Analyses négatives pour 86 personnes ayant contacté le cas contaminé à Ouchtata    Ce que l'on sait de la rencontre entre Noureddine Erray et Patrice Bergamini    Houssem Habbassi avec le groupe    Les médecins privés reviennent à de meilleurs sentiments    Land'Or décide de distribuer un dividende de 0,180 dinars par action    Mercato : Achraf Hakimi (Real Madrid) signe à l'Inter Milan (Officiel)    Tout le monde contre le projet    La passion amoureuse loin du qu'en dira-t-on    Hausse des températures : Les recommandations du ministère de la Santé    Cin'étoiles d'été : Projections de films récents par l'IFT à Tunis, Sousse et Sfax (Programme)    Istanbul : basilique Sainte-Sophie peut redevenir une mosquée d'ici 15 juillet    Tennis : Novak Djokovic testé négatif au coronavirus    2,7 milliards de dinars de déficit budgétaire    Le navire « Tanit » de la CTN, quitte la Tunisie sans voyageurs et y retourne avec 2000 passagers    Le ministère des Finances invite les contribuables à utiliser le système de télédéclaration et de télépaiement    Lutte contre la Covid-19 : Alwaleed Philanthropies au secours de 10 pays africains    Suspicion d'abus et de corruption : 7 anciens et actuels cadres de Tunisair en garde à vue    Lancée prochainement par le collectif Soumoud : Consultation sur la révision du système électoral    Municipalité de Tunis : Parachèvement des procédures relatives à la réalisation de deux projets importants    Covid-19 : 2 années de croissance de perdues en matière de monétique    Espérance de Tunis : Tayeb Meziani sur le départ    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 2 juillet à 11H00    FARK : Néziha ZAOUALI    CONDOLEANCES : Halima ABDESSALEM    Tunisie: Une Candidate infectée par coronavirus passe les examens de la neuvième depuis le centre de quarantaine à Monastir    Tunisie : La coordination d'El Kamour refuse les récentes décisions gouvernementales et menace d'escalade    Tunisie: Nouvelle opération d'immigration clandestine déjouée à Sfax    Israël Palestine : A-t-on enterré la paix ?    Réouverture de l'hôtel THE PEARL à Sousse    Le ministère de la santé veille sur l'actualisation permanente de la classification des pays selon le niveau de risque épidémique    Météo : persistance du temps chaud    Danemark : distances non respectées, la finale de la Coupe brièvement arrêtée    « Samsam» de Tanguy de Kermel actuellement dans les salles : La part belle au cinéma d'animation    Poursuite de la baisse des cours mondiaux du pétrole brut sous l'impact de la crise du Covid-19    Report du festival de la chanson tunisienne à 2021    Grève de 3 jours dans toutes les compagnies pétrolières à Tataouine    Tunisie : Les vols de rapatriement programmés ce jeudi    Noureddine Erray se félicite de l'adoption par le Conseil de sécurité de l'ONU du projet tuniso-français sur la lutte contre la Covid-19    Nouveau partenariat entre le MAMC et deux institutions culturelles publiques    Le plus grand franchisé américain de Pizza Hut dépose le bilan sous le chapitre 11    La France et ses alliés sahéliens tiennent sommet à Nouakchott    Cinq ans de prison pour l'anthropologue franco-iranienne    Le Film palestinien "It Must be Heaven" d'Elia Suleiman projeté en Tunisie (B.A. & Synopsis)    Personne ne peut prétendre détenir la solution militaire ou politique pour apaiser la Libye    Chiraz Laatiri, ministre des affaires culturelles, à La Presse : «Le zonage pour assurer le bon déroulement des festivals»    Pris sur le vif : De littérature et d'esthétique    Tunisie: Un bateau de pêche tunisien arraisonné par des garde-côtes libyens    Le Festival de la chanson tunisienne reporté à 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où est passé la neutralité légendaire de la Tunisie?
Publié dans Le Temps le 03 - 06 - 2020

Dans le conflit libyen, comme d'ailleurs, dans tout autre conflit, la Tunisie a, de tous temps, privilégié la neutralité, afin de ne pas être prise dans la tenaille des tiraillements dans des problèmes où tout parti-pris apporte des problèmes et risque de nous faire des ennemis, ce qui n'est aucunement, dans notre intérêt. La sagesse aurait recommandé, pourtant, d'observer une neutralité à toute épreuve, comme l'Etat tunisien avait su le faire, dans le passé, que ce soit avec le leader Habib Bourguiba, ou à un degré moindre, avec Zine El Abidine Ben Ali.
