AFI : Lancement d'une consultation pour assurer l'accessibilité à la zone industrielle, de Jaâfar Raoued et à la résidence pilote "Raoued City Center"    Tunisie : Les jeunes médecins en grève de 2 jours    Béja | Covid-19 : Le taux de guérison a dépassé 98%    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Tunisie | Soldes d'hiver 2021: Un bilan négatif    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    COVID-19 : 651 nouvelles contaminations et 32 décès recensés le 26 février 2021    Mémoires: Dalila BLANCO    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Ligue 1 — Cet après-midi le classico (Mise à jour de la 6e journée) et deuxième manche de la 14e journée: Un hors-série qui vole la vedette !    Les plaies toujours ouvertes    NEWS: L'affaire Belkhiter    Mélange d'imprimés et de couleurs: Eviter les faux-pas !    Echappée belle: Voir Kairouan et… vivre    AME: tout ce qu'exige un nourrisson !    Ali Chabbouh, ancien attaquant du COT: «La Coupe 1988 a bousillé mon club»    Portez la chemise blanche et un débardeur avec classe    Tunisie : Le ministère de la Santé autorise la commercialisation du vaccin astrazeneca    8% des Tunisiens sont satisfaits du rendement de Ghannouchi, selon Emrhod    Les routes fermées suite à la manifestation d'Ennahdha    Hamma Hammami : à bas le système    Ghannouchi au parti travailliste : rejoignez-nous pour unifier le peuple tunisien    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Si la justice m'était « comptée »...    Associer à une formation scientifique d'excellence, une ouverture intellectuelle...    Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    L'Europe s'inquiète, les USA s'estiment «en avance»    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie Telecom meilleure performance du réseau mobile en 2020    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel à une grève des enseignants universitaires jeudi 23 février
Publié dans Le Temps le 15 - 02 - 2017

L'Union des enseignants chercheurs universitaires tunisiens (IJABA, d'après son nom en arabe), formation syndicale indépendante créée en 2011 et se prévalant de quelques mille adhérents, a appelé les professeurs et enseignants universitaires à observer une grève dite « grève de la dignité », jeudi 23 février, dans l'ensemble des établissements d'enseignement supérieur et de recherche scientifique du pays, pour « la réhabilitation de l'Université étatique tunisienne et de l'enseignant universitaire. »
Lors d'un point de presse tenu, hier à Tunis, le coordinateur de cette Union, Nejmeddine Jouida, et le coordinateur adjoint, Ziad Ben Amor, ont expliqué que ce mouvement a été décidé suite à un sondage en ligne dans lequel « les universitaires en colère se sont exprimés en faveur d'actions pour faire valoir leurs droits et remédier, au plus vite, à la dégradation croissante de la situation de l'Université tunisienne. »
Passant en revue les nombreux problèmes auxquels fait face le secteur public de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, ils ont mentionné l'inexistence de réformes de fond, la marginalisation totale de la recherche scientifique, l'infrastructure vieillissante et modeste, un budget de fonctionnement réduit, le départ à l'étranger de milliers d'universitaires et le blocage de nouveaux recrutements en dépit d'un faible taux d'encadrement et de centaines de docteurs sans emploi.
Ils ont évoqué, également, « la difficile situation matérielle des enseignants universitaires qui a empiré, ont-ils dit, en raison des mesures prises à leur détriment par l'autorité de tutelle représentée par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, et le gouvernement, et qui se sont traduites par une large amputation de leurs salaires (suite à la révision du barème fiscal), outre la mauvaise réglementation des primes d'encadrement qui a privilégié la quantité aux dépens de la qualité de sorte que des professeurs ont renoncé à encadrer les thèses des étudiants (doctorat, master, projets de fin d'études des écoles d'ingénieurs...)
Le coordinateur de l'Union a insisté sur les effets négatifs de cette ambiance démoralisante sur les enseignants, notant que plus de 3000 universitaires sur les quelques 13 000 que compte le pays, sont partis enseigner à l'étranger, notamment dans les pays arabes du Golfe mais aussi dans les pays occidentaux, tandis que des centaines de titulaires de doctorat dans les différentes disciplines et de jeunes chercheurs sont au chômage. Il a dénoncé une volonté manifeste de marginaliser l'enseignement supérieur public, à l'instar de la marginalisation dont est victime le secteur public de la santé, au moment où l'enseignement supérieur a été depuis l'indépendance le principal ascenseur social pour les tunisiens, outre son rôle en matière de développement en pourvoyant le pays des cadres dont il a besoin.
S'agissant des revendications que la grève vise à faire aboutir, il a signalé, entre autres, l'intégration de la prime d'encadrement et de recherche dans le salaire, la revalorisation de la prime d'encadrement, l'institution d'une prime de motivation pour chaque publication (travail de recherche publié dans les revues internationales indexées), l'augmentation du montant des heures supplémentaires à 50 dinars de l'heure, contre 11 dinars actuellement, alors que le montant de l'heure supplémentaire pour l'instituteur et le professeur du secondaire atteint 14 dinars, la revalorisation des primes de fonction, et l'ouverture de postes de recrutement pour les jeunes chercheurs et les docteurs au chômage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.