe d'Afrique | EST-Ezzamalek ( 1-3) : La malédiction se poursuit…    « La TUNISIENNE GAZELLE RUN » : Course pédestre 100% féminine organisée à TUNIS pour la première fois – Au bonheur des dames !    Programme TV du samedi 15 février    L'alpiniste tunisien Anis Trimeche au sommet de l'Aconcagua    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    Le festival international des échecs du 15 au 24 février 2020 à Djerba    Les extrémistes terrorisaient les habitants : Opération de ratissage près de Ghardimaou    Libye: Le Conseil de sécurité adopte une résolution sur un cessez-le feu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Démocratiser le Jazz
Publié dans Leaders le 08 - 04 - 2009

Slim Abida, illustre bassiste a décidé de mettre sur pied une formation musicale visant à braver les frontières qui existe entre les jeunes tunisiens et le Jazz. Longtemps considéré comme une musique élitiste, le Jazz s'est retrouvé fort loin de la jeunesse tunisienne. Chose qui n'a pas échappé à Slim.
Ouvert sur toutes les musiques, Slim Abida est un vrai caméléon musical. Jouant du métal, du reggae, du gnawi, du Jazz et bien d'autres styles, il arrive à se mouvoir dans le cercle fermé des artistes confirmés. La preuve en est qu'il collaborera avec Nabil Khmir, Habib Samandi et l'illustre Fawzi Chekili: « je vois dans toutes ces expériences que ce soit le métal, le jazz ou autres des nouvelles perspectives musicales, de nouvelles techniques à acquérir, de nouveaux sons. Et je m'en nourris. »
Précurseur en matière de rock, il a été l'un des premiers fondateurs de groupe de black métal en Tunisie. En 97, il piochera dans les œuvres de Stephen King et nommera son groupe « Gorthol ». Quelques années après, il montera un autre groupe, toujours dans le même genre qui se fera connaitre sous le nom de Melmoth. Cette formation sera l'un des groupes les plus connus de la scène black métal tunisienne et sera également le premier groupe tunisien à jouer hors des frontières locales à savoir au Maroc et en Algérie. La qualité musicale de ce groupe fit l'unanimité parmi les experts en la matière mais il finira par être dissout. C'est là que Slim pourra se donner à 100% dans un autre projet créé avec Halim Yousfi qui portera le nom de « Soul Bowl Vibration » avant de porter le nom sous lequel tout le monde le connait aujourd'hui: « Gul trah sound system ». Cette formation n'aura rien à voir avec les précédentes.
Une fusion de Gnawi, de Chaabi, de Dub et de reggae
Au sein de ce groupe Slim jouera une musique tout à fait différente ; une fusion de Gnawi, de châabi, de dub et de reggae. Le groupe rencontrera un franc succès auprès du public tunisien et multipliera les apparitions sur scène un peu partout en Tunisie.
Mais le nouveau-né parmi les projets de ce bassiste hors pair, c'est « Jazz Oil ». Après 13 ans de basse, Slim Abida ne s'est toujours pas résolu au fait que la basse n'est qu'un instrument d'accompagnement. « Iil s'agit ici d'une nouvelle mise en évidence de la basse pour montrer un autre visage de cet instrument ». Partant du principe que la basse est un instrument à part entière, un instrument de composition, un instrument qui puisse jouer les premiers plans, il monte ce « Ce projet qui tourne, certes, autour de la basse, mais qui ne dénigre pas pour autant les autres instruments. ». Il tentera donc de tirer le public vers le Jazz, d'aller le chercher là ou il est, car « c'est à l'artiste d'aller vers le public et non pas le contraire ».
C'est également dans l'optique de pousser les novices, les jeunes apprentis bassistes à découvrir leur instrument sous un nouveau jour et à en repousser les limites à leur tour.
Une révolution musicale?
C'est donc avec des amis qu'il mettra sur pied ce qui pourrait être une révolution musicale. Entouré d'une brochette de musiciens très talentueux et d'univers différents, il compte démocratiser le Jazz, qui a longtemps été loin des jeunes. Jihed à la guitare, Tarek à la batterie, Nidhal au Kanoun, Paco aux percussions, et Wissem au clavier, constituent, avec Slim, le noyau dur du groupe. Noyau dur autour duquel gravitent des invités comme la chanteuse Amira Chebli.
« Nous faisons du Jazz fusion… dans notre musique, on incorpore des touches tunisiennes, du funk et plusieurs autres sonorités musicales diverses. » et c'est cette musique qui figurera dans l'album en cours d'enregistrement et qui apparaîtra sous le titre de « Humanity ». Le choix de ce titre n'est pas dû au hasard, car la thématique de l'album est l'être humain dans tous ces états. La musique dresse donc un portrait de l'humain dans différents états d'âmes. L'album comportera 7 titres exclusivement instrumentaux. Les titres oscilleront entre Heavy Jazz et funk. « La musique est une pâte à modeler, c'est à l'artiste d'en faire ce qu'il souhaite. Il faut juste casser les frontières entre les différents styles et arriver à les concilier. » Bien que les paroles soient absentes des titres présents sur l'album, on arrive à ressentir le message qu'elle véhicule. Le titre « stranger » est le portrait d'un Homme étranger dans son propre monde, dans son propre quotidien. « Crazy » est plus moraliste, il montre au monde que les fous ne sont pas ceux que l'on croit, mais ceux qui ont oublié les plaisirs de la vie et qui se laissent engloutir par la superficialité. Tous les titres de l'album sont un cri, non pas un cri de détresse mais un cri d'espoir.
Une fois l'album enregistré, le groupe partira dans une tournée promotionnelle locale, visant à élargir le public et à toucher un grand nombre de personnes. « Notre but n'est pas lucratif, ce qu'on veut dans un premier temps c'est démocratiser cette musique et faire passer un message. » L'album sera, certes, vendu mais il sera en téléchargement gratuit sur le site : www.myspace.com/jazzoilmastergroove. Avis aux amateurs!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.