Ces derniers jours, avec un début maléfique du chef du mouvement Ennahdha –soit dit en passant qui n'a pas pu, encore s'accommoder avec le costume de président de l'Assemblée des représentant du peuple (ARP) qui semble être loin de sa taille habituelle- qui a pris, bien sûr, parie pour le gouvernement Sarraj, défendu par l'axe Qatar/Turquie. Mais, voilà que la situation s'embrase avec les forces américaines, censées « être en Tunisie, pour des questions de formation » qui menace d'intervenir en Libye, bien sûr avec cette Tunisie qui les accueillies, comme base des opérations… Et, bing ! Voilà que le pays est dans un tourbillon qui n'augure rien de bon, parce qu'une prise de position pour le gouvernement Sarraj contre Khalifa Haftar, soutenu par la Russie et l'autre axe, Arabie saoudite/Emirats arabes unis, ou vice-versa, n'apportera rien de bon.
Pourtant, la sagesse recommandait de ne pas prendre position pour n'importe quelle partie, dans ce conflit fratricide, surtout que nous accueillons des Libyens des deux bords, et que la neutralité est la voix de la raison, afin de ne pas ternir les relations avec ce pays frère voisin avec qui nous avons des liens séculaires d'amitié et, même de parenté.
C'est un autre méfait que nous a fomenté le mouvement islamiste qui ne voit que ses propres intérêts, surtout que le gouvernement Sarraj comprend de nombreux partisans de son orientation idéologique.
Tirant la sonnette d'alarme, -bien qu'il ne soit pas le premier- le Courant Populaire n'a pas été du reste et a dénoncé lundi ce qu'il nomme "l'initiative américaine dangereuse " relative à la possibilité de déployer des forces sur le territoire tunisien.
"Cette étape américaine constitue une violation criante de la souveraineté de la Tunisie et l'implique dans des conflits internationaux et régionaux bouillonnants", estime le Courant Populaire.
Le parti dénonce l'impudence et l'arrogance avec lesquelles les Etats-Unis traitent les pays qu'ils estiment être leur espace vital pour mener ses guerres et ses interventions et perpétuer ainsi son hégémonie sur le monde.
Pour sa part, le mouvement "Echaâb" a "mis en garde les parties politiques tunisiennes ayant affiché leur alignement avec l'un des antagonistes libyens ou approuvé une intervention militaire étrangère sur le territoire libyen et tout ce que cela impliquerait en terme de soutien logistique à partir des territoires tunisiens".
"La question touche désormais à l'indépendance de la Tunisie et à sa souveraineté territoriale et la représente en tant que partie prenante dans l'agression contre nos frères libyens", indique le parti dans une déclaration rendue publique lundi.
Le mouvement Echaâb y exprime son refus total de toute présence militaire étrangère en Tunisie sous n'importe quel prétexte.
"Toute présence militaire étrangère est une forme d'agression au vrai sens du mot non seulement contre la Libye, mais aussi contre le peuple tunisien", estime le parti.
Il a souligné, à cet effet, l'importance du rôle du président de la République Kaïs Saïed et l'urgence de prendre la bonne décision qui consiste à préserver la souveraineté nationale de l'Etat tunisien et le refus de toute forme de présence militaire étrangère sur l'ensemble du territoire tunisien.
La situation n'est pas vraiment rose et elle n'augure rien de bon, parce qu'au lieu de calmer les esprits de nos frères libyens et de les appeler au dialogue, certaines parties malfaisantes veulent mêler la Tunisie que à cet embrasement, même au risque de transporter cette guerre fratricide à l'intérieur de nos frontières, ce qui fera l'affaire des âmes malintentionnées qui veulent s'accaparer le pouvoir.
Entretemps, et durant ces dix dernières années, nous n'avons plus une politique étrangère digne de ce nom, et ce n'est pas fortuit, mais bien orchestré et bien programmé, pour conduire le pays vers le désastre, sur tous les plans. Pourtant, la Tunisie était respectée par tout le monde, dans le passé, pour sa neutralité légendaire qui ne lui avait fait que des amis.
Et, maintenant que la situation s'est tellement envenimée, le président de la République Kaïs Saïed va-t-il sortir de son mutisme et de ses sous-entendus, pour s'attaquer directement à cette question qui fait partie de ses prérogatives ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.